Desanka Maksimović

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Caractères cyrilliques Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maksimović.
Desanka Maksimović
Description de cette image, également commentée ci-après

Desanka Maksimović dans les années 1980

Naissance
Rabrovica, près de Valjevo Drapeau du Royaume de Serbie Royaume de Serbie
Décès (à 94 ans)
Belgrade Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie République fédérative socialiste de Yougoslavie
Activité principale
Distinctions
Prix de la Matica srpska (1958 et 1973)
Prix Zmaj (1958 et 1973)
Prix Dis (1967)
Couronne d'or des soirées poétiques de Struga (1988)
Auteur
Langue d’écriture Serbe
Genres

Œuvres principales

Compléments

Desanka Maksimović (en serbe cyrillique : Десанка Максимовић ; née le à Rabrovica près de Valjevo et morte le à Belgrade) est une poétesse et une professeure de littérature serbe. Elle a été membre de l'Académie serbe des sciences et des arts[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Desanka Maksimović a passé son enfance au hameau de Brankovina. Elle a suivi ses études secondaires à Valjevo puis des études supérieures à la faculté de philosophie de l'université de Belgrade.

De 1923 à 1953, elle a enseigné la langue serbe dans différents établissements, d’abord en tant que professeur au Lycée d’Obrenovac, puis au Lycée de filles de Belgrade. Une de ses meilleures élèves fut Mira Alečković, qui devint son amie ainsi qu’un grand poète.

Quand elle apprit que les soldats allemands tiraient sur l’école primaire de Kragujevac, elle écrivit le Conte de fée sanglant (Krvava Bajka), dans lequel elle exprima la terreur inspirée par les nazis. Le poème ne fut publié qu’à la fin de la guerre.

Statue de Desanka Maksimović à Valjevo

Desanka Maksimović fut l’amie des poètes Miloš Crnjanski, Ivo Andrić, Gustav Krklec (en), Isidora Sekulić et Branko Ćopić.

Sa poésie évoque l’amour et la patrie. Parmi ses meilleurs poèmes, on peut citer Anticipation (Предосећање), Le tremble (Стрепња), le Poème de printemps (Пролећна песма), Avertissement (Опомена), Dans la tempête (На бури) etc.

Elle a été élue citoyenne d’honneur de Valjevo. Et une statue la représentant a été érigée dans la ville de son vivant.

Le , Desanka Maksimović a été élue comme membre associé de l’Académie serbe des sciences et des arts. Elle en est devenue un membre de plein droit le .

Desanka Maksimović est morte à Belgrade le à l’âge de 95 ans. Elle a été enterrée dans le village de Brankovina, où elle a grandi.

L’œuvre (en serbe)[modifier | modifier le code]

  • Pesme (1924)
  • Vrt detinjstva, poèmes (1927)
  • Zeleni vitez, poèmes (1930)
  • Ludilo srca, nouvlles (1931)
  • Srce lutke spavaljke i druge priče za decu (1931, 1943)
  • Gozba na livadi, poèmes (1932)
  • Kako oni žive, contes (1935)
  • Nove pesme (1936)
  • Raspevane priče (1938)
  • Zagonetke lake za prvake đake (avec Jovanka Hrvaćanin, 1942)
  • Šarena torbica, poèmes pour enfants (1943)
  • Oslobođenje Cvete Andrić, poème (1945)
  • Pesnik i zavičaj, poèmes (1945)
  • Otadžbina u prvomajskoj povorci, poème (1949)
  • Samoglasnici A, E, I, O, U (1949)
  • Otadžbino, tu sam (1951)
  • Strašna igra, contes (1950)
  • Vetrova uspavanka (1953)
  • Otvoren prozor, roman (1954)
  • Prolećni sastanak (1954)
  • Miris zemlje, poèmes choisis (1955)
  • Bajka o Kratkovečnoj (1957)
  • Ako je verovati mojoj baki, contes (1959)
  • Zarobljenik snova (1960)
  • Govori tiho, poèmes (1961)
  • Prolećni sastanak (1961)
  • Patuljkova tajna, contes (1963)
  • Ptice na česmi, poèmes (1963)
  • Tražim pomilovanje, dialogue lyrique avec le code de Dušan (1964)
  • Hoću da se radujem, contes (1965)
  • Đačko srce (1966)
  • Izvolite na izložbu dece slikara (1966)
  • Pradevojčica, roman (1970)
  • Na šesnaesti rođendan, poèmes (1970)
  • Praznici putovanja, récits de voyages (1972)
  • Nemam više vremena, poèmes (1973)
  • Letopis Perunovih potomaka, poèmes (1976)
  • Pesme iz Norveške (1976)
  • Bajke za decu (1977)
  • Ničija zemlja (1979)
  • Vetrova uspavanka, poèmes pour les enfants (1983)
  • Međaši sećanja, poèmes (1983)
  • Slovo o ljubavi, poèmes (1983)
  • Pamtiću sve (1989)
  • Nebeski razboj (1991)
  • Ozon zavičaja (1991)
  • Zovina svirala (1992)

Postérité[modifier | modifier le code]

Après la mort de la poétesse a été créée la Fondation Desanka Maksimović, qui chaque année distribue un prix de poésie. La ville de Belgrade lui a élevé une statue dans le parc de Tašmajdan ; elle a été inaugurée le [2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]