Christ (titre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
L'icone la plus ancienne du Christ pantocrator - Monastère Sainte-Catherine du Sinaï. Le halo est une représentation du Logos divin du Christ, et les deux expressions faciales différentes de chaque côté soulignent la double nature du Christ, à la fois divine et humaine[1],[2].

Le mot Christ, est utilisé par les chrétiens comme un synonyme de Jésus. et comme titre. Il est utilisé comme à la fois comme un nom et comme un titre notamment dans l'usage réciproque «le Christ Jésus», signifiant «le Messie Jésus», et indépendamment comme «le Christ». Les épîtres pauliniennes, les premiers textes du Nouveau Testament, font souvent référence à Jésus comme «le Christ Jésus» ou «le Christ».

Le concept du Christ dans le christianisme trouve son origine dans le concept du messie dans le judaïsme. Les chrétiens croient que Jésus est le messie annoncé dans la Bible hébraïque et l'Ancien Testament chrétien. Bien que les conceptions du messie dans chaque religion soient similaires, elles sont pour la plupart distinctes les unes des autres en raison de la séparation du christianisme et du judaïsme au 1er siècle.

Bien que les premiers disciples de Jésus aient cru que Jésus était le messie juif, par exemple dans la Confession de Pierre, Jésus était généralement appelé «Jésus de Nazareth» ou «Jésus, fils de Joseph». Jésus a fini par être appelé "Jésus-Christ" (signifiant "Jésus le Khristós", c'est-à-dire "Jésus le Messie" ou "Jésus l'Oint") par les chrétiens, qui croient que sa crucifixion et sa résurrection accomplissent les prophéties messianiques de l'Ancien Testament.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Christ[N 1] vient du mot grec χριστός (chrīstós), signifiant « oint ». Le mot est dérivé du verbe grec χρίω (chrī́ō), signifiant "oindre". Dans la Septante grecque, christos était utilisé pour traduire l'hébreu מָשִׁיחַ (Mašíaḥ, « messie »), signifiant "[celui qui est] oint"[3].

Usage[modifier | modifier le code]

Le mot Christ (ainsi que les orthographes similaires) est présent dans la plupart des langues européennes. Il est généralement utilisé comme synonyme de Jésus[4],[5],[6]. Les anglophones utilisent maintenant souvent "Christ" comme s'il s'agissait d'un nom, une partie du nom "Jésus-Christ", bien qu'il s'agisse à l'origine d'un titre ("le Messie"). Son utilisation dans "Christ Jésus" met l'accent sur sa nature de titre[7],[8]

L'orthographe Christ en anglais s'est normalisée au XVIIIe siècle, lorsque, dans l'esprit des Lumières, l'orthographe de certains mots a changé pour s'adapter à leurs origines grecques ou latines. Avant cela, les scribes écrivant en ancien et moyen anglais utilisaient généralement l'orthographe Crist - le i étant prononcé soit comme /iː/, conservé dans les noms d'églises telles que St Katherine Cree (en), soit comme un court /ɪ/, conservé dans le prononciation moderne de «Christmas». L'orthographe «Christ» en anglais est attestée dès le XIVe siècle[9].

Dans l'usage moderne et ancien, même dans la terminologie séculière, «Christ» fait généralement référence à Jésus, sur la base de la tradition séculaire d'un tel usage. Depuis l'âge apostolique,

« ... l'utilisation de l'article défini devant le mot Christ et son développement progressif en un nom propre montrent que les chrétiens ont identifié le porteur avec le Messie promis des Juifs[10]. »

Contexte et références du Nouveau Testament[modifier | modifier le code]

Première page de Marc, par Sargis Pitsak (XIVe siècle) : "Le commencement de l'évangile de Jésus-Christ, le Fils de Dieu".

Références avant le Nouveau Testament[modifier | modifier le code]

Dans l'Ancien Testament, l'onction était un cérémonial réservé aux rois d'Israël (Livre 1er des Rois 19:16 ; 24:7), Livre des Psaumes 17 (18:51), à Cyrus le Grand (Livre d'Isaïe 45:1), au Grand-prêtre d'Israël, les patriarches (Psaumes 104(105):15 et aux Prophètes de la chrétienté (en))[11].

Dans le texte de la Septante des livres deutérocanoniques, le terme "Christ" (Χριστός, translit. Christós) se trouve dans le Deuxième Livre des Maccabées 1:10[12],[13] (faisant référence au Grand Prêtre oint d'Israël) et dans le Livre de Sirach 46:19[14],[15], en relation avec Samuel, prophète et instituteur du royaume sous Saül.

À l'époque de Jésus, il n'y avait pas de forme unique de judaïsme du Second Temple, et il y avait d'importantes différences politiques, sociales et religieuses entre les divers groupes juifs[16]. Cependant, pendant des siècles, les Juifs avaient utilisé le terme moshiach ("oint") pour désigner leur libérateur attendu[10].

Selon Marc et Matthieu[modifier | modifier le code]

L'Évangile selon Marc 1:1 («Le commencement de l'évangile de Jésus-Christ, le Fils de Dieu») identifie Jésus à la fois comme Christ et Fils de Dieu. L'Évangile selon Matthieu 1:1 utilise Christ comme nom et Matthieu 1:16 l'explique à nouveau avec : «Jésus, qui est appelé Christ». L'utilisation de l'article défini devant le mot «Christ» et son développement progressif en un nom propre montrent que les chrétiens identifiaient Jésus au messie promis des juifs qui accomplissait toutes les Prédictions messianiques (en) dans un sens plus complet et plus élevé que celui qui avait été donné. par les rabbins[10].

Confession de Pierre (Matthieu, Marc et Luc)[modifier | modifier le code]

La soi-disant Confession de Pierre (en), inscrite dans les évangiles synoptiques comme le premier apôtre de Jésus, Pierre, disant que Jésus était le Messie, est devenue une célèbre proclamation de foi parmi les chrétiens depuis le premier siècle[16].

Déclaration de Marthe (selon Jean)[modifier | modifier le code]

Dans Jean 11:27 Marthe dit à Jésus, «tu es le Christ, le Fils de Dieu, qui vient dans le monde», signifiant que les deux titres étaient généralement acceptés (mais considérés comme distincts) parmi les disciples de Jésus avant la résurrection de Lazare[17].

Procès au Sanhédrin de Jésus (Matthieu, Marc et Luc)[modifier | modifier le code]

Au cours du Procès de Jésus au Sanhédrin, il pourrait sembler d'après le récit de Matthieu que Jésus a d'abord refusé une réponse directe à la question du grand prêtre Caïphe : « Es-tu le Messie, le Fils de Dieu ? », où sa réponse est donnée simplement comme Σὺ εἶπας (Su eipas, "Vous [singulier] l'avez dit")[N 2]. De même, mais différemment, dans Luc, il est dit que toutes les personnes présentes demandent à Jésus : " Es-tu donc le Fils de Dieu ? ", ce à quoi Jésus aurait répondu : que je suis »[N 3]. Dans l'Évangile de Marc, cependant, à la question de Caïphe : « Es-tu le Messie, le Fils du Béni ? », Jésus dit au Sanhédrin : Ἐγώ εἰμι (ego eimi, « je suis » )[N 4]. Il existe des exemples de la littérature juive (en) dans lesquels l'expression "tu l'as dit" équivaut à "tu as raison"[18]. La prétention messianique était moins importante que la prétention à la divinité, qui provoqua l'accusation horrifiée de blasphème par le Grand-prêtre d'Israël et appel ultérieur à la peine de mort. Au contraire, devant Pilate, ce n'était que l'affirmation de sa dignité royale qui justifiait sa condamnation[18].

Épîtres pauliniennes[modifier | modifier le code]

Le mot «Christ» est étroitement associé à Jésus dans les épîtres pauliniennes, ce qui suggère qu'il n'était pas nécessaire pour les premiers chrétiens de prétendre que Jésus est le Christ parce qu'il était considéré comme largement accepté parmi eux. Par conséquent, Paul peut utiliser le terme Khristós sans confusion quant à qui il se réfère, et il peut utiliser des expressions telles que «en Christ» pour désigner les disciples de Jésus, comme dans 1 Corinthiens 4:15 et Romains 12:5[19]. Paul l'a proclamé comme le dernier Adam, qui a restauré par l'obéissance ce qu'Adam a perdu par la désobéissance[20]. Les épîtres pauliniennes sont une source de certains liens christologiques clés; par exemple, Éphésiens 3:17-19 relie l'amour du Christ (en) à la connaissance du Christ (en) et considère l'amour du Christ comme une nécessité pour le connaître[21]. Il y a aussi des affirmations implicites selon lesquelles il est le Christ dans les paroles et les actions de Jésus[18].

Utilisation du Messie dans Jean[modifier | modifier le code]

L'hellénisation Μεσσίας (Messías) est utilisée deux fois pour signifier «Messie» dans le Nouveau Testament : par le disciple André selon Jean 1:41 (en), et par la femme samaritaine au puits en Jean 4:25. Dans les deux cas, le texte grec précise immédiatement après que cela signifie «le Christ»[22].

Christologie[modifier | modifier le code]

La christologie, littéralement « la compréhension du Christ »[23], est l'étude de la nature (personne) et de l'œuvre (rôle dans le salut) de Jésus dans le christianisme[24],[25],[26],[27]. Il étudie l'humanité et la divinité de Jésus-Christ, et la relation entre ces deux aspects[28]; et le rôle qu'il joue dans le salut.

Du deuxième au cinquième siècle, la relation entre la nature humaine et divine du Christ a été au centre des débats de l'Église primitive et des sept premiers conciles œcuméniques. Le Concile de Chalcédoine en a émis une formulation de l'union hypostatique des deux natures du Christ, l'une humaine et l'autre divine, «unies sans confusion ni division»[29]. La plupart des principales branches du christianisme occidental et de l'orthodoxie orientale souscrivent à cette formulation[29], tandis que de nombreuses branches des Églises orthodoxes orientales la rejettent, souscrivant au miaphysisme[30],[31],[32].

Selon la Summa Theologica de Thomas d'Aquin, dans le cas singulier de Jésus, le mot Christ a une double signification, qui signifie «à la fois l'onction de la divinité et la virilité ointe». Il dérive de la double nature humano-divine du Christ (dyophysisme) : le Fils de l'homme est oint en conséquence de sa chair incarnée, de même que le Fils de Dieu est oint en conséquence de la "divinité qu'il a avec le Père" (ST III, q. 16, a. 5)[33].

Symboles[modifier | modifier le code]

Les symboles
La mosaïque du Christ Pantocrator, Église du Saint-Sépulcre (Jérusalem), montrant l'utilisation du ΧϹ digramme

L'utilisation de « Χ » comme abréviation de « Christ » dérive de la lettre grecque Chi (χ), dans le mot Christós (grec : Χριστός). Un premier christogramme est le symbole Chi Rho, formé en superposant les deux premières lettres grecques du Christ, chi (Χ) et rho (Ρ), pour produire [34].

Le mot anglais vieux de plusieurs siècles Χmas (ou, dans sa forme antérieure, XPmas) est une forme anglaise de χ-mas[35], lui-même une abréviation de Christ-mas. L'Oxford English Dictionary (OED) et sonsupplément ont cité des usages de X- ou Xp- pour Christ- dès . Les termes Xpian et Xren ont été utilisés pour Christian , Xst pour Christ, Xρofer pour Christopher et Xmas, Xstmas et Xtmas pour Christmas. L'OED cite en outre l'utilisation de Xtianity pour Christianity à partir de . Selon le dictionnaire d'usage anglais de Merriam-Webster , la plupart des preuves de ces mots proviennent «d'Anglais instruits qui connaissaient leur grec»[36],[37].

Les News and Views décembre 1957 publiés par la Church League of America (en), une organisation conservatrice fondée en 1937[38], ont attaqué l'utilisation de Xmas dans un article intitulé X = The Unknown Quantity. Gerald L.K. Smith a repris les déclarations plus tard, en décembre 1966, disant que Xmas était une "omission blasphématoire du nom du Christ" et que "'X' est considéré comme le symbole de la quantité inconnue[39]. Plus récemment, l'évangéliste américain Franklin Graham et l'ancien contributeur de CNN Roland S. Martin ont publiquement fait part de leurs inquiétudes. Graham a déclaré dans une interview que l'utilisation de Xmas enlève le Christ de Noël et l'a appelé une guerre contre le nom de Jésus-Christ[40]. Roland Martin relie l'utilisation de Xmas à ses préoccupations croissantes. de la commercialisation et de la sécularisation croissantes de ce qu'il dit être l'un des jours saints les plus élevés du christianisme[41].

Notes et Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. [kʁist]
  2. Matthieu 26:63–64.
  3. Luc 22:70.
  4. Marc 14:61–62.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Christoph Schönborn, God's human face: the Christ-icon, (ISBN 0-89870-514-2), p. 154
  2. (en) John Galey, Sinai and the Monastery of St. Catherine, (ISBN 977-424-118-5), p. 92
  3. (en) Gerard Van Groningen, « Messiah », sur Bible Study Tools (consulté le )
  4. (en) Edward Prager, A Dictionary of Jewish-Christian Relations, (ISBN 0-521-82692-6), p. 85
  5. (en) Thomas Zanzig, Jesus of history, Christ of faith, (ISBN 0-88489-530-0, lire en ligne), p. 33
  6. (en) Orlando Espin, n Introductory Dictionary of Theology and Religious Studies, (ISBN 978-0-8146-5856-7), p. 231
  7. (en) Wolfhart Pannenberg, Jesus God and Man, , 30–31 p. (ISBN 0-664-24468-8, lire en ligne)
  8. (en) Wendy Doniger, Merriam-Webster's Encyclopedia of World Religions, Merriam-Webster, (ISBN 0-87779-044-2, lire en ligne Inscription nécessaire), 212
  9. (en) « Christ », dans Oxford English Dictionary (Online ed.), Oxford University Press
  10. a b et c (en) Charles Herbermann (éditeur), « Origin of the Name of Jesus Christ », dans Catholic Encyclopedia, ew York, Robert Appleton Company, (lire en ligne)
  11. (en) « What Do 'Messiah' and 'Jesus Christ' Mean?. Both Christ and Messiah mean anointed or anointed one. » [archive du ] (consulté le )
  12. (en) « 1611 King James Bible, Second Book of Maccabees, chapter 1, verse 10 », sur kingjamesbibleonline.org
  13. (en + el) « Greek Septuagint and Wiki English Translation, Second Book of Maccabees, chapter 1 » [archive du ], sur katabiblon.com
  14. (en) « 1611 King James Bible, Book of Sirach, chapter 46, verse 19 », sur kingjamesbibleonline.org
  15. (en + el) « Greek Septuagint and Wiki English Translation, Book of Sirach, chapter 46 » [archive du ], sur katabiblon.com
  16. a et b (en) Donald W. Ekstrand, Christianity, , 147–150 p. (ISBN 978-1-60477-929-5)
  17. (en) Donald W. Ekstrand, Christianity, (ISBN 978-1-60477-929-5), p. 81
  18. a b et c (en) Charles Herbermann (éditeur), « Messiah », dans Catholic Encyclopedia, ew York, Robert Appleton Company, (lire en ligne)
  19. (en) Larry W. Hurtado, Lord Jesus Christ: Devotion to Jesus in Earliest Christianity, (ISBN 0-8028-3167-2), p. 99
  20. (en) Karl Rahner, Encyclopedia of theology: A concise Sacramentum mundi, , 730–739 p. (ISBN 0-86012-006-6)
  21. (en) William Barclay, The letters to the Galatians and Ephesians, , 152–153 p. (ISBN 0-664-22559-4)
  22. Bauer et Walter, « Μεσσίας, ου, ὁ », dans A Greek–English Lexicon of the New Testament and Other Early Christian Literature, Chicago, University of Chicago Press,‎
  23. Ehrman 2014, p. 108.
  24. Ehrman 2014, p. 171.
  25. O'Collins 2009, p. 1-3.
  26. Ramm 1993, p. 15.
  27. Bird, Evans et Gathercole 2014, p. 134, n.5.
  28. Ehrman 2014, p. ch.6-9.
  29. a et b Davis 1990, p. 342.
  30. Armentrout et Boak Slocum 2005, p. 81.
  31. Espín et Nickoloff 2007, p. 217.
  32. Beversluis 2000, p. 21–22.
  33. (en) Thomas Aquinas (trad. Fathers of the English Dominican Province), English translation of the "Summa Theologica", with Latin text, Benziger Bros, (lire en ligne [archive du ]), with a quotation form the Epistle to Palestinians of Léon Ier (pape)
  34. (en) Alva William Steffler, Symbols of the Christian faith, (ISBN 0-8028-4676-9), p. 66
  35. (en) Emma Griffiths, « Why get cross about Xmas? », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  36. (en) « "Xmas" article », dans Merriam-Webster's Dictionary of English Usage, Merriam-Webster, (ISBN 978-0-87779-132-4, lire en ligne), p. 968
  37. (en) Patricia T. O'Conner et Stewart Kellerman, Origins of the Specious: Myths and Misconceptions of the English Language, New York, Random House, (ISBN 978-1-4000-6660-5), p. 77
  38. (en) « Subject Guide to Conservative and Libertarian Materials, in Manuscript Collections », sur University of Oregon
  39. (en) Morris Kominsky, The Hoaxers: Plain Liars, Fancy Liars and Damned Liars, (ISBN 0-8283-1288-5), p. 137–138
  40. (en) « American Morning: A Conversation With Reverend Franklin Graham », sur CNN, (consulté le )
  41. Roland Martin, « Commentary: You can't take Christ out of Christmas », sur CNN, (consulté le )

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • (en) Oscar Cullmann, The Christology of the New Testament, Louisville, Westminster John Knox Press, (ISBN 978-0-664-24351-7)
  • (en) Reginald H. Fuller, The Foundations of New Testament Christology, New York, Scribners, (ISBN 0-684-15532-X, lire en ligne Inscription nécessaire)
  • (en) Colin J.D. Greene, Christology in Cultural Perspective: Marking Out the Horizons, Grand Rapids, Eerdmans Publishing, (ISBN 0-8028-2792-6)
  • (en) Jack Dean Kingsbury, The Christology of Mark's Gospel, Philadelphia, Fortress Press, (ISBN 978-1-4514-1007-5)
  • (en) Gerald O'Collins, Christology: A Biblical, Historical, and Systematic Study of Jesus, Oxford, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-955787-5)
  • (en) Bart Ehrman, How Jesus became God: The Exaltation of a Jewish Preacher from Galilee, Harper Collins,
  • (en) Bernard L. Ramm, « Christology at the Center », dans An Evangelical Christology: Ecumenic and Historic, Regent College Publishing, (ISBN 9781573830089)
  • (en) Michael F. Bird, Craig A. Evans, Simon Gathercole, Charles E. Hill et Chris Tilling, « Chapter 1 : The story of Jesus as the story of God », dans How God Became Jesus: The Real Origins of Belief in Jesus' Divine Nature – A Response to Bart Ehrman, Zondervan Academic, , 240 p. (ISBN 978-0-310-51961-4)
  • (en) Leo Donald Davis, The First Seven Ecumenical Councils (325–787): Their History and Theology, Collegeville, Michael Glazier/Liturgical Press, coll. « Theology and Life Series 21 », , 352 p. (ISBN 978-0-8146-5616-7)
  • (en) Donald S. Armentrout et Robert Boak Slocum, An Episcopal dictionary of the church, (ISBN 978-0-89869-211-2)
  • (en) Orlando O. Espín et James B. Nickoloff, An introductory dictionary of theology and religious studies, (ISBN 978-0-8146-5856-7)
  • (en) Joel Diederik Beversluis, Sourcebook of the world's religions, (ISBN 978-1-57731-121-8, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]