Landévant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune du Morbihan
Cet article est une ébauche concernant une commune du Morbihan.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Landévant
La chapelle de Locmaria-er-Hoët.
La chapelle de Locmaria-er-Hoët.
Blason de Landévant
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Lorient
Canton Pluvigner
Intercommunalité Auray Quiberon Terre Atlantique
Maire
Mandat
Jean-François Le Neillon
2014-2020
Code postal 56690
Code commune 56097
Démographie
Gentilé Landévantais, Landévantaise
Population
municipale
3 544 hab. (2014)
Densité 159 hab./km2
Population
aire urbaine
43 981 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 45′ 55″ nord, 3° 07′ 14″ ouest
Altitude 15 m (min. : 0 m) (max. : 80 m)
Superficie 22,34 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte administrative du Morbihan
City locator 14.svg
Landévant

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Landévant

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Landévant

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Landévant
Liens
Site web http://www.landevant.fr/

Landévant [lɑ̃devɑ̃] est une commune française, située dans le département du Morbihan en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Landévant est une commune du Morbihan, située entre Lorient et Vannes sur la voie express N165 (E60) et à l’extrémité nord de la rivière d'Étel.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le seigneur du Val y exerce ses droits féodaux jusqu'au XVIIe siècle.

En 1790, Landévant devient une commune indépendante. En 1795, se déroule la bataille de Landévant2 000 à 5 000 chouans menés par Vincent de Tinténiac remportent la victoire sur les troupes républicaines.

Langue bretonne[modifier | modifier le code]

À la rentrée 2016, 23 élèves étaient scolarisés dans la filière bilingue catholique (soit 4,4 % des enfants de la commune inscrits dans le primaire)[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom est attesté sous les formes Landecvan en 1330[2], Lendevant en 1437, Landevan en 1481.

Le nom breton de la commune est Landevan

Il est préfixé par Lan et son suffixe serait une variante de Tegvan (Degfan, Dyfan en gallois)[3],[4].

Landévant signifierait donc « Ermitage de Tegvan ». À noter que Llandegfan au Pays de Galles possède la même étymologie.

Pierre Madec y voit un saint Devan qui correspondrait à Dyfan. Il y a un Llandefand en Monmouth et chose curieuse on honore tant là-bas qu'ici un même saint Martin. Mais il y a aussi un Llandegfan en Anglesey (Pays de Galles).

L'historien Pierre Robino de la Société d'Archéologie et d'Histoire du Pays d'Auray rejoint un peu l'hypothèse de Pierre Madec, Landecvant est sans doute la forme primitive. Si Lan-Degvan est la vraie forme, il faut identifier le saint breton avec un saint gallois bien connu.

Alan J. Raude, linguiste bretonnant, voit un saint "Avant" dans le nom. Le nom de ce dernier saint est mentionné au lieu-dit Lan Avan à Mahalon. Le cartulaire de Quimper fait également état du nom propre Avan en 1330.

Dans le Dictionnaire des Saints Bretons, Evan, Devan, Devant, Decvant, Tegvan, Evence, correspondraient à un seul et même saint : saint Evans.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Landévant (Morbihan).svg

Les armoiries de Landévant se blasonnent ainsi :

D’or à un éclair de gueules posé en barre, accompagné en chef et en pointe d’une mouchetures d’hermine de sable.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Les municipales 2014 sont marquées par deux changements : Passage au scrutin de liste proportionnel sans panachage possible ; chaque liste doit respecter la parité. Pour ce scrutin,deux listes s'opposent : "Landévant pour tous" menée par Jean-François Le Neillon et "Landévant solidaires" conduite par Anne Barbichon. La liste "Landévant pour tous" réunit près de 75 % des suffrages. Le maire sortant est réélu.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1890 1919 Yves Jehanno    
1919 1927 Joseph Jacob Gauche démocratique Propriétaire agriculteur, député (1898-1902)
1927 1944 Yves Cailloce    
1946 1959 Joseph Kerguéris    
1959 1971 Jean Haroche    
1971 2004 Joseph Kergueris UDF Maître de conférences - Conseiller général -

Sénateur du Morbihan (2001-2011)

2004 En cours Jean-François Le Neillon DVD Chef d'entreprise; électricien
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 3 544 habitants, en augmentation de 13,23 % par rapport à 2009 (Morbihan : 3,36 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 433 1 414 1 388 1 543 1 576 1 612 1 514 1 608 1 614
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 557 1 624 1 617 1 600 1 650 1 598 1 652 1 644 1 596
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 615 1 666 1 634 1 596 1 755 1 700 1 710 1 823 1 648
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
1 601 1 594 1 516 1 794 2 083 2 123 2 882 3 482 3 544
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006 [8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L’église Saint-Martin construite en 1834. Elle remplace un édifice du XVe siècle dont on a conservé quelques sculptures d’animaux.
  • La chapelle de Locmaria-er-Hoët ( Inscrit MH (1925)) : le plus ancien monument religieux de la commune. Elle serait un ancien « hospital », où il était possible de se soigner et de se reposer sur la route du Tro Breizh, pèlerinage aux sept saints fondateurs de Bretagne. La chapelle possède d’anciennes arcades sculptées et des statues naïves. L’intérieur était autrefois entièrement peint de décors géométriques, et de représentations figuratives dont subsistent des traces.
  • La chapelle Sainte-Brigitte.
  • La chapelle Saint-Laurent.
  • La chapelle Saint-Nicolas.
  • La gare de Landévant.

Tourisme[modifier | modifier le code]

  • La forêt et la pointe du Listoir, lieu de naissance de la rivière d'Étel et site ornithologique, où l’on peut observer des oiseaux marins toute l’année.
  • Les randonnées du Listoir (5,2 km) et de Lannouan (3,7 km), présentes dans le « Carnet de balades au cœur du pays d’Auray » en vente dans les offices de tourisme.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.opab-oplb.org/98-kelenn.htm
  2. Pouillé de 1330 p. 313.
  3. E. Nègre, Toponymie générale de la France, Volume 2, Formations non romanes, formations dialectales, p. 1044
  4. Hervé Abalain, Noms de lieux bretons, p. 76.
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :