Alice Munro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Munro (homonymie).
Alice Munro
Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait d'Alice Munro par Andreas Vartdal

Nom de naissance Alice Ann Laidlaw
Naissance (86 ans)
Wingham, Ontario, Drapeau du Canada Canada
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Anglais canadien
Genres

Alice Munro, née Alice Ann Laidlaw le à Wingham (Ontario, Canada), est une écrivaine canadienne de langue anglaise.

Elle écrit principalement des nouvelles, parfois liées entre elles et centrées autour de personnages féminins, dans l'Ontario ou la Colombie-Britannique des années 1940 à aujourd'hui. Favorite depuis plusieurs années au prix Nobel de littérature selon la critique littéraire[1], elle reçoit cette récompense le pour être « la souveraine de l’art de la nouvelle contemporaine », comme l'explique l'Académie suédoise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alice Munro est née à Wingham, petite ville du comté de Huron, sur la rive sud-est du lac Huron dans l'Ontario. Son père dirigeait un élevage (de renards[2] ou de visons[3]), sa mère était institutrice. Elle publie sa première nouvelle en 1950, alors qu'elle est étudiante à l'University of Western Ontario et gagne sa vie en travaillant comme serveuse ou bibliothécaire. Elle quitte l'université en 1951 pour épouser James Munro et s'installer avec lui à Vancouver, en Colombie-Britannique. Le couple tient une librairie à Victoria à partir de 1963 et a quatre filles (dont la deuxième meurt à sa naissance)[2].

C'est en 1968 qu'elle publie son premier recueil de nouvelles, La Danse des ombres heureuses, qui obtient le prix du Gouverneur général, la plus haute distinction littéraire canadienne. Suit en 1971 Lives of Girls and Women, un recueil de nouvelles où le personnage principal est récurrent. Divorcée en 1972, Alice Munro rentre en l'Ontario où elle épouse en 1976 le géographe Gerald Fremlin, mort en avril 2013[2], et vit depuis à Clinton, non loin de sa ville natale[4].

Elle se fait connaître d'un large public grâce à la publication de ses nouvelles dans des magazines comme The New Yorker et The Atlantic Monthly[5],[6].

Sa nouvelle L'Ours traversa la montagne, qui évoque la maladie d'Alzheimer, a été adaptée au cinéma en 2006 par Sarah Polley sous le titre Loin d'elle (Away from Her), avec Julie Christie qui est nommée à l'Oscar de la meilleure actrice pour ce rôle[5]. En 2016, le cinéaste espagnol Pedro Almodóvar s'inspire de la trame de trois de ses nouvelles, présentes dans le recueil Fugitives (Hasard, Bientôt et Silence) dans le film Julieta, prénom hispanisé de la protagoniste des trois récits.

Faisant, depuis longtemps, figure de favorite pour le prix Nobel de littérature, elle devient, en 2013, le premier écrivain canadien et la treizième femme de lettres à recevoir cette récompense. Elle est par ailleurs le premier auteur essentiellement nouvelliste à être distingué par ce prix[7].

Analyse de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Couronnée par de nombreux prix au cours de sa carrière, Alice Munro est l'auteur de quatorze recueils de nouvelles et d'un unique roman, traduits et vendus dans le monde entier[3]. Ses nouvelles, caractérisées par la présence d'un narrateur extérieur qui explique le sens des événements, se situent souvent dans la campagne de l'Ontario, dépeinte avec une extrême minutie[7]. Un grand nombre de ses personnages sont d'origine écossaise et irlandaise. Les protagonistes de ses nouvelles sont des gens ordinaires et essentiellement des femmes dont elle sonde les états d'âme, les rêveries, les névroses et la cruauté du destin dans une écriture nuancée, concise et imagée[3],[8].

Son style littéraire a souvent été comparé à celui d'Anton Tchekhov pour sa profondeur, son art de la description et sa manière de mettre l'intrigue au second plan afin de privilégier l'étude psychologique des personnages[3],[7],[6].

Alice Munro est par ailleurs reconnue pour son sens exceptionnel de la construction, son lyrisme et sa manière de se centrer sur les détails anodins et les petits riens de la vie d'individus dont elle tire une réflexion douce-amère sur l'existence[9]. Privilégiant une apparente simplicité, son œuvre cherche une vérité universelle dans l'exploration de l'infime et du quotidien ; un point de vue qui a inspiré Pedro Almodóvar pour le film Julieta avec toutefois une dimension plus romanesque et mélodramatique[10],[11].

Selon le comité Nobel, « Alice Munro est appréciée pour son art subtil de la nouvelle, empreint d’un style clair et de réalisme psychologique »[7].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Recueils de nouvelles[modifier | modifier le code]

  • 1968 : Dance of the Happy Shades - Prix du Gouverneur général 1968
    Publié en français sous le titre La Danse des ombres, traduit par Colette Tonge, Montréal, Québec Amérique, 1979
    Publié en français sous le titre La Danse des ombres heureuses, traduit par Geneviève Doze, Paris, Payot & Rivages, coll. « Littérature étrangère », 2002 ; réédition, Paris, Payot & Rivages coll. « Rivages poche. Bibliothèque étrangère » no 483, 2004 (ISBN 2-7436-1334-3)
  • 1971 : Lives of Girls and Women
  • 1974 : Something I've Been Meaning to Tell You
  • 1978 : Who Do You Think You Are? - Prix du Gouverneur général 1978
    Publié en français sous le titre Pour qui te prends-tu ?, traduit par Colette Tonge, Montréal, Québec Amérique, coll. « Littérature d'Amérique », 1981
  • 1982 : The Moons of Jupiter
    Publié en français sous le titre Les Lunes de Jupiter, traduit par Colette Tonge, Paris, Albin Michel, coll. « Les grandes traductions », 1989 ; réédition, Paris, Payot & Rivages coll. « Rivages poche. Bibliothèque étrangère » no 147, 1995 ; réédition, Paris, Points no P3021, 2013 (ISBN 978-2-7578-3369-8)
  • 1986 : The Progress of Love - Prix du Gouverneur général 1986
    Publié en français sous le titre Miles City, Montana, traduit par Florence Petry et Jean-Pierre Ricard, Paris, Éditions DeuxTemps Tierce, coll. « Deuxtemps » no 13, 1991 (ISBN 2-903144-70-2)
  • 1990 : Friend of My Youth
    Publié en français sous le titre Amie de ma jeunesse, traduit par Marie-Odile Fortier-Masek, Paris, Albin Michel, coll. « Les grandes traductions », 1992 ; réédition, Paris, Payot & Rivages coll. « Rivages poche. Bibliothèque étrangère » no 198, 1996 ; réédition, Paris, Points no P3212, 2013 (ISBN 978-2-7578-4119-8)
  • 1994 : Open Secrets
    Publié en français sous le titre Secrets de polichinelle, traduit par Céline Schwaller-Balaÿ, Paris, Rivages, coll. « Littérature étrangère », 1995 ; réédition, Paris, Payot & Rivages coll. « Rivages poche. Bibliothèque étrangère » no 328, 2001 (ISBN 2-7436-0750-5) ; réédition, Paris, Points no P2874, 2012 (ISBN 978-2-7578-3081-9)
  • 1998 : The Love of a Good Woman - Giller Prize 1998
    Publié en français sous le titre L'Amour d'une honnête femme, traduit par Geneviève Doze, Paris, Payot & Rivages, coll. « Littérature étrangère », 2001 ; réédition, Paris, Payot & Rivages coll. « Rivages poche. Bibliothèque étrangère » no 416, 2003 (ISBN 2-7436-1089-1) ; réédition, Paris, Points coll. « Signatures » no P2873, 2012 (ISBN 978-2-7578-3018-5)[12]
  • 2001 : Hateship, Friendship, Courtship, Loveship, Marriage (aussi paru sous le titre Away From Her)
    Publié en français sous le titre Un peu, beaucoup, pas du tout, traduit par Geneviève Doze, coll. « Littérature étrangère », 2004 ; réédition, Paris, Payot & Rivages coll. « Rivages poche. Bibliothèque étrangère » no 555, 2006 (ISBN 978-2-7436-1593-2) - La dernière nouvelle du recueil, The Bear Came Over the Mountain (L'ours traversa la montagne), a été publiée à part à l'occasion de la sortie en 2006 du film Away from her (Loin d'elle, en français) de Sarah Polley, avec Julie Christie : Loin d'elle, traduit par Geneviève Doze, Paris, Payot & Rivages coll. « Rivages poche. Bibliothèque étrangère » no 571, 2007 (ISBN 978-2-7436-1674-8)
  • 2004 : Runaway - Giller Prize 2004
    Publié en français sous le titre Fugitives, traduit par Jacqueline Huet et Jean-Pierre Carasso, Paris, Éditions de l'Olivier / Montréal, Éditions du Boréal, 2008 ; réédition, Paris, Points no P2205, 2009 (ISBN 978-2-7578-1472-7) ; réédition, Montréal, Boréal, coll. « Boréal Compact » no 267, 2013 (ISBN 978-2-76462-314-5)
  • 2006 : The View from Castle Rock
    Publié en français sous le titre Du côté de Castle Rock, traduit par Jacqueline Huet et Jean-Pierre Carasso, Paris, Éditions de l'Olivier / Montréal, Éditions du Boréal, 2009 ; réédition, Paris, Points no P2441, 2010 (ISBN 978-2-7578-1945-6) ; réédition, Montréal, Boréal, coll. « Boréal Compact » no 268, 2013 (ISBN 978-2-76462-315-2)
  • 2009 : Too Much Happiness
    Publié en français sous le titre Trop de bonheur, traduit par Jacqueline Huet et Jean-Pierre Carasso, Paris, Éditions de l'Olivier, 2013 ; réédition, Paris, Points no P3286, 2014 (ISBN 978-2-7578-4328-4)
  • 2012 : Dear Life
    Publié en français sous le titre Rien que la vie, traduit par Jacqueline Huet et Jean-Pierre Carasso, Paris, Éditions de l'Olivier / Montréal, Éditions du Boréal, 2014 ; réédition, Paris, Points no P4181, 2015 (ISBN 978-2-7578-5322-1)

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Geneviève Brisac explique dans le Magazine littéraire d'août 2013 que l'annonce de sa victoire à Stockholm est sans doute imminente.
  2. a, b et c Françoise Dargent, « Prix Nobel de littérature: Alice Munro, une Canadienne à l'honneur », Le Figaro,
  3. a, b, c et d Florence Noiville, « Le prix Nobel de littérature est décerné à Alice Munro », Le Monde,
  4. (en) Sandra Martin, « The quiet Canadian: How Alice Munro conquered the literary », The Globe and Mail,
  5. a et b Dennis Duffy, « Alice Munro », sur L'Encyclopédie canadienne
  6. a et b « Le prix Nobel de littérature attribué à la Canadienne Alice Munro », Les Échos,
  7. a, b, c et d « Alice Munro reçoit le Nobel de littérature 2013 », AFP,
  8. « Alice Munro », sur Larousse.fr
  9. « Munro Alice (1931- ) », sur Universalis.fr
  10. « Interview de Pedro Almodovar sur son film « Julieta », inspiré de nouvelles d’Alice Munro », sur www.profession-spectacle.com,
  11. Louis Guichard, « Julieta de Pedro Almodóvar : la saisissante grâce de la gravité », Télérama,‎ (lire en ligne)
  12. Ce recueil comprend huit nouvelles: The Love of a Good Woman (L'Amour d'une honnête femme, nouvelle en 4 chapitres tournant autour de la mort mystérieuse de l'optométriste de la petite ville de Walley juste après la guerre dans l'Ontario et du personnage d'Enid, aide soignante qui s'occupe des derniers jours de Mrs Quinn), Jakarta (nouvelle en 4 chapitres et en plusieurs époques autour de deux jeunes femmes amies dans les années 50, Kath et Sonje, près de Vancouver), Cortes Island (jeune mariée, la narratrice habite au début des années 60 à Vancouver dans le sous-sol de la maison de Mr et Mrs Gorrie au caractère tyrannique), Save the Reaper (Sauvez le moissonneur, une femme reçoit sa fille et sa famille dans l'Ontario et arrive par hasard avec son petit-fils dans une ferme peuplée de personnages étranges), The Children Stay (Les Enfants restent, la rupture soudaine entre une jeune mère, Pauline, et son mari un été de vacances près de Vancouver dans les années 60), Rich as Stink (Riche à crever, Karin revient dans l'Ontario voir sa mère Rosemary et ses amis Derek et Ann), Before the Change (Avant le changement, la narratrice séjourne chez son père, un médecin qui pratique des avortements clandestins), My Mother's Dream (Le Rêve de ma mère, les premiers jours de la narratrice juste après la guerre entre sa mère, Jill, tout juste veuve, et sa possessive belle-sœur Iona).
  13. « La Monnaie royale canadienne dévoile une pièce de collection en argent qui rend hommage à Alice Munro, lauréate du prix Nobel de littérature 2013 », sur www.mint.ca (consulté le 27 juillet 2015)
  14. « Alice Munro | Postes Canada », sur www.canadapost.ca (consulté le 27 juillet 2015)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Harold Bloom (dir.), Alice Munro, Bloom's Literary Criticism, New York, NY, 2009, 210 p. (ISBN 9781604135879)
  • (en) Brad Hooper, The Fiction of Alice Munro : an appreciation, Praeger, Westport, Conn., London, 2008, 169 p. (ISBN 9780275991210)
  • (en) Carol Mazur et al., Alice Munro : An Annotated Bibliography of Works and Criticism, Scarecrow Press, , 472 p. (ISBN 978-0810859241)
  • (en) Robert Thacker, Alice Munro : Writing Her Lives: A Biography, McClelland & Stewart, , 603 p. (ISBN 9780771085147)
  • (en) Héliane Ventura (dir.), The Short Stories of Alice Munro, Presses de l'Université d'Angers, Angers, 2011, 217 p., N° spécial de : "Les cahiers de la nouvelle", ISSN 0294-0442, (2010) n°55, table de matières

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :