Monastère de Kovilje

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Caractères cyrilliques Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

Monastère de Kovilje
Image illustrative de l’article Monastère de Kovilje
L'église Saint-Nicolas, dans le monastère de Kovilje
Présentation
Nom local Манастир Ковиље
Manastir Kovilje
Culte Orthodoxe serbe
Type Monastère
Rattachement Éparchie de Žiča
Début de la construction XIIe siècle
Autres campagnes de travaux Reconstruit en 1644
Protection Monument culturel de grande importance
Géographie
Pays Drapeau de la Serbie Serbie
District Moravica
Municipalité Ivanjica
Localité Kovilje
Coordonnées 43° 26′ 04″ nord, 20° 11′ 20″ est

Géolocalisation sur la carte : Europe

(Voir situation sur carte : Europe)
Monastère de Kovilje

Géolocalisation sur la carte : Serbie

(Voir situation sur carte : Serbie)
Monastère de Kovilje

Le monastère de Kovilje (en serbe cyrillique : Манастир Ковиље ; en serbe latin : Manastir Kovilje) est un monastère orthodoxe serbe situé à Kovilje, dans le district de Moravica et dans la municipalité d'Ivanjica, dans l'ouest de la Serbie. Il est inscrit sur la liste des monuments culturels de grande importance de la République de Serbie (identifiant no SK 1453)[1].

Le monastère abrite deux églises, l'une dédiée à saint Michel et à saint Gabriel, l'autre dédiée à saint Nicolas.

Localisation[modifier | modifier le code]

Le monastère se trouve à 20 km d'Ivanjica, dans la région historique et géographique de Stari Vlah[1], au pied du mont Javor et sur la rive droite de la rivière Nošnica[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

En l'absence de données fiables, on suppose que le monastère a été fondé au XIIe siècle ou au XIIIe siècle. La première mention le concernant remonte à 1606 et la seconde à 1651 ; il a sans doute été détruit par les Ottomans au XVe siècle et reconstruit en 1644 par le métropolite de Raška Gavrilo Rajić, patriarche de Peć de 1648 à 1655, martyrisé en 1659[1],[2]. À partir de 1813, le monastère abrite une église paroissiale ; en 2005, il est rendu à la vie monastique et abrite depuis une communauté de religieuses[2].

Église Saint-Michel-et-Saint-Gabriel[modifier | modifier le code]

La plus ancienne des deux églises du monastère est l'église Saint-Michel-et-Saint-Gabriel. Cette église, en partie rupestre, est constituée d'une nef unique, prolongée par une abside demi-circulaire et surmontée d'une petite coupole aveugle[1]. Difficile à dater, elle remonte peut-être à la construction du monastère[2]. L'église abrite quelques fresques mais les spécialistes sont partagés sur leur style qui pourrait tout aussi bien les faire remonter au XIIIe siècle qu'au XVIe siècle[1].

L'intérieur de l'église Saint-Michel-et-Saint-Gabriel

Église Saint-Nicolas[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Nicolas, plus tardive, est également dotée d'une nef unique ; cette nef est prolongée par une abside polygonale, surmontée d'une coupole aveugle et précédée d'un narthex. Elle abrite des fresques du XVIIe siècle attribuées à Andrej Raičević. On y trouve aussi un ambon monumental[1].

L'intérieur de l'église Saint-Nicolas

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :