Monastère de Nimnik

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Caractères cyrilliques Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

Monastère de Nimnik
Présentation
Nom local Манастир Нимник
Manastir Nimnik
Culte Orthodoxe serbe
Type Monastère
Rattachement Éparchie de Braničevo
Début de la construction Après 1376
Protection Monument culturel protégé
Géographie
Pays Drapeau de la Serbie Serbie
District Braničevo
Municipalité Veliko Gradište
Localité Kurjače
Coordonnées 44° 43′ 35″ nord, 21° 21′ 16″ est

Géolocalisation sur la carte : Europe

(Voir situation sur carte : Europe)
Monastère de Nimnik

Géolocalisation sur la carte : Serbie

(Voir situation sur carte : Serbie)
Monastère de Nimnik

Le monastère de Nimnik (en serbe cyrillique : Манастир Нимник ; en serbe latin : Manastir Nimnik) est un monastère orthodoxe serbe situé à Kurjače, dans le district de Braničevo et dans la municipalité de Veliko Gradište en Serbie. Il est inscrit sur la liste des monuments culturels protégés de la République de Serbie (identifiant no SK 568)[1].

Le monastère est également connu sous le nom de « monastère de Marijanski »[2]. Il abrite aujourd'hui une petite communauté de religieuses[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le monastère se trouve dans une forêt de chênes, à environ 3 km du village de Kurjače. D'après la tradition, son église, dédiée à la Trenslation des Reliques de saint Nicolas, a été construite par le voïvode Bogosav en 1376, à l'époque où le nord de la région de Braničevo faisait partie des terres du prince Lazare[2]. Nimnik est mentionné pour la première fois en tant que métoque dans une charte du monastère de Ravanica puis dans des « defters » ottomans de la première moitié du XVIe siècle[2].

Pendant la révolte de la krajina de Koča (1788) puis lors du Premier soulèvement serbe contre les Turcs, en 1813, Nimnik a été brûlé et détruit[2],[3]. Il a été reconstruit en 1825 à l'instigation du prince Miloš Obrenović. Une école tenue par des moines y a ouvert en 1851-1852[3]. Une seconde campagne de reconstruction a eu lieu en 1891. En 1936, l'église qui servait d'église paroissiale a été rendue à sa vocation monastique[2],[3].

Architecture[modifier | modifier le code]

Nimnik abrite deux chapelles. La première, appelée « Svetinja », le « Sanctuaire », se trouve sur la tombe d'une jeune fille tuée par les Ottomans parce qu'elle refusait de leur indiquer le chemin du monastère ; elle leur aurait répondu en roumain/valaque : « nišću nimnik », « je ne sais rien » ; cette réponse serait à l'origine du nom du monastère[3]. La seconde chapelle se trouve dans le konak du monastère et est dédiée au Linceul de la Mère de Dieu[3].

L'église Saint-Nicolas est constituée d'une nef unique dotée d'une voûte en berceau et prolongée par une abside demi-circulaire aussi large que la nef[2]. Elle est construite en pierre et intègre des blocs qui proviennent de la ville romaine voisine de Viminacium[3]. Plusieurs fois restaurée, elle abrite une iconostase remontant à la fin du XIXe siècle et peinte par Milisav Marković[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (sr) « Nepokretna kulturna dobra » [xls], sur http://www.heritage.gov.rs, Site de l'Institut pour la protection du patrimoine de la République de Serbie (consulté le 3 mars 2018)
  2. a b c d e f et g (en) « Nimnik Monastery Complex », sur http://spomenicikulture.org.rs, Site de l'Institut régional pour la protection du patrimoine de Smederevo (consulté le 3 mars 2018)
  3. a b c d e f et g (sr) « Manastir Nimnik », sur http://www.manastiri.rs, Manastiri (consulté le 3 mars 2018)

Articles connexes[modifier | modifier le code]