Kenzo (marque)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kenzo.

Kenzo
logo de Kenzo (marque)
Logotype de Kenzo

Création 1970
Fondateurs Kenzo Takada
Forme juridique SA à conseil d'administration
Siège social Paris
Drapeau de France France
Direction Sidney Toledano

Sylvie Colin

Actionnaires LVMH Moët Hennessy Louis VuittonVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Commerce de gros d'habillement et de chaussures.
Société mère Groupe LVMH
Effectif 330 en 2017
siren 402180194
Site web www.kenzo.com/fr

Chiffre d’affaires 238.901 k€ en 2017
Résultat net 43.915 k€ en 2017
Le parfum Flower by Kenzo.

Kenzo est une société française de conception, de fabrication et de vente de produits haut de gamme, notamment dans les domaines du prêt-à-porter et de la parfumerie, créée par Kenzo Takada. Fondée à Paris en 1970 sous le nom de Jungle Jap, l’enseigne prend le prénom de son fondateur en 1980 : Kenzo.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Fondateur de l’entreprise, Kenzo Takada naît le 27 février 1939 à Himeji au Japon[1]. Très tôt, il se passionne pour la mode, notamment à travers les magazines de ses sœurs. Étudiant à l'université de Kobe, il s'y ennuie considérablement. Contre l'avis familial, il quitte alors l'université pour rejoindre une école de mode, le Tokyo's Bunka Fashion College, qui vient d'ouvrir ses portes à la gent masculine[réf. nécessaire].

Une fois son diplôme acquis, il s'installe à Paris en 1964, non sans quelques difficultés d'adaptation. Pour se faire une place dans le milieu de la mode, il assiste à des défilés, se fait des contacts dans le milieu et parvient à vendre quelques croquis à Louis Féraud et à Jacques Delahaye. Il obtient un stage de styliste chez Renoma, marque de prêt-à-porter en vogue à l’époque[2].

En 1970, Kenzo Takada lance Jungle Jap[3] à Paris. La première boutique ouvre ses portes Galerie Vivienne[4] ornée d’un décor de jungle, inspirée des œuvres du Douanier Rousseau. La jeune maison installe, six ans plus tard, sa boutique, ses ateliers et ses bureaux place des Victoires pour devenir, en 1980, Kenzo[réf. nécessaire].

C’est sous l’inspiration de ce jeune Japonais, arrivé en France en 1965, que naissent, au tournant d’une décennie particulièrement créative, un style et un nom qui marquent, près de 40 ans après, le paysage de la mode[5] .

Années 1970[modifier | modifier le code]

Les années 1970 sont marquées par l’apparition d’une nouvelle génération de jeunes stylistes sur la scène de la mode parisienne. Kenzo Takada est un des pionniers. Ils proposent une mode qui se moque des conventions de la haute couture et dépoussièrent un prêt-à-porter industriel formel et daté[3]. Portée par les contre-cultures des années 1960 et 70, cette nouvelle vague propose une création en rupture, affirmant que la mode peut être créative tout en s’adressant au plus grand nombre.

1973 : naissance du groupe Mode et Création[modifier | modifier le code]

En 1973 naît le groupe Mode et Création, qui réunit pour la première fois des maisons de prêt-à-porter, et des stylistes dont Karl Lagerfeld (Chloé), Sonia Rykiel et Kenzo Takada (Jungle Jap). Tous veulent promouvoir une mode novatrice, faite par et pour des jeunes. Très vite, ceux que l’on appellera bientôt « les créateurs » établissent leurs quartiers dans l’ancien cœur de Paris, à deux pas des Halles : Kenzo et Thierry Mugler se font face place des Victoires, agnès b. ouvre rue du Jour, tandis que Hervé Léger et, plus tard, Yohji Yamamoto, Comme des Garçons, Jean Paul Gaultier ou Jean-Charles de Castelbajac s’installent un peu plus loin. Le succès est immédiat et la planète de la mode recommence à tourner autour de son axe : Paris.

Les années 1980[modifier | modifier le code]

Les années 1980 confirment ce mouvement, et les créations Kenzo deviennent des produits phares. Le tailleur pyjama en jersey de coton, les pull-overs manches kimonos, les robes corolles, et les jeans décorés de fleurs ou de madras deviennent les incontournables qui font le succès de la marque. Après 10 ans d’existence, Kenzo est plus que jamais le repère de toute une génération, et la boutique de la place des Victoires devient un lieu incontournable. Après les filles, la marque crée une gamme pour les garçons.

Le travail des photographes Hans Feurer[6], puis de Peter Lindbergh, contribuera à la création de l’identité de Kenzo. Au travers de campagnes publicitaires, notamment celle réalisée pour la collection Automne-Hiver 1985-1986 par Hans Feurer[7]. Kenzo élargi alors progressivement son univers en créant les lignes annexes pour hommes (Kenzo Jungle et Kenzo Jean), une collection enfants, des produits destinés à la maison et les parfums.

Les années 1990 et l’entrée dans le groupe LVMH[modifier | modifier le code]

La fin des années 1990 est marquée chez Kenzo par un défilé rétrospectif et une fête qui célèbrent, fin 1999, les trente ans de la maison et le départ de son créateur-fondateur Kenzo Takada. Devenue en 1993 une des instances du groupe LVMH, Kenzo entame avec le début des années 2000 une nouvelle étape de son histoire.

Les années 2000[modifier | modifier le code]

En 2000, Gilles Rosier est nommé directeur artistique des collections femme et Roy Krejberg directeur artistique des collections homme. Tous deux proches collaborateurs de Kenzo Takada, ils assurent une transition fidèle à l’univers généreux et coloré du fondateur. De l’automne 2003 au printemps 2011, Antonio Marras assure la direction artistique globale de la marque pour laquelle il développe un univers riche en rêves et en souvenirs de voyages, le tout dans un registre plus théâtral, luxueux et baroque[réf. nécessaire].

2011 : Humberto Leon et Carol Lim, nouveaux directeurs de la création[modifier | modifier le code]

Depuis juillet 2011, Humberto Leon et Carol Lim[8] ont pris la direction de la création de Kenzo. Ils sont fondateurs du concept store « Opening Ceremony » en septembre 2002 à New York et créateurs de la griffe homonyme.

Égéries[modifier | modifier le code]

Polémique[modifier | modifier le code]

Alors que LVMH fait de l'origine française de ses produits un argument commercial, une enquête réalisée par Capital démontre que les costumes Kenzo, jusqu'ici réalisés par le fournisseur ECCE à Prouvy, dans le Nord, sont désormais confectionnés dans la banlieue de Cracovie, en Pologne (où la main-d’œuvre est cinq fois moins chère), produisant des économies substantielles pour l'entreprise mais sans impact sur le prix de vente des produits, ni la communication « made in France »[9]. Ce thème est de nouveau abordé en 2016 dans le documentaire satirique Merci Patron ![10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Biographie de Kenzo Takada, sur puretrend.com.
  2. Blog Essentiel, Kenzo a célébré ses 40 ans, sur blog.assentiel.com, le 12 janvier 2011, consulté le 10 juillet 2012.
  3. a et b LVMH Le groupe
  4. Kenzo Le Blog, Galerie Vivienne : Le premier magazine de Kenzo Takada, consulté le 4 juillet 2012
  5. Audrey Vautherot, « Kenzo : une griffe à succès », sur gralon.net, Gralon, le 23 septembre 2010, consulté le 4 juillet 2012.
  6. Vogue, Hans Feurer, www.vogue.fr, le 21 mars 2012, consulté le 13 juillet 2012
  7. Ykone, Hans Feurer, www.ycone.com
  8. Antoine Pastor, Humberto Leon et Carol Lim nommés chez KENZO, sur vogue.fr, Vogue, le 12 juillet 2011, consulté le 4 juillet 2012
  9. Capital, « La fabrication se mondialise dans le plus grand secret », sur capital.fr, .
  10. Jean-Michel Thénard, « Merci poltrons ! », Le Canard enchaîné, mercredi 24 février 2016, p. 5.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Reportage[modifier | modifier le code]

[vidéo] Patrick Simonin, La mode est une révolution permanente, TV5 Monde 28 janvier 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]