Lévignac (Haute-Garonne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Lévignac
Lévignac (Haute-Garonne)
Entrée du village (Place du Padouenc)
Blason de Lévignac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Toulouse
Canton Léguevin
Intercommunalité Communauté de communes de la Save au Touch
Maire
Mandat
Jean-Jacques Siméon
2014-2020
Code postal 31530
Code commune 31297
Démographie
Gentilé Lévignacais, Lévignacaises
Population
municipale
2 022 hab. (2015 en augmentation de 0,2 % par rapport à 2010)
Densité 165 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 40′ 01″ nord, 1° 11′ 43″ est
Altitude Min. 123 m
Max. 235 m
Superficie 12,22 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Lévignac

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Lévignac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lévignac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lévignac
Liens
Site web Site officiel
Page d’aide sur l’homonymie Lévignac-sur-Save redirige ici.

Lévignac (nommée également Lévignac-sur-Save non officiellement) est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Lévignacais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Toulouse située dans le Savès à 25 km - sur l'Itinéraire à Grand Gabarit - au nord-ouest de Toulouse dans la vallée de la Save, cette commune agricole, se trouve non loin des villes de Colomiers et L'Isle-Jourdain. Une partie de la forêt de Bouconne est située sur le territoire de la commune.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Lévignac est limitrophe de neuf autres communes, dont deux par un quinquepoint.

Communes voisines.
Communes limitrophes de Lévignac[1]
Menville Saint-Paul-sur-Save Montaigut-sur-Save
Le Castéra Lévignac[1] Daux,
Mondonville
(par un quinquepoint)
Lasserre-Pradère Lasserre-Pradère Pibrac

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 1 222 hectares ; son altitude varie de 123 à 235 mètres[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par la Save affluent de la Garonne.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Bien que des documents officiels soient disponibles, et retraçant de manière plus précise l'histoire de ce village, celui-ci s'est créé en raison de sa proximité avec la Save, et de son implant géographique, non loin de la forêt de Bouconne. Connu pour le chevalier Jean-Baptiste Dubarry, amant de Madame du Barry, ainsi que Louis XV. Dans ce village, il y a un château rénové qui constitue une trace de cet épisode tumultueux.

Le château de la Dubarry (ou du Barry après son "partenariat" avec Louis Xv) a appartenu à Gaston Monnerville, président du Sénat de la IVe République. Il est resté à l'abandon pendant des décennies. La Dubarry était très liée au marquis de Cossé-Brissac, membre (à vérifier) du "Club Massiac". Ce club militait à la Convention contre l'abolition de l'esclavage. Il recrutait logiquement, chez les planteurs des Antilles, Guadeloupe et Haïti jusqu'à l'insurrection dirigée par Toussaint-Louverture. Il n'est donc pas étonnant que le mari (Du Barry) réexpédié par Louis XV à Lévignac, avec une pension pour le remercier d'avoir servi de royal et officiel cocu, soit parti se faire oublier aux Antilles où il a fait souche jusqu'à ce jour.La famille Saint Laurens qui occupait le château familial sur la route de l'Isle Jourdain, est restée sans héritier (à vérifier) relativement désargentée mais vivant "noblement" (sans travailler, comme la noblesse de l'Ancien Régime) cette gentilhommière ne comptait plus, dans les années 1950 que deux ou trois pièces habitables mais les deux portes étaient encore utilisables. Le portail qui permettait à la calèche d'entrer et sortir, menait jusqu'à la Save par une allée de tilleuls taillés en boule. La destruction, dans les années 60, de la ligne SNCF qui partait de la Gare Roguet, à Toulouse, devenue "gare routière", est certainement un encouragement aux énormes embouteillages du périphérique de Toulouse, elle aboutissait à l'actuelle Gare à l'entrée de Lévignac.

L'histoire précise du maquis de la forêt de Bouconne reste à écrire ainsi que le rôle joué par Druillet, chef de la Milice à Auch, dans ce secteur.

Article détaillé : Réseau Morhange.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Lévignac-sur-Save

Son blasonnement est : De gueules au cep de vigne au naturel posé sur une terrasse d'or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 1 500 habitants et 2 499 habitants, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de dix neuf[3],[4].

Commune faisant partie de la sixième circonscription de la Haute-Garonne de la communauté de communes de la Save au Touch et du canton de Léguevin.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2008 en cours Jean-Jacques Siméon PS Retraité
1993 2008 Yves Chambenoit PS  
1977 1993 Joseph Dorbes    
1971 1977 Bernard Schwartz    
1947 1971 Joseph Garravet Rad.-PRG conseiller général

sa population est en constante augmentation du fait de la proximité avec Toulouse et notamment la proximité (10-15 km) des sites de construction d'Airbus Industrie, dont la zone AéroConstellation.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population

effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6].

En 2015, la commune comptait 2 022 habitants[Note 1], en augmentation de 0,2 % par rapport à 2010 (Haute-Garonne : +7,35 %, France hors Mayotte : +2,44 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8667057537488378299509981 003
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
843813827868875845822794748
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
737690660567639626636642625
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
6687488861 0801 4001 6241 8851 9211 963
2015 - - - - - - - -
2 022--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[9] 1975[9] 1982[9] 1990[9] 1999[9] 2006[10] 2009[11] 2013[12]
Rang de la commune dans le département 101 117 102 94 94 99 96 105
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

Économie[modifier | modifier le code]

Récemment traversé par l'Itinéraire à Grand Gabarit (IGG), chargé de transporter les morceaux de l'A380,

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Essentiellement agricole (maïs, etc.), elle est un mélange entre le style gersois et le style toulousain. Dotée d'une architecture et de bâtiments en torchis, son église est du style roman.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Vie locale[modifier | modifier le code]

Marché sous la halle tous les vendredis matins.

Services publics[modifier | modifier le code]

Centre social. Salle d'activité.

Enseignement[modifier | modifier le code]

École primaire Claude-Nougaro, école maternelle Jean-Moulin.

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Skate Park, terrains de football, terrains de tennis, pétanque avec boulodrome, danse, karaté.

Culture[modifier | modifier le code]

Bibliothèque municipale, présence de la radio, Radio de la Save (102,8 FM).

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]