Samuel R. Delany

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Delany.

Samuel R. Delany

Description de l'image  DelanyKC.jpg.
Nom de naissance Samuel Ray "Chip" Delany, Jr.
Autres noms Samuel Delany
Activités Romancier, nouvelliste, critique, professeur, éditeur
Naissance (72 ans)
New York, État de New York, Drapeau des États-Unis États-Unis
Langue d'écriture Anglais américain
Genres Science-fiction
Distinctions Prix Hugo
Prix Nebula
Prix Damon Knight Memorial Grand Master
Science Fiction Hall of Fame

Œuvres principales

Samuel Ray Delany Junior, né le à New York aux États-Unis, est un critique et un romancier de science-fiction d'origine afro-américaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans une famille de la bourgeoisie noire de Harlem d'un père qui était propriétaire d'une entreprise de pompes funèbres, il épouse à l'âge de dix-huit ans la poétesse Marilyn Hacker, qui a le même âge. Ils ont une fille et divorcent en 1979. Dans son autobiographie de 1988, The Motion of Light in Water, Delany ne cache pas qu'il préfère les relations sexuelles avec les hommes. Hacker et lui sont désormais connus comme militants homosexuels.

Il publie son premier roman à l'âge de vingt ans et obtient rapidement plusieurs récompenses littéraires : le prix Nebula pendant deux années consécutives, en 1966 pour Babel 17 et en 1967 pour l'Intersection Einstein ; le prix Hugo en 1970 pour l'une de ses nouvelles, Le temps considéré comme une hélice de pierres semi-précieuses. Il est alors unanimement présenté comme l'un des meilleurs espoirs de la nouvelle science-fiction américaine. Il rend hommage à des auteurs comme Theodore Sturgeon et Robert Heinlein.

Il se détourne néanmoins peu à peu de la science-fiction pour se consacrer à une carrière universitaire. Il enseigne l'écriture à de jeunes auteurs, d'où sortira Vonda McIntyre. Il publie encore quelques œuvres mineures, notamment une incursion dans le domaine de la science fiction pornographique en 1973 avec Vice-versa (éd. Champ libre), qui est pour lui l'occasion d'affirmer sa bisexualité.

Il accomplit son retour en 1975 avec Dhalgren et montre le résultat de ses recherches formelles. Retour confirmé avec Triton puis Stars in my Pocket like Grains of Sand (1984). Il poursuit parallèlement un cycle de fantasy, Nevèrÿon (1979-1987). Il se dit alors plus proche d'auteurs comme Joanna Russ ou Ursula K. Le Guin.

Dès 1977, il publie des essais sur la science-fiction, comme The Jewel-Hinged Jaw, et plusieurs recueils d'articles sur la paralittérature ou les queer studies. Il devient titulaire d'une chaire de littérature comparée à l'université du Massachusetts en 1988. Depuis 2001, il enseigne à l'université Temple de Philadelphie (Pennsylvanie).

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • Les joyaux d'Aptor (The jewels of Aptor, 1962) - Galaxie-bis no 41, 1975
  • Cycle La chute des tours :
  • # Prisonniers de la flamme (Captives of the flame, 1962)
  • # Les tours de Toron (The towers of Toron, 1964)
  • # La cité des mille soleils (City of a thousand suns, 1965)
  • Étoile impériale (Empire star, 1965)
  • La ballade de Bêta-2 (The ballad of Beta-2, 1965)
  • Babel 17 (Babel 17, 1966)
  • l'Intersection Einstein (The Einstein intersection, 1967)
  • Dhalgren, 1975
  • Nova, J'ai lu no 760, 1977 (Nova, 1968)
  • Vice versa, Champ libre, coll. "Chute libre", 1975 (The tides of lust, 1973)
  • Triton (Triton, 1976)
  • Empire, avec Howard Chaykin, un "roman visuel", 1978.
  • Stars in My Pocket Like Grains of Sand, 1984
  • They Fly at Çiron, 1993
  • The Mad Man, 1994
  • Hogg, Désordres / Laurent Vialet, 2006 (Hogg, 1995)
  • Phallos (novella), 2004
  • Dark Reflections, 2007
  • Through the Valley of the Nest of Spiders, 2011

Nouvelles[modifier | modifier le code]

  • …et pour toujours Gomorrhe (1967, Aye and Gomorrah), Chants de l'espace, Bragelonne, Science-fiction no 23, 2008 et sous le titre Ouais, et Gomorrhe, Dangereuses visions (tome 2), J'ai lu, Science-fiction no 627, 1976
  • Corona (1967, Corona), OPTA, Revue Fiction no 191, 1969.
  • Opalines (1967, Driftglass), OPTA, Revue Galaxie no 50, 1968.
  • La fosse aux étoiles (1967, The star pit), la Fosse aux étoiles/Aztèques, Denoël, Coll. Etoiles doubles no 9, 1984.
  • Cage de Cuivre (1968, Cage of brass), OPTA, Revue Galaxie no 69, 1970.
  • La grande barre (1968, High weir), OPTA, Revue Galaxie no 76, 1970.
  • Les anges aux figures sales (1968, Lines of power), OPTA, Revue Fiction no 268, 1976.
  • Du pouvoir des clous (1968, The power of the nails) (avec Harlan Ellison), La chanson du Zombie, Les Humanoïdes associés, Coll. Harlan Ellison no 4, 1980.
  • Le temps considéré comme une hélice de pierres semi-précieuses (1969, Time considered as a helix of semi-precious stones), La frontière avenir - Anthologie de la science-fiction américaine d'aujourd'hui, Seghers, Constellations, 1975.
  • Tu ne tueras point (1971, They fly at Ciron), OPTA, Revue Fiction no 219 et 220, 1972.

Recueil de nouvelles[modifier | modifier le code]

  • Les contes de Neverÿon (Tales of Neverÿon, 1979)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles Platt, « Interview de Samuel Delany », Univers 1981, Paris, J'ai lu, 1981.
  • Jeffrey A. Tucker, A Sense of Wonder: Samuel R. Delany, Race, Identity, and Difference, Wesleyan University Press, 2004.
  • Carl Freedman, Conversations With Samuel R. Delany, University Press of Mississippi, 2010.

Lien externe[modifier | modifier le code]