Margaret Laurence

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Margaret Laurence
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 60 ans)
SelwynVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Distinctions
Prix du Gouverneur général : romans et nouvelles de langue anglaise ()
Prix du Gouverneur général : romans et nouvelles de langue anglaise ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Liste détaillée
Compagnon de l’Ordre du Canada
Prix du Gouverneur général : romans et nouvelles de langue anglaise ( et )
Prix Molson ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Archives conservées par
Clara Thomas Archives and Special Collections (d) (F0341)
Clara Thomas Archives and Special Collections (d) (F0350)Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres principales
The Diviners (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Margaret Laurence Grave Neepawa.jpg
Vue de la sépulture.

Margaret Laurence (née Jean Margaret "Peggy" Wemyss le à Neepawa, Manitoba, Canada - , Canada) est une écrivaine canadienne de langue anglaise[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père était Robert Harrison Wemyss, avocat, et sa mère Verna Jean Simpson. Sa mère décède alors qu'elle n'a que 4 ans (1930) et son père se remarie alors avec la sœur de cette dernière, Margaret Campbell Simpson, professeur, puis bibliothécaire. Son père meurt cinq ans après sa mère (1935).

Peggy, fortement encouragée vers l'écriture par sa belle-mère, commence alors par écrire des articles pour le Black and Gold, journal du Neepawa Collegiate. Elle a environ 15 ans.

Diplômée de l'école secondaire (High School en anglais) en 1944, elle entame alors un Bachelor of Arts à l'actuelle University of Winnipeg, B.A. qu'elle obtient en 1947.

Elle épouse John Fergus Laurence, le , à l'église de Neepawa. Elle passe quelque temps en Afrique et Angleterre avant son retour au Canada.

Son œuvre explore les thèmes de la place de l'individu, surtout la femme, dans la société canadienne-anglaise. Plusieurs de ses romans sont liés au village imaginaire de Manawaka au Manitoba, bien que les personnages se trouvent éparpillés de Vancouver (The Fire Dwellers) à l'Ontario (The Diviners).

Atteinte d'un cancer du poumon elle se suicide dans sa maison le .

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Presse Canadienne, « Margaret Laurence succombe à un cancer », La Presse,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]