Tro Breiz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Tro Breizh)
Aller à : navigation, rechercher
Voir l’image vierge
Localisation des cités épiscopales, grandes étapes du pèlerinage.

Le Tro Breiz (sans h car le nom est fixé au XIXe siècle avant l'apparition d'une orthographe normalisée du breton), qui en breton signifie « tour de Bretagne », est un pèlerinage catholique qui relie les villes des sept saints légendaires fondateurs de la Bretagne. Ces sept saints sont, selon une construction tardive, à la fois littéraire et hagiographique, des moines venus du Pays de Galles et de la Cornouailles vers les Ve siècle et VIe siècle, apportant le christianisme en Armorique et y fondant les premiers évêchés.

Histoire[modifier | modifier le code]

Un mythe historiographique[modifier | modifier le code]

Saint-Pol-de-Léon : chapelle Notre-Dame du Kreisker, les sept saints du Tro Breiz.

Le Tro Breiz est un pèlerinage qui se serait fait à l'origine en un mois et 600 kilomètres de marche, les pèlerins rendant visite aux reliques des sept saints fondateurs de la Bretagne qui étaient exposées dans les cathédrales des grandes étapes. Il remonte selon les érudits[1] au IXe, Xe ou XIIe siècle et connaît son apogée au XIIIe siècle[2]. Le Tro-Breiz médiéval s'effectue lors des quatre temporaux (Pâques, Pentecôte, Saint-Michel et Noël, chaque temporal débutant quinze jours avant et finissant quinze jours après la solennité retenue)[3]. Les historiens médiévistes remettent en cause l'historiographie bretonne de la fin du XIXe siècle qui invoque un passé glorieux du Tro-Breiz au Moyen Âge avec des foules compactes réalisant ce pèlerinage avec ferveur, cette invocation reposant sur un « mirage hagiographique[1] » alors que « la réalité du Tro-Breiz médiéval était à la fois plus modeste, plus diverse et plus discontinue »[4].

Historiquement, il est désigné sous le Pèlerinage des Sept-Saints de Bretagne. Parfois qualifié de circuitus Britanniae ("le tour de la Bretagne" en latin), ce terme a été donné en breton au XIXe siècle.

Un nouveau souffle[modifier | modifier le code]

Ce pèlerinage tombe en désuétude au XVIIe siècle, dans des circonstances mal établies[5]. Sa pratique tente d'être relancée dans la première partie du XXe siècle par l'association catholique bretonne Bleun-Brug mais peine à retrouver son souffle[6].

Après une longue période d'absence, il est relancé en 1993 par l'association laïque La Route Historique du Tro-breiz (label CNMHS) créée par Benoît Boyer pour faire la promotion et la revalorisation du tro-Breiz, comme itinéraire culturel et touristique. Puis en 1994 par l'association « Les Chemins du Tro Breiz » créée par Philippe Abjean qui décide de limiter la marche à une étape d'une semaine par an, soit en partant d'une ville-étape pour arriver à la suivante, dans l'ordre habituel des étapes. Plusieurs associations ont depuis repris l'idée et organisent maintenant ce pèlerinage selon des itinéraires qui, contrairement aux routes de Compostelle, n'ont jamais été vraiment fixés.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Une des particularités de ce pèlerinage est d'être « circulaire », car la dernière étape de son pèlerinage ramènerait le pèlerin à son point de départ. A l'instar des troménies, la circularité dans l'esprit celtique symbolise l'accomplissement et la plénitude.

Une vieille légende bretonne dit que ceux qui n'auront pas effectué leur Tro Breiz de leur vivant seront condamnés à le faire dans l'Au-delà, en avançant chaque siècle de la seule longueur de son cercueil.

Les sept villes étapes du Tro Breiz sont::

Ville de départ Étape Dates Communes traversées Notes
Tréguier Saint-Brieuc, qui porte le nom de son fondateur Brieuc 2011
Saint-Brieuc Saint-Malo, du nom de son fondateur, saint Maclou ou saint-Malo 2012
Saint-Malo Dol-de-Bretagne, ville de saint Samson 2013
Dol-de-Bretagne Vannes, ville de saint Patern 2014
Vannes Quimper, ville de saint Corentin 2015
Quimper Saint-Pol-de-Léon, ville de saint Pol Aurélien 2016
Saint-Pol-de-Léon Tréguier, ville de saint Tugdual du 30 juillet au 5 août 2017 Carantec, Morlaix, Lanmeur, Guimaëc, Plestin-les-Grèves, Trédrez, Lannion, Caouennec et Langoat

Il n'y a pas d'ordre de départ, l'important est d'être passé par toutes les étapes. Le GR 34 qui fait le tour de la Bretagne par les anciens chemins de douaniers, permet de relier les sept villes par un itinéraire original.

Comme pour Compostelle, les motivations ne sont pas seulement religieuses. Généralement les motivations des marcheurs sont multiples : spirituelles, culturelles, sportives... Par exemple, beaucoup de personnes "font" le Tro Breiz pour la découverte du patrimoine et de la culture du pays, pour le plaisir de randonner ou encore de rencontrer de nouvelles personnes partageant les mêmes intérêts.

Les chemins du Tro Breiz comptent sept cathédrales mais surtout des centaines de chapelles, des enclos paroissiaux, des abbayes, des calvaires, des manoirs et châteaux... Le projet des années 2010 est de restaurer des chapelles qui sont sur le tracé afin d'en ouvrir une cinquantaine pour en faire des chapelles hospitalières, comme au Moyen Age[7]. L'année 2015 voit l'ouverture du premier refuge à Saint-Pol-de-Léon[8].

En chanson[modifier | modifier le code]

Denez Prigent évoque le renouveau du Tro Breiz dans sa chanson An hentoù adkavet (les chemins retrouvés), où il rend hommage aux marcheurs qui se donnent du mal sans espérer de récompense.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jean-Christophe Cassard, « Le Tro-Breiz Médiéval, un mirage hagiographique ?», MILIN, G., GALLIOU, P. (éd.), Hauts lieux du sacré en Bretagne, Kreiz 6 – Études sur la Bretagne et les Pays Celtiques, Brest, CRBC, 1997, p. 93-119.
  2. Les plus anciennes mentions de la pratique d'un culte collectif aux Sept-Saints, sont des testaments de nobles du XIIIe siècle. Cf. René Blanchard, Lettres et mandements de Jean V, duc de Bretagne, tome I, Nantes, 1889, introduction, p. CXIX-CXXXIV
  3. Chantal Leroy, Dominique de La Rivière, Cathédrales et basiliques de Bretagne, Éditions Ereme, , p. 194.
  4. Yvon Tranvouez, Catholiques en Bretagne au xxe siècle, Presses universitaires de Rennes, , p. 187.
  5. Chantal Leroy, Dominique de La Rivière, Cathédrales et basiliques de Bretagne, Éditions Ereme, , p. 200.
  6. Eugène Royer, Joël Bigot, Les chapelles bretonnes, Éditions Jean-Paul Gisserot, , p. 12.
  7. Maiwenn Raynaudon-Kerzerho (photogr. Emmanuel Pain), « La Vallée des Saint, le Tro Breiz, la sauvegarde des chapelles. Philippe Abjean : "Les gens ont besoin de sacré" », Bretons, no 102,‎ , p. 41
  8. Tro Breiz : les pèlerins pourront crécher dans des refuges

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bernard Rio et Yvon Autret, Topoguide TRO-BREIZ, 47 étapes, édité par Coop Breizh, 2014
  • Bernard Rio, "Sept saints, sept évêques, sept frères", "les chemins du Tro Breiz" cf. "Sur les chemins des pardons et pélerinages en Bretagne, éditions Le Passeur, 2015
  • Brochure de la Route Historique du TRO-BREIZ en 6 versions linguistiques dont le Breton édité par l'Association la Route Historique du Tro-Breiz (C.N.M.H.S)
  • Gaële de La Brosse, François Lepère, Ronan Perennou, Sur les chemins du Tro-Breiz, le tour de Bretagne, guide de poche du randonneur et du pèlerin, éditions Lepère, 2011, (ISBN 978-2-915156-31-7)
  • Gaële de La Brosse, Tro Breiz, les chemins du Paradis : Pèlerinage des Sept Saints de Bretagne, Presses de la Renaissance, 2006, (ISBN 2856169112)
  • Yves-Pascal Castel, Le chant du Tro-Breiz, éditions nouvelles du Finistère, 1995. (ISBN 2-9506659-7-7)
  • Alain Guigny, Yvon Boëlle. Les chemins du Tro Breiz. Au cœur de la mémoire bretonne, éditions Ouest-France, 1996.
  • Joseph Thomas, Le Tro Breiz en tête ou fou comme l'oiseau, auto-édition, 1983.
  • Jean-Christophe Cassard, " Le Tro-Breiz médiéval : Un mirage historiographique ? ", Kreiz (Études sur la Bretagne et les Pays celtiques), n°6, 1997, « Les hauts lieux du sacré en Bretagne »
  • Yannick Pelletier Le Tro Breiz, Éditions Jean-Paul Gisserot, 2008
  • Florian Le Roy, Tro-Breiz. Le pèlerinage aux Sept-Saints de Bretagne, 1950
  • J.-T. Trevedy, « Les Sept Saints de Bretagne et leur pèlerinage », Bulletin archéologique de l'Association Bretonne, Congrès de Rennes, 1897, p. 112-167.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]