Littérature anglaise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La littérature anglaise est la littérature qui a été écrite en majeure partie en Angleterre en anglais, à la différence de la littérature écossaise (en anglais, en écossais ou en scots), la littérature galloise (en anglais ou en gallois), la littérature irlandaise (en anglais, en irlandais ou en scots) et la littérature américaine.

En anglais, le terme English literature ("littérature anglaise") indique toute la littérature qui a été écrite en langue anglaise, qu'elle soit de l'Angleterre ou non. (La littérature de l'Angleterre est dénommée the literature of England.)

Courants littéraires[modifier | modifier le code]

Le premier monument littéraire anglais est le Beowulf qui raconte la lutte entre un guerrier d'une tribu germanique et des êtres monstrueux.

L'introduction de la langue normande en Angleterre au XIe siècle a apporté l'influence de la chanson de geste et la littérature romane. Enrichie par ces modèles, la littérature anglaise a repris son essor au XIVe siècle.

Les Contes de Canterbury de Geoffrey Chaucer est le premier chef-d'œuvre de la langue anglaise.

Au XVIe siècle, Philip Sidney a popularisé le sonnet et Christopher Marlowe, William Shakespeare et leurs contemporains ont fondé le théâtre anglais, tradition reprise en 1660 à la restauration des Stuarts.

Parmi les premiers romans anglais : Pilgrim's Progress de John Bunyan et Robinson Crusoé de Daniel Defoe. La Restauration anglaise, avec l'avènement de Charles II d'Angleterre, est propice à un foisonnement littéraire sans précédent (Voir Littérature de la Restauration anglaise).

Romantiques[modifier | modifier le code]

En Angleterre, les romantiques se divisent en deux écoles.

Les premiers, qui comptent entre autres Samuel Taylor Coleridge (17721834) et William Wordsworth (17701850) sont surnommés les Lakistes. Leur surnom vient de leur passion à chanter les louanges des paysages de l'Angleterre du nord, particulièrement les lacs.

Les seconds ou les Poètes Maudits s'affirment contre la société. Ils comptent non seulement des poètes tels John Keats (17951821) ou Lord Byron (17881824) mais également des écrivains prosateurs comme Mary Shelley (17971851) et les sœurs Brontë. Les Poètes Maudits sont à rapprocher de la première phase française, à l'exemple de Manfred, le héros de Lord Byron dans le roman du même nom en 1817, un romantique au destin maudit.

Postmodernistes[modifier | modifier le code]

Période très pessimiste après la Seconde Guerre mondiale

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :