Hélène Jouan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jouan.
Hélène Jouan
Image illustrative de l'article Hélène Jouan

Naissance (49 ans)
Antony
Nationalité Française
Profession Journaliste
Années d'activité depuis 1992
Médias
Média principal Radio
Pays Drapeau de la France France
Radio France Inter
Fonction Présentatrice de la revue de presse

Hélène Jouan, née le à Antony[1],[2], est une journaliste française de radio et de télévision.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation et débuts professionnels[modifier | modifier le code]

Titulaire d'une maîtrise de lettres modernes acquise à l’université de Toulouse-Le Mirail, Hélène Jouan est diplômée de l'École supérieure de journalisme de Lille[3].

À l'été 1992, elle débute comme stagiaire au service politique de France Inter puis rejoint en octobre la station BFM. De à , elle travaillera au service politique française de Radio France internationale (RFI)[3].

Radio[modifier | modifier le code]

Elle revient à France Inter en 1999 comme journaliste politique. En , elle est nommée chef du service politique et présentera de à l’été 2008, Hélène Jouan assure également la chronique politique L’édito de la matinale de France Inter[3]. Le , elle révèle dans une chronique matinale que l'annulation par Nicolas Sarkozy de sa participation au journal de 20 heures de TF1 est due à des problèmes qu'il rencontre dans son couple[4].

En , Frédéric Schlesinger, alors directeur de France Inter la nomme directrice de la rédaction, en remplacement de Patrice Bertin[3]. À la suite de la nomination de Matthieu Aron en , elle devient directrice des magazines d'information de France Inter[5], chargée de la présentation de la plupart des soirées électorales ainsi que du magazine bimensuel Tous des européens durant la saison 2013-2014 dans le cadre des élections européennes[6].

À compter de , elle présente du lundi au jeudi Le téléphone sonne chaque soir sur France Inter, en remplacement de Pierre Weill[7],[8]. Au bout d'une saison, elle passe le relais à Nicolas Demorand et rejoint la matinale de Patrick Cohen pour remplacer Bruno Duvic à la présentation de la revue de presse de h 30 à partir du [9].

À la rentrée 2017, Hélène Jouan quitte France Inter pour rejoindre Europe 1[10].

Télévision[modifier | modifier le code]

Entre 2011 et 2013, elle représente la station dans l'émission politique de France 2 Des paroles et des actes[11].

Durant la saison 2013-2014, elle a été chroniqueuse au Grand Journal de Canal+[8],[12].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hélène Jouan sur le site du Who's Who in France
  2. Who’s Who in France : Dictionnaire biographique de personnalités françaises vivant en France et à l’étranger, et de personnalités étrangères résidant en France, 48e édition pour 2017 éditée en 2016, 2367 p., 31 cm (ISBN 978-2-85784-058-9)
  3. a, b, c et d Thibault Leroi, « France Inter - Hélène Jouan nommée directrice de la rédaction », sur radioactu.com, .
  4. « Dès 2006, Nicolas Sarkozy faisait pression sur France Inter », sur Rue89.com, .
  5. Thibault Leroi, « France Inter - Nominations d'Hélène Jouan et Mathieu Aron », sur radioactu.com, .
  6. « France Inter - Coup d'envoi à Bruxelles du tour d'Europe pour les élections européennes », sur radioactu.com, .
  7. Benoît Daragon, « Laurence Bloch (France Inter) détaille en exclusivité la grille de rentrée », sur ozap.com, .
  8. a et b Olivier Sudrot, « Hélène Jouan fait ses adieux au Grand Journal », sur gentside.com, .
  9. Jean-Marie Durand, « A quoi ressemblera la nouvelle grille de France Inter à la rentrée ? », sur Les Inrockuptibles, .
  10. Julien Bellver, « Hélène Jouan quitte France Inter pour Europe 1 » sur PureMédias, 12 juillet 2017
  11. Natalie Lhoste-Gautron, « Hélène Jouan : « Je ne suis pas candidate à la présidence de Radio France » », sur programme.tv, .
  12. Alexandre Le Drollec, « Le Grand Journal : ce que l’on sait de la nouvelle formule », sur teleobs.com, .

Liens externes[modifier | modifier le code]