Madame du Barry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Madame Du Barry)

Madame du Barry
Image illustrative de l’article Madame du Barry
Portrait supposé de Madame du Barry par François-Hubert Drouais[n 1] (collection privée, 1764).

Titre Comtesse du Barry
(1768-1793)
Biographie
Nom de naissance Jeanne Bécu
Surnom Madame du Barry
Mademoiselle Lange
Jeanne (Gomard) de Vaubernier
Jeanne (Bécu) de Cantigny
Naissance
Vaucouleurs (Royaume de France)
Décès (à 50 ans)
Paris (République française)
Père Jean-Baptiste Gomard de Vaubernier (?)
Mère Anne Bécu
Conjoint Guillaume du Barry
Liaisons Louis XV
Le lord Seymour
Le comte du Barry-Cérès
Le maréchal-duc de Richelieu
Le duc de Brissac
Signature de Madame du Barry

Blason de Madame du Barry

Jeanne Bécu, dite aussi Jeanne Bécu de Cantigny ou Jeanne Gomard de Vaubernier[n 2], née le à Vaucouleurs et morte guillotinée le à Paris, est la dernière favorite du roi Louis XV entre 1768 et 1774. Devenue comtesse par mariage, l'histoire l'a retenue sous son titre de Madame la comtesse du Barry[n 3] ou Jeanne du Barry.

Née roturière à Vaucouleurs, sa grande beauté en fait une personnalité importante du demi-monde parisien, plusieurs hommes de la haute noblesse française sont de ses amants et lui apprennent les manières de la Cour. Elle a comme amant le comte du Barry-Cérès, qui souhaite lui faire rencontrer Louis XV en 1768, afin qu'elle soit sa maîtresse et profiter d'avantages. Comme elle est sans noblesse, le comte du Barry-Cérès lui fait épouser son frère, le comte Guillaume du Barry, pour qu'elle puisse être présentée à la noblesse de Versailles.

Bien que désirant ne pas se mêler de politique, elle est malgré elle au milieu des rivalités qui opposent ses amis, le duc d'Aiguillon et le maréchal-duc de Richelieu, au duc de Choiseul, principal ministre d'État de Louis XV. La comtesse Jeanne du Barry mène une grande vie à la Cour, appréciée pour son esprit et son mécénat, mais détestée pour ses origines et son statut de maîtresse royale. Cela lui vaudra aussi l'animosité affichée de la jeune dauphine de France Marie-Antoinette d'Autriche, influencée par Mesdames, filles du roi, provoquant une crise politique entre la France et l'Autriche. Malgré des tentatives de réconciliation entre les deux femmes, toutes échoueront.

Au lendemain du décès de Louis XV le , le nouveau roi Louis XVI l'oblige à quitter la Cour. Elle mène une vie d'exil au château de Louveciennes, gérant son domaine, sa famille et recevant les grands noms de France et de l'Europe. Elle y vit une grande histoire d'amour avec le duc de Brissac. Au moment où éclate la révolution française de 1789, Madame du Barry se montre enthousiaste des réformes nécessaires à la société française. Plutôt insouciante, elle reste en contact avec les Émigrés qui sont en Angleterre, la péninsule italienne, le Saint-Empire

La comtesse du Barry est un peu oubliée, mais le cambriolage de Louveciennes dans la nuit du 10 au 11 janvier 1791 attire l'attention sur elle ; on retrouve ses bijoux volés en Angleterre, et un procès s'ouvre à Londres. Durant la période de la Terreur, ses traversées de la Manche la rendent suspecte auprès du Comité de Salut public, elle est accusée d'avoir secrètement prit le parti de la contre-révolution. Emprisonnée le à la prison Sainte-Pélagie, elle est victime d'un procès expéditif où elle se défend mal, et où Antoine Fouquier-Tinville l'accable. Madame du Barry est guillotinée le sur la place de la Révolution.

Famille[modifier | modifier le code]

Née roturière, rien ne présageait Jeanne Bécu à devenir une dame de qualité. Son arrière-grand-père était Jean Bécu, rôtisseur parisien durant le règne de Louis XIII, et son grand-père Fabien Bécu reprit son office dans les années 1600. Fort bel homme vivant en libertin, il avait épousé la damoiselle Séverine Bonné, comtesse de Montididier et dame de Cantigny. Celle-ci perdit ses titres pour avoir épousé un roturier, qui se faisait malgré tout appeler Bécu de Cantigny pour le prestige de la particule nobiliaire[L 1].

Elle meurt quelques mois plus tard, et Fabien Bécu entre au service de Mademoiselle de Ludres, maîtresse du roi de France Louis XIV entre 1675 et 1678 ; il est ensuite officier de bouche au service d'un noble voisin, M. de Roreté. Le à l'église de Vaucouleurs, il épouse Anne Husson, femme de chambre de la « Belle de Ludres ». Les témoins de ce mariage sont un avocat au Parlement, un maître chirurgien, un huissier audiencier et un autre officier de M. de Roreté[V1 1]. De cette union naissent trois fils et quatre filles, parmi lesquels :

Enfance à Vaucouleurs (1743-1748)[modifier | modifier le code]

À Paris, Anne Bécu de Cantigny est couturière au couvent des Pénitents réformés du Tiers-Ordre de Saint-François de Picpus, aujourd'hui disparu. Aussi belle et libertine que son père, Anne part accoucher discrètement à Vaucouleurs, l'acte de naissance de Jeanne Bécu indique[L 1] :

« Le dix-neuvième d'août mil sept cent quarante-trois est née et a été baptisée le même jour, Jeanne, fille naturelle d’Anne Bécu, dite Cantigny, et a eu pour parrain, Joseph Demange, et pour marraine, Jeanne Birabin, qui ont signé avec nous. Signé : L. Gabon, vicaire de Vaucouleurs, Joseph Demange, Jeanne Birabin. »

Jeanne naît au no 8, rue du Paradis, dans une maison existant encore en 1883[V1 4]. Elle reçoit son prénom de sa marraine conformément à la tradition. Le nom du père est absent, mais une hypothèse veut que ce soit un moine du couvent de Picpus, né Jean-Baptiste Gomard de Vaubernier et appelé en religion frère Ange. Lors de son mariage avec le comte Guillaume du Barry) en 1768, Jeanne Bécu dira être fille d'un Jean-Jacques Gomard de Vaubernier, parent de frère Ange mais qui est une invention de sa part[L 1].

Appelée dans sa jeunesse Mademoiselle de Vaubernier ou de Cantigny, Jeanne Bécu passe ses premières années à Vaucouleurs, où naît et est baptisé le son frère Claude[V1 5]. Très jolie petite fille, on la surnommait « l'Ange », surnom qui pourrait aussi être une allusion à l'identité de son père[V1 6]. Les Bécu quittent Vaucouleurs pour Paris en compagnie de Roch-Claude Billard-Dumouceaux, un munitionnaire (fournisseur de vivres à l'armée) régulièrement de passage en Lorraine et qui avait été séduit par la beauté d'Anne[L 2].

Jeunesse à Paris (1749-1768)[modifier | modifier le code]

Pension au couvent[modifier | modifier le code]

L'ancien couvent en 2011.

Le à l'église Saint-Eustache de Paris, Anne Bécu épouse Nicolas Rançon, un domestique de Billard-Dumouceaux. La jeune Jeanne côtoie le monde des domestiques, des petits artisans et des marchands auquel appartient sa famille par la naissance, et celle de la noblesse, des nantis et de la haute finance car c'est là qu'elle est employée. En 1750, Mademoiselle de Cantigny est mise en pension chez les dames de Saint-Aure, dans la rue Neuve-Sainte-Geneviève, qui suivait la règle de saint Augustin. On ne sait pas qui motiva ce choix : l'abbé de Grandchamp, qui faisait sauter la petite sur ses genoux ; ou son protecteur Billard-Dumouceaux ; peut-être Philippe Bécu, un parent prêtre à Saint-Nicolas des Champs ; ou même son père, le frère Ange, qui était devenu prêtre à l'église Saint-Eustache[V1 7] ?

Très bonne élève, la jeune pensionnaire connaissait bien le dessin, l'histoire, le calcul, la musique, la religion, et elle excellait dans l'art et la façon d'écrire mais beaucoup moins dans l'orthographe (comme beaucoup de ses contemporains). Elle garda toute sa vie un souvenir ému de cette éducation et n'oublia jamais les enseignements du couvent[L 3].

Emplois[modifier | modifier le code]

Mademoiselle de Cantigny quitte les dames de Saint-Aure vers 1758, extrêmement belle à quinze ans. Sa mère et son beau-père la placent comme apprentie auprès d'un dénommé Lametz, coiffeur pour dames. Après son apprentissage chez lui, Billard-Dumouceaux la place auprès d'une veuve d'un fermier général, Mme de Delay de La Garde, qui tenait un salon littéraire et à qui elle fait la lecture. La veuve la congédie en 1760 quand elle est alertée de sa débauche, comptant parmi ses amants les deux frères de Mme de Delay de La Garde, hommes mariés et de bonne famille. Devenue Mademoiselle Lange en raison de son profil délicat, la jeune femme devient vendeuse de mode à La Toilette, magasin rue Neuve-des-Petits-Champs tenue par la mère d'Adélaïde Labille-Guiard, qui n'est pas encore peintre et avec qui elle devient amie. La plupart des hommes venant à La Toilette appartiennent à la bonne société parisienne, et viennent lorgner du coin de l’œil l'éclat de la vendeuse ; parmi eux, Mademoiselle Lange choisit avec soin ses amants[L 4].

Ascension[modifier | modifier le code]

Liaison avec Jean-Baptiste du Barry[modifier | modifier le code]

Le vicomte Jean-Baptiste du Barry appartient à une ancienne famille du Languedoc, son père était capitaine au régiment d'Île-de-France et chevalier de Saint-Louis, son frère Élie était entré à l'École militaire, ayant pu justifier les quatre quartiers de noblesse exigés par l'établissement. Jean-Baptiste du Barry, dont la légitimité du titre était contestable, avait abandonné son épouse, Catherine Ursule Dalmas de Vernongrèse, et son fils, Adolphe, à Lévignac pour mener une vie d'escroc et de libertin. Monté sur Paris pour rétablir sa situation, la marquise de La Caze (une parente) l'introduit dans les cercles de la noblesse, permettant à du Barry de devenir fonctionnaire au service des Affaires Étrangères, où il s'enrichit scandaleusement[L 5].

Le comte est dans une perpétuelle précarité en raison de son amour des plaisirs terrestres, ce qui lui valut le surnom de « Roué ». Nicolas Rançon, à qui Billard-Monceaux avait donné la charge de garde-magasin en Corse, le rencontra car du Barry avait reçu l'adjudication des fournitures pour la Corse. Le comte fait nommer Rançon receveur des gabelles à Fresnay-sur-Sarthe, et fait loger Anne Rançon et sa fille, qui se faisait dorénavant appeler Mademoiselle de Vaubernier, dans sa maison rue de la Jussienne. À dix-neuf ans, la demoiselle a une importante domesticité et son nouvel amant l'emmène aux bals de l'Opéra et de la Comédie italienne, où elle est l'objet de tous les regards. Chez du Barry, elle apprend les manières de la noblesse, qu'elle rencontre, qu'elle prend comme amant[pas clair] en plus de Jean-Baptiste du Barry, faisant dire à un rapport de police en 1765 : « Tous nos agréables de haute volée s'empressent autour d'elle »[L 6].

Rencontre avec Louis XV[modifier | modifier le code]

Louis XV peint par l'atelier de Louis-Michel van Loo dans les années 1760.

En 1768, Jean-Baptiste du Barry introduit Mademoiselle de Vaubernier à Versailles, dans l'espoir que le roi Louis XV la remarque, en vain. Le comte avait abandonné et cédé ses fonctions à Anne Rançon, mais le duc de Choiseul, principal ministre d'État[n 4], ne reconnut pas cet abandon et supprima l'office sous prétexte d'économies financières. Anne Rançon et sa fille allèrent plaider leur cause, Jeanne dut faire plusieurs allers-retours entre Versailles et Paris. Louis XV la remarqua durant un de ces voyages, et il devient son amant au printemps. Afin de pleurer la reine Marie Leczinska, morte le , le roi se retira à Compiègne où se trouvait Mademoiselle de Vaubernier, dont on taisait pour le moment l'existence, mais qui était un secret de Polichinelle[L 7].

Si elle se faisait appeler comtesse du Barry, Mademoiselle de Vaubernier n'en avait pas droit et il fallait régulariser sa situation avant son installation et sa présentation officielle à la Cour. Le comte pense d'abord à son fils Adolphe vivant avec lui à Paris ; mais à quinze ans, il est trop jeune pour la nouvelle maîtresse royale. Jean-Baptiste du Barry propose alors à son frère Guillaume une grosse somme d'argent contre un mariage blanc, s'il acceptait de monter à Paris. Guillaume du Barry accepte, le contrat de mariage est signé le , stipulant une séparation de biens et que la future épousée payait toutes les dépenses du ménage. Leur union est célébrée le à l'église Saint-Laurent de Paris, et le prêtre présidant la cérémonie est Jean-Baptiste Gomard de Vaubernier, le père supposé de la mariée ; Guillaume du Barry rentra chez lui le soir-même[L 8].

La Cour de France (1768-1774)[modifier | modifier le code]

Installation à Versailles[modifier | modifier le code]

Louis XV s'étonnait de la vie sentimentale de Madame du Barry. Une anecdote connue dit que, assez inquiet quant à la réputation de sa nouvelle favorite, le vieux roi demande au maréchal-duc de Noailles : « — Il paraît que je succède à Sainte-Foix ? — Oui, Sire, comme Votre Majesté succède à Pharamond… » répond son sujet[L 9].

En , la favorite a ses premiers appartements dans l'Aile du Nord, à la place de Dominique Lebel, premier valet de chambre du roi, qui venait de mourir et que l'Histoire a retenu comme le « rabatteur » de maîtresses royales de Louis XV. Ce premier logement est au rez-de-chaussée, il donne sur la Cour royale du château de Versailles et est à six pièces de la chapelle du château. Par la suite, l'appartement de la comtesse Du Barry sera au troisième étage et entièrement rénové pour elle[L 10]. Comme confidente et amie, la comtesse prend sa belle-sœur Claude-François du Barry, surnommée « Chon », qui écrivait des vers et désirait jouer un rôle de protectrice des Arts et des Lettres comme Madame de Pompadour jadis[L 11].

Présentation à la Cour[modifier | modifier le code]

La comtesse du Barry en Flore par François-Hubert Drouais (château de Versailles, 1769).

Les premiers pamphlets et injures obscènes des courtisans et des parisiens arrivent lorsqu'on se rend compte que la relation entre la comtesse et le roi dure plusieurs mois, alors qu'on pensait qu'il s'agissait d'un amour passager comme beaucoup d'autres. Afin de pouvoir être plus libre et plus intouchable, Louis XV décide que Madame du Barry devait être officiellement « présentée » à la Cour Il lui trouva comme chaperon la très endettée comtesse de Béarn, qui accepta en échange de l'éponge de ses dettes et de la protection de ses deux fils, officiers de la Cavalerie et de la Marine royale. La Gazette de France[n 5] annonce dans son tirage d' : « Le 22 de ce mois, la comtesse du Barry eut l'honneur d'être présentée au Roi et à la famille royale par la comtesse de Béarn. » Mesdames, filles du roi, veulent le remarier à une autre princesse pour évincer la comtesse, mais Louis XV prétexte toujours son deuil de la reine Marie pour refuser[L 12].

L'accueil est extrêmement froid, mais le dauphin de France, Louis-Auguste, est si ébloui par elle qu'il trouve important de noter dans son journal : « Présentation de Madame du Barry ». Cette dernière est inscrite aux honneurs de la Cour alors que ses preuves de noblesse ne remontent pas à 1400, peut paraître à la chapelle — ce qu'elle fait dès le 23 avril, se mettant à la place de Madame de Pompadour —, et aux couverts[n 6] de Mesdames et du dauphin. Cette présentation n'a cependant pas fait taire les médisances sur sa naissance roturière, son extrême beauté et supposé passé de demi-mondaine[L 13].

Éducation de Zamor[modifier | modifier le code]

Madame du Barry et son esclave Zamor par J.-B.-A. Gautier-Dagoty (Clark Art Institute, 1775).

En 1769, Louis XV offre à Madame du Barry un petit page de sept ans, Zamor[n 7], esclave de couleur né libre au Bengale en 1762, capturé par des marchands britanniques à quatre ans. Le , elle le fait baptiser à Versailles par le père Collignon, sous le nom de Louis-Benoît, ce qui permet de l'affranchir. Elle se constitue sa marraine, et son parrain est le comte de La Marche, fils du prince de Conti[V2 4].

En tant que marraine, la comtesse Jeanne dépense pour lui beaucoup d'argent en fournitures ; elle veille à l'éducation religieuse et profane de son filleul, aussi sut-il très bien compter, lire, écrire et parler français[V2 5] ; il se passionne pour Jean-Jacques Rousseau et l'abbé de Mably[V3 1].

Selon les personnes ayant connu Zamor, il parlait de la vie à la Cour « en termes amers, disant que, si la belle comtesse l'avait recueilli et élevé, c'était pour faire de lui son jouet ; elle permettait qu'on l'humiliât chez elle ; il y était sans cesse en butte aux railleries et aux insultes des familiers du château[2]. »

En , pour rire, Louis XV aurait nommé Zamor, par brevet royal, gouverneur du château et pavillon de Louveciennes, demeure que le roi a offert à sa favorite ; Zamor percevrait 600 livres françaises de rente. Baptiste Capefigue indique que cette preuve existait encore en 1858, mais Charles Vatel ne l'a pas retrouvée en 1883, il doute de son existence et de la véracité de l'anecdote[V2 6] .

Pion contre le duc de Choiseul[modifier | modifier le code]

Rivalités politiques[modifier | modifier le code]

Le duc de Choiseul par Louis Michel van Loo (château de Versailles, 1763).

La comtesse Jeanne s’acclimate bien à la Cour, qu'elle séduit par son charme, sa gentillesse, son langage pur et ses bonnes manières qu'elle apprit auprès des grands seigneurs, ses amants à Paris, et Louis XV lui donna encore des conseils à son arrivée à Versailles[L 14]. Elle lui plaît pour sa beauté et surtout parce qu'elle ne se mêle pas de politique, il trouve en elle un havre de repos ; il vit avec elle une seconde jeunesse, découvrant des plaisirs inconnus. Pourtant, la favorite va être un pion dans les rivalités politiques contre son gré. Le duc de Choiseul, qui est le principal ministre d'État de Louis XV depuis 1758, ne s'est d'abord pas inquiété car il pensait que la passion serait brève. Mais celle-ci durant, l'ancien protégé de Madame de Pompadour sait que la favorite n'est pas dangereuse mais qu'elle peut le devenir si elle est manipulée par les bonnes personnes[L 15].

Monsieur de Choiseul œuvre en secret pour le mariage entre le dauphin Louis-Auguste et l'archiduchesse Marie-Antoinette d'Autriche, fille de l'impératrice Marie-Thérèse. Il veut resserrer les liens du pacte de famille conclu entre la France et l'Espagne en mettant l'Autriche de leur côté contre l'Angleterre. Cependant, il a le défaut d'avoir laissé beaucoup de liberté aux Parlements, qui s'opposaient souvent au roi et à ses réformes, affaiblissant l'autorité royale[L 16]. Le duc d'Aiguillon, commandant en chef en Bretagne depuis 1753, entre en conflit avec le Parlement de Bretagne en 1762, refusant de lui donner plus de privilège qu'il en possède déjà ; le duc de Choiseul prend presqu'ouvertement parti pour le Parlement. De son côté, le maréchal-duc de Richelieu — qui aurait été amant de Madame du Barry durant sa vie parisienne —, premier gentilhomme de la Chambre du Roi et gouverneur de Guyenne, désire entrer au Conseil du Roi, mais le principal ministre, usant de son influence, y fait obstacle[L 17].

Avertie qu'on cherche à la monter contre lui, Madame du Barry veut bien aider le maréchal-duc de Richelieu par amitié, mais sans se compromettre. Louis XV tenta de rapprocher sa concubine et son principal ministre lors d'un souper festif le au château de Bellevue, jadis demeure de Madame de Pompadour, mais le duc restait anxieux tandis que la maîtresse royale était la reine de la soirée[L 18]. Il continue d'être inquiet par les faveurs accordées à la jeune femme : en juillet de la même année, le souverain français accorde par brevet royal à Madame du Barry le château de Louveciennes[L 19].

Par l'intermédiaire de Madame du Barry, les ducs d'Aiguillon et de Richelieu gagnent peu à peu en autorité contre Monsieur de Choiseul, qui ne doit plus dire du mal d'elle au risque d'être réprimandé par le roi. Cependant, le principal ministre prépare le mariage franco-autrichien et tire toutes les ficelles de la politique, il est certain d'être trop indispensable pour la France. Aussi, quand il fait diffuser les plus méchants pamphlets, les plus railleuses épigrammes et caricatures sur la favorite royale, il ne s'attend pas à ce que son souverain réagisse si vivement. Quand François-Hubert Drouais expose deux portraits de Madame du Barry en 1770, le public est si conquis que Madame du Barry regagne toute sa réputation. Ses appartements, que Louis XV déménage au second étage du château au-dessus des siens, sont pris d'assaut[L 20].

Crises des parlements et des Malouines[modifier | modifier le code]

La Cour de France est divisée en deux clans opposés : d'un côté les Choiseulistes, de l'autre le parti dévot, qui a trouvé son (involontaire) soutien en Madame du Barry. Le roi assure à son principal ministre qu'il ne sera pas renvoyé, le duc d'Aiguillon n'étant pas aimé et il s'occupe bien des affaires de la France depuis plus de dix ans ; quant à Madame du Barry, le rassure Louis XV, elle ne lui porte aucune haine et ne veut qu'être en bons termes[L 21]. La favorite va jouer un rôle secondaire dans l'« Affaire de Bretagne » qui dure depuis 1763 : le , Louis XV pratique un lit de justice pour interdire au parlement de Paris de s'occuper de l'affaire. Le , il charge le chancelier de Maupeou et l'abbé Terray, contrôleur général des finances, de l'écriture d'un édit ôtant aux Parlements le droit de remontrance pour s'opposer à lui. Cet édit est discuté dans la chambre de comtesse et avec elle, et publié le . Le duc de Choiseul, qui a toujours soutenu les Parlements, a préféré se tenir à l'écart pour ne pas être une victime collatérale du « coup Maupeou »[L 22].

La crise des Malouines va être la cause du renvoi du duc : le roi d'Espagne et le roi de Grande-Bretagne revendiquent chacun le territoire et se lancent des menaces mutuelles. Les Bourbons de France doivent entrer en guerre aux côtés des Bourbons d'Espagne selon le pacte de famille. Le principal ministre veut la guerre, mais Louis XV est bien conscient que cela serait dangereux : le , il envoie une lettre à son cousin d'Espagne, où il fait savoir que la France est dans l'impossibilité d'être en guerre en raison de sa situation politique et militaire. Le lendemain, le duc de La Vrillière remet au duc de Choiseul un court billet du Roi lui ordonnant de démissionner de ses fonctions et de se retirer à Chanteloup jusqu'à nouvel ordre. Un second billet vise le cousin Choiseul-Praslin, lui aussi démis de ses fonctions et exilé sur ses terres[L 23].

Information Survolez une image pour afficher sa légende ; survolez la légende pour l'afficher en entier si elle est tronquée.

Difficultés avec Marie-Antoinette[modifier | modifier le code]

Arrivée de la dauphine[modifier | modifier le code]

Portrait de Marie-Antoinette au pastel par Joseph Ducreux pour le dauphin Louis-Auguste (château de Versailles, 1769).

Marie-Antoinette, quatorze ans, doit épouser le dauphin Louis-Auguste, quinze ans, le . Le dernier, Louise de France reçoit de son père le droit d'entrer au couvent carmélite de Saint-Denis (aujourd'hui musée d'Art et d'Histoire) pour racheter tous les péchés du roi en raison de sa vie marquée par les impiétés, la dernière étant sa liaison avec Madame du Barry. Sur le chemin vers Versailles le , Marie-Antoinette rencontre brièvement la nouvelle carmélite, devenue sœur Thérèse-Augustine. Madame du Barry est conviée à la soirée au château de La Muette, à la grande surprise du comte de Mercy-Argenteau, le très dévoué ambassadeur d'Autriche en France, pour qui il était « inconcevable que le roi […] fasse connaître le même jour à sa petite-fille [Marie-Antoinette] sa maîtresse et celle qui, dit-on, est entrée en religion pour racheter par son sacrifice l'inconduite de son père[L 24]. »

Durant la soirée, Madame du Barry éclipse par son éclat Marie-Antoinette. Durant le souper, la dauphine répond à Louis XV, qui lui demande comment elle trouve la dame inconnue : « Charmante ! » Elle demande son identité à Madame de Noailles, sa première dame d'honneur : « — Son rôle ?… Amuser le roi. — Alors je veux être sa rivale », répond la dauphine ingénument[L 25].

Les réjouissances sont l'occasion d'une nouvelle dispute entre le duc de Choiseul et Madame du Barry : le dauphin veut entendre Athalie de Jean Racine, qu'il affectionne. Mademoiselle Clairon est appelée pour ce rôle qu'elle a tenu pendant longtemps, malgré son départ à la retraite trois ans plus tôt. Comme elle est hésitante, Madame du Barry propose la jeune et moderne Mademoiselle Dumesnil. Mais Monsieur de Choiseul en fait une affaire personnelle et c'est Mlle Clairon qui est choisie. L'opinion publique trouve cela injuste, le ministre avait lancé une campagne discréditant Mlle Dumesnil ; la vieille cantatrice est accueillie froidement, au grand plaisir de la maîtresse royale[L 26].

Orgueils et préjugés[modifier | modifier le code]

La Cour de Vienne, très marquée par la piété de l'impératrice Marie-Thérèse[n 8], s'effarouche que le roi très-chrétien ait une maîtresse[Z 1].

À son arrivée en France, la dauphine Marie-Antoinette passe beaucoup de temps avec Mesdames, qui communiquent à leur nièce par alliance leur animosité envers Madame du Barry[Z 2]. Marie-Antoinette en vient à écrire à sa mère que Madame du Barry est « la plus sotte et impertinente créature qui soit imaginable »[Z 3]. L'Étiquette à la cour de France empêchant une personne de rang inférieur d'adresser la parole à une de rang supérieur, Marie-Antoinette refuse de lui adresser la parole, ne le faisant qu'avec dégoût quand cela est nécessaire aux tables de jeux. Cette animosité ne tarde pas à être connue, la dauphine disant hautement son opinion, faisant beaucoup pleurer la comtesse Jeanne qui ne cherche qu'à être son amie[Z 3].

Les causes du mépris sont variées : Madame du Barry est la maîtresse du roi malgré une différence d'âge certaine, des rumeurs courent sur sa vie sentimentale passée, elle est plus belle et populaire que la dauphine qui souffre aussi peut-être de la voir sexuellement épanouie alors que le dauphin ne la touche pas[L 27]. L'honneur de « petite rousse » (comme la surnomme la favorite[Z 4]) est en jeu, mais aussi l'alliance franco-autrichienne : la mauvaise humeur de la princesse risque de transformer cette affaire privée en affaire d'État[Z 5].

Tentatives de réconciliation[modifier | modifier le code]

Florimond-Claude de Mercy-Argenteau, par un peintre anonyme (localisation inconnue, 1757).

Louis XV demande à Madame de Noailles, à l'abbé de Vermond (précepteur et confesseur de la dauphine) et au comte de Mercy-Argenteau d'avertir sa petite-fille qu'elle doit être aimable avec la maîtresse du roi. L'impératrice est informée que Marie-Antoinette ne change pas son attitude malgré les remontrances[L 28].

Comprenant l'importance de l'alliance, sa fille accepte qu'un soir de grand bal, le , Monsieur de Mercy-Argenteau s'avance et discute avec Madame du Barry. La jeune fille discute avec des dames, vient saluer le comte et en profite pour adresser quelques mots à Madame du Barry. Cela s'étant ébruité, Madame Adélaïde, qui hait le plus la comtesse du Barry, arrête Marie-Antoinette avant qu'elle ait pu rejoindre le comte, lui disant avec autorité : « Il est temps de s'en aller, partons ; nous irons attendre le roi chez ma sœur Victoire. » Par faiblesse, la dauphine quitte la salle avec elle. Madame du Barry de nouveau publiquement humiliée, le roi menace de mettre fin à l'alliance[L 28].

Marie-Thérèse d'Autriche par Anton von Maron (Ptuj Ormož Regional Museum, 1772).

Déjà préoccupée par le partage de la Pologne, Marie-Thérèse délaisse sa bigoterie pour rappeler sa fille à l'ordre : Madame du Barry ne doit être vue par elle que comme une dame admise à la Cour, et Marie-Antoinette doit capituler[Z 6]. Pour le Nouvel An, les courtisans présentent leurs vœux de bonne année à la famille royale ; les dames de Versailles présentent leurs vœux pour à la dauphine, qui leur dit quelque chose. Madame du Barry est accompagnée de la duchesse d'Aiguillon et de la maréchale de Mirepoix, à qui la dauphine dit d'abord quelques banalités. Elle regarde ensuite Madame du Barry, et lui adresse neuf mots passés à la postérité : « Il y a bien du monde, aujourd'hui, à Versailles[Z 7]. »

Marie-Antoinette se promet de ne plus jamais lui parler, sauf que l'ambassadeur de Mercy-Argenteau l'oblige pour l'alliance ; mais ce ne sont que des banalités si insignifiantes et impersonnelles qu'elles blessent Madame du Barry. L'ambassadeur doit encore intervenir car, lors d'une soirée chez le duc de La Vrillière, la duchesse de Brissac, dame d'atours de Marie-Antoinette, refuse d'y assister parce que Madame du Barry y était. Le duc de Brissac (qui est réceptif à la beauté de la comtesse Jeanne) prétend que c'est Marie-Antoinette qui lui avait interdit de venir, mensonge que la princesse ne démentit pas. Le , quand Madame du Barry fait ses vœux à la famille royale, le dauphin lui adresse quelques mots ; la dauphine s'abstient, considérant que son époux a parlé pour deux[L 29].

La comtesse essaie maladroitement de s'attirer ses faveurs : Marie-Antoinette a évoqué son désir d'acheter une paire de boucles d'oreilles en diamants coûtant 700 000 livres. Comme elle ne peut se la payer, Madame du Barry lui fait savoir indirectement qu'elle serait disposée à le lui offrir ; en apprenant cela, la princesse préfère oublier les boucles d'oreilles. Par un hasard, le créateur des boucles d'oreilles est Charles-Auguste Boehmer, le même qui créera le collier de diamant à l'origine de l'affaire du collier de la reine[Z 8].

Dernière année à Versailles[modifier | modifier le code]

Durant le carême 1773 (du au ), Madame du Barry voit que Louis XV, qui commence à être assez diminué physiquement, est aussi très préoccupé par le Salut de son âme[L 30]. Malgré ses craintes, son influence auprès de lui ne diminue pas, Madame du Barry sera chargée des préparatifs de mariage entre le comte d'Artois et la princesse Marie-Thérèse de Savoie. Elle la forme aux us et coutumes de la Cour, l'union est célébrée le . Madame du Barry a encore l'occasion de briller aux réjouissances, mais elles sont marquées par le décès soudain du marquis de Chauvelin, survenu le 23 novembre, durant une partie de whist chez la maréchale de Mirepoix et en présence du roi[L 31].

Ce décès inattendu contribue à la préoccupation de Louis XV sur sa propre mort[L 32]. Au carême 1774 (du au ), il se montre encore plus soucieux ; afin d'oublier ses tracas, il passe ses derniers jours auprès de son amante et de ses amis, et ne ménage pas sa santé malgré les conseils des médecins[L 33]. Madame du Barry s'inquiète de sa situation : si le roi venait à mourir, elle serait dans une certaine gêne financière[L 34].

Le , Louis XV se trouve fatigué lors d'une partie de chasse, il est emmené pour se reposer au château du Petit Trianon, avec un violent mal de tête. Ramené à Versailles, les médecins n'arrivent pas à déterminer la maladie, qui est découverte par hasard, au troisième jour, lorsqu'un domestique éclaire son visage variolé. Madame du Barry le veille chaque nuit et Mesdames chaque jour, malgré le risque que cela présente. Réalisant enfin la gravité de sa maladie, le roi confie à Mme du Barry qu'elle doit se retirer, car il est temps pour lui de se préparer chrétiennement à la mort ; il se doit désormais à Dieu et à son peuple. Le 3 mai à seize heures, la comtesse quitte Versailles dans le carrosse de la duchesse d'Aiguillon qui la conduit dans sa résidence de Rueil. Dans la nuit du 6 au 7 mai, à trois heures quinze du matin, le roi fait chercher son confesseur l'abbé Maudoux et reste en tête-à-tête avec lui pendant dix-sept minutes[3]. Ordre est alors donné que le cérémonial royal nécessaire soit mis en route et, à sept heures du matin, Louis XV reçoit la communion des mains du grand aumônier, le cardinal de La Roche-Aymon, lequel prononce ensuite au nom du roi sa pénitence publique, et son retour à la dévotion s'il venait à guérir[Z 9].

Exil et débuts de la révolution (1774-1789)[modifier | modifier le code]

L'abbaye du Pont-aux-Dames[modifier | modifier le code]

Louis XVI, Roy de France par M.-L.-A. Boizot (BnF, 1775).

Après plusieurs jours d'agonie, Louis XV rend l'âme le . La veille, il avait ordonné à ce que Jean-Baptiste du Barry soit emprisonné au château de Vincennes (mais il avait déjà fui en Hollande) et Jeanne du Barry à l'abbaye du Pont-aux-Dames, à Couilly, dans le diocèse de Meaux ; toute la famille du Barry reçoit l'interdiction de paraître à la Cour[L 35].

L'abbesse Gabrielle de La Roche-Fontenille accueillit Madame du Barry, qui avait énormément pleuré sur le trajet depuis Rueil. Elle ne peut recevoir aucune autre visite que celles qui lui sont autorisées par le roi, seulement entretenir une correspondance avec les autres ; pour payer ses dettes les plus lourdes, elle commence à vendre plusieurs de ses bijoux. En août, la comtesse Jeanne envoie une lettre au duc de La Vrillière pour être retirée de l'abbaye, prétextant une mauvaise santé ; le duc reste évasif. L'abbesse de La Roche-Fontenille et le comte de Maurepas, nouveau ministre de Louis XVI, interviennent auprès du jeune roi quelques mois plus tard, mais c'est un refus sec[L 36].

Au début, les religieuses l'apprécient peu en raison de sa vie luxurieuse. Mais la comtesse se plie à la règle des bénédictines, noue une bonne amitié avec l'abbesse et gagne le cœur des autres moniales. La duchesse d'Aiguillon, dont le mari est en disgrâce, et le duc de Brissac, qui ne cache plus sa passion pour la comtesse du Barry, lui rendent souvent visite. Le prince de Ligne n'hésite pas à sauter par-dessus la clôture pour la rencontrer en dehors des heures de visite. Au printemps 1775, il ose envoyer une lettre à la reine Marie-Antoinette pour sortir la comtesse de sa dévote prison. La nouvelle reine et toute la Cour montrent de l'indulgence, même Madame Adélaïde aimerait que le roi la libère de l'abbaye. « On verra », répondit son neveu avant d'autoriser l'ancienne maîtresse royale à quitter l'abbaye en avril[L 37].

Saint-Vrain[modifier | modifier le code]

Madame du Barry acquiert une propriété à Saint-Vrain, où elle retrouve toute sa domesticité qui lui avait été fidèle. La comtesse Jeanne aide activement les habitants (à qui elle ouvre ses grilles) et reçoit sa famille et ses amis. Afin de se rapprocher de sa fille, Anne Rançon s'établit au domaine de Maison-Rouge, près de Villiers-sur-Orge. Mais la comtesse regrette beaucoup Louveciennes, Saint-Vrain est trop isolé à son goût. L'irruption dans sa résidence de trois mendiants ivres qui la menacent pour qu’elle leur donne ses bijoux achève de la dégoûter du lieu[L 38],[n 9].

Années heureuses à Louveciennes[modifier | modifier le code]

Fête donné à Louveciennes, le 2 septembre 1771 par Jean-Michel Moreau (musée du Louvre, 1771).

En , le comte de Maurepas obtient du roi qu'elle retourne au château de Louveciennes, dont Louis XV lui avait cédé l'usufruit en 1769, et où elle se plaisait beaucoup. Madame du Barry y mène une vie paisible et heureuse, marquée par sa longue liaison avec duc de Brissac[L 40].

En 1777, l'empereur Joseph II, frère de la reine, est de passage en France incognito sous le nom de comte de Falkenstein pour tenter de résoudre les problèmes conjugaux du jeune couple royal. Le souverain n’hésite pas à venir saluer la dame de Louvecienne, qui, durant leur promenade, voulant lui céder le pas, s'entend dire de l'empereur, bien qu'il ne la trouvât pas aussi jolie : « Passez, madame, la beauté est toujours reine ! » Cette visite se fait au grand dam de sa sœur et de sa mère, qui seront furieuses d'apprendre qu'il n'ait pas daigné s'arrêter chez le duc de Choiseul[L 41].

En 1778, Madame du Barry, accompagnée par sa belle-sœur Claire-Françoise, de quelques femmes et d'un laquais, entre nuitamment pour observer Marie-Antoinette, qui joue avec sa société. La reine ne se formalise pas de cette présence, elle avait commencé à montrer des signe d'indulgence envers Madame du Barry, commencant elle aussi à être accablée par les injures[L 42].

Durant l'année 1779, Jeanne est sensible à la cour de lord Seymour, cinquantenaire deux fois marié. Lord Seymour avait acheté le domaine de Prunay, à vingt-minutes à pieds au Nord de Louveciennes, près des bords de la Seine. Les billets sont d'abord cordiaux avant de devenir plus familiers, le duc cache sa grande jalousie. Jeanne est torturée par ces deux amours, le duc reste parfois plusieurs jours pour qu'elle ne voit le lord, avant de finalement lui dire : « Ou lui, ou moi. » La comtesse réfléchit beaucoup ; concluant que le duc de Brissac est un homme dont elle peut s'assurer la fidélité et l'amour même dans sa vieillesse, elle rompt avec lord Seymour, qui n'insiste pas et ne lui rend plus visite[L 43].

Affaire du collier[modifier | modifier le code]

En 1785, la comtesse de La Motte, descendante du bâtard de Valois, fils de Henri II de France, escroque le cardinal de Rohan, grand aumônier de France, en disgrâce auprès de Marie-Antoinette dont il souhaite retrouver l'amitié. Paul Bassenge et Charles-Auguste Böhmer avaient créés pour Madame du Barry, à la demande de Louis XV, un collier onéreux et inégalable en diamants. Resté inachevé à la mort du roi, il est terminé en 1778 et les deux joailliers croulent sous les dettes que la confection de la parure leur a fait contracter. Le roi Louis XVI et la reine hésitent puis refusent l'achat. La comtesse de La Motte, qui se présente comme une intime de Marie-Antoinette, promet au cardinal qu'elle veut l'acquérir, mais au moyen d'un prête-nom. Le grand aumônier de France accepte immédiatement, une lettre signée Marie-Antoinette de France[n 10] lui promet un retour en grâce s'il aidait la reine.

Jeanne du Barry est citée durant l'affaire par Madame de La Motte : durant son interrogatoire à la Bastille, le , la dame de Louveciennes affirme que la comtesse était venue implorer sa protection, afin de faire parvenir un mémoire au roi afin qu'il lui rende ses terres qui étaient entrées au domaine royal. Elle croit se rappeler que le mémoire était signé : Marie-Antoinette de France de Saint-Rémy de Valois, femme du comte de La Motte, garde du corps du Comte d'Artois. Sentant la supercherie, la comtesse du Barry avait immédiatement refusé, et sur un ton si condescendant que Madame de La Motte se sentit obligée de rappeler sa propre naissance et celle de son interlocutrice. Madame du Barry avait gardé le mémoire, avant de finir par le jeter au feu[L 44].

Été 1789[modifier | modifier le code]

Séance inaugurale des États généraux de 1789, le 5 mai 1789.

La comtesse du Barry est royaliste, « comme tout le monde » précise J. Levron. Elle partageait l'opinion de Louis XV sur la monarchie absolue au temps où elle vivait à la Cour, mais elle avait bien senti les reproches qu'on faisait à ce régime. Accueillant chez elle les philosophes des Lumières et les économistes qui parlent tous de réforme, connaisseuse de Jean-Jacques Rousseau grâce au duc de Brissac, et bien au courant de la vie des indigents du fait de ses origines et de son dévouement auprès des pauvres, elle est acquise aux idées libérales[L 45].

Lors de l'ouverture des États généraux de 1789, le , la rumeur veut qu'elle fût présente et que, devinant les difficultés à venir, la comtesse aurait dit : « Si Louis XV avait vécu, tout cela n'aurait pas été ainsi. » Après la prise de la Bastille le , le duc de Brissac doit partir dans son Anjou natal pour contenir des troubles de la Grande Peur. Madame du Barry se languit de lui, elle écrit beaucoup et souvent. À Durtal, son carrosse est arrêté, une foule excitée veut le mettre à mort ; il faut l'intervention des autorités pour avoir un sursis et finalement le libérer peu avant le 25 août. Contrairement à beaucoup de nobles ou de leurs familiers, telle que Madame Vigée Le Brun, la comtesse du Barry pense ne rien craindre : soucieuse de sa tranquillité et de son confort, elle n'a pas le sentiment d'appartenir à l'aristocratie et est prête à obéir aux nouvelles lois[L 46].

Madame du Barry ne fait pas attention à ce que disent les pamphlets révolutionnaires à son sujet[L 47]. En 1824, L. Lafont d'Aussonne affirme que, quand les femmes marchent sur Versailles lors des journées des 5 et 6 octobre 1789, deux gardes blessés sont emmenés à Louveciennes, où la comtesse leur procure des premiers soins. L'apologète de Marie-Antoinette dit qu'elle est informée de cela. La reine charge des seigneurs de confiance de remercier pour elle la comtesse, qui répondit un billet plein d'éloges et de remerciements pour la souveraine[4],[n 11].

Dernières années (1789-1793)[modifier | modifier le code]

Vol des diamants à Louveciennes[modifier | modifier le code]

Avec les Émigrés, la comtesse maintient une correspondance, sans se douter que cela puisse être compromettant pour l'avenir. Elle continue de recevoir sa société durant des fêtes discrètes à Louveciennes et fait de généreux dons patriotiques. Elle doit continuer de vendre ses bijoux pour subvenir à ses besoins, à la suite de l'abolition des privilèges, s'adressant pour cela à son banquier hollandais, Jean-Baptiste Vandenyver. En cette période troublée, elle demande à avoir un garde pour protéger sa propriété des cambrioleurs[L 49].

Dans la nuit du 10 au , grâce à une échelle trouvée à proximité, des voleurs venus de Paris s'introduisent dans son château de Louveciennes, et emportent ses diamants et bijoux. La comtesse Jeanne était à Paris, pour tirer les rois avec le duc de Brissac et leurs amis. Au moment des faits, les seuls personnes au château sont Jean-Pierre Girardin (le portier, le seul à posséder les clefs de la chambre comtale) et à Denis Morin (valet de chambre, régisseur et doyen du personnel). L'échelle est découverte par Charles Béguin, un garçon de cour qui va les réveiller : ils affirment n'avoir rien vu ni entendu. Ladite chambre avait été vandalisée, la somme de ce qui était volé (surtout des bijoux) était considérable[L 50].

Selon la reconstitution du vol par le maréchal des logis de Louveciennes, Pierre-Louis Campion, les brigands s'étaient introduits par le mur du jardin du côté d'une colline, dite montagne de la Princesse, dégradant le mur au passage. Ils ficelèrent bout à bout deux échelles (une trouvée dans un champ, une autre dans le jardin du château), cassent la jalousie et brisent une fenêtre, dont il ne leur resta qu'à soulever l'espagnolette. Pour une telle opération, les voleurs devaient bien connaître les lieux et savoir l'absence de Madame du Barry[L 51].

Jeanne du Barry est immédiatement avertie et se hâte de rentrer. Le 12 janvier, pour complèter la déclaration de son valet de chambre au sujet des biens volés, elle se rend chez son notaire, Me Rouen, pour connaître les démarches à suivre. Avec Vandenyver, elle dresse de mémoire une liste des objets disparus, dont une copie est transmise au maréchal Campion. Afin de les retrouver au plus vite, Me Rouen conseil à la comtesse de faire une grande publicité. Celle-ci fait imprimer le placard suivant :

Information Survolez une image pour afficher sa légende ; survolez la légende pour l'afficher en entier si elle est tronquée.

Arrestations et aveux des voleurs[modifier | modifier le code]

L'enquête piétine pendant un mois, l'appât du gain amène à des dénonciation calomnieuses de la part des policiers. Le , Madame du Barry reçoit une lettre d'Angleterre de Nathaniel Parker-Forth, magistat de la Cité, lui disant que les voleurs ont été retrouvés. Un dénommé Lion, dit Simon, marchand de dimants à Londres, reçoit deux hommes le 8 février ; ceux-ci lui propose des diamants superbes à un prix dérisoire. Lion était au courant du vol des bijoux de la comtesse ; pour ne pas éveiller leurs craintes, il demande s'ils possédaient d'autres bijoux. Comme ils acquiescent, Lion leur propose de venir demain avec le reste ; il avertit ensuite Nathaniel Parker-Forth. Les deux hommes reviennent le lendemain avec deux juifs allemands et un français, et les pièces qu'ils veulent vendre correspondent à ceux volés à Louveciennes. Ils sont immédiatement arrêtés, leurs domiciles perquisitionnés, et les pierres précieuses déposées par Parker-Forth et Simon chez les banquiers Ranson et Morland and Hammers[L 52].

Le jour-même où elle reçoit la lettre, Madame du Barry demande un passeport à la municipalité de Louveciennes, et quitte la France avec son joaillier Rouen, quatre domestiques et du chevalier Bernard d'Escourres, aide-de-camp du duc de Brissac. Elle embarque à Calais le 19 février, où Parker-Forth l'attendait. L'homme de loi lui apprend que Joseph Harris est passé aux aveux devant le lord-maire de Londres, John Boydell : un certain Jean-Baptiste Levet a réuni Joseph Hamon et Joseph Harris, dit Abraham, pour voler Madame du Barry, chez laquelle il avait un complice. Deux hommes se joignent à eux, Jacob Moyse et Joseph Abraham. Ils pénètrent chez la comtesse entre onze heures du soir et minuit, et vendirent plusieurs pièces à un certain Philippe Joseph, avant de choisir de les écouler en Angleterre pour plus de discrétion[L 53].

Madame du Barry repart à Paris le , prévenue par le lord-maire que la procédure sera longue : le vol a été commis en France et l'extradition n'existe pas. Elle remet à Perron, administrateur de la police louveciennoise, pour rechercher les complices parisiens des accusés. Philippe Joseph, selon les aveux de Moyen Abraham, connaissait déjà Harris et Moyse. Le receleur est perquisitionné le 10 mars, mais il avait déjà fui en Belgique pour, dit-il, poursuivre un mauvais débiteur depuis trois mois. On retrouve vingt-quatre mille livres d'assignats dans une boîte cachée dans le tuyau de la cheminée ; son épouse, une juive allemande ne parlant pas français, et sa servante Gothon prétendent qu'il les a gagnés à une loterie, puis qu'il fit des bénéfices sur la vente de différents objets. Cette déclaration suspecte leur vaut d'être mises à la prison de l'Abbaye[L 54].

Massacres de 1792[modifier | modifier le code]

Entre-temps, son amant, le duc de Brissac, devenu commandant en chef de la garde constitutionnelle du Roi, dissoute par l'Assemblée législative le , est arrêté et emprisonné à Orléans et en attente de jugement par la Haute Cour à Paris[5].

Le , le palais des Tuileries est pris d'assaut par les émeutiers et la famille royale incarcérée à la tour du Temple. Puis, les massacres de Septembre éclatent à Paris[6]. Le , le convoi qui ramène à la capitale le duc et ses compagnons prisonniers passe par Versailles où ils sont tués. Les corps des suppliciés sont dépecés et la tête du duc est jetée par une fenêtre dans le salon de la comtesse du Barry à Louveciennes.

Après l'exécution de Louis XVI, le [6], à la veille de la déclaration de guerre avec la Grande-Bretagne, Madame du Barry revient précipitamment en France pour éviter l'apposition des scellés sur sa propriété de Louveciennes.

Arrestation et procès[modifier | modifier le code]

Départ de Mme du Barry pour l'échafaud.

Malgré une pétition signée en sa faveur par cinquante-neuf habitants de Louveciennes, elle devient « suspecte » dès le vote de la loi des suspects, le . Ses séjours en Angleterre sont dénoncés comme une aide aux émigrés contre-révolutionnaires. Dénoncée par son ancien page Zamor, qu'elle avait renvoyé, déclarée ennemie de la Révolution, elle est emprisonnée à Sainte-Pélagie le . Son procès s'ouvre le devant le Tribunal révolutionnaire présidé par Fouquier-Tinville et, le lendemain, elle est condamnée à la guillotine[7].

Exécution[modifier | modifier le code]

L'exécution a lieu le surlendemain sur l'actuelle place de la Concorde (alors place de la Révolution) le 18 frimaire an II (). La comtesse du Barry fait l'énumération de tous ses biens, espérant ainsi sauver sa vie. Elle est traînée avec beaucoup de tumulte et de difficultés jusqu'à l'échafaud[8]. Ses derniers mots auraient été : « Encore un moment, Monsieur le bourreau ! ».

Charles-Henri Sanson témoigne dans ses mémoires recueillis par son petit-fils que son exécution fut difficile et mouvementée, ce qui contribua avec celle de Danton également mouvementée à rendre impopulaire les exécutions à cet endroit. Peu de temps après, elles furent déplacées sur ordre du Comité de salut public place de la Bastille puis place du Trône Renversée, pour éviter la vindicte parisienne.

Elle est inhumée au cimetière de la Madeleine, où 1 343 guillotinés de la place de la Concorde ont été enterrés[9].

Mécénat[modifier | modifier le code]

Au temps de Louis XV, la nouvelle propriétaire fait appel à Ange-Jacques Gabriel, Premier architecte du Roi, pour agrandir et redécorer le château et le pavillon de Louvecienne[L 19].

On a souvent affirmé que le rôle de la comtesse du Barry en matière artistique fut inférieur à celui de Madame de Pompadour. Pourtant Madame du Barry s'est intéressée aux arts. Mais la brièveté de son « règne » (six ans : mai 1768 - mai 1774) ne lui a pas permis d'imprimer une marque comparable à celle de la précédente favorite.

Elle pratiquait le dessin avec talent. Elle a joué un rôle de mécène en encourageant l'artisanat d'art français. Elle inspira les plus grands artistes de son époque dont le sculpteur Louis-Simon Boizot, directeur de la manufacture de Sèvres. Elle contribua aussi à l'essor du néo-classicisme en révélant l'architecte Claude-Nicolas Ledoux qui bâtit son pavillon de musique de Louveciennes, ou en passant des commandes de biscuits, de bustes en marbre ou de gravures et dessins paysagers aux sculpteurs ou dessinateurs Augustin Pajou et Antoine Humblot, ainsi que des commandes de tableaux à de nombreux peintres tels que Joseph-Marie Vien, François-Hubert Drouais, Jean-Baptiste Greuze ou Jean-Honoré Fragonard, aux sculpteurs Félix Lecomte ou Christophe-Gabriel Allegrain et à d'autres encore. Ses collections de meubles et objets d'art furent somptueuses et donnèrent naissance aux plus belles créations du menuisier en sièges Louis Delanois, de l'ébéniste Martin Carlin ou du bronzier Pierre Gouthière. D'un goût très sûr, comme en témoignent ses collections décrites par Charles Vatel, Madame du Barry a, d'une certaine manière, inventé le style Louis XVI[10] : « Madame du Barry fut une courtisane, mais une courtisane amie des lettres, des artistes, et qui passa sur la terre en répandant libéralement autour d'elle l'or et les consolations ».

Par ailleurs, élégante et de goûts affirmés, la comtesse du Barry exerça une influence prépondérante sur la mode vestimentaire de son époque. Elle lança notamment la vogue des étoffes à rayures qui va durer dans toute l'Europe jusqu'à la fin du XVIIIe siècle.

Physique et personnalité[modifier | modifier le code]

Dès la première rencontre, elle séduit : « Ses yeux bleus bien ouverts », raconte de Belleval, « avaient un regard caressant et franc, qui s’attachait sur celui à qui elle parlait (...). Elle avait le nez mignon, une bouche très petite et une peau d’une blancheur éclatante. Enfin, l’on était bientôt sous le charme. »

En , Jeanne du Barry se rend auprès de Voltaire, âgé et malade, pour rendre hommage à un homme des Lumières, qu'elle admire. Elle est, à 35 ans, une femme d'une grande beauté, et celle-ci marque Jacques Pierre Brissot, qu'elle rencontre en sortant de chez le philosophe. Comme il est timide, elle rentre de nouveau en sa compagnie pour le présenter à Voltaire. Brissot écrit dans ses Mémoires : « En me rappelant le sourire si plein de grâce et de bonté de Madame du Barry, je suis devenu plus indulgent envers la favorite[L 55]. »

Les gens de Louveciennes aiment beaucoup leur dame, qui est une personne très généreuse et charitable, acceptant d'être marraine aux baptêmes ou témoin aux mariages. (Levron)

Liens avec les Bécu et les du Barry[modifier | modifier le code]

La famille Bécu et du Barry ont profité de la position de la comtesse Jeanne durant et après Versailles, même si elle évita de trop se compromettre avec les plus escrocs membres du Barry.

Famille Bécu[modifier | modifier le code]

À Louvecienne, Madame du Barry marie sa cousine Marie-Josèphe, une fille de son oncle Nicolas Bécu, avec le marquis Paul de Boisséson, major du régiment des dragons de Condé. Jeanne et le duc de Brissac sont marraine et parrain de leur fils Louis-Benoît, né en 1784.

Famille du Barry[modifier | modifier le code]

La vicomtesse du Barry, gravure de 1892 d'après F.-H. Drouais (château du Vergier, XVIIIe siècle).

Durant sa période versaillaise, Madame du Barry obtient plusieurs généreuses donations de Louis XV pour le mariage entre son neveu le vicomte Adolphe du Barry, fait écuyer du roi par brevet et vivant auprès d'elle, et Rose-Marie-Hélène de Tournon, de la famille du prince de Soubise mais sans fortune. Le mariage est célébré dans la chapelle du château de Versailles le 19 juillet 1773, et la vicomtesse du Barry est présentée à la famille royale à Compiègne le 1er août, chaperonnée par la duchesse de Laval et la comtesse de Montmorency[L 56].

Titres, armes et devise[modifier | modifier le code]

Titulatures[modifier | modifier le code]

De naissance roturière, Jeanne Bécu, dite de Cantigny ou (Gomard) de Vaubernier, n'a aucun titre de noblesse. Elle porte par mariage le titre de son époux et son titre officiel est « Madame la comtesse du Barry ». Elle porte successivement le nom puis le titre de :

Armoiries[modifier | modifier le code]

Armes de Jeanne Bécu en tant que comtesse du Barry (1768).

Madame du Barry reprenait les armes des Gomard de Vaubernier : « D'azur au chevron d'or, surmonté d'un geai sommé d'une lettre G majuscule, accompagné de deux roses en chef et d'une main dextre en pointe, le tout d'argent ».

Appartenant à la Maison du Barry par mariage, elle combine les armoiries des Gomard de Vaubernier à celles des du Barry telles que revendiquées par Jean du Barry, qu'il a reprise de la famille britannique de Barrymore, dont il prétend descendre : « D'argent à trois barres jumelles de gueule, au cimier d'une couronne surmontée d'un château d'argent, et issant d'icelle une tête de loup de sable, colletés d'une couronne ducale et enchaînés d'or avec la devise : Boutez en avant[L 9]. »

Médisances, jalousies et anecdotes[modifier | modifier le code]

Fronton de l'ancien hôtel de Madame du Barry, au 21 avenue de Paris à Versailles.

La plupart des anecdotes sur Madame du Barry proviennent de l'esprit malveillant de ceux qu'elle avait gênés dans leurs ambitions, notamment Mathieu-François Pidansat de Mairobert, pamphlétaire virulent[n 12]. Elles émaillent les Mémoires secrets et semblent avoir été destinées à amuser ou indigner, mais n'ont aucune valeur historique.

Ainsi, celle-ci rapportée par Mathieu-François Pidansat de Mairobert : le surnom que Madame du Barry donnait à son royal amant était La France. Un beau matin de 1773, le roi, qui ne dédaignait pas de préparer lui-même son café, le laissa s'échapper s’attirant cette apostrophe de la favorite : « Hé, La France ! Ton café fout le camp ! », ce qui était de très mauvais goût (voire une insolence envers la majesté royale) après la perte des colonies en 1763 au terme de la guerre de Sept Ans. En fait, la comtesse du Barry s'adressait à son valet de pied nommé La France à cause de sa région d'origine, l’Île-de-France[11].

Galerie[modifier | modifier le code]

François-Hubert Drouais, peintre du roi et protégé par sa maîtresse, fait plusieurs portraits de Madame du Barry, consignés dans son Mémoire des ouvrages de peinture commandés par Madame la Comtesse du Barry. Certains seront des variantes d'autres ; Anne-Françoise Doré, son épouse, réalisera des copies, qui sont généralement ni signées ni datées[1].

Portraits par François-Hubert Drouais[modifier | modifier le code]

Quand elle s'installe à Versailles en décembre 1768, Madame du Barry commande à Drouais le portrait ovale « en Flore »[n 13] ; en 1769, Drouais fait un portrait « en homme », où elle est en habit de chasse. Les deux œuvres sont exposées au Salon de peinture et de sculpture la même année, sous la cote no 60, et furent très regardés[1].

Toujours en 1769, l'atelier de François-Hubert Drouais fait l'unique copie connue du portrait « en Flore »[n 14], aujourd'hui conservée à la Galerie nationale d'art de Washington. La copie est envoyée en Angleterre avec l'original du portrait « en homme » pour un commanditaire inconnu. Charles-Étienne Gaucher utilisera la copie d'« en Flore » pour le graver dès 1770, et Jacques Firmin Beauvarlet grave dès 1769 celui « en homme », aujourd'hui perdu[1].

En 1770, Drouais note un second portrait « en Flore », peint de différentes manières. Une représentation d'après nature de Madame du Barry, autrefois conservée par lord Lonsdale et lord Hindlip, est aujourd'hui dans une collection particulière ; la comtesse apparaît en chemise transparente avec une corbeille de fleurs[1].

Un autre portrait ovale de Madame du Barry (chemise transparente, roses piquées dans les cheveux, couronne de roses dans la main droite et une rose dans la gauche) est commandée par Nicolas Beaujon pour 1200 livres, ce serait celui conservé au musée du Prado de Madrid (Espagne). Ce tableau diffère beaucoup du premier ; selon Juillette Trey, la version du Prado est la copie de 1200 livres mentionnée par Drouais dans son Mémoire : la composition étant différente et plus élaborée, le peintre signe et fait payer le prix d'un original[1].

En 1773, Drouais peint une nouvelle version, rectangulaire, à la demande de sa protectrice pour le duc d'Aiguillon ; Madame du Barry est en drapé bleu-blanc et tient une guirlande de fleurs. Cette troisième copie est présentée au Salon de 1773, côte no 80, et est aujourd'hui conservée au Beaux-Arts d'Agen. Bien que très critiqué en mal, il fut le plus copié des portraits « en Flore »[1].

F.-H. Drouais peint Madame du Barry en pied, comme muse protectrices des arts, en 1771. Présenté au Salon, il fait scandale car elle était vêtue d'une draperie légère et transparente ; Madame du Barry demanda à ce qu'on le retire et qu'il soit retouché. Il fut copié pour le landgrave de Hasse-Cassel et N. Beaujon, l'original est conservé à la chambre de commerce et d'industrie de Versailles[1].

Autres portraitistes[modifier | modifier le code]

En 1771, Jean-Baptiste Greuze peint Madame du Barry de façon désinvolte, vêtue d'une simple robe du soir, les cheveux détachés ; le portrait est actuellement dans une collection particulière. Il avait peint un autre portrait sur un ovale et qui figurait dans la collection d'Alfred Charles de Rothschild, mais dont la localisation actuelle est inconnue[12]. En 1775, Jean-Baptiste André Gautier-Dagoty la peint recevant une tasse de café de son esclave Zamor.

Élisabeth Vigée Le Brun peint trois portraits de Madame du Barry durant sa période à Louvecienne. Le premier de trois-quart, vêtue d'une en robe de gaze avec un chapeau de paille en 1781, conservé au musée d'Art de Philadelphie ; il sera le plus copié. Le second en 1782, actuellement conservé à la Galerie nationale d'art de Washington, la représente dans une robe blanche, une couronne de fleur dans la main gauche et le bras reposant sur un piédestal, coiffée de fleurs et de plumes d'autruche. La peinteresse sera fort agacée que le général auquel son tableau appartenait avait fait retoucher son œuvre en ajoutant du rouge aux joues de Madame du Barry. Le troisième portrait, destiné au duc de Brissac, est commencé en septembre 1789 : Vigée Le Brun avait fait le visage, les bras et la taille étaient tracés. En raison de la Révolution, elle laissa son oeuvre en France ; le comte de Narbonne était entré en possession du tableau, alors il le rendit à son autrice qui le termine en 1814[13].

Postérité[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Dans son Dictionnaire des idées reçues (œuvre posthume publiée en 1913), Gustave Flaubert définit le mot gras en ces termes : « Les personnes grasses n'ont pas besoin d'apprendre à nager. Font le désespoir des bourreaux parce qu'elles offrent des difficultés d'exécution. Ex : la du Barry. »

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Louis Signot, cuisinier de Madame du Barry, créa pour satisfaire sa gourmandise une recette de soupe veloutée au chou-fleur qui porte son nom : le potage Dubarry.

Musique[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Affiche du film Passion (1919) d'Ernst Lubitsch.

Télévision[modifier | modifier le code]

Bande dessinée[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'identification avec Madame du Barry est discutée depuis plusieurs années. Juliette Trey, conservatrice au Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, ne voit pas les traits de Madame du Barry et le Mémoire de Drouais des portraits de la comtesse commence en 1768[1].
  2. Des sources anciennes lui donnent Marie-Jeanne ou Jeanne-Marie comme prénom de naissance ; hors, son acte de baptême (faisant aussi office d'acte de naissance) indique que Jeanne est son unique prénom. Parfois, elle choisit de se faire appeler Jeanne-Bénédicte, comme sur sur l'acte de baptême de son esclave Zamor et dans d'autres documents. Étant née de père inconnu, elle porte le nom de sa mère, Anne Bécu, dont la famille avait usurpé la particule de Cantigny. Son père supposé est le moine Jean-Baptiste Gomard de Vaubernier, elle prétend à son mariage être la fille d'un frère de celui-ci ; la comtesse utilisera le nom et les armes des Gomard de Vaubernier jusqu'à la fin de sa vie.
  3. La Famille Dubarry et les textes à leur sujet usaient indiféremment l'orthographe Dubarry et du Barry. Cette dernière s'est imposée, et on l'utilisera dans cet article par souci de cohérence.
  4. Ancêtre de la fonction de Premier ministre français.
  5. Ancêtre du Journal officiel de la République française.
  6. Sous l'Ancien Régime, le Grand Couvert est la cérémonie d'un repas prit en public par le roi ou des princes et princesses du sang. Le Petit Couvert est un repas prit par ces mêmes personnes mais seules.
  7. Son nom était prononcé à l'anglaise, Zemor (\zɛmɔʁ\). C'était la prononciation des habitants de Louveciennes, aussi attestée dans plusieurs livres de compte écrivant Zemord[V2 1],[V2 2] ; l'orthographe Zamore peut se trouver, mais elle est fautive et tardive[V2 3].
  8. Il lui arrive notamment de faire fouetter les prostituées en place publique.
  9. Il eut plus de peur que de mal : les mendiants avinés étaient plus effrayants que dangereux, ils partent en proférant des menaces car elle tient bon et ne veut pas céder à leurs demandes[L 39].
  10. Le faux de la lettre est perceptible rien que par cette fausse signature : une reine de France ne signe que de son prénom, en l’occurrence Marie-Antoinette. De même, elle n'est pas de la Maison de France, mais de Habsbourg-Lorraine ou d'Autriche.
  11. . Dans le billet présenté par Lafont d'Aussonne, l'ancienne maîtresse royale veut offrir au couple royal des trésors qu'elle avait accumulés durant son court règne, mais Marie-Antoinette aurait refusé et Madame du Barry les aurait fait enfouir de nouveau dans ses jardins. Si l'incident des deux gardes est véridique, Claude Saint-André observe plusieurs inexactitudes et détails douteux comme le passage des trésors ; le texte fut arrangé à la Restauration par Lafont d'Aussonne afin de redorer la mémoire de Marie-Antoinette[L 48].
  12. Il publie anonymement à Londres, en 1776, ses Anecdotes sur la comtesse du Barry.
  13. Envoyé à Toulouse, probablement pour Guillaume du Barry, et acquit par le château de Versailles en 2011.
  14. Cette copie est aussi une variante : Madame du Barry n'a pas sa guirlande de fleurs dans les cheveux ; sa chemise est plus transparente, laissant deviner un sein ; et on voit mieux ses grains de beauté. Il est mieux conservé que l'original à Versailles, dont certains détails durent avoir disparu à cause d'un nettoyage abusif.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Levron 1973, p. 23-24.
  2. Levron 1973, p. 25.
  3. Levron 1973, p. 26.
  4. Levron 1973, p. 26-27.
  5. Levron 1973, p. 28-30.
  6. Levron 1973, p. 30-32.
  7. Levron 1973, p. 33-35.
  8. Levron 1973, p. 35-39.
  9. a et b Levron 1973, p. 28.
  10. Levron 1973, p. 39.
  11. Levron 1973, p. 39-40.
  12. Levron 1973, p. 40-43.
  13. Levron 1973, p. 44-45.
  14. Levron 1973, p. 52-53.
  15. Levron 1973, p. 42.
  16. Levron 1973, p. 49-51.
  17. Levron 1973, p. 51.
  18. Levron 1973, p. 52.
  19. a et b Levron 1973, p. 53-54.
  20. Levron 1973, p. 55-58.
  21. Levron 1973, p. 68-69.
  22. Levron 1973, p. 70-71.
  23. Levron 1973, p. 71-73.
  24. Levron 1973, p. 58-61.
  25. Levron 1973, p. 61-62.
  26. Levron 1973, p. 66-67.
  27. Levron 1973, p. 81.
  28. a et b Levron 1973, p. 82-83.
  29. Levron 1973, p. 89-90.
  30. Levron 1973, p. 92.
  31. Levron 1973, p. 94-96.
  32. Levron 1973, p. 96.
  33. Levron 1973, p. 99-100.
  34. Levron 1973, p. 103.
  35. Levron 1973, p. 107-108.
  36. Levron 1973, p. 109-112.
  37. Levron 1973, p. 112-114.
  38. Levron 1973, p. 112-119.
  39. Levron 1973, p. 119.
  40. Levron 1973, p. 125-128.
  41. Levron 1973, p. 128-130.
  42. Levron 1973, p. 132-133.
  43. Levron 1973, p. 140-147.
  44. Levron 1973, p. 147-149.
  45. Levron 1973, p. 155-156.
  46. Levron 1973, p. 156-161.
  47. Levron 1973, p. 162.
  48. Levron 1973, p. 163-164.
  49. Levron 1973, p. 165-171.
  50. Levron 1973, p. 175-176.
  51. Levron 1973, p. 176-177.
  52. Levron 1973, p. 185-188.
  53. Levron 1973, p. 188-192.
  54. Levron 1973, p. 192-194.
  55. Levron 1973, p. 130-131.
  56. Levron 1973, p. 93-94.
  1. Vatel 1883, p. 7-8.
  2. a et b Vatel 1883, p. 8-9.
  3. a et b Vatel 1883, p. 12.
  4. Vatel 1883, p. 10.
  5. Vatel 1883, p. 11.
  6. Vatel 1883, p. 16.
  7. Vatel 1883, p. 20.
  1. Vatel 1883, p. 146.
  2. Vatel 1883, p. 149.
  3. Vatel 1883, p. 148.
  4. Vatel 1883, p. 145-148.
  5. Vatel 1883, p. 149-150.
  6. Vatel 1883, p. 151-152.
  1. Vatel 1883, p. 363.
  1. Zweig 2013, p. 54-55.
  2. Zweig 2013, p. 54.
  3. a et b Zweig 2013, p. 55.
  4. Zweig 2013, p. 56.
  5. Zweig 2013, p. 58.
  6. Zweig 2013, p. 62-66.
  7. Zweig 2013, p. 67.
  8. Zweig 2013, p. 70.
  9. Zweig 2013, p. 80-84.

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g et h Juliette Trey, « Un portrait de Madame Du Barry pour Versailles », Versalia. Revue de la Société des Amis de Versailles, vol. 16, no 1,‎ , p. 187–196 (DOI 10.3406/versa.2013.933, lire en ligne, consulté le ).
  2. G. Lenotre, Vieilles maisons, vieux papiers, Tallandier, coll. « Texto » (ISBN 9791021007543).
  3. Michel Antoine, Louis XV, Fayard, 1989, p. 986 à 989.
  4. L. Lafont d'Aussonne, Mémoires secrets et universels des malheurs et de la mort de la reine de France, Paris, , 442 p. (lire en ligne), p. 398-399
  5. « Madame du Barry », dans Louis-Gabriel Michaud, Biographie universelle ancienne et moderne : histoire par ordre alphabétique de la vie publique et privée de tous les hommes avec la collaboration de plus de 300 savants et littérateurs français ou étrangers, 2e édition, 1843-1865 [détail de l’édition]
  6. a et b Jean-Philippe Guinle, Le Livre des rois de France, Bordas, , p. 151
  7. Stoeckl 1966, , p. 174
  8. Amédée Gabourd, Histoire de la Révolution et de l'Empire, éd. Lecoffre, , p. 40
  9. Michel Ragon, L'Espace de la mort: Essai sur l'architecture, la décoration et l'urbanisme funéraires, Albin Michel, 2012, p. 47.
  10. Armand-Louis de Gontaut Biron, Louis Lacour, Louis de La Cour de La Pijardière, Mémoires du duc de Lauzun (1747-1783), éd. Poulet-Malassis et de Broise,
  11. Jean-Claude Bologne, Qui m’aime me suive, dictionnaire commenté des allusions historiques, éditions Larousse, 2007.
  12. (en) « (#121) Jean-Baptiste Greuze », sur Sotheby's, (consulté le ).
  13. Élisabeth Vigée Le Brun, « Lettre X », dans Souvenirs de Mme Vigée-Lebrun, t. 1, Paris, H. Fournier, , 346 p., p. 160-169.
  14. « La Du Barry : coup de foudre à Versailles », Télé Z,‎ (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Ouvrages dédiés[modifier | modifier le code]

  • Charles Vatel, Histoire de Madame Du Barry, t. 1, Versailles, L. Bernard, (lire en ligne).
  • Charles Vatel, Histoire de Madame Du Barry, t. 2, Versailles, L. Bernard, (lire en ligne).
  • Charles Vatel, Histoire de Madame Du Barry, t. 3, Versailles, L. Bernard, (lire en ligne).
  • M. Le Roi, Madame du Barry 1768-1793, Versailles, Société des sciences morales, des lettres et des arts de Seine-et-Oise, 1859.
  • Edmond de Goncourt, Jules de Goncourt, La Du Barry : Nouvelle édition revue et augmentée de lettres et documents inédits tirés de la Bibliothèque nationale, de la Bibliothèque de Versailles, des archives nationales, et de collections particulières, Paris, Charpentier, 1903.
  • Claude Saint-André, Madame Du Barry, Paris, Tallandier, 1909, préface de Pierre de Nolhac.
  • Joseph Aulneau, La comtesse Du Barry et la fin de l'ancien Régime, Denoël, 1937.
  • (en) Agnès de Stoeckl, Maîtresse de Versailles : la vie de Madame du Barry, John Murray,
  • René de La Croix de Castries, Madame du Barry, Hachette, 1967.
  • Jacques Levron, Madame du Barry ou la fin d’une courtisane, Paris, Librairie Académique Perrin, coll. « Présence de l’histoire », , 341 p. (OCLC 255127807).
  • André Castelot, Madame du Barry, Paris, Librairie Académique Perrin, 1989.
  • (en) Joan Haslip, Madame du Barry : le prix de la beauté., Grove Weidenfeld, (ISBN 978-0-8021-1256-9).
  • Jacques de Saint Victor, Madame du Barry, un nom de scandale, Paris, Librairie Académique Perrin, 2002.
  • Pascal Lainé, La Presque Reine, éd. de Fallois, 2003.
  • (en) Eleanor Herman, Sex with Kings : 500 Years of Adultery, Power, Rivalry, and Revenge., William Morrow Paperbacks, (ISBN 0-06-058544-7).
  • Christiane Gil, La comtesse du Barry : Favorite de Louis XV, Pygmalion, 2010.
  • Jeanine Huas, Madame du Barry, Paris, Éditions Tallandier, , 340 p. (ISBN 978-2-84734-759-3 et 2847347593).
  • Cécile Berly, Les femmes de Louis XV, Perrin, 2018, 350 p.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mathieu-François Pidansat de Mairobert, Lettres originales de la comtesse Du Barry, Londres, 1779.
  • Barthélémy Mouffle d'Angerville, Vie privée de Louis XIV, Londres, 1781.
  • (en) Oliver Bernier, Louis le bien-aimé. Vie de Louis XV., Garden City, N. Y., Doubleday, , 272 p. (ISBN 0-385-18402-6)
  • Charles Lacretelle, Histoire de France pendant le dix-huitième siècle, Paris, Delaunay, 1819.
  • Étienne Arago, Jacques-François Ancelot, Madame du Barry, 1831, comédie en trois actes mêlée de couplets.
  • Histoire de la mort de madame Du Barry, extrait du journal La Nouvelle Minerve, Versailles, Société des sciences morales, des lettres et des arts de Seine-et-Oise, 1859.[1].
  • Émile Cantrel, Arsène Houssaye, Nouvelles à la main sur la comtesse Du Barry trouvées dans les papiers du comte de ***, Paris, H. Plon, 1861.
  • Alexandre Dumas, La Femme au collier de velours, Boucher, 1861.
  • "Mémoire des Sanson, mis en ordre, rédigés et publiés par Henry Sanson", tome3, Paris, Dupray de la Mahérie Éditeur, 1863.
  • Charles-Aimé Dauban, Edmond-Eugène Valton, La démagogie en 1793 à Paris, ou Histoire, jour par jour, de l'année 1793, Paris, Plon, 1868.
  • (Collectif d'auteurs), Madame du Barry : de Versailles à Louveciennes, catalogue de l'exposition présentée au Musée-promenade de Marly-le-Roi du au , Paris, Flammarion, 1992.
  • Frédéric Lenormand, Mademoiselle Chon du Barry, ou Les surprises du destin, Paris, Robert Laffont, 1996.
  • Catherine Hermary-Vieille, La Bourbonnaise, Paris, Albin Michel, 2001.
  • Ève Ruggieri, Le Rêve de Zamor, Ferryane, 2004.
  • Gérard Saint-Loup, Zamor, le nègre de La du Barry, Paris, L'Harmattan, 2006.
  • Stefan Zweig (trad. Alzir Hella), Marie-Antoinette, Paris, Librairie générale française, coll. « Le Livre de poche », (1re éd. 1933), 506 p. (ISBN 9782253146698, OCLC 11676251)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :