Marcel Trudel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Trudel.
Marcel Trudel
Naissance
Saint-Narcisse, Mauricie, Drapeau : Québec Québec, Drapeau du Canada Canada
Décès (à 93 ans)
Longueuil, Montérégie, Drapeau : Québec Québec, Drapeau du Canada Canada
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture français
Mouvement École de Laval

Marcel Trudel ( - ) est un historien canadien, professeur chercheur sur la Nouvelle-France et sur l'esclavage au Canada, auteur d'environ cinquante livres, la plupart étant des ouvrages de référence.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marcel Trudel est né à Saint-Narcisse-de-Champlain, au nord-est de Trois-Rivières, neuvième des onze enfants d'Hermyle Trudel (menuisier) et d'Antoinette Cossette, et il est adopté par Théodore Baril et Mary Trépanier, quand il devient orphelin, à l'âge de 5 ans — il créera, en 1999, une bourse d'études à leur nom : la « bourse Théodore-Baril-Mary-Trépanier », dite « Bourse Baril-Trépanier », pour aider chaque année un jeune originaire de son village natal, à poursuivre des études supérieures. Ses parents adoptifs voudraient le voir prêtre. Mais, après cinq mois passés au Grand séminaire de Trois-Rivières, il ne peut se résigner à cette idée.

Il aimerait faire carrière dans l'enseignement des langues ou en littérature. En 1941, il obtient une licence ès lettres de l'Université Laval. L'année suivante, il épouse Anne Chrétien, dont il aura trois enfants. De 1941 à 1945, il enseigne le français, le latin et le grec ancien au Collège Bourget à Rigaud. Il y retrouve un ami d'enfance, du même âge (né exactement 2 jours avant lui à Saint-Narcisse), Léonce Jacob, musicien qui s'est fait prêtre et membre de la communauté dirigeant ce collège (des « clercs de Saint-Viateur »).

« Il veut devenir romancier, il devient historien » : il publie Vézine : roman, en 1946, qui tout de suite reçoit le prestigieux « prix David », alors que son doctorat ès lettres, obtenu en 1945, intitulé L'influence de Voltaire au Canada et aussitôt publié, fait l'objet de controverses durant plus de 60 ans. Il va consacrer sa vie entière à « réécrire » l'histoire de la Nouvelle-France : il veut expurger les livres et manuels d'histoire, de vision empirique, patriotique et pieuse.

Professeur à Québec[modifier | modifier le code]

Sa méthode de recherche est influencée par le père Georges-Henri Lévesque (1903-2000), doyen de la Faculté, à l'Université Laval, qui y fonde en 1938 l'École des sciences sociales. Chez les historiens québécois, Trudel est à la tête de l'École de Laval, qui attribue le retard des Canadiens français au nationalisme et au cléricalisme, au lieu de mettre l'accent, comme le fait l'École historique de Montréal, sur la domination britannique à la suite de la conquête du territoire canadien. De 1945 à 1947, Marcel Trudel fait un stage postdoctoral d'étude et de recherche à l'Université Harvard, puis il revient à l'Université Laval comme professeur d'histoire au nouvel Institut d'histoire et de géographie, qui vient d'y être fondé et qu'il est chargé d'organiser. Il en est secrétaire jusqu'en 1954, puis directeur jusqu'en 1964. Il assume aussi, de 1952 à 1958, la charge de secrétaire de la Faculté des lettres.

Ses recherches sur l'esclavage en Nouvelle-France font de lui une figure de pionnier en la matière. Ses positions laïques lui attirent les foudres des autorités religieuses, ce qui l'amène à quitter l'Université Laval.

Professeur à Ottawa[modifier | modifier le code]

En 1965, il enseigne à l'Université Carleton, où il réorganise « l'Institute of Canadian Studies ». Dès 1966, il est professeur et jusqu'en 1968 directeur du département d'histoire à l'Université d'Ottawa. Il y contribue, sans entrave, à faire de l'histoire une véritable science et toute une génération d'historiens lui doivent à la fois leur vocation et leur formation.

D'Ottawa, il continue à participer activement à diverses entreprises de publication : il est directeur-fondateur de la revue « Histoire sociale », directeur des collections « Fleur-de-Lys » et « Histoire de la Nouvelle France » aux Éditions Fides, de la collection « Documents d'histoire » aux Éditions Hurtubise, et il met sur pied la section française du « Dictionnaire biographique du Canada », comme directeur général adjoint du premier volume[1], qui paraît en 1966.

Il est, également, président de la Société d'histoire du Canada, 1963-1964 et du Mouvement laïc de langue française à Québec, 1962-65 (quand il vivait à Québec); membre de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada, 1963-1969; président du Conseil des arts du Québec à partir de 1965; président de l'Institut d'histoire de l'Amérique française, 1972-1973.

Puis, il est nommé « professeur émérite » de l'Université d'Ottawa à sa retraite en 1982.

Professeur émérite, retraité[modifier | modifier le code]

Marcel Trudel occupe agréablement sa retraite en écrivant et publiant plusieurs autres ouvrages, dont (en 1999) le dixième et ultime tome de son Histoire de la Nouvelle-France (commencée en 1955), Le régime militaire et la disparition de la Nouvelle-France, 1759-1764, et sa série de 5 tomes (2001-2010) de Mythes et réalités dans l'histoire du Québec, et en présentant des conférences à l'Université des aînés, à partir de 1993.

Marcel Trudel, devenu « doyen des historiens canadiens »[2] , meurt le 11 janvier 2011 à l'âge de 93 ans[3], à Longueuil, d'un cancer généralisé..

Citations[modifier | modifier le code]

  • « Une contribution majeure à l'historiographie canadienne d'une quarantaine d'ouvrages. Une œuvre récompensée par une vingtaine de prix. Une vie entière consacrée à «réécrire» l'histoire de la Nouvelle-France afin de mettre au rancart la vision empirique, patriotique et pieuse présentée comme la seule réalité au cours du XIXe siècle et au début du XXe siècle par les livres et manuels d'histoire de l'époque. Voilà en somme le travail de l'historien Marcel Trudel pendant 65 ans. »

Bibliographie (en ordre alphabétique)[modifier | modifier le code]

  • Atlas de la Nouvelle-France, Québec, Presses de l'Université Laval, 1973
  • Atlas historique du Canada français des origines à 1867, Québec, Presses de l'Université Laval, 1961
  • Catalogue des immigrants, 1632-1662, Montréal, Hurtubise HMH, 1983, 570 p. (ISBN 978-2-8904-5579-5)
  • Champlain, Montréal, Fides, collection « Classiques canadiens », 1956, réédité en 1968
  • Chiniquy, Trois-Rivières Éditions du Bien public, 1955
  • Chiniquy : prêtre catholique, ministre presbytérien, Montréal, Lidec, 2001
  • Collection de cartes anciennes et modernes pour servir à l'étude de l’histoire de l’Amérique et du Canada, Québec, Institut d'histoire et de géographie de l'Université Laval, 1948
  • Connaître pour le plaisir de connaître : entretien avec l'historien Marcel Trudel sur la science historique et le métier d'historien au Québec, Québec, Presses de l'Université Laval, 2005[4]
  • Deux siècles d'esclavage au Québec, Montréal, Hurtubise HMH, 2004, 408 p. (ISBN 978-2-8942-8742-2)
    • idem, mise à jour préparée par Micheline D'Allaire; avec, sur CD-Rom, le Dictionnaire des esclaves, Bibliothèque québécoise, 2009
  • Dictionnaire biographique du Canada. Volume premier, de l'an 1000 à 1700, Québec, Presses de l'Université Laval, 1966
  • Dictionnaire des esclaves et de leurs propriétaires au Canada français, LaSalle, Hurtubise HMH, collection Cahiers du Québec : Histoire, 1994, 520 p. (ISBN 978-2-8904-5833-8); 2004
  • Histoire de la Nouvelle-France, Montréal, Fides :
    • Volume I : Les Vaines Tentatives, 1524-1603, 1965
    • Volume II : Le Comptoir, 1604-1627, 1971 (Prix du Gouverneur général, 1966)
    • Volume III : La seigneurie des Cent-Associés, 1627-1663 :
      • Tome I : Les évènements, 1979
      • Tome II : La société, 1983 (Prix Macdonald, 1984)
    • Volume X : Le régime militaire et la disparition de la Nouvelle-France, 1759-1964, Montréal, Fides, 1999
  • Histoire du Canada par les textes, Montréal ; Paris, Fides, 1952
  • Histoire du Canada par les textes : tome 1 : (1534-1854), Montréal, Fides, 1965
  • Initiation à la Nouvelle-France : histoire et institutions, Montréal, Éditions HRW, 1971
  • Jacques Cartier, Montréal, Fides 1968
  • La carte de Champlain en 1632 : ses sources et son originalité, [s.l.s.n.], 1978
  • La Nouvelle-France par les textes : les cadres de vie, Montréal, Hurtubise HMH, collection Cahiers du Québec : Histoire, 2003, 440 p. (ISBN 978-2-8942-8633-3)
  • La Population du Canada en 1663, Montréal, Fides, 1973
  • La Population du Canada en 1666 : recensement reconstitué, Sillery, Septentrion, 1995
  • La Présence des noirs dans la société québécoise d'hier et d’aujourd'hui, Montréal Ministère des affaires internationales, de l'immigration et des communautés culturelles, 1995
  • La Révolution américaine : pourquoi la France refuse le Canada, 1775-1783, Sillery, Boréal Express, 1976, 292 p. (ISBN 978-0-8850-3054-5)
  • La Seigneurie de la Compagnie des Indes occidentales, 1663-1674, Saint-Laurent, Fides, 1997
  • La Seigneurie des Cent-Associés, 1627-1663, Montréal, Fides, 1979-1983
  • L'Affaire Jumonville, Québec, Presses Universitaires Laval, 1953.
    • The Jumonville Affair, Pennsylvania Historical and Museum Commission, 1954.
  • Le Canada et la révolution américaine 1774-1789, Québec, Presses Universitaires Laval, 1952
  • Le Québec de 1663, Québec, Société historique de Québec, 1972
  • Le régime militaire dans le gouvernement des Trois-Rivières, 1760-1764, Trois-Rivières, Éditions du bien public, 1952
  • Le régime seigneurial / The Seigneurial Regime, Ottawa, Société historique du Canada / The Canadian Historical Association, 1956, réédition en 1971 (éditions bilingues)
  • Le Séminaire de Québec sous le régime militaire, 1759-1764, Québec : [s.n.], 1954
  • Le Terrier du Saint-Laurent en 1663, Ottawa, Éditions de l'Université d'Ottawa, 1973
  • Le Terrier du Saint-Laurent en 1674, Montréal, Éditions du Méridien, 1998
  • L'Église canadienne sous le Régime militaire, 1759-1764, Montréal, Institut d'histoire de l'Amérique française, collection Les études, Volume I : Les problèmes, 1956; Volume II : Les institutions, 1957
  • Les communautés de femmes sous le régime militaire, 1759-1764, Montréal, Institut d'histoire de l'Amérique française, collection Les études, 1956
  • Les débuts du régime seigneurial au Canada, Montréal, Fides, 1974
  • Les écolières des Ursulines de Québec, 1639-1686 : Amérindiennes et Canadiennes, Montréal, Hurtubise-HMH, collection Cahiers du Québec : Histoire, 1999, 440 p. (ISBN 978-2-8942-8355-4)
  • Les mythes et la réalité de notre histoire du Québec, Saint-Laurent, Éditions du Club Québec loisirs 2003, 2001
  • L'esclavage au Canada français ; histoire et conditions de l'esclavage, Québec, Presses universitaires Laval, 1960
  • L'esclavage au Canada français, Montréal, Éditions de l'Horizon, 1960 (édition abrégée)
  • Lettres du Bas-Canada, Montréal, L'Immaculée-Conception, 1950
  • L'histoire du Canada ; enquête sur les manuels, Ottawa, Imprimeur de la reine, 1969
  • L'influence de Voltaire au Canada, Montréal, Fides, 1945
  • Louis XVI, le Congrès américain et le Canada, 1774-1789, Québec, Éditions du Quartier latin, 1949
  • Mémoires d'un autre siècle, Montréal, Boréal, 1987, 320 p. (ISBN 978-2-8905-2207-7) (Prix du Gouverneur général, 1987)
  • Montréal : la formation d'une société, 1642-1663, Montréal, Fides, 1976
  • Mythes et réalités dans l'histoire du Québec, Montréal, Hurtubise HMH, collection Cahiers du Québec : Histoire :
  • Saint-Narcisse-de-Champlain : au pays de la Batiscan, Saint-Narcisse, Mairie de Saint-Narcisse, 2001
  • Vézine : roman, Montréal, Fides, 1946

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Marcel Trudel, Chevalier (1985) », Ordre national du Québec (www.ordre-national.gouv.qc.ca) (consulté le 12 janvier 2011).
  2. a et b « TRUDEL, Marcel (notice nécrologique) », La Presse, Montréal (necrologie.cyberpresse.ca), (consulté le 12 janvier 2011).
  3. Jean-François Nadeau, « L'historien Marcel Trudel est mort », Le Devoir,
  4. Marcel Trudel et Mathieu d'Avignon, Connaître pour le plaisir de connaître : Entretien avec l'historien Marcel Trudel sur la science historique et le métier d'historien au Québec XVIIe – XXe siècle : 1650-2005, Québec, Canada, Les Presses de l'Université Laval, . (ISBN 2763782299 et 9782763782294).
  5. Louis Cornellier, « La vérité selon l’historien Marcel Trudel », Le Devoir (reproduit sur www.vigile.net), (consulté le 12 janvier 2011).
  6. « Marcel Trudel, Prix Léon-Gérin (2001) », Prix du Québec (www.prixduquebec.gouv.qc.ca) (consulté le 12 janvier 2011).
  7. « Marcel Trudel, Grand officier (2004) », Secrétariat de l'Ordre national du Québec (www.ordre-national.gouv.qc.ca) (consulté le 11 janvier 2011).
  8. « Remise de l’Ordre National du Mérite à M. Marcel Trudel (23 sept. 2005) », Consulat général de France à Québec (www.consulfrance-quebec.org) (consulté le 11 janvier 2011).
  9. « Marcel Trudel, officier (1971), puis compagnon (2008) de l'[[ordre du Canada]] », Gouverneur général du Canada (gg.ca) (consulté le 12 janvier 2011).