Tirez la langue, mademoiselle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Tirez la langue, mademoiselle

Réalisation Axelle Ropert
Scénario Axelle Ropert
Acteurs principaux
Sociétés de production Les Films Pelléas
Pays de production Drapeau de la France France
Genre comédie dramatique
Durée 102 minutes
Sortie 2013

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Tirez la langue, mademoiselle est une comédie dramatique française réalisée par Axelle Ropert, sorti le .

Synopsis[modifier | modifier le code]

Boris et Dimitri Pizarnik sont médecins dans le quartier chinois à Paris. Ils sont frères, leur relation est fusionnelle, ils vivent dans le même immeuble. C'est ensemble qu'ils ont soigné leur mère malade, c'est ensemble qu’ils pratiquent leur métier, consacrant tout leur temps et toute leur attention à leurs patients. Dimitri semble plus fragile, alcoolique repenti, Boris est plus rude et fermé.

Une nuit, ils sont amenés à soigner une petite fille diabétique, Alice, que sa mère, Judith, élève seule. Ils tombent tous deux amoureux d'elle. Mais si Judith choisit Boris, elle n'a pas tout à fait rompu le lien avec le père d'Alice qui revient impromptu. Bientôt, tout sera bouleversé...les deux frères vont se quitter, l'un va peut-être être heureux avec la femme qui les avait séparés, l'autre semble voué à la solitude mais l'amour fraternel subsiste.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Accueil de la critique[modifier | modifier le code]

Pour Le Figaro, le film est « une comédie rêveuse » dans laquelle la réalisatrice réussit à « faire circuler l'émotion et l'humour avec une légèreté aérienne, à travers un dispositif de mise en scène qui joue subtilement des lieux et des moments », faisant le parallèle avec l'univers médical des livres de Martin Winckler[1]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marie-Noëlle Tranchant, « Tirez la langue, mademoiselle, médecine douce », Le Figaro, 3 septembre 2013.

Liens externes[modifier | modifier le code]