Anne Fontaine (réalisatrice)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Anne Fontaine.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fontaine.
Anne Fontaine
Description de l'image Silhouette-personne.svg.
Nom de naissance Anne-Fontaine Sibertin-Blanc
Naissance (56 ans)
Luxembourg
Nationalité Drapeau de la France France
Profession Actrice, Scénariste, Réalisatrice

Anne Fontaine, pour l'état civil Anne-Fontaine Sibertin-Blanc, née le au Luxembourg, est une réalisatrice, actrice, scénariste et dialoguiste française et luxembourgeoise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Danseuse de formation, Anne Fontaine débute au cinéma comme actrice dans les années 1980. Elle apparaît dans des comédies en 1981 et 1985, notamment P.R.O.F.S (où elle interprète le rôle de la compagne de Patrick Bruel).

Elle passe ensuite à la mise en scène en 1986 en collaborant avec Fabrice Luchini à l'adaptation d'une pièce, Voyage au bout de la nuit d'après le roman de Louis-Ferdinand Céline.

Elle réalise son premier long-métrage Les histoires d'amour finissent mal... en général, puis un moyen-métrage, Augustin, où elle met en scène son frère cadet Jean-Chrétien Sibertin-Blanc dans le personnage atypique d'Augustin Dos Santos, qu'elle retrouvera dans les longs-métrages Augustin, roi du kung-fu et Nouvelle chance. Elle change de style avec le thriller Nettoyage à sec avec Miou-Miou et Charles Berling. En 2001, elle tourne Comment j'ai tué mon père avec Michel Bouquet et Charles Berling.

Elle écrit et réalise le drame psychologique Nathalie..., avec Fanny Ardant, Emmanuelle Béart et Gérard Depardieu, ainsi que Entre ses mains, avec Benoît Poelvoorde.

Fin 2010, elle tourne Mon pire cauchemar, avec Isabelle Huppert et Benoît Poelvoorde.

En 2013, elle adapte avec Christopher Hampton une nouvelle de Doris Lessing (Les Grands-mères) : Perfect Mothers avec Naomi Watts et Robin Wright.

En 2015, avec Les Innocentes (Agnus Dei ), elle aborde un thème difficile : le film raconte un épisode dramatique survenu en 1945 dans un couvent de religieuses polonaises, dont certaines se sont retrouvées enceintes après avoir été violées par des soldats soviétiques à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Lors de son avant-première, le film est salué par des hommes et des femmes d'Eglise qui en apprécient la pudeur et l'humanité[1].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisatrice[modifier | modifier le code]

Scénariste[modifier | modifier le code]

Actrice[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Le Point, magazine, « Avec "Les Innocentes", Anne Fontaine bouleverse l'Église », sur Le Point (consulté le 1er février 2016)

Lien externe[modifier | modifier le code]