Crach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Crach
Crach
L'église Saint-Thuriau.
Blason de Crach
Blason
Crach
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Lorient
Intercommunalité Auray Quiberon Terre Atlantique
Maire
Mandat
Jean-Loïc Bonnemains
2020-2026
Code postal 56950
Code commune 56046
Démographie
Gentilé Crachois
Population
municipale
3 366 hab. (2018 en augmentation de 2,19 % par rapport à 2013)
Densité 110 hab./km2
Population
agglomération
6 273 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 37′ 05″ nord, 3° 00′ 01″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 44 m
Superficie 30,54 km2
Type Commune rurale et littorale
Unité urbaine Carnac
(ville-centre)
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton d'Auray
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Crach
Géolocalisation sur la carte : Morbihan
Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Crach
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Crach
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Crach
Liens
Site web crach.fr

Crach [kʁak] ou Crac'h, est une commune du département du Morbihan, dans la région Bretagne, en France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Crac'h fait partie du Parc naturel régional du golfe du Morbihan.

Carte de la commune de Crac'h.

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Crac'h est située dans le canton d’Auray, arrondissement de Lorient, et fait partie de la Communauté de communes Auray Quiberon Terre Atlantique. Elle s'étend sur 3 054 ha.

La commune de Crac'h est bordée à l’est par la rivière d'Auray, à l’ouest par la rivière de Crac'h, au sud par les communes de Saint-Philibert et Locmariaquer et au nord par la commune d'Auray.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

« Le bourg de Crac'h occupe une position dominante au centre de la presqu'île formée par la rivière du même nom et celle d'Auray »[1] ; il est situé vers une vingtaine de mètres d'altitude.

La partie nord de la commune est plus élevée, atteignant 44 mètres d'altitude à Mané Braz, en position centrale au sein du finage communal.

Hydrographie et littoral[modifier | modifier le code]

L'entrée de la Rivière d'Auray vue depuis le port de Fort Espagnol.
Tables ostréicoles le long de la Rivière d'Auray près de Fort Espagnol (à marée basse).

La commune est limitée par les deux rias de la Rivière d'Auray à l'est et de la Rivière de Crac'h à l'ouest, dans lesquelles se jettent de minuscules fleuves côtiers comme celui qui alimente les étangs de Roc'h Du[2] (six étangs d'eau douce et un étang d'eau salée, limitrophes de la commune de Locmariaquer), affluent de rive droite de la Rivière d'Auray et le Stang, qui se jette dans la Baie Saint-Jean, affluent de rive gauche de la Rivière de Crac'h, dont la partie amont, fluviale, le ruisseau de Pont-er-Rui, sert de limite communale avec Ploemel.

Plusieurs anses importantes existent le long de la rive droite de la Rivière d'Auray au niveau du finage d Crac'h : d'amont vers 'aval l'Anse de Poulben (transformée en étang), à la limite de la ville d'Auray ; l'Anse du Plessis (elle aussi transformée en étang) ; la vasière de Rosnarho (qui découvre largement à marée basse).

La commune de Crac'h est la seule commune littorale de Bretagne où le sentier de grande randonnée GR 34 n'est jamais en situation littorale. L'accès du public au littoral est d'ailleurs dans l'ensemble du territoire communal très limité en raison des nombreuses et parfois grandes propriétés privées qui en interdisent l'accès. Seuls quelques points comme Fort Espagnol, Port Blanc (près de Loqueltas) le long de la Rivière d'Auray, et la rive sud de la Baie Saint-Jean le long de la Rivière de Crac'h, sont aisément accessibles par le public. Des sentiers de randonnée sont toutefois accessibles dans le reste du territoire communal[3].

L'ostréiculture est importante le long de la Rivière d'Auray et de la Rivière de Crac'h.

Habitat[modifier | modifier le code]

Le terroir de Crac'h est traditionnellement un paysage de bocage avec un habitat dispersé en hameaux et fermes isolées. Le bourg a beaucoup grossi depuis la Seconde Guerre mondiale avec la construction de nombreux lotissements, principalement au nord et à l'ouest du bourg ancien. Malgré la forte pression touristique et la proximité d'Auray, le reste du territoire communal a pour l'essentiel échappé à la périurbanisation (l'agglomération d'Auray ne s'étend pas au sud de la RN 165 en territoire de Crac'h) et à la rurbanisation, ainsi qu'à l'urbanisation linéaire littorale en raison de la présence de grands domaines privés tout au long de ce dernier.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La voie express Route nationale 165 traverse l'extrême nord de la commune de Crac'h, à la limite sud de l'agglomération d'Auray et dessert la commune (sortie Crac'h, Locmariaquer et Saint-Philibert) en empruntant la D 28, axe routier nord-sud, qui vers le sud rejoint la D 781 (ancienne Route nationale 781) en direction de Locmariaquer ou de La Trinité-sur-Mer selon la direction prise.

La commune est restée longtemps, ainsi que Locmariaquer, une presqu'île enclavée aux communications difficiles dans le sens ouest-est en raison des rivières d'Auray et de Crac'h qui n'étaient franchissables qu'en bateau, ce qui était source de nombreux accidents.

Le premier pont de Kerisper sur la Rivière de Crac'h (construit entre 1899 et 1901).

Le premier pont de Kerisper permettant de franchir la Rivière de Crac'h et de relier La Trinité-sur-Mer à Crac'h et Locmariaquer via Saint-Philibert fut construit entre 1899 et 1901[4] (sa construction était réclamée par les habitants de la région depuis des décennies[5]). Ce pont était constitué d'arches en pierres à ses deux extrémités, avec un tablier métallique (type Eiffel) de 100 mètres de long et à voie unique dans sa partie centrale. Ce pont fut détruit par les Allemands le . Le nouveau et actuel pont de Kerisper a été inauguré en 1956 et a connu une rénovation importante en 2009-2010[6]. Le pont le plus en aval permettant de franchir la Rivière d'Auray est celui de la Route nationale 165.

La gare la plus proche est Auray (accessible par le TGV et le TER) à 6 km de Crac'h. L'aéroport le plus proche est Lorient à 49 km. La ville de Crac'h est accessible par la ligne 1 du réseau BreizhGo (Auray ↔ Carnac ↔ Quiberon).

Économie[modifier | modifier le code]

La zone d'activités du Moustoir est située dans l'extrême nord-ouest de la commune, à la sortie de l'agglomération d'Auray, le long de la D 22 en direction de Belz.

Crac'h est une des communes du Morbihan où les revenus moyens par habitant sont les plus élevés, avec Carnac et La Trinité-sur-Mer.[réf. nécessaire]

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[7]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l'Atlantique), répartie tout au long de l'année avec un léger maximum d'octobre à février[8].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[9]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[7]

  • Moyenne annuelle de température : 12,1 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 0,8 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 1,6 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 11,5 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 2] : 863 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 13 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,7 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[11] complétée par des études régionales[12] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Auray », sur la commune d'Auray, mise en service en 1994[13] et qui se trouve à 6 km à vol d'oiseau[14],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 12,5 °C et la hauteur de précipitations de 964,5 mm pour la période 1981-2010[15]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Vannes-Séné », sur la commune de Séné, mise en service en 1998 et à 20 km[16], la température moyenne annuelle évolue de 12,3 °C pour 1981-2010[17] à 12,4 °C pour 1991-2020[18].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Crach est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[19],[20],[21]. Elle appartient à l'unité urbaine de Carnac, une agglomération intra-départementale regroupant 5 communes[22] et 12 856 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[23],[24]. La commune est en outre hors attraction des villes[25],[26].

La commune, bordée par l'océan Atlantique, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[27]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d'urbanisme le prévoit[28],[29].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente l'occupation des sols de la commune en 2018, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC).

Occupation des sols en 2018
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Tissu urbain discontinu 4,4 % 140
Zones industrielles ou commerciales et installations techniques 1,9 % 60
Équipements sportifs et de loisirs 0,9 % 29
Terres arables hors périmètres d' irrigation 14,1 % 448
Prairies et autres surfaces toujours en herbe 25,2 % 800
Systèmes culturaux et parcellaires complexes 31,9 % 1012
Surfaces essentiellement agricoles interrompues par des espaces naturels importants 1,5 % 46
Forêts de feuillus 5,1 % 161
Forêts de conifères 2,8 % 88
Forêts mélangées 7,3 % 231
Marais maritimes 1,0 % 31
Zones intertidales 2,4 % 77
Estuaires 1,4 % 43
Mers et océans 0,06 % 2
Source : Corine Land Cover[30]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestée sous les formes Craz et Crac en 1233, Crach en 1262[31]. On trouve l'orthographe Crac'h, en août 2011, sur le site de la mairie de la commune. En breton Krac'h, rappelle une zone surélevée ou basse colline[31]. En breton contemporain, le terme Krec'h est toujours utilisé pour désigner une éminence ou colline[31]. Ce toponyme se retrouve aussi dans les Côtes-d'Armor.

Le nom de la commune en breton est Krac'h.

En français, le nom de la commune se prononce « crac »[32].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Stèle gravée de l'allée coudée de Luffang en Crac'h (gravures en creux sur granite ; fin du IVe millénaire avant J.-C., Musée de préhistoire de Carnac).

Le bourg de Crac'h occupe une position dominante au centre de la presqu'île formée par la rivière du même nom et celle d'Auray. Cette langue de terre connait une occupation humaine ancienne, la présence de nombreux mégalithes en est un témoignage et quelques-uns des plus prestigieux se situent à Locmariaquer qui en est la pointe extrême. Dans la commune de Crac'h on en recense une vingtaine (les plus connus sont le dolmen d'Er Marh, l'allée couverte du Beudrec, le dolmen et les restes du tumulus de Coët Kerzuc [dans le parc public Muller], les deux dolmens de Park Guren, l'allée couverte du Luffang, les menhirs immergés de la Baie de Saint-Jean, le dolmen de Kergoët, le dolmen de Kercado, l'allée couverte de Coët Kaloun, , etc.) dont cinq ont été classés monuments historiques[33]. Malheureusement la plupart se trouvent dans des propriétés privées et sont difficilement accessibles[34]. Plusieurs ont disparu ou ont été très dégradés, exploités comme carrières par des habitants du voisinage ou par des entrepreneurs : par exemple en 1825 et 1828 les entrepreneurs chargés de la construction, l'un de la Chartreuse d'Auray, l'autre du phare de Goulphar à Belle-Île, prélèvent des pierres dans plusieurs dolmens de Locmariaquer et dans des dolmens ainsi que dans l'allée couverte du Luffang à Crach en dépit des vaines protestations du chanoine Mahé[35] ; d'autres, cités en 1856 dans une notice de la Société polymathique du Morbihan, sont signalés comme disparus en 1892 comme le menhir de Kerourang et les deux dolmens de Kergurionné[36].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Une statuette en granulite trouvée dans la niche d'une vieille fontaine au bord de la rivière de Crac'h datant probablement de l'âge du fer a été découverte par Gustave de Closmadeuc et donnée au Musée d'histoire et d'archéologie de Vannes[37].

Antiquité[modifier | modifier le code]

Les Romains établirent sur ce même site de Locmariaquer une ville assez importante pour être dotée d'un théâtre face à la mer. Les voies qui reliaient cette agglomération empruntaient le territoire de l'actuelle commune de Crac'h. À Rosnarho se voient les vestiges d'un aqueduc[38] venant de la pointe de Kerisper en Pluneret, qui puisait son eau sur la rive gauche de la rivière d'Auray.

On parle aussi d'un pont de bois, à la hauteur de Kerentrech, d'où l'on a retiré de la vase, au XVIIIe siècle, des poutres bien conservées. La tradition garde, en effet le souvenir d'un « pont de César », dit encore « pont des Espagnols », sans doute parce qu'il y avait eu, en aval, au temps de la Ligue, un fort espagnol. L'existence de restes de ce pont est attestée vers 1756 par Christophe-Paul de Robien, alors propriétaire du château du Plessis-Kaer, situé à 500 m en amont. Il décrit dans son "Histoire ancienne et naturelle de la province de Bretagne" « les restes d’un pont dont on perçoit encore, à marée basse, quelques piles qu’on a bien de la peine à détruire pour nettoyer la rivière ». Des restes des piles, gênantes pour la navigation, furent arasés au XIXe siècle[39].

Une datation au carbone 14 pourrait permettre d'attribuer ou non aux Vénètes, bons charpentiers, ce pont conçu ensuite comme support d'aqueduc par les Romains. Les Vénètes auraient aussi construit un port et des palissades à l'endroit dénommé par la suite "Fort Espagnol"[40].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le menhir christianisé dit "pierre de justice" de Crach.

Les émigrés bretons, venus des Îles Britanniques au Ve siècle et au VIe siècle, ont colonisé les territoires de Crach, comme ceux du reste de l'Armorique, devenue alors la Bretagne, à tel point que tous les noms de lieux sont empruntés à la langue devenue le breton, à commencer par celui de la paroisse. Crac'h, selon toute vraisemblance, est une variante de « Kreac'h, kreh » qui signifie : butte, colline. L'église paroissiale serait construite sur une butte artificielle attribuée aux Romains avec les débris d'un ancien établissement de Templiers[41].

Les Bretons étaient christianisés et ont laissé de leur foi quelques traces remontant au Haut Moyen Âge. Une croix marque le sarcophage de Lomarec que l'on date de l'époque mérovingienne et qui serait, selon la légende, la tombe du roi Waroch ; ce sarcophage comporte une inscription considérée comme la plus vieille en langue bretonne (Irha Ema in ri, "Ici repose un roi")[42]. De même, une croix pattée et hampée est visible sur le menhir christianisé du Musée du Château-Gaillard à Vannes, qui provient de Mané-Justice en Crac'h (ce menhir, qui avait été découpé en deux morceaux par un carrier et qui furent trouvés pour l'un, la partie supérieure, au pied de la "Montagne de justice" de Crach par Charles de Keranflec'h[Note 5] en 1854 et pour l'autre, la partie inférieure, dans la cour du château de Plessis-Kaër deux ou trois ans plus tard, ont été réunis et se trouvent désormais au musée de Château-Gaillard (musée d'histoire et d'archéologie) à Vannes depuis 1858). L'inscription, en vieux breton, peut se traduire ainsi : « Pierre élevée à la mémoire d'Hervé Le Blanc, fils d'Hervé Le Vaillant, par son ami Ranahuri »[43].

La chapelle de l'Ermitage, à Locqueltas, passée sous le patronage de saint Gildas, rappelait la présence, en ce lieu, d'un lointain ermite. Le Moustoir tire son nom d'un petit monastère comme il en a existé beaucoup en Bretagne.

La baronnie de Kaër, qui avait son siège au château du Plessis-Kaër, avait droit de haute, moyenne et basse justice sur les paroisses de Crac'h et Locmariaquer et une partie de celles de Carnac, Brech et Pluvigner. Le château date du XIe siècle. Composé de deux ailes, il comporte six tours. Son parc est vaste de plus de 50 hectares.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Le Fort Espagnol[modifier | modifier le code]

Pendant les Guerres de la Ligue, en 1590, le duc de Mercœur, gouverneur de Bretagne, à la tête de la Ligue bretonne, fai appel au roi d'Espagne Philippe II, qui envoie 3000 soldats espagnols, commandés par Juan d'Aguila, qui arrivent à Vannes en octobre 1590. Le mois suivant le gros des forces espagnoles quitte Vannes pour se diriger vers Blavet, mais une garnison s’installe à Auray et une autre se retranche plus en aval sur le Loch à Crac’h dans un avant-port, « le port Espagnol » (construit par Juan d'Aguila, il contrôlait la navigation sur la Rivière d'Auray et les traversées d'une rive à l'autre), désigné alors sous le nom de « Fort Sainte-Marie », puis de « Fort Espagnol ». En 1598, la Paix de Vervins mit fin à l’occupation espagnole, ce qui provoqua le départ de leurs soldats[44].

Crac'h au XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

La paroisse de Crac'h est alors divisée en six frairies : celles de Saint-Thuriau (le bourg), de Locqueltas, de la Magdeleine, de Sainte-Brigitte, de Saint-Michel et de Saint-Pierre. Une chapellenie existait dans la chapelle Sainte-Anne située dans les dépendances du manoir de Kérantré[45].

Crac'h au XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Carte de Crach et Locmariaquer publiée en 1710.

Crach faisait partie de la capitainerie des garde-côtes d'Auray au XVIIIe siècle[46].

Jean-Baptiste Ogée décrit ainsi Crac'h en 1778 :

« Crach ; sur une hauteur, à 4 lieues à l'ouest de Vannes, son évêché ; à 14 lieues un quart de Rennes ; et à une lieue un tiers d'Aurai, sa subdélégation et son ressort. Cette paroisse, dont la cure est à l'Ordinaire, compte 1 500 communiants[47]. Une partie relève du Roi et l'autre du château de Keraër, qui a une haute justice, à cause des châtellenies de Crach et de Beaumont qui lui sont annexées. Ce territoire, coupé de ruisseaux qui coulent dans les vallons et vont se perdre dans la mer, est fertile en toutes sortes de grains et bien cultivé. (...)[48]. »

Le château de Kergurioné fut une seigneurie puissante au Moyen Âge. Il devint vers 1620 la propriété de Pierre Coué, seigneur de Salarun ; un de ses descendants, Jean-François Coué de Salarun, participa en 1719 à la conspiration de Pontcallec[49].

Le château de Kerantrech [Kerantré] est construit à la fin du XVIIIe siècle ; il remplace un ancien manoir détruit par un incendie ; il est possédé par la famille Gouvello depuis 1620[50].

Révolution française[modifier | modifier le code]

Julien Le Glouannic, recteur de crac'h depuis 1781, refusa de prêter le serment de fidélité à la Constitution civile du clergé. Il fut maintenu à la tête de la paroisse lors du Concordat de 1801 et décéda à Crac'h le [51].

Le château de Kerantrech servit de refuge à des émigrés en fuite après l'expédition de Quiberon en 1795[50].

Plusieurs habitants de Crac'h furent des chouans : par exemple Jean Coriton, Joseph Laîné et Jean Le Bourdiec, traversant la Rivière de Crac'h clandestinement en bateau, furent surpris au début du mois de novembre 1795 par une patrouille de soldats républicains (« Coriton, qui conduisait le bateau, eut le bras traversé d'une balle »)[52] ; Thuriau Le Gloanic[Note 6] fut chef de bataillon de la légion d'Auray (dont le chef était Georges Cadoudal) au sein de la Chouannerie morbihannaise [53]. En 1798 des bandes de faux chouans, en fait des bandits surnommés "chauffeurs", « torturaient les paysans et leur brûlaient les pieds pour leur extorquer de l'argent » le long du « bras de mer de Crach ou de La Trinité » ; ils furent tués par Julien Cadoudal, un frère de Georges Cadoudal[54]. Le les Anglais tentent un débarquement entre la pointe de Kerpenhir (en Locmariaquer) et la Rivière de Crac'h et sont approvisionnés en bœufs et grains par une bande d'une soixantaine de chouans et le 5 juin « des lignes de feu et de fumée se montraient (...) devant la rivière de Crac'h »[55]. Le Jacques Jouanno[Note 7], aubergiste et garde forestier à Crach, est condamné à 4 mois de détention et à une amende (une peine légère car il était peu compromis, mais les deux responsables principaux furent condamnés à mort) pour avoir fait partie d'une conspiration, dont les membres avaient été envoyés dans l'île par Georges Cadoudal, visant à livre Belle-Île aux Anglais[56].

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

A. Marteville et P. Varin, continuateurs d'Ogée, décrivent ainsi Crac'h en 1843 :

« Crac'h : commune formée par l'ancienne paroisse de ce nom, aujourd'hui succursale ; chef-lieu de perception (...). Principaux villages : Loqueltas, Kercado, Kerbirio, Kerourio, Lomarec, Kerdavid, Kerglévérit, Kerfourchue, Kerbois, le Moustoir, Kersinge, Kericard, Kerdreven, Kergouet, Kerguriene. Superficie totale 3 010 hectares dont (...) terres labourables 1 017 ha, prés et pâturages 445 ha, bois 136 ha, vergers et jardins 55 ha, étangs et marais 38 ha, landes et incultes 1 267 ha (...). Moulins à vent de Kerhern, Corneguic, Kermarquer et Kerverchi ; à eau, de Poulhen. Crac'h est bâti sur une colline ; l'église est surmontée d'un clocher en pierres. Il y a outre l'église la chapelle Saint-Albin. Le territoire est couvert de maisons isolées ; les plus forts villages se composent à peine de quatre ou cinq feux. Les landes sont nombreuses et couvrent (...) plus du tiers de la commune ; mais les parties qui avoisinent les rivières d'Auray et de Crac'h sont assez fertiles et surtout bien cultivées. Les bois de charpente croissent avec peine, et c'est une des considérations qui ont engagé les propriétaires à cultiver les pins et sapins. (...) Il y a foire le samedi avant le deuxième dimanche de juillet. Géologie : constitution granitique. On parle le breton. »[57].

Ces deux auteurs indiquent également que « Kerantré et le Plessix-Kaër sont les deux maisons remarquables de la commune de Crac'h », la seconde étant une ancienne propriété de la famille de Robien qui appartient en 1843 à M. Cauzique[Note 8]. En 1871 le château de Kerantech passe par mariage aux mains de la famille d'Aboville[50]. Celui du Plessis-Kaër est acheté dans la décennie 1870 par Jules Caillot[Note 9], industriel parisien[58].

Une épidémie de variole sévit à Crac'h en 1869 : elle fit 60 malades, dont 19 moururent[59].

Plan de l'établissement ostréicole de la Rivière de Crach appartenant au baron de Wolbock en 1883.

L'élevage des huîtres est une activité importante depuis la décennie 1870. Auparavant on se contentait de draguer les bancs naturels d'huîtres : le dragage des huîtrières dans les rivières de Crac'h, d'Auray et de Pénerf s'arrêtait le 31 mars[60].Le baron de Wolbock[61]installe en 1865 ses bassins le long de la Rivière de Crac'h, mais c'est son fils Henry Armand de Wolbock[62], aussi baron de Wolbock, qui développa par la suite l'ostréiculture. Ses parcs sont ainsi décrits lors de l'Exposition universelle de 1889 : « Ces établissements, situés à Kercado (...) occupent une superficie de 9 ha 97, auxquels peuvent être ajoutés 45 ha de bassins fermés par une digue insubmersible. Ils occupent environ 80 personnes et contiennent environ 20 millions d'huîtres d'élevage, dont 3 millions sont livrées chaque année à la consommation. Les huîtres, fournies à l'état de naissain par près de 300 000 collecteurs, sont nourries en caisse jusqu'à dix-huit mois, placées dans des claires jusqu'à la quatrième année, engraissées pendant la quatrième et la cinquième année, d'où, dans les bassins, une rotation quinquennale que M. le vicomte de Wolbock considère comme indispensable à la plénitude de l'industrie ostréicole »[63].

En 1889 Benjamin Girard indique que Crach a une population agglomérée de 363 habitants (pour une population totale de la commune qui est alors de habitants)[64].

En 1896 Mme Besnard, propriétaire du château de Rosharno, fit bâtir un orphelinat « où de jeunes enfants seront élevés chrétiennement et apprendront à gagner honnêtement leur vie dans les travaux des champs »[65]. Le le Conseil municipal de crach donna un avis favorable pour que cet orphelinat de Rosharno soit dirigé par des Sœurs de Notre-Dame des Orphelins[66]

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Belle Époque[modifier | modifier le code]

Un naufrage survenu en Rivière d'Auray au large de Fort Espagnol le provoqua la noyade de sept jeunes gens[67].

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Un vœu en faveur d'un projet de construction d'une ligne de chemin de fer à voie étroite allant d'Étel à Vannes en passant par La Trinité-sur-Mer, Crach, Le Bono, Baden et Arradon, qui aurait nécessité la construction de plusieurs ouvrages d'art, fut voté en 1916 par le Conseil général du Morbihan, mais ce projet n'aboutit pas[68].

Les plaques commémoratives de l'église paroissiale Saint-Thuriau indiquent les noms de 86 soldats et marins morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale[69].

Un calvaire commémoratif a été édifié en mémoire de 8 soldats membres ou liés à la famille du général de Gouvello[Note 10] à Kercado en direction du Fort Espagnol[70].

L'Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Une sorcière réputée de Crach, qui avait exercé ses talents jusqu'à Belle-Île-en-Mer en "soignant" des patients en usant de sortilèges fut poursuivie devant les tribunaux en 1922[71].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

La Deuxième Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Les plaques commémoratives de l'église paroissiale Saint-Thuriau indiquent les noms de 18 personnes mortes pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale[69].

L'après Deuxième Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

François Faure, pilote aviateur, est disparu en mer le . Un soldat originaire de Crach est mort pendant la Guerre d'Indochine et deux pendant la Guerre d'Algérie [69].

Le XXIe siècle[modifier | modifier le code]

La commune de Crac'h a été l'un des premiers clusters de l'épidémie de Covid-19 en France, avec 6 personnes tombées malades au [72].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
maire en 1819 juin 1820 Jean Vincent Pasco[Note 11]   Cultivateur.
juillet 1820 février 1826 Noël Pasco[Note 12]   Laboureur ; secrétaire de mairie. Fils de Jean Vincent Pasco, maire précédent.
mars 1826 septembre 1830 Joseph Lainé[73]   Ancien chef de bataillon de l'Armée royale de l'Ouest. Chevalier de l'Ordre royal et militaire de Saint-Louis
septembre 1830 octobre 1937 Fortuné Cauzique[Note 13]   Conseiller d'arrondissement
novembre 1837 septembre 1852 Louis Guillevic[Note 14]    
octobre 1852 octobre 1858 Jean Marie Le Pluart    
octobre 1858 décembre 1863 Joseph Marie Le Pluart[Note 15]   Cultivateur, propriétaire.
décembre 1863 juillet 1883 Pierre Marie Le Labousse[Note 16]   Cultivateur
juillet 1883 mars 1884 Jean Le Plumer[Note 17]   Propriétaire.
juillet 1883 1888 Joseph Cadudal[Note 18]    
1888 mai 1892 Jean Marie Audic[Note 19]   Cultivateur.
mai 1892 mai 1900 Jean Michel Le Gohébel[Note 20]    
mai 1900 1912 Joseph Marie Rio    
1912 1931 Henri d'Aboville   Colonel puis Général.
         
mars 1971 octobre 2005[74]
(démission)
René Le Mené DVD Cadre dans une entreprise industrielle
octobre 2005
Réélu en 2008, 2014[75] et 2020[76]
En cours
(au 30 mai 2020)
Jean-Loïc Bonnemains DVD Retraité de l'enseignement

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[77]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[78].

En 2018, la commune comptait 3 366 habitants[Note 21], en augmentation de 2,19 % par rapport à 2013 (Morbihan : +2,32 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 6511 5201 5031 6601 7151 7001 7021 8031 834
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 8011 8261 8531 8761 9551 9861 9381 9521 923
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 9782 0532 0791 9321 9021 9031 8751 8321 771
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
1 9031 9282 0012 5352 7623 0303 2183 2833 318
2018 - - - - - - - -
3 366--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[79] puis Insee à partir de 2006[80].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Crach est située dans l'académie de Rennes et possède sur son territoire 2 écoles maternelles et 2 écoles élémentaires communales : l'école publique des Deux-Rivières et l'école Saint-Joseph.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

La commune dispose de 5 médecins, 2 dentistes, 7 kinésithérapeutes, 1 pharmacie, 6 infirmiers, 1 orthophoniste, 1 pédicure-podologue et 1 diététicienne.

Sports[modifier | modifier le code]

  • Un parcours botanique.
  • Un parcours sportif.
  • Une aire de pique-nique.
  • Un espace jeunes enfants.
  • Un musée des objets agricoles anciens.
  • Deux terrains de football (un homologué et un d'entrainement).
  • Un skatepark.
  • Deux courts de tennis extérieurs et un mur d'entrainement.

Cinéma[modifier | modifier le code]

En 1979 a été tourné dans la commune, au Château de Kerherneigan, le feuilleton télévisé L'Île aux trente cercueils de Marcel Cravenne.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

La commune compte huit monuments historiques :

  • l'ossuaire du cimetière, inscrit par arrêté du 18 mai 1925[81]. Autrefois adossé à l’église, il a été transporté dans le cimetière et disposé en appentis sur le mur du fond. Sa façade toute en longueur présente à la base un muret à corniche saillante, au-dessus d’une claire-voie faite de quatre séries de balustres séparées par de courtes piles et enfin un larmier sous la toiture. Plus ample, la pile centrale porte une inscription avec l’emblème de la mort : un crâne et des tibias croisés. Elle est dominée par une petite croix ;
  • les deux dolmens de Parc-Guéren, classés par arrêté du 12 mai 1926[82] ;
  • la porte de la tourelle d'escalier du château du Plessis-Kaër, inscrite par arrêté du 20 mars 1934[83] ;
  • le dolmen de Kerourang, classé par arrêté du 9 mai 1938[84] ;
  • le dolmen de Mané-Rohenezel, classé par arrêté du 9 mai 1938[85] ;
  • le dolmen de la Mare, classé par arrêté du 10 mai 1938[86] ;
  • l'allée couverte de Luffang Tal-er-Roch, classée par arrêté du 10 octobre 1938[87] ;
  • l'aqueduc gallo-romain de Rosnarho, inscrit par arrêté du 16 avril 2002[88].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

L'église Saint-Thuriau[modifier | modifier le code]

L’église paroissiale date de 1809. Elle a fait l’objet de plusieurs restaurations.

En 1828 la duchesse de Berry gratifia la commune d’un secours pour la réparation : le clocher situé à proximité des côtes serait un point de vue utile aux navigateurs. Au-dessus du porche Ouest, une pierre porte une inscription en latin faisant référence à l’altitude. En 1904, l’église reçut trois belles cloches neuves de Villedieu-les-Poêles.

En forme de croix latine, elle s’augmente d’une tour carrée à l’ouest et d’un porche au midi. Le clocher comporte trois étages inégaux et une flèche pyramidale. Un oculus orne le 2e étage. Le clocher même est ouvert en quatre baies cintrées. Les pilastres d’angles et une balustrade couronnent la tour. Le porche porte un fronton où l’on peut lire : « ici, c’est la maison de Dieu et la porte du ciel ». À l'intérieur du porche, deux bancs de pierre s'adossent aux murs et un bénitier important est encastré près du portail d'entrée.

À l'intérieur de l'église, la nef est dallée de pierres. Les ailes du transept s'ouvrent par d'audacieux arcs en plein cintre, lequel prend place sur un podium circulaire. Le buste et le bras reliquaire de saint Thuriau contribuent à la richesse du sanctuaire. (Les reliques de ce saint furent apportées au duc de Bretagne au château d'Auray puis confiées à la paroisse de Crac'h). Du grand retable de chevet en triptyque de l'église précédente, il ne subsiste que les colonnes à chapiteau corinthien encadrant le tableau : Descente de croix de Jouvenet, dont l'original de 1700 se trouve au Louvre et séparant les statues de saint- huriau (Turiaf) et saint Clair. Les retables latéraux comportent des chutes de fleurs et des guirlandes surmontées de visages d'angelots. Les tableaux ont été restaurés au cours de l'année 2000. Il s'agit au nord de La donation du rosaire : le personnage de gauche au pied de la Vierge serait saint Dominique et le chien, symbole de fidélité, porte dans la gueule le flambeau de la foi. Côté Sud, l'autre tableau la Vierge, sainte Anne et saint Joachim peint par F. Baret date de 1882. D'autres statues enrichissent l'église : saint Isidore, saint Mathurin, Notre-Dame de la clarté à gauche, et à droite, saint Thuriau, sainte Appoline (invoquée contre le mal de dents, la tenaille évoque son martyre) et saint Avertin contre les maux de tête (les « Avertin » étant sujets aux vertiges). Au fond de l'église, une vaste tribune repose sur quatre colonnes aux chapiteaux corinthiens et sa balustrade s'orne de deux anges rapportés de l'ancien autel. L'orgue provient de Sainte-Anne d'Auray.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Les vestiges de la chapelle Saint-Yves[modifier | modifier le code]

Dans l’ancien enclos du cimetière existait une chapelle dédiée à saint Yves, où l’on chantait la messe le 19 mai, fête du saint, au lendemain de la Révolution. Elle reçut une nouvelle cloche en 1867, des reliques de saint Louis et sainte Hélène en 1875. Elle servait alors de chapelle à la Congrégation. L’entretien y fut assuré jusqu’en 1933, mais elle n’était plus utilisée que pour le catéchisme. Les réparations y étaient trop importantes et elle fut détruite en 1960. Les pierres de sa démolition ont été utilisées pour l’édification du pignon situé à l’angle sud-ouest de l’enclos de l’église, et on retrouve le cintre mouluré en cavet d’une fenêtre dans l’ouverture. Entre la porte et le clocheton carré, une petite niche contient une statue en granit de Saint-Yves. À gauche de l’ouverture un bénitier circulaire a été encastré dans la maçonnerie.

La voûte de la nef abrite une colonie de chauve-souris, des grands murins (30 cm d'envergure) répertoriés par la L.P.O. (Ligue pour la protection des oiseaux). C'est une espèce rare et protégée.

La croix du cimetière[modifier | modifier le code]

La croix du cimetière présente l’intérêt d’avoir un soubassement en tronc de pyramide à table débordante. Il supporte un socle polygonal dans lequel s’enfonce le fût également polygonal. La partie supérieure dessine un petit panneau sculpté vers l’est du Christ en croix avec à ses côtés la Vierge et saint Jean, et au revers du Christ en majesté, entre deux personnages dont un porte couronne. Une petite croix domine l’ensemble.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

La chapelle et la croix de Saint-Aubin[modifier | modifier le code]

La chapelle actuelle de Saint-Aubin possède une pierre datée de 1624 mais elle a été restaurée en 1992[89].

La croix de Saint-Aubin est récente (elle porte un Christ crucifié et date de 1994) ; elle a été créée par l'association "Les Retrouvailles de Saint-Aubin"[90].

La chapelle Saint-André de Lomarec[modifier | modifier le code]

La chapelle Saint-André de Lomarec[91], qui date de 1606, est surtout connue pour l'inscription qui se trouve sur une paroi du sarcophage mérovingien qui est probablement la sépulture du roi Waroch[92].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Autres[modifier | modifier le code]

  • Château de Kérantré [Kerantrech], propriété de la famille d'Aboville[93].
  • Château du Plessis-Kaër[58], revendu en 2020[94].
  • Château de Kergurioné (en ruines, il n'en reste pas grand-chose et a été remplacé par une habitation moderne construite à la fin du XIXe siècle)[49].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason ville fr crach (Morbihan).svg

« D'azur à une tête de cheval d'or au chef cousu du champ chargé de quatre fleurs de lys d'or posées en fasce. »
Devise : « Douar ha mor » (Terre et mer).

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[10].
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. Charles de Keranflec'h, baptisé le , écrivain et philosophe, qui fit aussi de nombreuses recherches archéologiques et fut maire de Saint-Gilles-Vieux-Marché, décédé le au château de Rosnéven en Bulat-Pestivien (Côtes-du-Nord).
  6. Thuriau Le Gloanic, né le à Cochfourno en Crach, laboureur, décédé le à Kerdreven en Crach.
  7. Jacques Jouanno, né le à Crach, décédé le à Auray.
  8. Julien Cauzique, né le à Auray, décédé le à Auray.
  9. Jean-Baptiste "Jules" Caillot, né le à Paris, décédé le à Paris, directeur des Forges de Marquise (Pas-de-Calais).
  10. Éon Le Gouvello du Timat (1864 - 1925), général de division.
  11. Jean Vincent Pasco, né le à Crach, décédé le à Crach.
  12. Noël Pasco, né le à Crach, décédé le à Crach.
  13. Fortuné Cauzique, né vers 1790 à Crach.
  14. Louis Guillevic, né le à Crach, décédé le à Crach.
  15. Joseph Marie Le Pluart, né le àCrach.
  16. Pierre Marie Le Labousse, né le à Crach, décédé le à Crach.
  17. Jean Le Plumer, né le à Ploemel, décédé le à Crach.
  18. Joseph Cadudal, né le àKeralbris en Crach, décédé le à Bodizac en Crach.
  19. Jean Marie Audic, né le à Crach, décédé le à Crach.
  20. Jean Michel Le Gohébel, né le à Kervive en Crach, décédé en 1912.
  21. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Joseph Danigo, "Crach : son église, ses chapelles" et https://www.ville-crach.fr/fr-situation-de-crac-h,5,555.html
  2. « Crac'h. De la RD 28 à l'étang du Roch-Dû » Accès payant, sur letelegramme.fr, Le Télégramme, (consulté le ).
  3. (en) « Les chemins de randonnées et aménagés », sur ville-crach.fr (consulté le ).
  4. "Rapports du Préfet et délibérations du Conseil général / Conseil général du Morbihan", n° du 22 août 1898, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57791490/f205.image.r=Crach?rk=128756;0
  5. « Une lettre de Bretagne.. », sur Journal Le Rappel, (consulté le ).
  6. « Le pont de Kerisper à La Trinité sur mer », sur locmariaquer.info (consulté le ).
  7. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  8. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  9. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  10. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  11. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  12. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Bretagne », sur www.chambres-agriculture-bretagne.fr, (consulté le )
  13. « Station Météo-France Auray - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  14. « Orthodromie entre Crach et Auray », sur fr.distance.to (consulté le ).
  15. « Station Météo-France Auray - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  16. « Orthodromie entre Crach et Séné », sur fr.distance.to (consulté le ).
  17. « Station météorologique de Vannes-Séné - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  18. « Station météorologique de Vannes-Séné - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  19. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  20. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  21. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  22. « Unité urbaine 2020 de Carnac », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  23. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  24. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  25. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  26. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  27. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  28. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  29. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  30. « Données statistiques sur les communes de Métropole communes; Répartition des superficies en 44 postes d'occupation des sols (métropole) », sur CORINE Land Cover, (consulté le ).
  31. a b et c Hervé Abalain, Noms de lieux bretons, Paris, Gisserot, coll. « Universels Gisserot » (no 22), , 126 p. (ISBN 978-2-87747-482-5, lire en ligne), p. 65.
  32. « Noms de lieux : le casse-tête breton », sur www.letelegramme.fr, (consulté le ).
  33. « Les monuments historiques de la ville de Crach dans le département de Morbihan en Bretagne », sur communes.com (consulté le ).
  34. (en) « Les mégalithes de Crac'h - Mégalithes - Mairie de Crac'h », sur ville-crach.fr (consulté le ).
  35. Louis Marsille, À propos de deux mégalithes détruits de la commune de Pleucadeuc, "Bulletin de la Société polymathique du Morbihan", 1941, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6562367w/f23.image.r=Crach?rk=150215;2
  36. Félix Gaillard, « Inventaire, avec cartes, des monuments mégalithiques du Morbihan dans le périmètre des acquisitions de l'État dans les cantons de Quiberon, Belz et Locmariaquer », sur Bibliothèque nationale de France, (consulté le )
  37. Louis Marsille, Figurine en pierre trouvée dans la commune de Crach, "Bulletin de la Société polymathique du Morbihan", 1932, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6565650k/f30.image.r=Crach?rk=128756;0
  38. https://www.ouest-france.fr/bretagne/auray-56400/entre-pluneret-et-crac-h-l-aqueduc-romain-oublie-reconstruit-grace-aux-images-de-synthese-6548997
  39. « Le « Pont de César », histoire et postérité d’un ouvrage d’art d’exception - Archives départementales du Morbihan », sur morbihan.fr (consulté le ).
  40. https://amp.ouest-france.fr/bretagne/auray-56400/crach-fort-espagnol-est-un-endroit-magique-889057#aoh=16176385460265&referrer=https%3A%2F%2Fwww.google.com&amp_tf=Source%C2%A0%3A%20%251%24s
  41. Gillart, « Notice de tous les bénéfices du diocèse de Vannes », sur Archives départementales du Morbihan (consulté le )
  42. Erwan Chartier-Le Floch, "Histoire de Bretagne en 100 dates", Coop Breizh, 2015, (ISBN 978-2-84346-667-0).
  43. Société polymathique du Morbihan, Le menhir et le culte des pierres, "Bulletin de la Société polymathique du Morbihan", 1936, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6565614q/f70.item.r=Crach
  44. (en) « Fort Espagnol », sur ville-crach.fr (consulté le ).
  45. « La paroisse de Crac'h », sur Info.Bretagne.com (consulté le )
  46. "Règlement pour la division & l'estendue des capitaineries garde-costes de Bretagne", 1726, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9740433c/f5.image.r=Crach?rk=193134;0
  47. Personnes en âge de communier.
  48. Jean-Baptiste Ogée, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, t. 1, (lire en ligne).
  49. a et b « Histoire de Bretagne - CRAC'H - CHATEAUX ET SEIGNEURIES - Mon escale en Morbihan, chambres d'hôtes de charme », sur Mon escale en Morbihan, chambres d'hôtes de charme (consulté le ).
  50. a b et c « Chateau de Kerantré à Crach, porte d'entrée monumentale », sur chateau-fort-manoir-chateau.eu (consulté le ).
  51. « La paroisse de Crac'h » (consulté le )
  52. Rohu, « Mémoires de Rohu », Revue de Bretagne et de Vendée, vol. 3,‎ .
  53. Émile Sageret, « Le Morbihan et la chouannerie morbihannaise sous le Consulat (tome 1). », 1910-1918 (consulté le )
  54. Émile Sageret, « Le Morbihan et la chouannerie morbihannaise sous le Consulat (tome 2). », 1910-1918 (consulté le )
  55. Émile Sageret, « Le Morbihan et la chouannerie morbihannaise sous le Consulat (tome 2). », 1910-1918 (consulté le )
  56. Émile Sageret, « Le Morbihan et la chouannerie morbihannaise sous le Consulat (tome 2). », 1910-1918 (consulté le )
  57. A. Marteville et P. Varin, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 1, 1843, consultable https://www.google.fr/books/edition/Dictionnaire_historique_et_g%C3%A9ographique/DI8DAAAAYAAJ?hl=fr&gbpv=1&dq=bibliogroup:%22Dictionnaire+historique+et+g%C3%A9ographique+de+la+province+de+Bretagne%22&printsec=frontcover
  58. a et b « Château du Plessis-Kaer (Crac’h) - Inventaire Général du Patrimoine Culturel », sur patrimoine.bzh (consulté le ).
  59. Alfred Fouquet, « Compte-rendu des épidémies, des épizooties et des travaux des conseils d'hygiène du Morbihan. », (consulté le )
  60. « La drague annuelle des huîtrières.. », sur Journal Le Rappel, (consulté le )
  61. Rose Charles Armand de Wolbock, baron de Wolbock, vicomte de Limé, né le à Paris, décédé le au château de Kercado en Carnac (Morbihan).
  62. Henry Armand de Wolbock, né le à Guignen (Ille-et-Vilaine), décédé le à Kerdreubras en La Trinité-sur-Mer.
  63. Edmond Perrier, « Poissons, crustacés et mollusques », sur Ministère du Commerce, de l'industrie et des colonies. Exposition universelle internationale de 1889 à Paris. Rapports du jury international.., (consulté le )
  64. Benjamin Girard, « La Bretagne maritime », (consulté le )
  65. « Bon emploi de la fortune », Journal La Croix,‎ (lire en ligne, consulté le )
  66. « Morbihan », Bulletin des Congrégations,‎ (lire en ligne, consulté le )
  67. « Le naufrage de Locmariaquer », sur Journal L'Ouest-Éclair, (consulté le )
  68. « Nos futurs chemins de fer », L'Ouest-Éclair,‎ , p. 5 (lire en ligne sur Gallica, consulté le )
  69. a b et c Eric Blanchais, « MémorialGenWeb Relevé », sur memorialgenweb.org (consulté le ).
  70. Eric Blanchais, « MémorialGenWeb Relevé », sur memorialgenweb.org (consulté le ).
  71. « Le diable, dit-on, est à Belle-Île-en-Mer », sur Journal L'Ouest-Éclair, (consulté le )
  72. « Le Morbihan « attend de savoir » qui est à l'origine des cas de coronavirus », sur www.20minutes.fr (consulté le ).
  73. Joseph Lainé, né vers 1783 à Locmariaquer, décédé le 14 octobre 1855 à Crach.
  74. Décès de l'ancien maire René Le Mené, Le Télégramme, article du 20 février 2006.
  75. « Municipales à Crac'h. Jean-Loïc Bonnemains réélu maire de Crac'h », Ouest-France, 29 mars 2014.
  76. « Jean-Loïc Bonnemains réélu maire », sur Le Télégramme, (consulté le ).
  77. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  78. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  79. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  80. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  81. Notice no PA00091164, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  82. Notice no PA00091168, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  83. Notice no PA00091163, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  84. Notice no PA00091165, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  85. Notice no PA00091166, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  86. Notice no PA00091167, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  87. Notice no PA00091162, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  88. Notice no PA56000019, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  89. « La Chapelle Saint-Aubin de Kervin-Brigitte », sur Ville-Crach.fr (consulté le )
  90. « Le calvaire de St-Aubin », sur ville-crach.fr (consulté le )
  91. (en) « La chapelle Saint-André de Lomarec - Eglise et Chapelles - Mairie de Crac'h », sur ville-crach.fr (consulté le ).
  92. Pierre-Roland Giot, L. Fleuriot, G. Bernier, B. Merdrignac et P. Guignon, "Les premiers bretons. La Bretagne du Ve siècle à l'an 1000", éditions Jos, 1988, (ISBN 2-85543-083-6).
  93. Châteaux et seigneuries de Crach, monescaleenmorbihan.fr, consulté le 23 janvier 2018.
  94. https://www.ouest-france.fr/bretagne/crach-56950/crac-h-le-domaine-du-plessis-kaer-va-avoir-une-nouvelle-vie-b03a349c-8bc6-11eb-af9c-978fef3a9111