Margaret Atwood

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Margaret Atwood
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Nationalité
Domiciles
Formation
Activités
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Graeme Gibson (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Genres artistiques
Influencée par
Site web
Distinctions
Prix du Gouverneur général : poésie ou théâtre de langue anglaise ()
Prix du Gouverneur général : romans et nouvelles de langue anglaise ()
Prix Princesse des Asturies de littérature ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Liste détaillée
Membre de la Société royale du Canada
Docteure honoris causa de l'Université d'Ottawa
Compagnon de la Royal Society of Literature
Docteure honoris causa de l'Université de Montréal
Prix Arthur-Ellis
Docteure honoris causa de l'université Concordia
Prix du Gouverneur général : poésie ou théâtre de langue anglaise ()
Prix littéraire Toronto ()
Bourse Guggenheim ()
Prix Molson ()
Compagnon de l'Ordre du Canada ()
Prix du Gouverneur général : romans et nouvelles de langue anglaise ()
Los Angeles Times Book Prize ( et )
Prix Arthur C. Clarke ()
Humaniste de l'année ()
Membre de l'Académie américaine des arts et des sciences ()
Médaille du centenaire de l’université Harvard ()
Ordre de l'Ontario ()
Prix Trillium (en) (, et )
Prix Giller ( et )
Prix Mondello ()
Prix Helmerich (en) ()
Prix Booker ( et )
Allée des célébrités canadiennes ()
Hammett Prize ()
Docteure honoris causa de l'université Harvard‎ ()
Prix Princesse des Asturies de littérature ()
Prix Nelly-Sachs ()
Prix Dan-David ()
Prix Tähtivaeltaja ()
Lauriers d'or ()
PEN Pinter Prize (en) ()
Prix littéraire de l'université de Saint-Louis ()
Aurora Award for Best Graphic Novel ()
Prix Franz-Kafka ()
Prix Raymond-Chandler ()
Prix de la paix des libraires allemands ()
Carl Sandburg Literary Award ()
Médaille Lorne-Pierce ()
Compagnon d'honneur ()
Officier de l'ordre du Mérite de la République fédérale d'Allemagne ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Archives conservées par
Enregistrement vocal
Œuvres principales
La Servante écarlate, Œil-de-chat (d), Captive (d), Le tueur aveugle (d), Le Dernier HommeVoir et modifier les données sur Wikidata
signature de Margaret Atwood
Signature

Margaret Eleanor « Peggy » Atwood, née le 18 novembre 1939 à Ottawa, est une romancière, poète et critique littéraire canadienne[2]. Elle est l'une des écrivaines canadiennes les plus connues, en particulier pour son roman La Servante écarlate (The Handmaid's Tale).

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et éducation[modifier | modifier le code]

Née à Ottawa, Ontario, Margaret Atwood est la fille de Carl Edmund Atwood, zoologue, et de Margaret Dorothy Killiam, nutritionniste. Par le métier de son père, Margaret Atwood passe la majeure partie de son enfance entre les forêts du Nord du Québec, Sault-Sainte-Marie, Ottawa et Toronto[3],[4].

Elle commence à écrire à l’âge de seize ans et décide alors qu’elle sera écrivaine[5]. En 1957, elle entreprend des études au collège Victoria à l'Université de Toronto. Elle suit notamment les cours de Jay Macpherson et de Northrop Frye. Elle obtient un baccalauréat en arts/licence en anglais (avec des mineures en philosophie et en français)[6].

Elle poursuit ses études à l'Université Harvard, au Radcliffe College, à l'aide d’une bourse Woodrow Wilson, jusqu'à l'obtention d'une maîtrise en littérature anglaise en 1962 avant de prolonger ses études à l'Université Harvard pendant quatre ans[7],[8].

Vie privée[modifier | modifier le code]

En 1968, Atwood épouse Jim Polk, mais divorce quelques années plus tard, en 1973[9]. Elle se marie ensuite avec le romancier Graeme Gibson. Elle donne naissance à sa fille Eleanor Jess Atwood Gibson en 1976[10].

Gibson décède le 18 septembre 2019. Atwood écrit un essai sur le deuil paru dans The Guardian en 2020 à la mémoire de son mari[11].

Carrière[modifier | modifier le code]

Elle autopublie son premier recueil de poésie, Double Persephone, chez Hawkshead Press en1961, pour lequel elle reçoit la médaille E. J. Pratt[12]. Son second recueil de poésie, The Circle Game, paru en 1964 chez Contact Press, lui vaut un Prix littéraire du Gouverneur Général en 1966[13]. Dans les décennies qui suivent, elle fait paraitre près d'une vingtaine de recueils de poésie.

Atwood fait paraître son premier roman, The Edible Woman (La Femme comestible) chez McCelland and Stewart en 1969. Dans les années 1970, les romans qu'elle publie explorent l'identité et les construits de genre en lien avec la politique et l'identité nationale: Surfacing (Faire surface) en 1972; Lady Oracle en 1976 et Life Before Man (La Vie avant l'homme) en 1979[14]. Ce dernier est finaliste pour les Prix littéraires du Gouverneur général[13].

C'est en 1985 qu'elle publie son œuvre la plus connue, The Handmaid's Tale (La Servante écarlate). Résolument féministe et politique, son œuvre est notamment définie par le fait que les femmes en occupent l’avant-scène[5]. Elle a reçu plusieurs prix pour La servante éclarlate, dont le prix Arthur-C.-Clarke et un Prix littéraire du gouverneur général[15]. La servante écarlate est adapté au cinéma par Volker Schlöndorff en 1990 et en série télévisée en 2017 sous le titre The Handmaid's Tale : La Servante écarlate.

Atwood a enseigné dans plusieurs universités, dont l'Université de la Colombie-Britannique (1965), l'Université Concordia à Montréal (1967-1968), Université de l'Alberta (1969-1979), l'Université York à Toronto (1971-1972) et l'Université de New York[8].

En 2015, elle remet le manuscrit de son livre Scribbler Moon au projet de « bibliothèque du futur » de l'artiste écossaise Katie Paterson, qui sera publié en 2114. Elle est la première des cent auteurs à participer à ce projet[16].

Dans une entrevue au quotidien Le Devoir accordée en 2007, elle se dit généralement optimiste et affirme qu’elle n’écrirait pas si elle croyait que le monde était sans espoir. Elle ajoute que ses romans dystopiques sont le reflet de ses lectures de jeunesse alors qu’elle a grandi au faîte de la popularité d’auteurs de science-fiction tels que H. G. Wells, George Orwell et Aldous Huxley[17].

Atwood a reçu de nombreux honneurs dont une vingtaine de doctorats honorifiques, en plus d'être reçue comme Compagnon de l'Ordre du Canada le 22 juin 1981 et membre de l'Ordre de l'Ontario en 1990. Elle est reçue comme membre de la Société royale du Canada en 1987[18]. En 1981, elle a reçu une des prestigieuses bourses Guggenheim[19]. Elle a remporté le Booker Prize en 2000 pour son roman Le Tueur aveugle (The Blind Assassin)[20]. En 2017, elle a fait partie des favoris pour le prix Nobel de littérature[21]. C'est l'auteur britannique d'origine japonaise Kazuo Ishiguro, qui l'a remporté; surpris de cette décision, Ishiguro s'est excusé à Atwwod d'avoir obtenu le prix à sa place[22],.

Réception critique[modifier | modifier le code]

La Servante écarlate[modifier | modifier le code]

Pour ce livre écrit entre 1985 et 1987, elle reçoit trois prix : le Prix du gouverneur général dans le domaine des romans et nouvelles en langue anglaise, celui du Los Angeles Times Book Prize dans la catégorie fiction et le prix Arthur-C-Clarke. La Servante écarlate est paru en 1987 et s'est vendu à plusieurs millions d'exemplaires à travers le monde. Il est devenu un classique de la littérature anglophone, apportant la célébrité à Margaret Atwood; il est encore récompensé aujourd'hui. Ce roman se déroule en Amérique du Nord où le pays est dominé par une théocratie, fondée sur des castes sociales dans lesquelles les femmes sont soumises aux hommes. Dans cette œuvre, Margaret Atwood remet en cause la domination masculine, plus précisément le régime patriarcal totalitaire. Elle met en avant les nombreuses épreuves traversées par les femmes, leur volonté de ne pas renoncer à lutter et leur mécontentement contre le sexisme. À travers la lecture de ce livre, on constate que ce problème patriarcal déjà présent dans les années 1980 est toujours présent à l'heure actuelle[23]. Elle publie ce livre durant la guerre froide, engendrant une prise de conscience de la société et une peur du retour au conservatisme[24].

Meurtre dans la nuit[modifier | modifier le code]

Ce recueil de nouvelles et de poèmes expérimentaux en prose écrit en 1987 et d'abord publié en anglais sous le titre de Murder In The Dark en 1983 «suscite l’acclamation de la critique par sa façon d’employer la langue et sa manière de briser les frontières traditionnelles entre fiction et poésie»[6]. Ce recueil est composé de 27 poèmes, divisés en 4 parties dans lesquelles sont mis en avant des thèmes variés. Il va exploiter différents genres comme l'autobiographie, la satire, le récit de voyage. Au sein de ce recueil vont apparaître des thèmes comme la marginalisation des femmes et groupes minoritaires entrainant des peurs sociales et l'apparition de mouvements. De ce fait, la cohérence du poème se fait grâce au point commun de ses principaux thèmes. Le titre est extrait d'un jeu pour enfant qui met en avant différents rôles, notamment celui du meurtrier et celui du détective. Dans ce cadre, Margaret Atwood joue le rôle du meurtrier, de la critique et du détective. Le lecteur quant à lui tient le rôle de la victime grâce au ressenti de la lecture. À travers la lecture de l'ouvrage, nous comprenons qu'il regroupe tous les thèmes importants de ses écrits et donc les causes qui lui sont chères comme le féminisme.

Engagements[modifier | modifier le code]

Prises de position[modifier | modifier le code]

Lors de l'élection fédérale canadienne de 2008, Atwood accorde son appui au Bloc québécois, parti prônant la souveraineté du Québec[25].

Le 27 février 2022, quatrième jour de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, Atwood fait partie des plus de 1000 auteurs qui ont signé la lettre ouverte l'association d'écrivains PEN International, qui exprime sa solidarité envers l'Ukraine et demande la fin de l'invasion russe[26].

Controverses[modifier | modifier le code]

En , une polémique éclate à Toronto : son livre La Servante écarlate est accusé par un parent d'élève d'être violent, dépravé et tout à la fois anti-chrétien et anti-islamiste[27]. L'affaire n'aura pas de suite.

En , elle publie une lettre ouverte dans le journal The Globe and Mail intitulée « Am I a bad feminist? » (« Suis-je une mauvaise féministe ? ») où elle fait une critique du mouvement #Metoo en même temps qu'elle diagnostique le système judiciaire inefficace et dépassé[28]. Elle met en garde les féministes d'aujourd'hui face à un possible dérapage menant à l'instauration d'une « justice populaire » qui peut se transformer en « lynchage solidifié culturellement dans lequel le type de justice accessible est jeté par la fenêtre et des pouvoirs extrajudiciaires sont mis en place et maintenus. » Elle prend position en affirmant que « ma position fondamentale est que les femmes sont des êtres humains, avec (...) des comportements saints et démoniaques (...) y compris le crime. » À la suite des critiques de la part de certains observateurs qui considèrent son écrit comme une trahison des valeurs féministes, elle répond sur Twitter, et partage deux autres textes, dont celui d'Andrew Sullivan « It’s Time to Resist the Excesses of #Metoo » [29], où l'auteur compare leur façon d'agir aux méthodes du maccarthysme. Une autre collaboratrice du Globe and Mail, Margaret Wente publie, quelques jours plus tard, une analyse du texte de Atwood, portant également sur la place de l’écrivaine dans l'histoire du féminisme[30]. Wente ne se dit pas étonnée de sa position car selon elle, Atwood « aime brasser la cage », et classe ainsi Atwood comme une modérée face au nouveau mouvement #metoo[30]. Wente affirme tout de même être « la dernière alliée de Atwood » parce qu'elle aussi croit que la procédure est régulière, aussi frustrante et imparfaite soit-elle, « et ne pense pas que des listes publiques d'accusations anonymes contre des journalistes médiatiques [...] devraient être autorisées à détruire des carrières »[30].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • The Edible Woman, [ « La Femme comestible » ], Toronto, McClelland & Stewart, 1969, 281 p.
  • Surfacing, [ « Faire surface » ], Toronto, McClelland & Stewart, 1972.
  • Lady Oracle, [ « Lady Oracle » ] Toronto, McClelland & Stewart, 1976, 376 p.
  • Life Before Man, [ « La vie avant l'Homme » ], Toronto, McClelland & Stewart, 1979.
  • Bodily Harm, [ « Marquée au corps » ], Toronto, McClelland & Stewart, 1981.
  • The Handmaid's Tale [ « La Servante écarlate » ] Toronto, McClelland & Stewart, 1985, 311 p.
  • Cat's Eye, [ « Œil-de-chat » ], Toronto, McClelland & Stewart, 1988, 420 p.
  • The Robber Bride [ « La Voleuse d'hommes » ], Toronto, McClelland & Stewart, 1993, 546 p.
  • Alias Grace, [ « Captive » ], Toronto, McClelland & Stewart, 1996, 470 p.
  • The Blind Assassin, [ « Le Tueur aveugle » ], Toronto, McClelland & Stewart, 2000, 536 p.
  • Oryx and Crake [ « Le Dernier Homme » ] , Toronto, McClelland & Stewart, 2003.
  • The Penelopiad, [ « L'Odyssée de Pénélope » ], Toronto, Penguin Random House, 2005, 216 p.
  • The Year of the Flood, [ « Le Temps du déluge » ], Toronto, McClelland & Stewart, 2009, 448 p.
  • MaddAddam, [ « MaddAddam » ], Toronto, McClelland & Stewart, 2013, 416 p.
  • The Heart Goes Last, [ « C'est le cœur qui lâche en dernier » ] , Anchor, 2015.
  • Hag-Seed, [ « Graine de sorcière » ] , Hogarth, 2016, 289 p.
  • The Testaments, [ « Les Testaments » ] , Toronto, McClelland & Stewart, 2019, 432 p.

Nouvelles[modifier | modifier le code]

  • Dancing girls, [ « Les Danseuses et autres nouvelles » ], Toronto, McClelland & Stewart, 1977.
  • Murder in the Dark, [ « Meurtre dans la nuit » ], Toronto, Coach House Books, 1983.
  • Bluebeard's Egg, [ « L'Œuf de Barbe-Bleue » ], Toronto, McClelland & Stewart, 1983.
  • Wilderness Tips, [ « Mort en lisière » ], Toronto, McClelland & Stewart, 1991.
  • Good Bones, [ « La petite poule vide son cœur » ] Coach House Books, 1992, 153 p.
  • Good Bones and Simple Murders, New York, Nan A. Talese, 1994,164 p.
  • The Labrador Fiasco, [ « Le Fiasco du Labrador » ], Londres, Bloomsbury, 1996, 64 p.
  • The Tent, Londres, Bloomsbury, 2006, 176 p.
  • Moral Disorder, Toronto, McClelland & Stewart, 2006.
  • Stone Mattress: Nine Wicked Tales, [ « Neuf contes » ], Toronto, McClelland & Stewart, 2014, 288 p.

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Double Persephone, [ « Double Persephone » ], Toronto, Hawkshead Press, 1961.
  • The Circle Game, [ « Le Cercle vicieux » ], Toronto, Contact Press, 1964,
  • Expeditions, 1965.
  • The Animals in that Country, Boston, Little, Brown and Company, 1968.
  • The Journals of Susanna Moodie, [ « Le Journal de Susanna Moodie » ], Oxford, Oxford University Press, 1970.
  • Procedures for Underground, Boston, Little, Brown and Company, 1970.
  • Power Politics, [ « Politiques de pouvoir » ], Toronto, House of Anansi, 1971,
  • You are Happy, Oxford, Oxford University Press, 1974, 96 p.
  • Selected Poems: 1965-1975, Boston, Houghton Mifflin, 1976.
  • Two-Headed Poems, Oxford, Oxford University Press, 1978.
  • True Stories, Oxford, Oxford University Press, 1981.
  • Love Songs of a Terminator, 1983,
  • Interlunar, Oxford, Oxford University Press, 1984.
  • Selected Poems: 1976-1986, Boston, Houghton Mifflin Harcourt, 1987, 147 p.
  • Morning in the Burned House, [ « Matin dans la maison incendiée » ], Toronto, McClelland & Stewart, 1996.
  • Eating Fire: Selected Poems, 1965-1995, Boston, Little, Brown and Company, 1998
  • The Door, Londres, Virago Press, 2007.
  • Dearly: New Poems, [ « Poèmes tardifs » ],Toronto, McClelland & Stewart, 2020, 136 p.

Livres d'artiste[modifier | modifier le code]

  • Speeches for Doctor Frankenstein, avec des illustrations de Charles Pachter, 1966,

Essais[modifier | modifier le code]

  • Survival: A Thematic Guide to Canadian Literature, [ « Essai sur la littérature canadienne » ], Toronto, House of Anansi, 1972.
  • Days of the Rebels, 1815-1840, Toronto, Natural Science of Canada, 1977, 128 p.
  • Second Words: Selected Critical Prose, Toronto, House of Anansi, 1982.
  • Through the One-Way Mirror, 1986.
  • Strange Things: The Malevolent North in Canadian Literature, Oxford, Oxford University Press,1995, 126 p.
  • Negotiating with the Dead: a Writer on Writing, Toronto, Anchor Canada, 2002, 256 p.
  • Moving Targets: Writing with Intent, 1982-2004, [ « Cibles mouvantes » ], Toronto, House of Anansi, 2004, 440 p.
  • Writing with Intent: Essays, Reviews, personal prose 1983-2005, New York, Basic Books, 2005.
  • Payback: Debt and the Shadow Side of Wealth, [ « Comptes et légendes : La dette et la face cachée de la richesse » ], Toronto, House of Anansi, 2008, 240 p.

Albums jeunesse[modifier | modifier le code]

  • Up in the Tree,  [ « Tout là-haut dans l'arbre » ], Toronto, Groundwood Books, 1978, 32 p.
  • Trio of Tolerable Tales, [ « Trois Contes très racontables » ], Toronto, Groundwood Books, 2017, 52 p.]

Prix et honneurs[modifier | modifier le code]

Doctorats honoris causa[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « https://discoverarchives.library.utoronto.ca/index.php/margaret-atwood-papers »
  2. (fr) « Biographie », sur www.evene.fr (consulté le ).
  3. (en-CA) « Carl E. Atwood Graduate Award », sur Ecology & Evolutionary Biology (consulté le )
  4. Cadre forestier qui sert de toile de fond au roman Faire surface (Surfacing), publié en 1972.
  5. a et b Montpetit, Caroline, « Margaret Atwood, prêtresse, sorcière et écrivaine, », Le Devoir,‎ , p. A1.
  6. a et b « Margaret Atwood | l'Encyclopédie Canadienne », sur www.thecanadianencyclopedia.ca (consulté le )
  7. (en) « Margaret Atwood | Biography, Books, & Facts », sur Encyclopedia Britannica (consulté le )
  8. a et b La Presse candienne, « ONF: un film inspiré d'un livre de Margaret Atwood », L'Acadie Nouvelle,‎ , p. sa2.
  9. (en) Rebecca Mead, « Margaret Atwood, the Prophet of Dystopia », The New Yorker,‎ (ISSN 0028-792X, lire en ligne, consulté le )
  10. (en-US) « Interview With Margaret Atwood | Maclean's | SEPTEMBER 6, 1976 », sur Maclean's | The Complete Archive (consulté le )
  11. (en-GB) Margaret Atwood et Margaret Atwood, « Caught in time’s current: Margaret Atwood on grief, poetry and the past four years », The Guardian,‎ (lire en ligne, consulté le )
  12. « Margaret Atwood », sur Le Printemps des Poètes (consulté le )
  13. a b c et d « Gagnants et finalistes précédents des LivresGG », sur Prix littéraires du Gouverneur général (consulté le ).
  14. (en) Coral Ann Howells, Margaret Atwood, New York, Palgrave Macmillan, (ISBN 1403922004)
  15. Le Devoir, « En bref - Margaret Atwood reçoit le prix Prince des Asturies », sur Le Devoir (consulté le )
  16. Clémence Chouvelon, « le premier manuscrit d'une bibliothèque du futur sera publié en 2114 », sur ActuaLitté.com, (consulté le ).
  17. « Entretien avec Margaret Atwood - « Ce mot “féministe”, ça veut dire quoi exactement ? » », sur Le Devoir (consulté le )
  18. (en) « Margaret Atwood », sur Société royale du Canada (consulté le ).
  19. (en-US) « John Simon Guggenheim Foundation | Margaret Atwood » (consulté le )
  20. « Double dames, double jeu », La croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  21. « Nobel: Ngugi wa Thiong’o, Margaret Atwood et Haruki Murakami en tête des pronostics », Livres Hebdo,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  22. (en-GB) « Kazuo Ishiguro Apologises To Margaret Atwood For Winning The Nobel Prize For Literature », ELLE,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  23. Nora Bouazzouni, « Pourquoi «La Servante écarlate» nous fait-elle si peur? », sur Slate.fr, (consulté le )
  24. « Margaret Atwood : des forêts canadiennes à la renommée internationale », sur France Culture, (consulté le )
  25. Société Radio-Canada. « Duceppe et la souveraineté à Toronto », , Toronto.
  26. France Télévisions Rédaction Culture, « Plus d'un millier d'écrivains, dont Salman Rushdie et la Nobel Svetlana Alexievitch, condamnent l'invasion russe de l'Ukraine » Accès libre, sur francetvinfo.fr, (consulté le )
  27. Rapporté par le journal Toronto Star du .
  28. (en) Margaret Atwood, « Am I a bad feminist? », Globe and Mail,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  29. (en) Andrew Sullivan, « Andrew Sullivan: It’s Time to Resist the Excesses of #MeToo », Daily Intelligencer,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  30. a b et c Margaret Wente, « Margaret Atwood is a blood-drinking monster », Globe and Mail,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  31. (en-CA) « Toronto Book Awards Past Winners », sur City of Toronto, (consulté le )
  32. « Molson Prize | The Canadian Encyclopedia », sur www.thecanadianencyclopedia.ca (consulté le )
  33. (en-US) « John Simon Guggenheim Foundation | Margaret Atwood » (consulté le )
  34. a et b « Margaret Atwood | The Canadian Encyclopedia », sur www.thecanadianencyclopedia.ca (consulté le )
  35. (en-US) Facebook et Twitter, « 1986 Los Angeles Times Book Prize Winners », sur Los Angeles Times, (consulté le )
  36. « RÉPERTOIRE | Page 6 | La Société royale du Canada », sur rsc-src.ca (consulté le )
  37. (en-US) « Our History », sur American Humanist Association (consulté le )
  38. (en-CA) « Arthur C. Clarke move raises question of sci-fi author equality », The Toronto Star,‎ (ISSN 0319-0781, lire en ligne, consulté le )
  39. (en) « Honoring Margaret Atwood », sur American Academy of Arts & Sciences (consulté le )
  40. (en-US) « 2003 Radcliffe Medal to be awarded to Margaret Atwood: », sur Harvard Gazette, (consulté le )
  41. a b et c (en) « Trillium Book Award Winners », sur Ontario Creates (consulté le )
  42. a et b (en-US) « HOME », sur Scotiabank Giller Prize (consulté le )
  43. (en) « Margaret Atwood (honorary juror) », sur Women In Cleantech Challenge (consulté le )
  44. « crimewritersna.org », sur www.crimewritersna.org (consulté le )
  45. (en) « Margaret Atwood », sur The Guardian (consulté le ).
  46. « Canada’s Walk of Fame | The Canadian Encyclopedia », sur www.thecanadianencyclopedia.ca (consulté le )
  47. Le Devoir, « En bref - Margaret Atwood reçoit le prix Prince des Asturies », sur Le Devoir (consulté le )
  48. (en-GB) « Margaret Atwood », sur Royal Society of Literature (consulté le )
  49. (en-US) « Margaret Atwood », sur Dan David Prize, (consulté le )
  50. (en-US) Facebook et Twitter, « Announcing the 2012 Los Angeles Times Book Prize winners », sur Los Angeles Times, (consulté le )
  51. (en) « 2013 Audie Awards Winners », sur Locus magazine (consulté le ).
  52. « Crime Writers of Canada - 2015 Winners », sur www.crimewriterscanada.com (consulté le )
  53. (en-US) Struga Poetry Evenings, « Margaret Atwood is laureate of the “Golden Wreath” Award for 2016 », sur Struga Poetry Evenings (consulté le )
  54. (en-US) « The Ivan Sandrof Life Achievement Award », sur National Book Critics Circle (consulté le )
  55. (en) « Margaret Atwood awarded 2016 PEN Pinter Prize », sur English PEN (consulté le ).
  56. franceinfo, « L'écrivaine canadienne Margaret Atwood reçoit le prix Franz Kafka 2017 », sur francetvinfo.fr, Franceinfo, (consulté le ).
  57. (en) « Library Associates Literary Award », sur Université de Saint-Louis (consulté le ).
  58. « Margaret Atwood, une citoyenne exemplaire », ActuaLitté,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  59. (en) « Past Award Winners », sur Société royale du Canada (consulté le ).
  60. (en-US) « Margaret Atwood wins Booker Prize for second time - National | Globalnews.ca », sur Global News (consulté le )
  61. (en-US) Mike Glyer, « Tähtivaeltaja Award 2020 », sur File 770, (consulté le )
  62. « TRENT HONORARY GRADUATES AND EMINENT SERVICE AWARD WINNERS »
  63. (en) « Honorary Degrees », sur Université Queen's (consulté le ).
  64. (en) « Honorary degree citation - Margaret Atwood », sur Université Concordia (consulté le ).
  65. (en) « Honorary Degrees », sur Smith College (consulté le ).
  66. (en) « MARGARET ATWOOD », sur Université de Toronto (consulté le ).
  67. (en) « Honorary Degrees 1980 - 1989 », sur Université de Waterloo (consulté le ).
  68. (en-US) « Time capsule: 1985 - », (consulté le )
  69. « Honorary degree recipients | LITS », sur lits.mtholyoke.edu (consulté le )
  70. (en-CA) « Honorary Degrees Conferred by Senate » Victoria University », sur vicu.utoronto.ca (consulté le )
  71. « Margaret Atwood | The Canadian Encyclopedia », sur www.thecanadianencyclopedia.ca (consulté le )
  72. « McMaster University Honorary Degree Recipients (Chronological) 1892-Present »
  73. (en) « Past Honorary Degrees », sur Lakehead University (consulté le )
  74. a et b (en-US) « How Atwood became a writer », sur Harvard Gazette, (consulté le )
  75. « AlgomaU: 1965-2015 »
  76. « Lauréats d’un titre honorifique de l’Université Laurentienne »
  77. (en-US) « Commencement Speakers and Honorary Degrees », sur The Dartmouth Review, (consulté le )
  78. (en) « Honorary Degrees », sur Université Harvard (consulté le ).
  79. « Les docteurs Honoris Causa de la Sorbonne Nouvelle », sur Université Sorbonne-Nouvelle (consulté le ).
  80. (en) « Margaret Atwood to be honoured by NUI Galway », sur Irish Times (consulté le ).
  81. (en) « Ryersonians recognized for contributions across the country », sur Ryerson University (consulté le )
  82. (en) « Royal Military College of Canada Honorary Degree Recipients », sur Collège militaire royal du Canada (consulté le ).
  83. (en) Newsroom, « Margaret Atwood to be awarded honorary degree by University of Athens | eKathimerini.com », sur www.ekathimerini.com (consulté le )
  84. (en) « Honorary graduates », sur Université d'Édimbourg (consulté le ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :