Sainte-Anne-d'Auray

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sainte-Anne-d'Auray
Sainte-Anne-d'Auray
La basilique Sainte-Anne.
Blason de Sainte-Anne-d'Auray
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Lorient
Intercommunalité Auray Quiberon Terre Atlantique
Maire
Mandat
Roland Gastine
2020-2026
Code postal 56400
Code commune 56263
Démographie
Gentilé Saintannois
Population
municipale
2 802 hab. (2020 en augmentation de 7,19 % par rapport à 2014)
Densité 564 hab./km2
Population
agglomération
43 981 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 42′ 15″ nord, 2° 57′ 10″ ouest
Altitude 44 m
Min. 36 m
Max. 57 m
Superficie 4,97 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Sainte-Anne-d'Auray
(ville isolée)
Aire d'attraction Vannes
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Auray
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sainte-Anne-d'Auray
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sainte-Anne-d'Auray
Géolocalisation sur la carte : Morbihan
Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Sainte-Anne-d'Auray
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Sainte-Anne-d'Auray
Liens
Site web http://sainte-anne-auray.net/

Sainte-Anne-d'Auray [sɛ̃tandɔʁɛ] est une commune française, située dans le département du Morbihan en région Bretagne. Elle est célèbre pour son pèlerinage catholique en l'honneur de sainte Anne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Sainte-Anne-d'Auray
Plumergat Plumergat Plumergat
Pluneret Sainte-Anne-d'Auray Pluneret
Pluneret Pluneret Pluneret

Sainte-Anne-d'Auray est située dans le Morbihan, en Bretagne, et dépend du canton d'Auray, commune voisine d'où elle tire son nom.

Sainte-Anne-d'Auray fait partie du Parc naturel régional du golfe du Morbihan.

Description[modifier | modifier le code]

Le bourg de Sainte-Anne-d'Auray vu depuis le clocher de la basilique en 1922 (carte postale Villard).

De petite superficie et de création récente, Sainte-Anne-d'Auray a un relief plat compris entre 57 mètres pour le point le plus élevé (près de Kervenduc, à l'est du territoire communal) et 37 mètres d'altitude (dans la vallée du ruisseau de Léran (un affluent de rive droite du Sal qui a sa source dans la commune), à l'endroit où celui-ci quitte le finage communal. Le bourg est vers 45 mètres d'altitude.

La ville est caractérisée par une urbanisation éclatée entre plusieurs noyaux (le Bourg, les alentours de la Basilique, le Parc, Kerdeliau, la Croix Nicolazic, Toul Douar, le Petit Quéven) séparés par des parties restées souvent boisées, l'ensemble, en position centrale dans la commune, couvrant environ la moitié du territoire communal, dont les périphéries seules ont conservé un aspect rural à l'exception du hameau de Kervenduc, à l'extrémité orientale de la commune, qui connaît la rurbanisation.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l'Atlantique), répartie tout au long de l'année avec un léger maximum d'octobre à février[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 11,8 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 2,1 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 11,9 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 922 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 13,5 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 7 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Auray », sur la commune d'Auray, mise en service en 1994[7] et qui se trouve à 4 km à vol d'oiseau[8],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 12,5 °C et la hauteur de précipitations de 964,5 mm pour la période 1981-2010[9]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Vannes-Séné », sur la commune de Séné, mise en service en 1998 et à 19 km[10], la température moyenne annuelle évolue de 12,3 °C pour 1981-2010[11] à 12,4 °C pour 1991-2020[12].

Transports[modifier | modifier le code]

La gare Sainte-Anne (Morbihan).

Sainte-Anne-d'Auray est desservi par la D 17 qui va vers Pluneret au Sud et vers Plumergat en direction de l'Est ; la D 19 vers l'Ouest va en direction de Brech et la D 102 vers le Nord se dirige vers Pluvigner ; en direction du Sud-Ouest cette même route relie Sainte-Anne-d'Auray à Auray, où se trouve désormais la gare la plus proche desservie par des TGV Atlantique, celle de Sainte-Anne, située en fait en Pluneret et distante de 3 km, étant desservie uniquement par des TER.

La route expresse RN 165, qui passe au sud d'Auray, relie, grâce aux divers échangeurs desservant cette ville, commodément Sainte-Anne-d'Auray aux grands pôles urbains de l'Ouest de la France.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Sainte-Anne-d'Auray est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[13],[14],[15]. Elle appartient à l'unité urbaine de Sainte-Anne-d'Auray, une unité urbaine monocommunale[16] de 2 708 habitants en 2017, constituant une ville isolée[17],[18].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Vannes, dont elle est une commune de la couronne[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 47 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[19],[20].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (62 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (68,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (36,1 %), terres arables (31,8 %), zones agricoles hétérogènes (24,5 %), prairies (5,7 %), forêts (1,8 %)[21].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[22].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Drame breton écrit par l'abbé Le Bayon : Nicolazic raconte au recteur de Pluneret les apparitions de sainte Anne.

Le nom en breton de la commune est Santez Anna Wened[23]. Il s'agit d'un ancien hameau d'une quarantaine d'habitations situé dans la paroisse de Pluneret qui portait le nom de Ker Anna, et qui en breton signifie village d'Anne. Une tradition orale, diffusée par les fidèles chrétiens de cette région, voulait que Ker Anna fût appelé ainsi en référence à sainte Anne mais cette toponymie résulte d'un syncrétisme entre le vieux fond païen de la déesse Dana et le culte des saints chrétiens[24].

Le culte d'Anne, grand-mère de Jésus, s'est développé en ces lieux à la suite de l'apparition de celle-ci à Yvon Nicolazic, laboureur local.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Le blason évoque la main de sainte Anne tenant un cierge allumé lors de son apparition à Yvon Nicolazic. La petite montagne à trois bosses rappelle que ce cierge s'éleva et s'abaissa trois fois avant de disparaître dans le sol à l'emplacement où fut découvert une vieille statue de bois de sainte Anne. Les armoiries de Sainte-Anne-d'Auray sont « d'azur à un dextrochère de femme en carnation, tenant à la main en abîme un cierge d'argent à la flamme de gueules auréolée d'une gloire d'or, soutenu d'un mont à trois copeaux de sable liseré d'or, issant de la pointe ; au chef à cinq mouchetures d'hermine rangées en fasce[25] ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen-Âge[modifier | modifier le code]

Une chapelle fut édifiée en un lieu qui fut nommé "Keranna" lors de l'immigration bretonne en Armorique ; elle fut détruite par les Normands au VIIIe siècle ou au IXe siècle.

Au fil des siècles les paysans de l'endroit, aidés en cela par la toponymie du lieu-dit, auraient gardé le souvenir de la dévotion de leurs ancêtres à cet endroit, ce que confirma les dépositions faites par Yvon Nicolazic en 1625.

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Les apparitions[modifier | modifier le code]

Carte de Cassini de la région de Sainte-Anne-d'Auray et, à l'ouest du hameau, des marais avoisinants (datant de 1789).

Au XVIIe siècle, comme aux siècles antérieurs, Keranna (Ker-Anna, le village de Sainte Anne en breton) est un simple hameau de la paroisse de Pluneret. « Le Ker-Anna du XVIIe siècle, c'est un hameau de six fermes, sept feux, trente ou quarante âmes ; des bâtiments de granit, coiffés de chaume, une fontaine, des champs d'avoine et de blé noir, un marécage. Il faut aller chercher la messe à trois quarts de lieue, sur le chemin d'Auray, au bourg de Pluneret. Parmi les champs de Ker-Anna, il y en a un qu'on appelle le Bocenno où quelques pierres enfouies, émergeant par endroits et gênant le travail du soc, accréditent la tradition qu'il y avait eu là, dans les temps anciens, une chapelle dédiée à sainte Anne »[26]. Sainte Anne est traditionnellement très vénérée en Bretagne car selon une vieille légende, venant de Palestine, elle aurait abordé dans les dunes du fond de la Baie de Douarnenez, à Sainte-Anne-la-Palud, raison pour laquelle elle est devenue par la suite la sainte patronne des Bretons[27].

Les premières apparitions de sainte Anne à Yvon Nicolazic, paysan qui ne savait ni lire ni écrire, datent de l'été 1623, mais l'apparition principale est celle de la nuit du 25 au où sainte Anne lui aurait déclaré : « Je suis Anne, mère de Marie. Il y avait autrefois une chapelle qui est tombée en ruine (...). Je te demande de la rebâtir et d'en prendre soin (...). Dieu veut que je sois honorée ici (...) »[28].

Dans la nuit du 7 au , accompagné de son beau-frère et de voisins, Yvon Nicolazic se rend à nouveau dans le champ du Bocenno, où avaient lieu les apparitions (et qui était le site de l'ancienne chapelle disparue) et y déterre une vieille statue à moitié pourrie en bois d'olivier (une hypothèse prétend que la statue soit celle de la déesse romaine Bona Dea allaitant deux enfants discrètement re-sculptée et repeinte par les moines capucins d'Auray pour en faire l'image de sainte Anne trinitaire tenant sur ses genoux la Vierge et l'Enfant Jésus[29] ; ceci reste invérifiable, la statue ayant disparu pendant la Révolution française.

La nouvelle de cette découverte devint publique. « La populace, dévote et curieuse, vint y faire ses prières et y répandre ses offrandes (...). On vit des pèlerins y accourir en (...) grand nombre »[30].

Le recteur de Pluneret, jusque-là réticent et méfiant[31], finit par se laisser convaincre, de même que l'évêque de Vannes, Sébastien de Rosmadec, qui interrogea Yvon Nicolazic en mai 1625[30].

La première chapelle est bénie le .

Les débuts du pèlerinage[modifier | modifier le code]

Le sanctuaire et la basilique.

Depuis, l'histoire de Sainte-Anne d'Auray est très liée à la religion catholique. À la mort d'Yvon Nicolazic en 1645, le pèlerinage, organisé par des religieux Carmes installés dans le village depuis 1633 à la demande de Sébastien de Rosmadec est déjà très fréquenté.

Selon Ogée, « la maison des religieux est très grande et très commode, mais sans magnificence. L'enclos et les jardins très vastes, parfaitement entretenus, offrent les promenades les plus agréables et les plus diversifiées. Les environs, remplis de marais et trop couverts de bois, ont rendu longtemps le séjour malsain, et il y a apparence que l'on ne connaissait pas le principe [la cause] du mal, puisqu'on y apportait point de remède. Enfin les esprits se sont éclairés, et l'on s'est empressé de détruire cette source de maladie. On a desséché les marais, on a coupé et élagué les bois, et cette double opération a rendu l'air salubre et le séjour agréable »[30].

Sainte-Anne-d'Auray (ou en breton Santez-Anna-Wened) est devenu rapidement le principal lieu de pèlerinage de la Bretagne. On y vient depuis 1625, pour commémorer l'apparition de sainte Anne, grand-mère maternelle de Jésus-Christ, à Yves Nicolazic. Louis XIII offrit un morceau d’os de la sainte, dont le corps avait été ramené à Apt par sainte Marie-Madeleine et sainte Marthe[32].

Pèlerins montant à genoux les marches de la Scala Santa vers 1930.

La Scala Santa est construite par les Carmes en 1662 ; la tradition voulut que les pèlerins montassent ses marchés à genoux. Elle fut démontée en 1870[33].

Dès le XVIIIe siècle il se forme autour du monastère des Carmes une bourgade de merciers qui vendent une quantité « assez considérable de joujoux d'enfants et de bagues de verre, qu'ils tirent de Saumur, mais les deux articles de plus grande consommation sont les chapelets et les scapulaires[30].

Révolution française[modifier | modifier le code]

Lors de la Révolution française, le couvent des Carmes est vendu comme bien national et les religieux dispersés (les Carmes partent le ) ; en 1794 la chapelle est saccagée, la statue miraculeuse de sainte Anne enlevée et brûlée ; mais la Terreur n'empêcha pas les Bretons de continuer à venir en foule fréquenter le sanctuaire où des prêtres, déguisés en paysans, haranguaient les paysans[27].

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

La première moitié du XIXe siècle[modifier | modifier le code]

La Bataille de Sainte-Anne-d'Auray oppose les Chouans et les Impériaux à Sainte-Anne-d'Auray le .

Le petit séminaire de Sainte-Anne-d'Auray ouvre en 1815 dans les bâtiments de l'ancien couvent des Carmes, rachetés par l'évêché de Vannes, de même que la chapelle.

Le pèlerinage au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

La fin de la Révolution et le Concordat permirent au pèlerinage de redevenir très fréquenté. La chapelle est rendue au culte en juillet 1802. En 1824 une nouvelle statue de sainte Anne remplace celle qui a été brûlée pendant la Révolution. De nombreuses personnalités y viennent comme la duchesse de Berry en 1828, Napoléon III et l'impératrice en 1858, le président de la république Mac Mahon en 1874. La chapelle du XVIIe siècle, devenue beaucoup trop petite pour pouvoir accueillir l'afflux croissant des pèlerins, est remplacée par la basilique actuelle, œuvre d'Édouard Deperthes, construite entre 1865 et 1877. La consécration de la basilique en 1877 attira une foule immense, de même que la plantation de la Croix de Jérusalem en 1886 ou encore la translation de la relique de sainte Anne de offerte par le pape Léon XIII en 1894. Vers 1900, plus de 70 paroisses bretonnes y viennent chaque année en procession[27].

Sainte-Anne-d'Auray : statue d'un Mobile en arme par Aristide Croisy.

Dans l'enceinte de la Nécropole nationale de Sainte-Anne-d'Auray sont inhumés une vingtaine de corps de soldats de l'Armée de la Loire morts pendant la Guerre de 1870[34].

Le les zouaves pontificaux, avec à leur tête Charette et Louis-Gaston de Sonis, viennent en pèlerinage à Sainte-Anne-d'Auray[27]. Une grande manifestation légitimiste fut organisée le à Sainte-Anne-d'Auray[35].

Le pèlerinage et ses mendiants sont ainsi décrits en 1887 : « C'est jour de grande fête à Sainte-Anne. (...) Sur la route de Pluneret à Sainte-Anne, la plus passagère de toutes, les misérables, les estropiés, les monstres, étalent leurs loques vermineuses et des plaies qui n'ont pas de nom ; on marche dans l'horreur, le cœur chaviré, le cerveau soudainement affolé comme par une hallucination d'enfer. (...) Car ils sont là, deux cents, trois cents, peut-être davantage, ils sont là, de chaque côté de la route, criant, pleurant, implorant et grouillant sous le soleil. (...) Les uns rampent sur des moignons sanguinolents ; d'autres, le nez coupé, la bouche rongée et toute noire, les yeux invisibles, couverts d'infectes purulences, s'agitent sous des guenilles aux odeurs de charnier[36]. »

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Belle Époque[modifier | modifier le code]

La foule devant la Basilique lors de l'inventaire des biens d'église ().

En 1900 le Conseil municipal de Pluneret done un avis défavorable à un projet de tramway devant desservir au départ de la gare d'Auray la Charteuse d'Auray, Auray, Pluneret et la basilique de Sainte-Anne-d'Auray « pour plaire aux voituriers de Sainte-Anne »[37]. En juillet 1914 le journal L'Ouest-Éclair dénonce les voituriers qui, à la gare, « bousculent les voyageurs et se livrent sur eux nous pourrions presque dire à des voies de fait pour les contraindre à monter dans leurs carrioles » ; le journal poursuit en demandant que le maire de Pluneret taxe le prix des places et que les tarifs soient affichés à l'intérieur des voitures « tandis qu'actuellement on assiste à l'exploitation la plus éhontée »[38].

Après la fermeture de l'école privée congrégationniste en vertu de la Loi sur les congrégations, une école privée est ouverte à Sainte-Anne-en-Pluneret (Sainte-Anne-d'Auray) en septembre 1902[39].

Le l'inventaire des biens d'église de la basilique de Sainte-Anne-d'Auray provoqua une grande manifestation : un millier de fidèles, munis de bâtons et de pen-baz, cerains de fusils, se massèrent devant la basilique dont les portes furent barricadées[40].

L'établissement de la congrégation des Sœurs de Marie-Joseph du Dorat, qui avait été transféré de Vannes à Sainte-Anne-d'Auray par décret du est supprimé par un décret du président de la République Armand Fallières en date du en vertu de la loi sur les congrégations[41].

Le Mémorial de la Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

269 soldats belges[42] et 9 soldats russes[43] morts sur le sol français pendant la Première Guerre mondiale sont inhumés dans la Nécropole nationale de Sainte-Anne-d'Auray.

Un Mémorial aux victimes bretonnes de la Grande Guerre, dont la première pierre est posée le , est inauguré de manière solennelle le . Il évoque les 240 000 bretons qui seraient morts au combat pendant cette guerre, chiffre considéré désormais comme exagéré par les historiens, qui estiment le nombre des Bretons morts au combat à environ 125 000[44]. Des cérémonies commémoratives étaient organisdées chaque année en mémoire des morts bretons de la Grande Guerre : par exemple celles du , en présence du cardinal Verdier et du général Weygand, attirèrent une foule considérable[45]. Ce monument est désormais dédié aux disparus de toutes les guerres.

Le pèlerinage au XXe siècle[modifier | modifier le code]

L'abbé Louis Cadic[Note 7] a été chapelain de Sainte-Anne-d'Auray de 1880 à 1935[46].

Tous les étés, le 26 juillet, un pèlerinage y a lieu : le pardon de sainte Anne.

On compte une moyenne de 250 000 pèlerins par an dans la décennie 1920 (en 1914, juste avant la déclaration de guerre, 30 000 hommes y accoururent à la demande de l'évêque de Vannes, et de nombreux soldats démobilisés y vinrent le à la demande de Mgr Gouraud[27]) et de 800 000 pèlerins par an vers la fin du XXe siècle à Sainte-Anne-d'Auray.

Sainte-Anne-d'Auray : pèlerins se lavant à la fontaine entourant la statue géante de sainte Anne ; à gauche de la photographie commerces de rue et charrettes de voituriers (carte postale, vers 1920).

L'afflux des marchands lors du grand pèlerinage est tel que par exemple en 1927, à la demande du Préfet du Morbihan, le maire de Pluneret prit un arrêté « qui interdit tout étalage de boutiques sur presque tous les trottoirs dans la traversée de Sainte-Anne. Les quelques places qui sont autorisées pour les étalages sont louées à l'année et il ne reste plus à prendre pour les marchands étrangers que quelques places sur les trottoirs de la rue de Vannes, le long du mur du jardin du séminaire et sur la rue de la Chartreuse, le long de la Scala Santa, après la pompe »[47].

La création de la paroisse, puis de la commune, de Sainte-Anne-d'Auray[modifier | modifier le code]

En 1888 une demande de création d'une section électorale distincte au sein de la commune de Pluneret est faite par les habitants de Sainte-Anne-d'Auray qui arguent que, sur 800 électeurs inscrits dans la commune, 300 habitent le village de Sainte-Anne et que la distance de 4 km qui sépare celui-ci du chef-lieu communal est un obstacle à l'accomplissement de leur devoir d'électeur[48].

En 1903 des habitants du village de Sainte-Anne demandent l'érection de la section de Sainte-Anne en commune distincte ; le comte de Lambilly[Note 8], déclare : « Sainte Anne (...) reçoit des visiteurs nombreux et ce village est devenu un véritable gros bourg, où une brigade de gendarmerie, un bureau de poste, de télégraphe et une école de garçons existent déjà. (...) La nouvelle commune aurait 495 hectares, tandis que Pluneret serait diminué de 469 hectares. (...) Plumergat perdrait seulement 26 hectares (...). Le nombre d'habitants de Sainte-Anne serait de 1 760 environ. La population de Pluneret serait de 1 900 au lieu de 3 381 habitants. Celle de Plumergat tomberait de 2 476 à 2 197 habitants ». Mais le Conseil général du Morbihan donna un avis défavorable[49].

Une nouvelle demande est faite en 1929. Léopold Le Bourgo[50], conseiller général du canton de Lorient, défendant le projet déclare : « Je dis que les intérêts de Sainte-Anne sont différents de ceux de Pluneret : Sainte-Anne est composée presque exclusivement de commerçants ; Pluneret est une commune essentiellement agricole » ; la demande fut à nouveau rejetée par le Conseil général du Morbihan (18 vox contre, 16 pour)[51] ; le conseil municipal de Pluneret avait pour sa part déjà rejeté le projet lors de sa délibération du par 12 voix contre 9 (« le démembrement de la commune de Pluneret grèverait gravement ses intérêts en lui enlevant sa partie la plus riche »[52]. En décembre 1929 les dix conseillers municipaux de la section de Sainte-Anne-d'Auray donnèrent leur démission du conseil municipal de Pluneret en signe de protestation contre le refus du Conseil général du Morbihan d'ériger leur section, éloignée du bourg de Pluneret, en commune[53].

Sainte-Anne-d'Auray a longtemps fait partie de la paroisse et commune de Pluneret. La paroisse de Sainte-Anne d'Auray est créée le , en regroupant le domaine du sanctuaire, l'ancien Ker Anna et plusieurs villages de la paroisse de Pluneret, ainsi que d'autres villages dépendant jusqu'ici de la paroisse de Plumergat. Le village étant composé en majorité d'artisans et de commerçants qui vivent de plus en plus de l'industrie touristique développée comme centre régional de piété bretonne, ces derniers voient l'intérêt de devenir une commune autonome pour bénéficier d'un essor plus rapide et plus rémunérateur, si bien que Sainte-Anne-d'Auray est érigée en commune indépendante de celle de Pluneret le [54].

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Article du journal La Croix du indiquant la condamnation du sous̠-officier allemand qui fit exécuter deux prêtres à Sainte-Anne-d'Auray le .

Le le père Le Barth[Note 9], premier recteur de la paroisse, est fusillé par les Allemands devant la maison Sainte-Marie, ainsi que le père Allanic[Note 10], économe du petit séminaire depuis 1913 et organiste de la basilique, et trois autres victimes civiles : Xavier Brianceau[Note 11], Augustine Henry et Stanislas Le Louer. Les soldats allemands pénètrent ensuite dans la basilique dans le but de l'incendier. Mais le feu ne prit pas et la basilique fut peu endommagée, même si des traces de l'incendie sont encore visibles au niveau des confessionnaux [55].

L'après Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le général De Gaulle vient en pèlerinage à Sainte-Anne-d'Auray en 1947. En 1949 le cardinal Roncalli, nonce apostolique à Paris et futur pape Jean XXIII, présidé les Fêtes de sainte Anne.

La Nécropole nationale de Sainte-Anne-d'Auray ouvre en 1959. Des corps de soldats morts lors de diverses guerres (Guerre de 1870, Première et Seconde Guerres mondiales, Guerre d'Indochine) français et étrangers (belges principalement), qui étaient inhumés dans divers cimetières de Bretagne, Poitou et Pays de Loire, y ont été rassemblés.

Jean-Paul II y est venu en pèlerinage le où il a rassemblé 150 000 personnes, première visite d'un pape en Bretagne. Une relique du pape (une mèche de cheveux) a été offerte en 2014 au sanctuaire[56].

Le XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avril 1950 mai 1953 Émile Marande[Note 12]    
mai 1953 22 février 1984[57]
(décès)
Jacques Brianceau[Note 13]   Médecin
février 1984 22 mars 2008 Henri Macé DVD Assistant technique
22 mars 2008[58] En cours Roland Gastine DVD Instructeur en urbanisme à la DDE
Réélu en 2014[59] et 2020[60]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1954. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[61]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[62].

En 2020, la commune comptait 2 802 habitants[Note 14], en augmentation de 7,19 % par rapport à 2014 (Morbihan : +3,12 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006
1 6261 3351 4051 3951 5121 6301 8442 0672 102
2010 2015 2020 - - - - - -
2 4332 6332 802------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[63] puis Insee à partir de 2006[64].)
Histogramme de l'évolution démographique

Langue bretonne[modifier | modifier le code]

À la rentrée 2016, 55 élèves étaient scolarisés dans la filière bilingue catholique (soit 7,7 % des enfants de la commune inscrits dans le primaire) [65].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le pèlerinage de Sainte-Anne d'Auray est le plus important de la région. Au XIXe siècle, l'affluence est telle que la chapelle devient trop petite. Pour y remédier, la basilique est bâtie. Aujourd'hui, le sanctuaire est le témoin d'une ferveur religieuse typiquement bretonne. En visitant le sanctuaire, on découvre un ensemble de monuments de différentes époques :

  • basilique du XIXe siècle, construite par l'architecte Édouard Deperthes, inscrite à l'inventaire du Patrimoine ;
  • le cloître des Carmes du XVIIe siècle, classé Monument historique ; c'est aujourd'hui le monument le plus ancien de Ste-Anne-d'Auray, construit pas les Carmes en 1641 ; il sépare la basilique de l'ancien couvent des Carmes occupé de nos jours par le collège-lycée ;
  • un ensemble de bâtiments du XVIIe siècle attenants au cloître inscrit à l'inventaire du Patrimoine ;
  • la fontaine, lieu de la première apparition de sainte Anne ;
  • le Mémorial de la Grande Guerre de Sainte-Anne-d'Auray, édifié de 1922 à 1932 par les cinq diocèses de Bretagne pour garder le souvenir « des 240 000 Bretons victimes de la Première Guerre mondiale » dû à l'architecte René Ménard ;
  • la statue monumentale de Sainte Anne et Marie ;
  • l'espace Jean-Paul-II, réalisé après la venue du pape, le  ;
  • la Scala Santa, qui faisait office de porte monumentale au sanctuaire.

D'autres sites sont à découvrir à Sainte-Anne-d'Auray :

  • la maison de Nicolazic ;
  • le Musée de cire, l'Historial ;
  • dans le complexe de la basilique : la galerie des statues, la galerie d'exposition et le trésor du sanctuaire, qui possède notamment une chasuble « dite » d'Anne d'Autriche dont on dit qu'elle aurait été offerte en 1638 par celle-ci à sa sainte patronne en remerciement de la naissance de son fils, le futur Louis XIV (mais dont l'authenticité est douteuse)[66];
  • l'Académie de Musique et d'Arts Sacrés qui porte un projet culturel et l'animation musicale du site avec ses chœurs, sa musique (grand orgue Cavaillé Coll, école d'orgue et de bombarde)...
  • le parc Camborne.

Événement[modifier | modifier le code]

Depuis 2008, la commune de Sainte-Anne-d'Auray accueille chaque année au mois d'août le Festival Les Galettes du Monde[67] qui a pour but de faire découvrir les arts culinaires et culturels.

Tableaux représentant Sainte-Anne-d'Auray[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Yves Nicolazic (1591-1645), paysan breton a qui Sainte Anne serait apparue.
  • Liane de Pougy (1869-1950), courtisane puis religieuse, a passé une partie de son enfance à Sainte-Anne-d'Auray.
  • Roger Marage (1922-2012), peintre, graveur a vécu et décédé dans cette ville.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[3].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Louis Cadic, né le à Noyal-Pontivy, décédé en mai 1936 à Sainte-Anne-d'Auray en Pluneret.
  8. Claude-René de Lambilly, comte de Lambilly, conseiller général du canton de Locminé.
  9. Joseph Le Barh, né le à Pluvigner.
  10. Louis Allanic, né en 1887 à Lignol, ancien adjoint au maire de Pluneret.
  11. Xavier Brianceau, né le à Les Brouzils (Vendée), frère de Jacques Brianceau, futur maire.
  12. Émile Marande, né le à La Neuveville-lès-Raon (Vosges), décédé le à Sainte-Anne-d'Auray.
  13. Jacques Henri Charles Eugène Brianceau, né le aux Brouzils, décédé le à Sainte-Anne-d’Auray. [1]
  14. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Bretagne », sur www.chambres-agriculture-bretagne.fr, (consulté le )
  7. « Station Météo-France Auray - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre Sainte-Anne-d'Auray et Auray », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station Météo-France Auray - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  10. « Orthodromie entre Sainte-Anne-d'Auray et Séné », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station météorologique de Vannes-Séné - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Station météorologique de Vannes-Séné - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  14. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  15. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Unité urbaine 2020 de Sainte-Anne-d'Auray », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  17. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  18. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  19. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Vannes », sur insee.fr (consulté le ).
  20. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  21. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  22. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  23. geobreizh http://www.geobreizh.bzh/geobreizh/fra/villes-fiche.asp?insee_ville=56263
  24. Frañses Favereau, Bretagne contemporaine : langue, culture, identité, Skol Vreizh, , p. 110.
  25. Michel Froger et Michel Pressensé, Armorial des communes du Morbihan, Froger SA, , p. 21.
  26. Charles Baussan, « Sainte-Anne-d'Auray et Sainte-Odile », Journal La Croix,‎ (lire en ligne, consulté le )
  27. a b c d et e Jean Vézère, « À travers nos pèlerinages de France. Sainte-Anne-d'Auray », Journal La Croix,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  28. « Étymologie et histoire de Sainte-Anne-d'Auray », sur InfoBretagne.com (consulté le ).
  29. Louis Réau, Iconographie de l'art chrétien, Presses universitaires de France, , p. 92
  30. a b c et d Jean-Baptiste Ogée, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, vol. 3, Nantes, Vatar Fils Aîné, (lire en ligne), pages 442 à 445.
  31. Abbé Maximilien Nicol, Histoire du pèlerinage de Sainte-Anne d'Auray, (lire en ligne), pages 59 à 70.
  32. Véronique Le Bagousse, « Les reliques. Les restes vénérés des saints », Journal Le Télégramme,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  33. « La Scala Santa », sur InfoBretagne.com (consulté le ).
  34. « Sainte-Anne-d'Auray. Ossuaire 1870-1871 (sans noms) de la Nécropole nationale (Relevé n° 9620) Ossuaire », sur MémorialGenWeb, (consulté le ).
  35. Le 29 septembre 1889 à Sainte-Anne-d'Auray, "Le Drapeau blanc : journal légitimiste hebdomadaire", n° du 30 mars 1913, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k938536m/f3.image.r=Plumelec?rk=1051507;2
  36. Octave Mirbeau, journal Le Gaulois, août 1887.
  37. « Les tramways », Journal L'Ouest-Éclair,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  38. « Sainte-Anne-d'Auray. Après les fêtes », Journal L'Ouest-Éclair,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  39. « Réouverture d'écoles », Journal La Croix,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  40. « Les inventaires des biens d'église. À Sainte-Anne-d'Auray », Journal L'Ouest-Éclair,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  41. « Ministère de l'instruction publique, des beaux-arts et des cultes », Journal officiel de la République française. Lois et décrets,‎ , page 7111 (lire en ligne, consulté le ).
  42. « Sainte-Anne-d'Auray. Carré militaire de la Nécropole nationale (Relevé n° 990456) , Soldats belges », sur MemorialGenWeb (consulté le ).
  43. « Tombes militaires de la Nécropole nationale (Relevé n° 995771) , Soldats russes », sur MemorialGenWeb (consulté le ).
  44. « 125 070 poilus bretons morts pour la France », Journal Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  45. « Les grandes journées de Sainte-Anne-d'Auray. Le cardinal Verdier et le général Weygand, en de magnifiques discours, ont exhalté le sacrifice suprême des Combattants bretons », Journal L'Ouest-Éclair,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  46. « M. le chanoine Cadic », Journal La Croix,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  47. « Les fêtes de Sainte-Anne-d'Auray », Journal L'Ouest-Éclair,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  48. Morbihan. Conseil général, « Sectionement électoral. Demande des habitants du village de Sainte-Anne, commune de Pluneret », Rapports du Préfet et délibérations du Conseil général / Conseil général du Morbihan,‎ , pages 41-42 (lire en ligne, consulté le ).
  49. Morbihan. Conseil général, Projet d'érection en commune distincte de la setion de Sainte-Anne en Pluneret, (lire en ligne).
  50. « LE BOURGO Léopold », sur maitron.fr.
  51. Morbihan. Conseil général, Projet d'érection de Sainte-Anne-d'Auray en commune distincte (lire en ligne), p. 160-165.
  52. Morbihan. Conseil général, Projet d'érection de Sainte-Anne-d'Auray en commune distincte, (lire en ligne), p. 197-199.
  53. « La municipalité de Sainte-Anne-d'Auray », Journal La Croix,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  54. Michel de Galzain, Histoire du Conseil général du Morbihan, M. de Galzain, , p. 233.
  55. Journal Le Télégramme de Brest et de l'Ouest, numéro du 19 août 2019.
  56. https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/2014/04/23/sainte-anne-d-auray-une-relique-de-jean-paul-ii-pour-sa-canonisation-464917.html.
  57. « Nécrologie : Le docteur Jacques Brianceau maire de Ste-Anne-d'Auray », Ouest-France (archives du journal),‎
  58. « Conseil municipal. Roland Gastine est élu maire », Le Télégramme,‎ (lire en ligne)
  59. « Municipales à Ste-Anne-d'Auray. Le maire Roland Gastine est réélu », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  60. « Municipales à Sainte-Anne-d’Auray. Roland Gastine réélu », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  61. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  62. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  63. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  64. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  65. (br) EOLAS, « Enseignement - Ofis Publik ar Brezhoneg », sur opab-oplb.org (consulté le ).
  66. Journal Le Télégramme de Brest et de l'Ouest, numéro du 22 juillet 2019, https://www.letelegramme.fr/bretagne/sainte-anne-d-auray-la-verite-sur-la-chasuble-dite-d-anne-d-autriche-22-07-2019-12344243.php
  67. « Galettes du monde. Un partage de culture » (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

wikilien alternatif2

Les coordonnées de cet article :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Patrick Huchet, La grande histoire de Sainte-Anne d'Auray, Pierre Téqui, éd. 2, 2005 (ISBN 9782740311783), 221 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]