Merlevenez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Merlevenez
Merlevenez
L'église Notre-Dame-de-Joie.
Blason de Merlevenez
Blason
Merlevenez
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Lorient
Intercommunalité Blavet Bellevue Océan Communauté
(siège)
Maire
Mandat
Bruno Le Bosser
2020-2026
Code postal 56700
Code commune 56130
Démographie
Gentilé Merlevenézien, Merlevenézienne
Population
municipale
3 238 hab. (2019 en augmentation de 2,73 % par rapport à 2013)
Densité 183 hab./km2
Population
agglomération
218 689 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 44′ 15″ nord, 3° 13′ 56″ ouest
Altitude 10 m
Min. 1 m
Max. 40 m
Superficie 17,67 km2
Type Commune rurale et littorale
Unité urbaine Merlevenez
(ville isolée)
Aire d'attraction Lorient
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Pluvigner
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Merlevenez
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Merlevenez
Géolocalisation sur la carte : Morbihan
Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Merlevenez
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Merlevenez
Liens
Site web merlevenez.com

Merlevenez [mɛʁləvəne] est une commune française, située dans le département du Morbihan en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Cette commune se situe entre Plouhinec et Nostang. Elle borde la ria d'Étel sur 3,2 km allant du village de Kergo à l'étang de Rhodes.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes en italique sont membres de Blavet Bellevue Océan Communauté.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l'Atlantique), répartie tout au long de l'année avec un léger maximum d'octobre à février[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 12 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 0,7 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 1,9 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 11,2 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 918 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 13,6 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 7,1 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Lorient-Lann Bihoue », sur la commune de Quéven, mise en service en 1952[7] et qui se trouve à 15 km à vol d'oiseau[8],[Note 4], où la température moyenne annuelle évolue de 11,6 °C pour la période 1971-2000[9], à 12 °C pour 1981-2010[10], puis à 12,2 °C pour 1991-2020[11].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Merlevenez est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[12],[13],[14]. Elle appartient à l'unité urbaine de Merlevenez, une unité urbaine monocommunale[15] de 3 207 habitants en 2017, constituant une ville isolée[16],[17].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lorient, dont elle est une commune de la couronne[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 31 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[18],[19].

La commune, bordée par l'océan Atlantique, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[20]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[21],[22].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Le tableau ci-dessous présente l'occupation des sols de la commune en 2018, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC).

Occupation des sols en 2018
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Tissu urbain discontinu 10,1 % 174
Terres arables hors périmètres d'irrigation 26,8 % 462
Systèmes culturaux et parcellaires complexes 30,0 % 518
Surfaces essentiellement agricoles interrompues par des espaces naturels importants 5,3 % 92
Forêts de feuillus 3,1 % 53
Forêts de conifères 19,9 % 343
Forêts mélangées 0,1 % 2
Forêt et végétation arbustive en mutation 4,3 % 74
Marais maritimes 0,3 % 6
Zones intertidales 0,2 % 3
Source : Corine Land Cover[23]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestée sous les formes Bre Levenez en 1370, Brellevenez en 1372[24], Brelevenez en 1385 [25], Meurlevenez en 1498[24].

Étymologie[modifier | modifier le code]

En breton Brelevenez, de bre (mont, colline) et levenez (joie). En 1859, Benjamin Jollivet écrit : « Brélévenez est composé des deux mots celtiques bre [et] levenez, dont la signification littérale est « mont joie » ou « colline de la joie »[26].

En breton vannetais le nom de la commune est Berleuïne[26].

Histoire[modifier | modifier le code]

Une légende présente l'origine du nom Merlevenez. Elle parle d'un seigneur marié depuis longtemps et toujours sans enfant qui promit une chapelle à la Vierge s'il en obtenait un. Il obtint une fille ce qui le remplit de joie et bâtit alors l'église de Merlevenez ou de la fille de la joie.

Moyen-Âge[modifier | modifier le code]

Merlevenez est issue d'un démembrement des paroisses primitives de Plouhinec et Plou-Vénéac (aujourd'hui Kervignac). Au Moyen Âge, la commune est sous la juridiction directe des ducs de Bretagne. Au XIIe siècle, les Templiers ont construit un monastère et une chapelle dédiée à sainte Marie-Madeleine.

C'est la commune héritière de la paroisse de Trévalzur (en breton trev signifie section paroissiale et alezon veut dire aumône). Le centre de la paroisse était alors situé dans le village de Trévalzur (aujourd'hui Trévelzun). Le nom de la paroisse changera progressivement pour prendre celui de Merlevenez qui était à l'origine un simple village de la paroisse de Trévalzur.

Le nom de la commune s'est écrit successivement : Breullenevez (en 1367), Berlevenez (en 1427), Brelevenez (en 1446, en 1464, en 1477, en 1481), Brelevnez (en 1448), Merleveneuc (en 1536).

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Merlevenez appartenait au doyenné de Pou-Belz ainsi qu'à la sénéchaussée d'Hennebont.

Révolution française[modifier | modifier le code]

En 1790, elle devient une commune et dépend alors du canton de Kervignac et du district d'Hennebont. En 1800, elle est englobée dans l'arrondissement de Lorient et, en 1801, elle rejoint le canton de Port-Louis.

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

L'après-Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Jean-Marc Scourzic, né le à Merlevenez, maître mécanicien, fit partie des 51 victimes lors du naufrage de la frégate météorologique Laplace qui heurta une mine datant de la Seconde Guerre mondiale et coula en dix minutes le en baie de La Fresnaye[27].

Le XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Elle est partie prenante dans la création de la communauté de communes de Bellevue en 1993. Aujourd'hui, elle constitue Blavet Bellevue Océan Communauté, avec Kervignac, Nostang, Plouhinec et Sainte-Hélène. C'est d'ailleurs sur sa commune qu'est situé le siège.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Merlevenez (Morbihan).svg

Les armoiries de Merlevenez se blasonnent ainsi :

Coupé, au un parti d’or au cheval gai monté par deux templiers portant lances et boucliers, le tout de sable, de gueules au moulin à vent d’argent maçonné de sable, au deux d’azur à un porche roman fermé d’argent, à la burelle ondée d’argent brochante sur la ligne du coupé.


Le sceau des Templiers rappelle que cet ordre a été à l'origine de la commune. Le moulin à vent rappelle l'activité agricole et le portail symbolise l'église, monument classé. La burelle ondée présente une particularité de la commune : elle est étendue de la rivière d'Étel à la proximité du Blavet.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires qui se sont succédé. Martine Rouellé, du Blavet à la rivière d'Etel, p. 211

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1842 François Uhel   Agriculteur
1884 François Uhel   Agriculteur
Yves Le Glouahec    
François Uhel   Agriculteur
Joseph Le Glouahec    
François Uhel   Agriculteur
Joseph Stéphant    
Joseph Le Glouahec    
Louis Uhel   Directeur d'une conserverie
[28],[29] Fortuné Le Calvé[a] DVD Agriculteur; Président de la CC de Blavet Bellevue Océan (1993-2013)
[32],[33] Jean-Michel Corlay[b] DVD Retraité de l’immobilier et de la finance
[36],[37] En cours Bruno Le Bosser SE Dirigeant d’une société spécialisée dans la santé animale
Les données manquantes sont à compléter.
  1. Réélu en 1995, 2001[30] et 2008[31], il décède au cours de son quatrième mandat[28],[29].
  2. Réélu en 2014[34],[35].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[38]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[39].

En 2019, la commune comptait 3 238 habitants[Note 7], en augmentation de 2,73 % par rapport à 2013 (Morbihan : +2,97 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9539007871 0631 0871 0661 0531 0761 044
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0561 0771 1381 1331 2531 2671 3581 2881 298
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3031 2991 3061 2871 2871 2081 2191 0381 144
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 1831 2371 2211 7692 0322 2942 7733 1003 212
2019 - - - - - - - -
3 238--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[40] puis Insee à partir de 2006[41].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame-de-Joie (XIIe – XVe siècle)[modifier | modifier le code]

L'église du village de Merlevenez est l'un des plus beaux monuments de l'art roman en Bretagne. Elle mesure 38 m sur 12. Elle aurait être occupée par les Templiers selon certains historiens du XIXe siècle. Son édification est antérieure à la fondation de l'ordre du Temple. Le clocher est ajouté au XIVe siècle puis restauré en 1533. Cette église a été classée monument historique le . Partiellement détruite par des bombardements terrestres pendant la poche de Lorient, elle a été magnifiquement restaurée au cours des années 1950/1960. Les vitraux des verrières de la nef et des transepts sont l’œuvre du maître verrier Jean-Jacques Gruber. Notre-Dame de la Joie est fêtée le 8 septembre.

La fontaine Maria[modifier | modifier le code]

La fontaine est dédiée à la Vierge Marie (fetan Varia en breton). Sur le linteau, une inscription est écrite : « Bihan R(ecteur) - 1729 - Bon (aventure) Thomas P(rocureur) ». Elle est entourée d'un murêt[42]. Inscrite aux monuments historiques du Morbihan depuis un arrêté du sous le nom de fontaine de Kergornet.

Autres monuments[modifier | modifier le code]

  • La chapelle de la Madeleine

Construite au 17e siècle, cette chapelle située auprès du village de la Madeleine (direction route de Nostang aujourd'hui). Elle est est dédiée à sainte Marie-Madeleine, ce qui signifie que des lépreux ou des cordiers ont habité ce secteur. Elle se compose d'un seul vaisseau avec deux fenêtres au sud et de deux portes, une à l'ouest et une autre au sud. Elle accueille des expositions artistiques tout au long de l'année[43].

  • Le monument aux morts

Le monument aux morts de Merlevenez a été construit pour la Première Guerre mondiale, dressé en 1921 et se situe originellement devant l'église comme le cimetière[44]. La population d'alors (1 306 habitants) avait perdu 54 hommes. Le maire (M. Le Glouahec) proposa un financement du monument par souscription publique qui s'éleva à 2 622,75 F. Au dos de ce monument, il est écrit : « JAMES NE VEHET ANKOÉHET » (« Jamais ne serez oubliés » en breton). Il est dorénavant installé derrière la mairie.

  • Le manoir de Kergatorne

Construit dès le XVe siécle, c'était le siège d'une seigneurie. Il appartient à différentes familles au fil des siècles. Une restauration lui est dédiée à la fin du 20e siècle.

  • Le manoir de Kerguelhouant

C'était le siège d'une seigneurie et il possédait sa propre chapelle.

  • La stèle de Mané-er-Houet

Erigée en 1970, à l'occasion du 25e anniversaire de la capitulation de l’Allemagne nazie et de la victoire alliée en Europe, elle honore la mémoire des FFI-FTPF et des soldats américains tués au cours des durs combats engagés dans le secteur de Merlevenez, Nostang et Sainte-Hélène[45].

  • Les moulins

Le moulin à eau de Rhodes et plusieurs moulins à vent (Rhodes, Neuf, Hazeno, Kerguehouet) sont visibles sur la commune. Ils sont représentés en haut à droite du blason en illustrant la vitalité de l'activité agricole de Merlevenez.

Anciens monuments[modifier | modifier le code]

Deux autres chapelles ont existé sur le territoire merlevenezien. Il s'agit de l'ancienne chapelle paroissiale de Trévelzun et celle de Saint-Sauveur. Elles sont aujourd'hui toutes les deux détruites.

Sports[modifier | modifier le code]

Associations[modifier | modifier le code]

De nombreuses associations sportives existent sur la commune :

  • Étoile Sportive de Merlevenez : C'est la plus grande association de la commune en terme d'adhérents. Fondé en 1935 par François Le Loir et l'abbé Huby, le club joue à l'origine sur le terrain prêté par la comtesse de Kermadio, situé sur la commune de Kervignac. Il possède de nombreuses équipes des jeunes aux seniors. L'équipe fanion évolue 1re division de district. Le club a connu le niveau régional à de nombreuses reprises, la dernière fois en 2019. Aujourd'hui, ses équipes évoluent principalement au stade de la Madeleine, situé à proximité de la chapelle du même nom et délaisse celui de Kermadio à l'équipe des Vétérans, le dimanche matin. Accompagnant et supportant ces équipes, une association de supporters existe : le club des supporters de l'ESM.
  • Foyer Culturel des Jeunes : Cette association propose différentes activités telles que danse de salon, danse moderne jazz, peinture, theatre adultes et enfants, gymnastique, sophrologie, yoga, etc...
  • Judo-Club Merlevenez / Sainte-Hélène : Section historiquement rattaché au FCJ avant son détachement en association en 2016, elle propose du judo, du Kata et du Taïso.
  • Poney-club écurie des Lauriers : installé au sein du centre équestre des Lauriers au village de Lezevarch.
  • Cyclo Club de cyclotourisme : Il organise des sorties de vélo sur route tous les dimanches matins.
  • Pétanque Loisirs : Les adhérents se retrouvent au sein du terrain couvert, à proximité du stade de la Madeleine.

D'autre part, de nombreuses autres activités physiques se pratiquent sur la commune (tennis, boule bretonne, ...)[47].

Equipements[modifier | modifier le code]

  • Stade de la Madeleine : situé proche de la chapelle du même nom, il est composé de deux terrains de football principalement utilisé par le club de football. Deux courts de tennis sont installés à proximité.
  • Salle de sport Bellevue : inaugurée à la fin du 20e siècle et située au sein de la zone artisanale du même nom, c'est une salle intercommunale pour le basket-ball et le handball notamment par le club Bellevue Sports.
  • Salle Fortune Le Calvé : : inaugurée en 2019 et située à côté du stade de la Madeleine, c'est une salle multi activités utilisé par différentes associations qui utilisaient auparavant la salle du foyer culturel des jeunes notamment le club de judo.

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune accueille deux écoles : l'école publique Les Mésanges bleues, composée d'une école maternelle et primaire, et une école privée Notre-Dame-de-Joie (provenant du nom de l'église), qui sont liées à l'académie de Rennes.

Il n'y a pas de collège pour poursuivre le cycle, les enfants se rendent soit du côté de Riantec (collège de Kerdurand), Port-Louis (collège de St-Pierre), soit d'Hennebont (collèges Paul Langevin, Pierre et Marie Curie, St-Félix Kerlois).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[3].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Bretagne », sur www.chambres-agriculture-bretagne.fr, (consulté le )
  7. « Station météofrance Lorient-Lann Bihoue - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre Merlevenez et Quéven », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station météorologique de Lorient-Lann Bihoue - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  10. « Station météorologique de Lorient-Lann Bihoue - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  11. « Station météorologique de Lorient-Lann Bihoue - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  13. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  14. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Unité urbaine 2020 de Merlevenez », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  16. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  17. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  18. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Lorient », sur insee.fr (consulté le ).
  19. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  21. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  22. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  23. « Données statistiques sur les communes de Métropole ; Répartition des superficies en 44 postes d'occupation des sols (métropole) », sur Corine Land Cover, (consulté le ).
  24. a et b Ernest Nègre - Toponymie générale de la France - Volume 2 - Page 1033.
  25. Francis Gourvil - Noms de famille bretons d'origine toponymique, page xxxv.
  26. a et b Association bretonne, Saint-Brieuc, Imprimerie-Librairie-Lithographie de René Prud'homme, 1935, Bulletin archéologique et agricole - Page XIX.
  27. Memorialgenweb.org - Jean Marc SCOURZIC
  28. a et b « Nécrologie. Décès de Fortuné Le Calvé, maire de Merlevenez », sur www.ouest-france.fr, (consulté le ).
  29. a et b « Nécrologie. Maire depuis 1989 Fortuné Le Calvé est décédé hier », sur letelegramme.fr, (consulté le ).
  30. « Fortuné Le Calvé reconduit dans ses fonctions », sur letelegramme.fr, (consulté le ).
  31. « Fortuné Le Calvé réélu maire pour un 4e mandat », sur ouest-france.fr, (consulté le ).
  32. « Merlevenez. Jean-Michel Corlay a été élu maire », sur ouest-france.fr, (consulté le ).
  33. « Conseil municipal. Jean-Michel Corlay, élu maire », sur letelegramme.fr, (consulté le ).
  34. « Jean-Michel Corlay, maire pour la deuxième fois », sur ouest-france.fr, (consulté le ).
  35. « Conseil. Jean-Michel Corlay élu maire », sur letelegramme.fr, (consulté le ).
  36. « Municipales à Merlevenez : Bruno Le Bosser élu maire », sur letelegramme.fr, (consulté le ).
  37. « Municipales à Merlevenez. Bruno Le Bosser, élu nouveau maire », sur ouest-france.fr, (consulté le ).
  38. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  39. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  40. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  41. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  42. Martine Rouellé, du Blavet à la rivière d'Etel, p. 46.
  43. « Chapelle de la Madeleine, rue de la Mairie (Merlevenez) », sur patrimoine.bzh (consulté le ).
  44. « Présentation de la commune de Merlevenez », sur patrimoine.bzh (consulté le ).
  45. « Merlevenez (Morbihan), Mané-er-Houët, août - octobre 1944 », sur fusilles-40-44.maitron.fr (consulté le ).
  46. Les Rois de la section sports loisirs, sur letelegramme.fr, publié le 14 janvier 2010, consulté le 23 décembre 2011
  47. Associations sportives sur le site de la commune, consulté le 13 avril 2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]