Louise Bourgoin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bourgoin.
Louise Bourgoin
Description de cette image, également commentée ci-après
Louise Bourgoin au Festival de Cannes 2010.
Nom de naissance Ariane Louise Bourgoin
Naissance (36 ans)
Rennes, Ille-et-Vilaine, France
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession Actrice
Mannequin
Animatrice de télévision
Films notables La Fille de Monaco
Le Petit Nicolas
Les Aventures extraordinaires d'Adèle Blanc-Sec
Un heureux événement
L'amour dure trois ans

Louise Bourgoin, née le à Rennes[1], est une actrice, mannequin et animatrice de télévision française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Née le d'un père professeur de philosophie et d'une mère professeur agrégé de lettres modernes[2], Louise Bourgoin passe son enfance entre Rennes et Vannes où elle est élevée par sa mère qui a divorcé[3]. Suivant l'avis de ses parents, qui, selon elle, rêvent que leur fille exerce un métier stable[4], elle étudie cinq ans à l'École régionale des beaux-arts de Rennes afin de devenir professeur d'arts plastiques. Diplômée des Beaux-Arts de Rennes, elle échoue au CAPES de dessin, si bien qu'elle monte à Paris à l'âge de 20 ans pour essayer de gagner de l’argent rapidement[5].

Révélation télévisuelle (2003-2008)[modifier | modifier le code]

En 2003, elle participe à Fort Boyard dans l'équipe de Gaël Leforestier. Elle finira prisonnière, pieds nus dans la cellule aquatique.

En 2004, elle devient l'une des animatrices de l'émission Kawaï !, sur la chaîne Filles TV, sous son simple prénom. Cette émission met en scène une tribu de jolies animatrices ayant chacune des personnalités bien distinctes. Elle écrit, défend ses rubriques et présente ses coups de cœur dans ce magazine.

À partir de la rentrée 2006 jusqu'en juin 2008, elle est la « Miss Météo » dans Le Grand Journal de Michel Denisot, diffusé chaque soir sur Canal+. Pour éviter la confusion avec Ariane Massenet, elle opte pour le pseudonyme de Louise Bourgoin, qu'elle choisit parce qu'elle aime le travail de la plasticienne Louise Bourgeois[4]. L'émission la lance et lui permet de développer d'autres projets.

Sa présence dans Le Grand Journal est réduite en conséquence : à partir de septembre 2008, elle se contente d'animer tous les vendredis une pastille intitulée Lu à la télé : à savoir une rubrique pseudo-littéraire d'environ 4 minutes et qui commence par une entrée spectaculaire, suivie d'une présentation très rapide de quelques livres et qui s'achève par un petit clip où elle parodie une personnalité. Parmi ces célébrités, on trouve Arielle Dombasle, Roselyne Bachelot, Ségolène Royal, Amélie Nothomb, Carla Bruni ou encore Jean Sarkozy.

Sollicitée par le cinéma, Bourgoin quitte définitivement l'émission en décembre de la même année.

Progression au cinéma (2008-2011)[modifier | modifier le code]

Portrait officiel du studio Harcourt en 2009.

Dès ses débuts au Grand Journal de Canal + en septembre 2006, Louise Bourgoin est remarquée par l'acteur Fabrice Luchini[6] qui lui conseille de passer le casting du prochain film d'Anne Fontaine, La Fille de Monaco. Elle obtient le rôle principal féminin et le film, tourné en 2007 et sorti en 2008, lui vaudra une nomination aux Césars en 2009, dans la catégorie César du meilleur espoir féminin, ainsi que le Prix Raimu de la comédie[7],[8].

Peu de temps avant sa rencontre avec Luchini, elle avait passé quelques essais pour Paris, de Cédric Klapisch, mais n'avait pas été retenue par le cinéaste[9].

En décembre 2008, Louise Bourgoin quitte définitivement le Grand Journal, pour se consacrer au tournage de quatre longs-métrages au cours de l'année 2009 : Blanc comme Neige de Christophe Blanc, Sweet Valentine d'Emma Luchini, l'expérimental L'Autre Monde de Gilles Marchand, sélectionné au festival de Cannes en 2010[10]. Mais c'est le blockbuster de Luc Besson Les Aventures extraordinaires d'Adèle Blanc-Sec, qui lui permet de confirmer.

En 2010, elle devient l'héroïne du 3e film de Rémi Besançon, Un heureux événement librement inspiré du livre d'Éliette Abécassis, et dans lequel elle livre une performance remarquée en jeune mère en détresse[11].

En 2011, elle retrouve son ancien collègue écrivain du Grand Journal, Frédéric Beigbeder, pour incarner Alice, dans son premier film L'amour dure trois ans, aux côtés de Gaspard Proust.

En 2012, elle joue une jeune sœur aux côtés d'Isabelle Huppert et de Pauline Étienne dans La Religieuse de Guillaume Nicloux. La même année, elle tient le rôle de Judith, mère célibataire élevant seule sa fille diabétique, dans le second long-métrage de la réalisatrice Axelle Ropert, Tirez la langue, mademoiselle[12].

Enfin, renouant avec sa formation artistique initiale, elle écrit également le livre Orsay mis à nu, publié par les éditions Place des Victoires et le musée d'Orsay, dans lequel elle décrit l'intégralité des nus du musée d'Orsay[13].

Expériences américaines puis cinéma d'auteur (2013-2015)[modifier | modifier le code]

En 2013, après s'être essayée à la comédie en langue anglaise dans le film Duo d'escrocs avec Pierce Brosnan, elle obtient le rôle de Sandra, jeune mère paumée ayant accumulé des dettes dans le film de Nicole Garcia, Un beau dimanche, sorti en février 2014[14].

En 2014, elle obtient le premier rôle féminin du thriller américain Mojave, réalisé par le scénariste William Monahan, avec Mark Wahlberg et Oscar Isaac dans les rôles principaux. Le film sort directement en vidéo.

La même année, elle incarne Émilie Lelouch aux côtés de Vincent Lindon dans Les Chevaliers blancs [15] de Joachim Lafosse, d'après l'affaire de L'Arche de Zoé, association impliquée dans l'enlèvement de plus d'une centaine d'enfants au Tchad en 2007[16],[17].

En septembre 2014, elle joue Sandrine dans Je suis un soldat, jeune femme perdue devant retourner vivre chez sa mère à Roubaix à 30 ans passé et initiée malgré elle au trafic de chiens de race, par son oncle, incarné par Jean-Hugues Anglade. Ce projet lui permet de renouer avec la critique : réalisé par Laurent Larivière, ce premier film est sélectionné au Festival de Cannes 2015, dans la catégorie Un certain regard[18].

En décembre 2014, Louise Bourgoin retrouve Nicole Garcia, mais cette fois en tant que comédienne, puisqu'elles jouent la mère et la fille dans La Fin de la nuit, réalisé par Lucas Belvaux, d'après le roman du même nom de François Mauriac, pour la télévision[19].

En 2015, elle devient l'égérie des parfums Kenzo[20]. La même année elle fait partie du jury de Benoît Jacquot lors du 41e Festival du cinéma américain de Deauville.

Retour à la comédie et à Canal + (depuis 2016)[modifier | modifier le code]

L'année 2017 est bâtie autour des sorties de deux comédies romantiques, lui permettant de collaborer avec d'anciens de Canal +.

Elle partage d'abord l'affiche de la satire Sous le même toit avec Gilles Lellouche, sous la direction de l'ex-Nul Dominique Farrugia. Puis elle donne la réplique à une autre révélation de la chaîne payante, Stéphane De Groodt, pour la comédie fantastique L'Un dans l'autre, de Bruno Chiche.

La même année est diffusé par France 3 le téléfilm La Fin de la nuit.

En 2018, elle persiste dans la comédie romantique avec Les dents, pipi et au lit, où elle forme cette fois un couple avec Arnaud Ducret.

La même année, elle boucle le tournage de la première saison d'une nouvelle série télévisée de Canal +, dont elle tient l'un des rôles principaux. Il s'agit d'une adaptation du multi-récompensé drame hospitalier Hippocrate, sorti en 2014.

Vie privée[modifier | modifier le code]

L'actrice avec son ancien compagnon Julien Doré à la 33e cérémonie des César en 2008.

Le 7 avril 2016, elle donne naissance à un garçon, Étienne[21].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Doublage[modifier | modifier le code]

Publication[modifier | modifier le code]

  • Orsay mis à nu (2012)[13]

Performances[modifier | modifier le code]

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gilles Kerdreux, « Louise Bourgoin : « J’adorerais écrire mes rôles » », sur Ouest France, (consulté en juin 2017)
  2. Interview de Louise Bourgoin, Les Affranchis du 13 janvier 2012.
  3. « Divan - Louise Bourgoin », Psychologies Magazine, no 353,‎
  4. a et b Interview de Louise Bourgoin, Télé Loisirs no 1105, du 5 au 11 mai 2007.
  5. « Louise Bourgoin et Riad Sattouf, interview croisée de deux ex-ados rennais », sur lesinrocks.com, .
  6. http://www.wat.tv/video/louise-bourgoin-est-fabrice-2rn99_2exyh_.html
  7. AlloCine, « La Fille de Monaco Bande-annonce VF » (consulté le 21 mai 2017)
  8. AlloCine, « Prix et nominations pour La Fille de Monaco » (consulté le 21 mai 2017)
  9. Telerama, « Louise Bourgoin, entretien post-it (Télérama) », (consulté le 21 mai 2017)
  10. http://www.festival-cannes.com/fr/theDailyArticle/57581.html
  11. AlloCine, « Un Heureux Événement » (consulté le 21 mai 2017)
  12. Jacques Mandelbaum, « "Tirez la langue, mademoiselle" : du rififi chez les frères Pizarnik », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  13. a et b « Orsay mis à nu: Louise Bourgoin effeuille les trésors du musée d'Orsay », sur AAA, (consulté le 22 août 2015)
  14. « Un Beau Dimanche » (consulté le 21 mai 2017)
  15. « Les Chevaliers blancs (2014) », sur www.unifrance.org (consulté le 21 mai 2017)
  16. « Arche de Zoé : pas de libération pour Breteau et Lelouch », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  17. AlloCine, « Louise Bourgoin et Vincent Lindon sont "Les Chevaliers blancs" », AlloCiné,‎ (lire en ligne)
  18. http://www.festival-cannes.com/fr/archives/unCertainRegard.html
  19. AlloCine, « La Fin de la nuit (TV) » (consulté le 21 mai 2017)
  20. « Kenzo - Jeu d'amour », sur kenzoparfums.com (consulté le 22 août 2015)
  21. « Louise Bourgoin a accouché de son premier enfant ! », sur Non Stop People (consulté le 26 mai 2016).
  22. « Louise Bourgouin », sur canalplus.fr (consulté le 13 janvier 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :