Mongane Wally Serote

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Mongane Wally Serote
Serote.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (76 ans)
SophiatownVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Université Columbia
School of the Arts de l'université Columbia (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinctions

Mongane Wally Serote (Johannesbourg, 1944 —) est un poète et écrivain sud-africain.

Il s'est impliqué dans la résistance politique au gouvernement d'apartheid en rejoignant le Congrès national africain. En 1969, il a été arrêté et détenu pendant plusieurs mois sans jugement. Il a ensuite passé plusieurs années en exil, travaillant au Botswana pour le département Arts et Culture de l'ANC, avant de retourner en Afrique du Sud en 1990.

Mongane Wally Serote est « peut-être le plus grand poète noir sud-africain de sa génération et, tout au long de sa carrière, sa poésie a toujours été une poésie politique, engagée et de libération ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Mongane Wally Serote naît à Sophiatown, un quartier Johannesbourg, en Afrique du Sud, le [1]. À cette époque, Sophiatown est un township multiculturel où la vie artistique est active ; mais l'apartheid survient et en 1955, Sophiatown est annexée par le gouvernement, qui la rase, la renomme Triomf et la transforme en quartier réservé aux Blancs, anéantissant la vie culturelle locale[2]. La famille Serote est ainsi déportée de force au township pauvre d'Alexandra[2],[3].

Serote étudie au lycée Sacred Heart, à Leribe (Lesotho), puis à la Morris Isaacson High School (en) à Soweto (au sud-ouest de Johannesbourg)[1]. Il vit à Alexandra une adolescence « désenchantée », et utilise l'écriture comme moyen de l'exprimer[4].

Action politique et emprisonnement[modifier | modifier le code]

Avant même la fin de son lycée, Serote s'implique dans la lutte politique contre l'apartheid et rejoint le Congrès national africain (ANC). Le parti est interdit en 1960, et le mouvement Black Consciousness prend le relais[3]. Celui-ci encourage les jeunes Noirs à rejeter les lois créées par le gouvernement de l'apartheid et l'idée selon laquelle les Noirs sont inférieurs aux Blancs. Séduit par ces idées, Serote rejoint le mouvement, mais est arrêté en vertu de la loi de 1967 sur le terrorisme[3],[5] — une loi en fait destinée à affaiblir les nombreux groupuscules anti-apartheid[3]. En conséquence, Serote est confiné dans une cellule individuelle pendant 9 mois ; il raconte cette expérience dans son poème Ofay-Watcher Looks Back, qui évoque la confusion et le sentiment d'injustice insoutenable de ceux qui sont arrêtés et emprisonnés sans justification[3],[4] :

As silent as plant bloom and the eye tells you: something has happened. I look at what happened When jails are becoming necessary homes for people Like death comes out of disease,I want to look at what happened

— Wally Serote, Ofay-Watcher Looks Back, dans Selected Poems[b 1].

« Aussi silencieux qu'une plante qui éclot et qu'un œil qui vous dit : quelque chose est arrivé. Je regarde ce qui est arrivé. Quand les prisons deviennent des foyers nécessaires pour les gens comme la mort qui sort d'une maladie, je veux regarder ce qui est arrivé »

À la suite de cette expérience, Serote commence à se consacrer à la poésie. À cette époque, les artistes et écrivains noirs avaient des difficultés à faire connaître leurs oeuvre au monde. Serote parvient cependant à publier son premier poème ainsi que des nouvelles dans The Classic, un magazine créé par le Sud-africain noir Ndazana Nathaniel Nakasa[4],[6]. Grâce à ses connexions au sein du Black Consciousness Movement, il travaille pour le comité culturel de la South African Students Organisation pour créer le South African Black Theatre[4],[7], dont les productions dénoncent les préjugés et les inégalités auxquelles font face les Noirs, dont il cherche à réveiller la conscience[3],[4],[8]:

White people are white people,
They are burning the world.
Black people are black people,
They are the fuel.
White people are white people,
They must learn to listen.
Black people are black people,
They must learn to talk

— Wally Serote, White People are White People, dans Yakhal'inkomo (1972)[b 2].

« Les Blancs sont les Blancs,

Ils sont en train de mettre le feu au monde.
Les Noirs sont les Noirs,
Ils sont l'essence.
Les Blancs sont les Blancs,
Ils doivent apprendre à écoute,
Les Noirs sont les Noirs,

Ils doivent apprendre à parler. »

La poésie de Mongane Wally Serote et des poètes sud-africains en général est « étouffante, déshumanisante » ; Florence Vaillant écrit dans l'introduction du recueil Poètes noirs de l'Afrique du Sud. Voix noires de l'Afrique blanche (Paris : Présence africaine, 1975) que la poésie noire sud-africaine en anglais est d'une rage amère contre le régime blanc, et use de sarcasme, de haine, dans une poésie de protestation ou de déclaration[9].

Premières publications et exil aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Mongane Wally Serote publie son premier recueil Yakhal'inkomo en 1972[b 2], qui reçoit un accueil contrasté : si les critiques littéraires sont mauvaises, qualifiant Serote de « poète protestataire », la communauté noire se sent très identifiée à celui qu'elle appelle désormais « le fils du peuple »[10], et il gagne le prix Ingrid-Jonker pour ce recueil[3].

En 1974, il publie Tsetlo, qui poursuit son travail de prise de conscience de la communauté noire, la première étape nécessaire pour l'émancipation des Noirs[10].

Dans l'œil du gouvernement, Serote s'exile aux États-Unis[3]. Il obtient la bourse Fulbright, ce qui lui permet d'étudier à l'université de ColumbiaNew York[3].

L'année suivante, Serote publie son troisième ouvrage intitulé No Baby Must Weep[b 3]. Il ne contient qu'un seul long poème autobiographique (60 pages) écrit dans la tradition des grands poètes du tiers monde — Pablo Neruda, Octavio Paz et Adonis — avec « un réalisme cinématographique harmonisant une gamme d’images ». Rassemblant les expériences du poète et l'expérience cumulative du peuple africain dans un langage lyrique soutenu, Serote veut croire à l'espoir au travers de la solidarité des masses africaines, qui « détiennent les outils de la libération en Afrique du Sud »[11]. Cette œuvre impacte positivement les Sud-Africains, mais il reste en exil[3].

Il étudie l'histoire du racisme et les autres luttes en Afrique (Guinée-Bissau, Mozambique, etc.) et produit son quatrième ouvrage, Behold Mama, Flowers[b 4], en 1978. Dédié à Steve Biko, tué en détention en 1977, le recueil contient son deuxième poème le plus long — qui porte le titre de l'ouvrage —, et onze autres. Il évoque le désespoir et la honte à la suite des ravages et des viols perpétrés contre le continent africain par les colons et les capitalistes[11]. Il explique aussi que l'histoire ne cesse de se répéter, et que les oppresseurs finissent par être battus par les opprimés : c'est à ces derniers de se battre, de différentes manières : certains avec les armes, d'autres en protestant pacifiquement, d'autres en chantant, en manifestant, etc.[6].

Serote obtient son diplôme de Master of Fine Arts à l'université de Columbia en 1979, et part aussitôt au Botswana[3].

Séjour au Botswana et affiliation à l'ANC[modifier | modifier le code]

Serote y rejoint le Medu Arts Ensemble[12], un groupe d'artistes sud-africains exilés au Botswana, puis, ayant reconnecté avec ses racines, le Congrès national africain (ANC)[3].

En 1981, Mongane Wally Serote publie son premier roman, To Every Birth Its Blood[b 5] (également publié à Londres en 1983), une tragédie historique ayant eu lieu à Alexandra et ayant mené aux conflits pour la libération nationale[6]. Selon Patel, ce roman est « un travail profond sur la liberté et la mort ; il renforce le double engagement de Mongane Serote en faveur de la libération et de la littérature, tout en le plaçant parmi les plus grands historiens des émotions en Afrique du Sud[6]. » L'année suivante, il publie The Night Keeps Winking[b 6], où l'on sent que le poète aussi bien que sa poésie subissent une transformation de la résistance en révolution. En 1987, Serote compose un roman en deux parties, A Tough Tale[b 7] : la première explore la quête de la lutte pour la libération et la deuxième annonce l'inéluctabilité de la liberté. Selon Patel, l'engagement poétique de l'écrivain mobilise son habileté créatrice et ses ressources au service de la révolution[13].

Tout au long des années 1980, la violence politique et civile est grande en Afrique du Sud. Des artistes, des musiciens et des écrivains jouent un rôle important pour mettre fin à l'apartheid en Afrique du Sud, et Mongane Wally Serote fait partie de ces créateurs inspirants[3]. Les Noirs parviennent à s'unifier pour s'opposer au gouvernement all-white d'apartheid, auquel la communauté internationale tourne enfin le dos. Sous la pression, le gouvernement autorise finalement l'ANC à revenir en Afrique du Sud en 1990 et à tenir des élections libres[3].

Retour au pays[modifier | modifier le code]

Serote rentre au pays en même temps que l'ANC, et devient le directeur du Département des arts et de la culture du parti, ainsi que membre du comité de sélection du gouvernement pour les arts et la culture[3].

En 1993, il gagne le prix Noma de la publication en Afrique pour Third World Express[b 8],[14].

Il devient le directeur général du Freedom Park (en), un site d'héritage national ouvert en 2007, à Pretoria, qui symbolise selon Serote le fait que les Sud-Africains ont fermé une page de leur histoire, mais ne l'ont pas oubliée[15].

Serote a par ailleurs fondé plusieurs ONG : iIKSSA Trust, dont il est le président, et IARI, dont il est le directeur général. En 2007, il reçoit la distinction de l'Ordre de l'Ikhamanga en Argent, avec la mention « Excellente contribution à la littérature, en particulier la poésie, et pour mettre ses talents artistiques au service de la démocratie en Afrique du Sud »[16].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Mongane Wally Serote est « peut-être le plus grand poète noir sud-africain de sa génération et, tout au long de sa carrière, sa poésie a toujours été une poésie politique, engagée et de libération[1] ».

Selon Essop Patel, « Mongane Wally Serote est l'un des poètes sud-africains les plus accomplis et les plus engagés. Il est profondément attaché à la culture des opprimés et des exploités, tout en étant activement engagé dans la défense des idéaux les plus élevés de la révolution. Le développement de la poésie de Serote est en effet en accord avec la dynamique de la lutte de libération contre l'apartheid. La poésie de Mongane Serote, ainsi que celle de ses contemporains, a été négligée de manière critique en dehors de l'Afrique du Sud. Les poèmes de Serote méritent une plus grande attention non seulement pour avoir anatomisé avec discernement les maladies socio-politiques impitoyablement infligées aux vies noires par une oligarchie raciste, mais également pour leur portée et leur qualité poétiques intrinsèques[2]. »

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Yakhal'inkomo, Johannesburg : Renoster (1972)[b 2]
  • Tsetlo, Johannesbourg : Donker (1974)[b 9]
  • No Baby Must Weep, Johannesbourg : Donker (1975)[b 3]
  • Behold Mama, Flowers, Johannesbourg : Donker (1978)[b 4]
  • The Night Keeps Winking, Gaborne, Botswana : Medu Art Ensemble (1982)[b 6]
  • A Tough Tale, Londres : Kliptown (1987)[b 7]
  • Third World Express, Cape Town : D. Philip (1992)[b 8]
  • Come and Hope With Me, Cape Town : D. Philip (1994)[b 10]
  • Freedom Lament and Song, Bellville : Mayibuye Books (1997)[b 11]
  • History is the Home Address, Roggebaai : Kwela (2004)[b 12]
Traduction en français
  • Alexandra, mon amour, ma colère (trad. Christine Abdelkrim-Delanne, Paris : Messidor, 1988)[b 13]
Anthologies individuelles
  • Selected Poems (dir. Mbulelo Vizikhungo Mzamane), Parklands : Donker (1994)[b 1]
  • Longer poems : Third world express, Come and hope with me, Bellville : Mayibuye Books (1997)[b 14]
Anthologies collectives
  • 120 nuances d'Afrique (dir. Bruno Doucey, Nimrod et Christian Poslaniec), Paris : Éditions Bruno Doucey (2017)[b 15]
  • The Penguin book of modern African poetry (dir. Gerald Moore, Ulli Beier), Londres, New York : Penguin Books (1998)[b 16]

Roman, fiction[modifier | modifier le code]

  • To Every Birth Its Blood, Johannesbourg : Ravan Press (1981)[b 5]
    • Rééd. Londres, Heinemann (1983) ; New York : Thunder's Mouth Press (1989)
  • Gods of Our Time, Randburg : Ravan Press (1999)[b 17]
  • Scatter the Ashes and Go (2006)[b 18]
  • Revelations, Auckland Park : Jacana (2010)[b 19]

Une nouvelle de Serote, The wheel is still in spin, est incluse dans Shebeen blues, d'Ananias Leki Dago (2010)[b 20].

Essai, autres[modifier | modifier le code]

  • On the Horizon, Fordsburg, Congress of South African Writers (1990)[b 21]
  • Hyenas, Florida Hills, South Africa : Vivlia (2000)[b 22]

Prix et reconnaissance[modifier | modifier le code]

  • Prix Ingrid-Jonker du meilleur premier recueil pour Yakhal'Inkomo, 1973
  • Prix Noma de la publication en Afrique pour Third World Express, 1993
  • Médaille de la contribution à la langue anglaise de l'Académie anglaise d'Afrique sur Sud, 2003
  • Médaille Pablo Néruda de l'écriture, 2004
  • Ordre de l'Ikhamanga en Argent, avec la mention « Excellent contribution to literature, with emphasis on poetry and for putting his artistic talents at the service of democracy in South Africa », 2007[16]
  • Third World Express est sélectionné pour faire partie des 100 Best Books of the Twentieth Century du Africa Book Centre, 2008
  • Couronne d'or aux Soirées poétiques de Struga, 2012[17]
  • National Poet Laureate Prize, 2018[18]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références bibliographiques des ouvrages dont il est l'auteur
  1. a et b (en) Mongane Wally Serote et Mbulelo Mzamane (dir.), Selected poems, Parklands, Donker, , 144 p. (ISBN 978-0-86852-166-4, OCLC 214931696).
  2. a b et c (en) Mongane Wally Serote, Yakhal'inkomo (cry of cattle at the slaughterhouse), Johannesbourg, Donker, , 62 p. (ISBN 978-0-86852-045-2, OCLC 495471194).
  3. a et b (en) Mongane Wally Serote, No Baby Must Weep, Johannesbourg, Donker, , 61 p. (ISBN 978-0-949937-20-9, OCLC 1074066009).
  4. a et b (en) Mongane Wally Serote, Behold Mama, Flowers, Johannesbourg, Donker, , 87 p. (ISBN 978-0-949937-51-3, OCLC 464633985).
  5. a et b (en) Mongane Wally Serote, To Every Birth Its Blood, Cambridge, ProQuest Information and Learning (eBook), (OCLC 434080996).
  6. a et b (en) Mongane Wally Serote, The Night Keeps Winking, Gaborone (Botswana), Medu Art Ensemble, , 30 p. (ISBN 978-0-904759-80-8, OCLC 17152468).
  7. a et b (en) Mongane Wally Serote, A Tough Tale, Londres, Klipton, , 48 p. (OCLC 12820911).
  8. a et b (en) Mongane Wally Serote, Third World Express, Cape Town, D. Philip, , 35 p. (ISBN 978-0-86486-240-2, OCLC 475354316).
  9. (en) Mongane Wally Serote, Tsetlo, Johannesbourg, Donker, , 64 p. (ISBN 978-0-949937-06-3, OCLC 463063530).
  10. (en) Mongane Wally Serote, Come and Hope With Me, Cape Town, D. Philip, , 28 p. (ISBN 978-0-86486-281-5, OCLC 32513727).
  11. (en) Mongane Wally Serote, Freedom Lament and Song, Bellville, Mayibuye Books, , 69 p. (ISBN 978-0-86486-350-8, OCLC 632247374).
  12. (en) Mongane Wally Serote, History is the Home Address, Roggebaai, Kwela, , 68 p. (ISBN 978-0-7957-0183-2, OCLC 637015251).
  13. Mongane Wally Serote (trad. Christine Abdelkrim-Delanne), Alexandra, mon amour, ma colère, Paris, Messidor, , 319 p. (ISBN 978-2-209-06089-4, OCLC 462013665).
  14. (en) Mongane Wally Serote, Longer Poems : Third World Express, Come and Hope with Me, Bellville, Cape Town, Mayibuye Books, David Philip Publishers, , 35 p. (ISBN 978-0-86486-351-5, OCLC 1017981413).
  15. Bruno Doucey (dir.), Nimrod (dir.) et Christian Poslaniec (dir.), 120 nuances d'Afrique, Paris, Éditions Bruno Doucey, , 281 p. (ISBN 978-2-36229-143-2, OCLC 973927418).
  16. (en) Gerald Moore (dir.) et Ulli Beier (dir.), The Penguin book of modern African poetry, Londres, New York, Penguin Books, , 448 p. (ISBN 978-0-14-042472-0, OCLC 40116224).
  17. (en) Mongane Wally Serote, Gods of our time, Randburg, Londres, Ravan, Global, , 281 p. (ISBN 978-0-86975-521-1, OCLC 924796621).
  18. (en) Mongane Wally Serote, Scatter the Ashes and Go, Braamfontein, Ravan, , 364 p. (ISBN 978-1-86917-004-2, OCLC 553689456).
  19. (en) Mongane Wally Serote, Revelations, Auckland Park, Jacana, , 246 p. (ISBN 978-1-77009-808-4, OCLC 731785101, lire en ligne).
  20. Ananias Leki Dago (trad. de l'anglais), Shebeen blues : nouvelle, Ivry-sur-Seine, Éd. Gang, , 110 p. (ISBN 978-2-918376-02-6, OCLC 762637538).
  21. (en) Mongane Wally Serote (préf. Raymond Suttner), On the horizon, Fordsburg (Afrique du Sud), Congress of South African Writers, , 132 p. (ISBN 978-0-9583064-3-0, OCLC 485671932).
  22. (en) Mongane Wally Serote, Hyenas, Florida Hills (Afrique du Sud), Vivlia, , 211 p. (ISBN 978-1-86867-362-9, OCLC 53444256).
Références
  1. a b et c (en) Aruna Srivastava, « Serote, Mongane Wally », sur encyclopedia.com (consulté le 14 mai 2019).
  2. a b et c Patel 1990, p. 187.
  3. a b c d e f g h i j k l m n et o (en) Matthew Williams, « Biographie de Mongane Wally Serote », sur sahistory.org (consulté le 15 mai 2019).
  4. a b c d et e Patel 1990, p. 188.
  5. (en) « 1967 Terrorism Act, No. 83 of 1967 », sur sahistory.org (consulté le 30 mai 2019).
  6. a b c et d Patel 1990, p. 191.
  7. (en) « Black Theatre an Expression of Black Consciousness », sur sahistory.org (consulté le 30 mai 2019).
  8. (en) Sam Moodley, « Black Theatre an Expression of Black Consciousness », sur sahistory.org (consulté le 30 mai 2019).
  9. (en) Barend J. Toerien, « Reviewed Work: Poètes noirs de l'Afrique du Sud. Voix noires de l'Afrique blanche by Florence Vaillant », Books Abroad, vol. 50, no 4,‎ , p. 938 (DOI 10.2307/40131243, JSTOR 40131243).
  10. a et b Patel 1990, p. 189.
  11. a et b Patel 1990, p. 190.
  12. (en) « Medu Art Ensemble », sur sahistory.org (consulté le 30 mai 2019).
  13. Patel 1990, p. 192.
  14. (de) « Liste des prix Noma », sur afrikaroman.de (consulté le 30 mai 2019).
  15. (en) « About Freedom Park », sur sa-venues.com (consulté le 30 mai 2019).
  16. a et b (en) « Mongane Wally Serote (1944 - ) - The Order of Ikhamanga in Silver », sur The Presidency Republic of South Africa (consulté le 14 mai 2019).
  17. (en) « Palmarès des Soirées poétiques de Struga », sur svp.org.mk (consulté le 14 mai 2019).
  18. (en) « Wally Mongane Serote is South African Poet Laureate », sur jamesmurua.com, (consulté le 31 mai 2019).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages
  • (en) Bernth Lindfors, South African voices : (Dennis Brutus, Keorapetse Kgositsile, Ezekiel Mphahlele, Oswald Mtshali, Cosmo Pieterse [and] Mongane Wally Serote), Austin, University of Texas at Austin. African and Afro-American Research Institute, (OCLC 469999632).
  • (en) Dorothy Frances Marsden, Changing images : representations of the Southern African Black woman in works by Bessie Head, Ellen Kuzwayo, Mandla Langa and Mongane Wally Serote (thèse), Universiteit van Suid-Afrika, (OCLC 890040593).
  • (en) David Mokgatle Hlabane, The poetry of Mongane Serote : a critique of colonial society and its aftermath (thèse), (OCLC 495478286).
  • (en) Mbulelo Mzamane, Black consciousness poets in South Africa, 1967-1980 : with special reference to Mongane Serote and Sipho Sepamla (thèse), Sheffield (Royaume-Uni), Dept. of English Literature, University of Sheffield, (OCLC 38348678).
  • (en) Essop Patel, « Mongane Wally Serote: Poet of Revolution », Third World Quarterly, vol. 12, no 1,‎ (JSTOR 3992455). .
Articles
  • (en) Willem Campscreur et Joost Divendal, « Towards a Survey: A Reflection on South African Poetry », Culture in Another South Africa, New York, Olive Branch,‎ .

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Wally Serote, Vancouver, Canada : Villon Films (DVD), 2001 (OCLC 931859195).
    Entretien avec Serote en 1988.
  • (en) Mongane Serote, d'Edward Blishen ; Battle, East Sussex : ICA Video, Trilion, Anthony Roland Collection of Film on Art, 2013 (OCLC 881480791).
    Entretien avec Serote en 2013.
  • (fr) Afrique du Sud : une traversée littéraire, de Denise Coussy, Denis Hirson et Joan Metelerkamp ; Paris : Institut français (livre CD), 2011 (ISBN 9782917195116) (OCLC 793111694).

Liens externes[modifier | modifier le code]