Stella Gibbons

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gibbons (homonymie).
Stella Gibbons
Description de cette image, également commentée ci-après
Encre de Stella Gibbons
Naissance
Londres, Angleterre
Décès (à 87 ans)
Londres, Angleterre
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture (en)
Genres

Œuvres principales

La Ferme de froid accueil


Stella Gibbons est une romancière et poétesse britannique née à Londres le et morte dans cette même ville le , elle est enterrée au cimetière de Highgate[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1921, elle s'inscrit à des cours de journalisme à l'University College de Londres. Elle commence à publier des poèmes et des nouvelles dans le magazine étudiant de l'université. Elle obtient son diplôme en 1923.

Elle travaille un temps pour une agence de presse où elle doit décoder des câbles d'outre-mer et réécrire le texte en anglais. Elle séjourne en France en 1924 et en Suisse en 1925.

Dans les derniers mois de 1926, elle est embauché comme secrétaire au Evening Standard. En septembre 1927, elle publie dans la revue littéraire The Criterion, dirigée par T. S. Eliot le poème The Giraffes qui reçoit des critiques élogieuses de Virginia Woolf. Dès lors, les publications de poèmes et de nouvelles se multiplient et Stella Gibbons démissionne du Evening Standard en 1930.

Elle obtient un gros succès critique et public avec la publication en 1932 de son premier roman La Ferme de cousine Judith (Cold Comfort Farm), une satire du milieu rural britannique. Sa production romanesque, où l'humour et la satire sont récurrents, s'intensifie alors au détriment de ses textes poétiques.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • Cold Comfort Farm (1932) - Prix Fémina-Vie Heureuse Anglais 1934
    Publié en français sous le titre La Ferme de froid accueil, traduit par Iris Catella et Marie-Thérèse Baudron, Paris, Éditions Julliard, 1946, 276 p. (notice BnF no FRBNF32163220)[2] ; réédition sous le titre La Ferme de cousine Judith, Paris, Éditions France Loisir, 2015 (ISBN 978-2-298-10332-8)
  • Bassett (1934)
  • Enbury Heath (1935)
  • Miss Linsey and Pa (1936)
  • Nightingale Wood (1938)
    Publié en français sous le titre Le Bois du Rossignol, traduit par Philippe Giraudon, Paris, Éditions Héloïse d’Ormesson, 2013 (ISBN 978-2-35087-240-7)
  • My American (1939)
  • The Rich House (1941)
  • Ticky (1943)
  • The Bachelor (1944)
    Publié en français sous le titre Le Célibataire, traduit par Philippe Giraudon, Paris, Éditions Héloïse d’Ormesson, 2016 (ISBN 978-2-35087-352-7)
  • Westwood, or The Gentle Powers (1946)
    Publié en français sous le titre Westwood, traduit par Philippe Giraudon, Paris, Éditions Héloïse d’Ormesson, 2014 (ISBN 978-2-35087-291-9)
  • The Matchmaker (1949)
    Publié en français sous le titre J’adore les mariages, traduit par Marie Tadié, Paris, Éditions Julliard, 1948, 263 p. (notice BnF no FRBNF32163221)
  • Conference at Cold Comfort Farm (1949)
  • The Swiss Summer (1951)
  • Fort of the Bear (1953)
  • The Shadow of a Sorcerer (1955)
  • Here Be Dragons (1956)
  • White Sand and Grey Sand (1958)
  • A Pink Front Door (1959)
  • The Weather at Tregulla (1962)
  • The Wolves Were in the Sledge (1964)
  • The Charmers (1965)
  • Starlight (1967)
  • The Snow Woman (1968)
  • The Woods in Winter (1970)
  • Pure Juliet (2016), aussi paru sous le titre An Alpha
  • The Yellow Houses (2016)

Littérature d'enfance et de jeunesse[modifier | modifier le code]

  • The Untidy Gnome (1935)

Recueils de nouvelles[modifier | modifier le code]

  • Roaring Tower and other stories (1937)
  • Christmas at Cold Comfort Farm and other stories (1940)
  • Beside the Pearly Water (1954)

Poésie[modifier | modifier le code]

  • The Mountain Beast (1930)
  • The Priestess and other poems (1934)
  • The Lowland Venus (1938)
  • Collected Poems (1950)

Adaptation télévisée[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) - Find A Grave, consulté le 21 novembre 2019
  2. Rachel Cooke, « Stella Gibbons: Cold Comfort Farm was just the beginning », sur the Guardian, (consulté le 26 septembre 2013)

Liens externes[modifier | modifier le code]