Maïtena Biraben

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Biraben et Maïté (homonymie).
Maïtena Biraben
Image illustrative de l'article Maïtena Biraben

Date de naissance (50 ans)
Lieu de naissance Épinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis), France
Nationalité Drapeau de la France Française
Drapeau de la Suisse Suisse
Langue français
Années d'activité depuis 1989
Émissions Les Maternelles (2001-2004) (France 5)
Nous ne sommes pas des anges (2004-2006)
Les Nouveaux Explorateurs (2007-2008)
La Matinale (2008-2012) (Canal+)
Le Supplément (2012-2015) (Canal+)
Le Grand Journal (2015-2016) (Canal+)
Radio Radio suisse romande (1989-1996)
Chaîne TSR
M6
France 2
France 3
France 5 (2001-2004)
Canal+ (2004-2016)

Maïtena Biraben, née le à Épinay-sur-Seine[1] (Seine-Saint-Denis), est une animatrice et productrice de télévision franco-suisse.

Elle a notamment animé sur France 5 l'émission Les Maternelles puis, sur Canal+, La Matinale et Le Supplément. De septembre 2015 à juin 2016, elle anime sur la même chaine Le Grand Journal, succédant à Antoine de Caunes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Maïtena Biraben naît dans la future Seine-Saint-Denis en région parisienne. Son père, photograveur[2], est d'origine basque. Sa mère exerce la profession de publicitaire, avant de se reconvertir en secrétaire de direction[1].

Aînée d'une fratrie de quatre, elle part avec sa famille dans les Landes et entre dans un pensionnat tenu par des sœurs dominicaines. Après son baccalauréat, elle retourne à Paris pour étudier l'histoire à l'université Panthéon-Sorbonne[3].

Carrière[modifier | modifier le code]

De 1989 à 1996, mariée à 21 ans avec un Suisse, Maïtena Biraben travaille à la Radio suisse romande. En même temps, durant les années 1990, elle anime plusieurs émissions sur la Télévision suisse romande, en plus d'en être la productrice artistique. Malgré une grande popularité en Suisse, elle quitte la TSR et se rend à Paris après diverses auditions avec Philippe Bouvard et Thierry Ardisson[réf. souhaitée].

En 1997, elle arrive sur M6 et présente une émission en première partie de soirée, Télé Casting, qui n'obtient pas le succès escompté[4]. La même année, elle passe rapidement, sur France 2 où elle présente Vue sur la mer, puis Emmenez-moi (1998-2000), et une chronique cinéma dans Télématin (1999-2001)[réf. souhaitée].

Sur France 3, elle devient rédactrice en chef du magazine culturel Plumes z’et paillettes puis de Paris capitale de la mode[5][Quand ?].

En 2001, elle présente sur La Cinquième (devenue par la suite France 5) l'émission Les Maternelles (2001-2004). Le programme obtient le 7 d'Or de la meilleure émission éducative. Elle présente également en 2003 l'émission Psychologies : un moment pour soi[réf. souhaitée].

En 2004, elle arrive sur Canal+. Elle y présente Nous ne sommes pas des anges (2004-2006) et Les Nouveaux Explorateurs (2007-2008). De septembre 2008 à juin 2012, elle anime La Matinale, succédant à Bruce Toussaint à la présentation[6],[7]. À la rentrée 2012, elle présente Le Supplément, les samedis et dimanches midi jusqu’à juin 2015.

Le , elle remplace exceptionnellement Cyril Hanouna dans Touche pas à mon poste sur D8, ce dernier animant La Nouvelle Star. Pendant l'été 2013, elle reprend la présentation du News Show[8]. Elle était l'une des favorites de Canal+ pour remplacer Michel Denisot à la présentation du Grand journal pour la saison 2013/2014, poste qui finalement est confié à Antoine de Caunes. Elle anime tout de même quelques émissions en tant que remplaçante de De Caunes (joker)[9].

Finalement, à la rentrée de septembre 2015, elle succède à Antoine de Caunes à la tête du Grand journal[9]. Mais la saison est difficile, avec des audiences en baisse, et ponctuée de polémiques. Ainsi, le , l'animatrice tient à l'antenne des propos qui créent la controverse, reprenant les propos du Front national quand celui-ci affirme qu'il est le « premier parti de France » et qu'il tient « un discours de vérité »[10]. En juin 2016, Canal+ annonce qu'elle quitte la présentation de l'émission, ainsi que la chaîne[11] ; son départ de la chaîne prend la forme d'un licenciement pour faute grave[12]. Elle porte l'affaire devant la justice[13].

Le , elle intervient en tant que polémiste dans l'émission On refait le monde, sur RTL[14].

En mars 2017, la RTS annonce que Maïtena Biraben animera un nouveau magazine sociétal en dix numéros de 42 minutes pour l'été 2017[15],[16].

En septembre 2017, après une année passée à l'écart des médias, elle succède à Roselyne Bachelot à l'animation du créneau 15 h-16 h sur RMC[17].

Autres activités[modifier | modifier le code]

Amatrice de rugby, Maïtena Biraben publie des chroniques dans l'hebdomadaire sportif Rugby Hebdo. D'ailleurs, en 2007, elle est consultante pour RTL lors de la Coupe du monde de rugby[réf. nécessaire].

Elle intervient régulièrement pour le Groupe Orange pour animer des débats internes à l'entreprise[réf. souhaitée].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Maïtena Biraben a la double nationalité franco-suisse[18].

En 1988, elle se marie avec un Suisse. Une dizaine d'années plus tard, elle se remarie avec un producteur de télévision anglo-belge. En juillet 2012, elle épouse Pierre Clément. Ils se sont rencontrés sur France 5 ; elle était animatrice des Maternelles et lui rédacteur en chef adjoint. Leur relation a valu à Pierre d'être remercié par France 5[1].

Elle a un fils, Lucas, né en 1996 d'une précédente union. Avec Pierre Clément, ils ont un fils, Gabriel, né en 2006. Ils vivent en région parisienne[1].

Télévision[modifier | modifier le code]

En Suisse[modifier | modifier le code]

M6[modifier | modifier le code]

France 2[modifier | modifier le code]

France 3[modifier | modifier le code]

  • [Quand ?] : rédactrice en chef du magazine culturel Plumes z’et paillettes, puis Paris capitale de la mode.

France 5[modifier | modifier le code]

Canal+[modifier | modifier le code]

Autres chaines[modifier | modifier le code]

Radio[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Vidéo[modifier | modifier le code]

  • Karine Le Marchand, Nathalie Le Breton, Maïtena Biraben : Je vais être papa, Paris, MK2 éd., Coll. Les maternelles, 2006[23]
  • Jean-Sébastien Deligny, Pascal Hendrick, Patricia Rimond des Anges, réal. : Karine le Marchand, Nathalie Le Breton, Maïtena Biraben : Je vais être papa, Paris, MK2 éd., Coll. Les maternelles, 2006[24]
  • Karine Le Marchand, Nathalie Le Breton, Maïtena Biraben : Les premiers jours avec mon bébé, Paris, MK2 éd., Coll. Les maternelles, 2008[25]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Luc Le Vaillant, « Maïtena Biraben, débordante » sur Libération, 16 février 2016
  2. « Maïtena Biraben : pas besoin de carte de presse pour faire une bonne interview », L'Obs.com
  3. Maïtena Biraben, Pure People.com.
  4. « Maïtena Biraben - toute son actu ! », sur Télé-Loisirs (consulté le 26 septembre 2017)
  5. « Maitena Biraben - Sa bio et toute son actualité », sur Elle.fr (consulté le 26 septembre 2017)
  6. « Maïtena Biraben à la Matinale de Canal + », Toutelatele.com, 27 juin 2008.
  7. J. Lalande & J.Mielcarek, « Regardez les débuts de Maïtena Biraben à La matinale » sur Ozap.com, 1er septembre 2008.
  8. News show avec Maïtena Biraben : descriptif des jeux de cet été
  9. a, b et c « Les Guignols, De Caunes, Baddou... : Canal+ dévoile sa rentrée », Benjamin Meffre, Ozap.com, 2 juillet 2015.
  10. « Selon "Le Grand Journal" de Canal+, le FN "tient un discours de vérité" », Le Monde.fr, 25 septembre 2015.
  11. Julien Bellver, « Maïtena Biraben quitte Le Grand Journal et Canal+ », PureMédias, 2 juin 2016.
  12. Raphaël Garrigos et Isabelle Roberts, « Jour de « faute » à Canal+ pour Maïtena Biraben », sur Les Jours,
  13. « Maïtena Biraben donne la date de son procès contre Canal et charge Bolloré », Gary Assouline, The Huffington Post.fr, 10 mars 2017.
  14. « Les premiers pas de Maïtena Biraben dans "On refait le monde" sur RTL », sur Ozap.com, .
  15. « Maïtena Biraben de retour sur la RTS », sur Le Matin.ch,
  16. « Maïtena Biraben de retour à la télévision », Florian Guadalupe, Ozap.com, 1er mars 2017.
  17. « Maïtena Biraben succède à Roselyne Bachelot sur RMC », lepoint.fr, 21 juillet 2017.
  18. Cécile Denayrouse, « Maïtena Biraben chatouille Paris », sur 24 Heures.ch,
  19. « Ça colle et c’est piquant », sur RTS.ch (consulté le 25 septembre 2015)
  20. « Rayon X », sur imdb.com.
  21. « Rayons X, du Ardisson pur jus », Nathalie Queruel, La Vie.fr n°2621, 23 novembre 1995.
  22. « Notice bibliographique », sur BnF (consulté le 20 mars 2016).
  23. « Notice bibliographique », sur BnF (consulté le 20 mars 2016).
  24. « Notice bibliographique », sur BnF (consulté le 20 mars 2016).
  25. « Notice bibliographique », sur BnF (consulté le 20 mars 2016).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]