Nnedi Okorafor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nnedi Okorafor
Description de cette image, également commentée ci-après
Nnedi Okorafor en 2017
Nom de naissance Nnedimma Nkemdili Okorafor
Alias
Nnedi Okorafor-Mbachu
Naissance (43 ans)
Cincinnati, Ohio, Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Anglais américain
Genres

Œuvres principales

  • Qui a peur de la mort ?

Nnedimma Nkemdili Okorafor, née le à Cincinnati en Ohio et d'origine nigériane, est une romancière américaine de science-fiction et de fantasy. Pour la publication de ses livres, elle utilise les noms Nnedi Okorafor et Nnedi Okorafor-Mbachu. Elle a obtenu le prix World Fantasy du meilleur roman en 2011 pour Who Fears Death.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est née le 8 avril 1974 aux États-Unis, dans l’Ohio, de parents igbos nigérians. Très jeune, elle a l'occasion de voyager au Nigeria. Durant ses études secondaires à Flossmoor, dans l'Illinois, elle devient comme ses sœurs une jeune athlète, se distinguant notamment en tennis, tout en menant des études scientifiques. Après un diagnostic de scoliose et la chirurgie qui en a résulté pour le résoudre, sa carrière sportive étudiante d'Okorafor est entravée avec sa capacité à marcher. C'est à ce moment-là qu'elle se passionne pour l'écriture[1],[2].

En 2001, elle est un diplômée de l'Atelier Clarion Writers (Clarion Workshop), à Lansing, dans le Michigan, et détient un doctorat en anglais de l'université de l'Illinois à Chicago. Elle devient professeur associée en littérature et écriture créative à l’université de Buffalo, dans l’État de New-York, tout en se consacrant à l'écriture d'ouvrages de science-fiction, interrogeant à travers ses publications les questions de genre et de race et explorant un continent africain dépeint comme un laboratoire d’innovations technologiques aux prises avec les traditions culturelles ancestrales[3]. Après plusieurs oeuvres pour adolescents dans les années 2000, elle obtient dès 2010 le prix World Fantasy du meilleur roman pour Who Fears Death, se déroulant dans une Afrique subsaharienne post-apocalyptique[4].

En 2011, elle revient à ses lecteurs plus jeunes avec Akata Witch (Viking/Penguin), nommé au Andre Norton Award. L'oeuvre figure également dans la sélection Amelia Bloomer Project de l'American Library Association, sélection honorant les publications pour la jeunesse incluant des thèmes féministes. Sa nouvelle Lagoon est finaliste du prix British Science Fiction. En 2013, les éditions Panini publient une traduction française de Who Fears Death, Qui a peur de la mort ?. La couverture de cette version française est réalisée par l'artiste sud-africain Joey Hi-Fi. Le roman obtient le prix Imaginales du meilleur roman étranger 2014[5] et est nommé pour le grand prix de l'Imaginaire du meilleur roman étranger 2014, ainsi que pour la meilleure couverture. Elle est également adaptée en bande dessinée et pour la télévision[6].

Binti, autre nouvelle de science-fiction publiée en 2015, obtient en 2016 le Prix Nebula et le Prix Hugo[7],[8].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Série Akata Witch[modifier | modifier le code]

  1. (en) Akata Witch, 2011
  2. (en) Akata Warrior, 2017

Série Qui a peur de la mort ?[modifier | modifier le code]

  1. Qui a peur de la mort ?, Panini, coll. Éclipse, 2013 ((en) Who Fears Death, 2010)
    Réédition ActuSF, coll. « Perles d'Épice », 2017
  2. (en) The Book of Phoenix, 2015

Série Binti[modifier | modifier le code]

  1. (en) Binti, 2015
  2. (en) Binti: Home, 2017

Romans indépendants[modifier | modifier le code]

  • (en) Zahrah the Windseeker, 2005
  • (en) The Shadow Speaker, 2007
  • (en) Long Juju Man, 2009
  • (en) Iridessa and the Secret of the Never Mine, 2012
  • (en) Lagoon, 2014

Recueils de nouvelles[modifier | modifier le code]

  • (en) Kabu Kabu, 2013
  • La fille aux mains magiques, Coliopod (audio), 2017 ((en) The girl with magic hands, 2013)[9]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Adam Morgan, « Is Nnedi Okorafor the Next George R.R. Martin? », Chicago Mag,‎ (lire en ligne)
  2. (en) Rich Strom, « 3 Sisters Have H-f Dreaming Of A Tennis Title », The Chicago Tribune,‎ (lire en ligne)
  3. Katia Touré, « Série TV : l’afrofuturisme de Nnedi Okorafor débarque sur HB », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne)
  4. (en) Alison Flood, « World Fantasy award goes to Nnedi Okorafor », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  5. « Le prix Imaginales 2014 : les gagnants ! », sur Elbakin.net (consulté le 15 mai 2014)
  6. (en) Eliza Anyangwe, « ‘So many different types of strange’: how Nnedi Okorafor is changing the face of sci-fi », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  7. (en) « 2015 Nebula Awards Winners », Locus online,‎ (lire en ligne)
  8. (en) David, « Hugo awards see off rightwing protests to celebrate diverse authors », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  9. « Épisode 006 La fille aux mains magiques de Nnedi Okorafor 1er partie – Coliopod », sur coliopod.com (consulté le 30 août 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :