Joachim Lafosse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lafosse (homonymie).
Joachim Lafosse
Description de cette image, également commentée ci-après
Joachim Lafosse en décembre 2010.
Naissance (42 ans)
Drapeau de la Belgique Uccle, Bruxelles (Belgique)
Nationalité Drapeau de la Belgique Belge
Profession Réalisateur et Scénariste
Films notables Nue Propriété
À perdre la raison
L'Économie du couple

Joachim Lafosse est un cinéaste, scénariste, dramaturge et metteur en scène de théâtre belge né à Uccle le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu de la grande bourgeoisie fortunée de Belgique[1], il effectue des études de réalisation de 1997 à 2001 à l'Institut des arts de diffusion[2], son film de fin d'études Tribu[2] remporte plusieurs prix dont celui du meilleur court métrage au Festival du film francophone de Namur[3] en 2001.

En 2005, il participe à l’Atelier du Festival de Cannes, avec son projet Révolte Intime.

Ça rend heureux, récompensé du Grand Prix au Festival Premiers Plans d'Angers 2007, est un long métrage qui raconte l'histoire de Fabrizio, un cinéaste au chômage qui décide de faire un nouveau film en dépit de ses maigres moyens financier et une vie personnelle difficile. Ce film est en partie inspiré de l'expérience du réalisateur[4]. En France, le film est sorti en salles quelques mois après son second long-métrage, Nue Propriété (sélectionné en compétition à Venise en 2006) avec Isabelle Huppert, Jérémie et Yannick Renier.

Il est aussi intervenant au Conservatoire royal de Mons.

Son cinéma s'intéresse à « la sphère privée et ses limites[3] ». La traduction de ses titres de films en anglais souligne cet aspect : Folie privée (2004), Nue propriété (2006) et Élève libre (2008) sont respectivement traduits par Private Madness, Private Proprety et Private Lessons[3]. Il déclare en 2010 : « À moi, on me donne une caméra et je filme exactement ce qu’on ne montre pas : les moments où l’on se dispute, où il y a des bagarres, des tensions[3]. »

Filmographie[modifier | modifier le code]

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Participations événementielles[modifier | modifier le code]

Documentaire[modifier | modifier le code]

  • Luc Jabon, Au-delà des mots, le cinéma de Joachim Lafosse[2], RTBF, 60 min., 2016

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. On pourrait constater qu’en général, la quatrième génération des familles fortunées produit un artiste., Le Soir, 11 août 2012
  2. a, b et c « Portrait sans tabou de Joachim Lafosse », article du journal La Libre Belgique du 09 février 2017.
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m [PDF] « 10 réalisateurs, 10 ans de cinéma belge francophone », dossier sur le site Wallonie-Bruxelles International , 2010.
  4. Cinemapolis

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]