Tacuinum sanitatis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
exemplaire BnF Lat.9333 du Tacuinum, Rhénanie, v. 1450

Le Tacuinum sanitatis (également appelé Taccuinum sanitatis) est un manuel médiéval sur la santé, basé sur le Taqwin al‑sihha تقوين الصحة (Tableaux de santé), un traité médical arabe écrit par Ibn Butlân vers 1050. En réalité, le Tacuinum a donné naissance à deux séries de manuscrits latins. La première série, datant de la deuxième moitié du XIIIe siècle, est constituée de traductions en latin, relativement fidèles au texte arabe. La deuxième série, entamée à la fin du XIVe siècle est constituée de versions simplifiées du texte, augmentées de nombreuses illustrations, une pour chaque sujet traité.

À la fin du Moyen Âge, le Tacuinum dans sa version généreusement illustrée est très populaire en Europe de l'Ouest. Une indication de cette popularité est l'utilisation du mot taccuino en italien moderne qui désigne n'importe quel sorte de manuel de poche, guide ou cahier.

Contenu[modifier | modifier le code]

Manuscrit arabe original[modifier | modifier le code]

Le texte original arabe Taqwin al‑sihha d'Ibn Butlan est connu à travers 16 exemplaires répertoriés dans les bibliothèques d'Orient et d'Occident[1].

Les prescriptions du livre s'inspirent largement de la théorie des humeurs d'Hippocrate, elle-même basée sur la théorie des quatre éléments d'Aristote, et sur la tradition médicale gréco-romaine puis arabe. En dehors d'Hippocrate (Ve s. av. JC), Ibn Butlan fait référence à d'autres médecins et auteurs : Mnésithée (IVe s. av. JC), Dioscoride (Ier s.), Rufus (Ier s.), Galien (IIe s.), Oribase (IVe s.), Paul d'Égine (VIIe s.), Gésios de Pétra (VIIe s.), Johannitius (VIIIe s.), Théodore Priscien (Ve s.), Rhazès (IXe s.), Isaac (Xe s.), Mesué (Xe s.), Abulcassis (XIe s.).

Les aliments, mais aussi les phénomènes atmosphériques, les saisons et tous les facteurs d'environnement en général sont classés en différentes catégories selon les qualités des éléments qui les composent sur deux axes, chaud et froid, sec et humide, sur une échelle comprenant quatre degrés[2].

Manuscrits non illustrés[modifier | modifier le code]

La première traduction en latin du manuscrit arabe est effectuée vers 1250 à la demande de la cour de Sicile, puis copiée avec des variantes mineures dans les décennies suivantes.

Les contenus sont articulés autour de tables regroupant des informations de santé sur un grand nombre d'aliments, de comportements, de régions, etc.

Avec de menues variantes selon les exemplaires, toutes les tables de l'ouvrage sont formées sur une structure commune. Chaque élément examiné constitue une ligne. En colonnes sont décrites les caractéristiques suivantes :

  1. Numerus numéro d’ordre du produit traité ;
  2. Nomina son nom ;
  3. Nature sa nature déterminée en fonction des quatre qualités (humide, chaud, froid et sec) ;
  4. Gradus son degré atteint par le produit dans sa nature, entre 1 et 4 ;
  5. Melius ex eo la meilleure variété ;
  6. Juvamentum son utilité ;
  7. Nocumentum sa nocivité ;
  8. Remotio nocumenti le moyen de neutraliser sa nocivité ;
  9. Generatum l’effet résultant de l’usage du produit ;
  10. Complexiones l'effet modulé par le tempérament du sujet ;
  11. Etates l'effet modulé par le tempérament du sujet ;
  12. Tempora l'interaction de l'élément avec la saison d'administration ;
  13. Regiones l'interaction avec la région géographique.

Comme dans l'original arabe, les éléments sont généralement regroupés par tables de sept lignes. Une quarantaine de tables parsèment l'ouvrage, entrecoupés de textes théoriques. Dans ces premières traductions, la mise en forme des tables reste également très similaire : les colonnes 5 à 8 sont mises en valeur (élargies), alors que les premières et dernières colonnes sont très compactes et abrégées.

Manuscrits illustrés[modifier | modifier le code]

Les versions illustrées du Tacuinum apparaissent dans le Nord de l'Italie à partir de 1380. La structure des ouvrages change considérablement : la quantité de texte est fortement réduite, et chaque élément est traité sur une page séparée, une illustration occupant la plus grande part de chaque notice. Les tables disparaissent donc, et chaque article contient un court résumé des indications d'origine présenté comme une légende de l'image. En dehors du titre de l'élément, les caractéristiques mentionnées se réduisent généralement à cinq items.

  1. Nature nature (et degré) ;
  2. Melius ex eo la meilleure variété ;
  3. Juvamentum utilité ;
  4. Nocumentum nocivité ;
  5. Remotio nocumenti le moyen de neutraliser sa nocivité.

Il faut aussi noter d'autres adaptations : certains éléments d'origine, iconnus en Italie du Nord, disparaissent, alors que d'autres, locaux, apparaissent. Dans certains cas, c'est l'illustration qui prime et certaines légendes semblent avoir été adaptées ou même imaginées pour justifier une scène de genre.

En plus de son importance pour l'étude de la médecine médiévale, le Tacuinum est également intéressant pour l'étude de l'agriculture, de la botanique, du commerce et plus généralement du mode de vie de l'époque des illustrations. À titre d'exemple, on trouve la première illustration d'une carotte, qui est une plante moderne pour l'époque.

À titre d'illustration, voici la légende de la notice Fichus (figue) dans le Tacuinum illustré de Liège.

  • Nature : calide et humide in primo. Nature : chaude et humide au premier degré.
  • Melius ex eo : albe et scorticate. Les meilleures : blanches et décortiquées.
  • Iuvamentum : mondificant renes et ab arena subtiliant. Utilité : elles mondifient (nettoient) les reins et atténuent le sable.
  • Nocumentum : inflant et ingrossant. Nocivité : enflent et font grossir.
  • Remotio nocumenti : cum muri et siropo accetoso. Retrait de la nocivité : avec de la saumure et du sirop vinaigré.

Et la page de la notice Fichus (figues) dans cinq exemplaires du manuscrit, avec des styles d'illustration assez différents :

On peut également comparer différentes versions de la notice Ver (printemps) :

L'exemplaire BnF 9333 est le seul à comporter sur chaque notice une traduction en allemand, ajoutée ultérieurement au texte initial. Du point de vue des illustrations, les exemplaires de Vienne, de Rome et de Paris Lat.9333 se ressemblent énormément. L'original est probablement l'exemplaire de Vienne. L'exemplaire Liège ms. 1041 a probablement l'exécution artistique la plus fine des dessins, mais la mise en couleurs est incomplète sur la grande majorité des notices du manuscrit, et parfois complètement absente.

Thèmes couverts[modifier | modifier le code]

Dans les exemplaires illustrés du Tacuinum, les notices s'enchaînent sans séparation formelle. On peut toutefois constater un regroupement des notices en thèmes, variant légèrement selon l'exemplaire consulté. Les deux grandes catégories de notices sont les aliments (bruts ou préparés) d'une part, et les autres facteurs environnementaux "hygiéniques" d'autre part, pour lesquels la théorie des humeurs et des degrés semblait s'appliquer également.

  • Aliments
    • Fruits : figues, raisins, pêches, prunes, grenades, coings, mûres, nèfles, cédrats, dattes, bananes...
    • Herbes : basilic, moutarde, coriandre, absinthe, menthe, mandragore, safran, réglisse...
    • Légumes : aubergines, navets, fèves, haricots, fenouil, raifort...
    • Céréales : Froment, seigle, orge, riz, avoine, millet, mil, panic
    • Céréales préparées : bouillie de froment, bouillie d'orge, pain de farine blanche, pain complet, pain de millet...
    • Laitages : lait doux, lait aigre, jonchée, beurre, fromage frais, fromage vieux, ricotta, œufs de poule, œufs d'autruche...
    • Viande : de bélier, de chevreau, de porc, de gazelle, de lièvre, viandes frites, viandes salées, tripes, foies...
    • Volaille : poule, pigeonneauc, grues, paons, canards...
    • Vins : verjus, moût, vin, vin vieux, vinaigre
    • Poissons : poissons frais, poissons salés, lamproies, crevettes&crabes, anguilles...
    • Sucres : sucre, candi, canne à sucre, miel...
  • Autres notices
    • Comportements : danse, joie, timidité, colère, ivresse, vomissement, sommeil, parler dans son sommeil, veilles, coït...
    • Exercice physique : mouvement, repos, exercice doux, équitation, lutte, chasse
    • Vêtements : vêtement de lin, vêtement de laine, vêtements de soie...
    • Eau : eau de fontaine, eau de pluie, neige et glace, bain, eau salée...
    • Habitation : pièces d'hiver, pièces d'été, pièces et leur air
    • Météo : vent du sud, vent du nord, vent d'ouest, vent d'est, printemps, été, automne, hiver
    • Régions : région nord, région sud, région est, région ouest

Saisons[modifier | modifier le code]

Aliments chauds et secs[modifier | modifier le code]

Aliments froids et humides[modifier | modifier le code]

Aliments froids et secs[modifier | modifier le code]

Aliments chauds et humides[modifier | modifier le code]

Exemplaires connus[modifier | modifier le code]

Les manuscrits non illustrés[modifier | modifier le code]

Les plus anciens manuscrits sont des traductions latines du texte arabe, comportant des tables mais pas d'illustrations. Il en existerait plusieurs dizaines dans les bibliothèques d'Europe[3]. On peut citer les suivants :

Les manuscrits illustrés[modifier | modifier le code]

On connaît aujourd'hui six exemplaires illustrés du Tacuinum sanitatis[4][5], conservés dans des institutions publiques, qui sont maintenant souvent désignés par leur localisation :

  • le manuscrit Nouvelle Acquisition Latine 1673, BnF, Paris, origine Pavie ou Milan, 1380-1390 (103 feuillets illustrés, 205 images) consultable en ligne sur la base Mandragore. Les premiers feuillets sont endommagés ;
  • le Tacuinum de Liège, Bibliothèque Universitaire, ms 1041, 1380-1400 (86 feuillets, 170 illustrations attribuées à Giovannino de' Grassi), consultable en ligne ;
  • le Tacuinum de Vienne, codex vindobonensis series nova 2644, Osterreischiche Nationalbibliothek, 1390-1400 (109 feuillets, 218 figures), consultable en ligne ;
  • le manuscrit Theatrum Sanitatis de Rome, Biblioteca Casanatense, cod. 4182, 1390-1400 (108 feuillets, 208 figures), le seul connu à différer par son titre ;
  • le manuscrit Latin 9333 Tacuinum Sanitatis disponible sur Gallica, BnF, Paris, origine rhénane, 1445-1451 (104 feuillets illustrés), copie du manuscrit de Vienne, avec traduction en allemand de chaque page ;
  • le Tacuinum de Rouen, Bibliothèque municipale, ms. 3054 (anciennement Leber 1088), 1450 (53 feuillets), l'autre moitié du manuscrit original étant conservé au Liechtenstein dans une collection privée ;

D'autre part, il existe également des œuvres dérivées, plus récentes, qui incluent ou adaptent tout ou partie du Tacuinum.

  • le manuscrit 2396, Osterreischiche Nationalbibliothek, Vienne, milieu du XVe siècle (38 feuillets), abrégé du Tacuinum complet ;
  • le manuscrit 5264, Osterreischiche Nationalbibliothek, Vienne, vers 1480 (132 feuillets), encyclopédie médicale, comportant un résumé du Tacuinum aux feuillets 81r-117r concernant 155 aliments avec 146 figures ;
  • le manuscrit ms C.67 de la bibliothèque universitaire de Grenade, Allemagne, 2e moitié du XVe siècle, une encyclopédie, intégrant (feuillets 82r-116r) 66 notices du Tacuinum

Reproductions modernes[modifier | modifier le code]

L'art de vivre en santé[modifier | modifier le code]

L'exemplaire de Liège est reproduit dans L'art de vivre en santé[6], accompagné de notes détaillées sur chaque feuillet et d'une introduction historique par Carmélia Opsomer, directrice du Département des manuscrits de l'Université de Liège[7].

Fac-similé du manuscrit de la BnF[modifier | modifier le code]

En 2008, la maison d’édition espagnole M. Moleiro Editor a publié un fac-similé du Tacuinum sanitatis, d'après le manuscrit conservé à la Bibliothèque nationale de France, dans une édition limitée à 987 exemplaires[8]. Cette édition s'accompagne d'un volume de commentaires par Alain Touwaide (Smithsonian Institution), Eberhard König (Université libre de Berlin) et Carlos Miranda García-Tejedor.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Martin Aubert, « Elkhadem (Hosam). Le Taqwîm al-Ṣiḥḥa (Tacuini Sanitatis) d'ibn Butlān : un traité médical du XIe siècle. Histoire du texte, Édition critique, Traduction, Commentaire », Revue belge de philologie et d'histoire, Société pour le progrès des études philologiques et historiques, no 71-4,‎ , p. 1109--1110 (ISSN 0035-0818, lire en ligne)
  2. Voir la classification des qualités des aliments en quatre degrés pour chacune d'entre elles d'après la théorie des humeurs d'Hippocrate revue par Galien : ici.
  3. Laurioux Bruno, « Notes de lecture : Carmélia Opsomer, L'art de vivre en santé. Images et recettes du Moyen Âge. Le « Tacuinum Sanitatis » », Médiévales, Presses Universitaire de Vincennes, no 25,‎ , p. 134-137 (ISSN 0751-2708, lire en ligne)
  4. Clarisse Dire, Commerces et commerçants en Occident aux XIVe et XVe siècles, vus à travers les images des versions occidentales illustrées du Tacuinum sanitatis : Mémoire de Master, cultures de l’écrit et de l’image, Lyon, ENSSIB,‎ (lire en ligne [PDF])
  5. (en) Marie-Christine Daunay, Jules Janick, Harry S. Paris, « Tacuinum Sanitatis : Horticulture and Health in the Late Middle Ages », Chronica Horticulturae, International Society for Horticultural Science (ISHS), no 49 (3),‎ , p. 22-29 (ISSN 0578-039X, lire en ligne)
  6. Carmélia Opsomer (Directrice du département des manuscrits de l'université de Liège), L'art de vivre en santé : Images et recettes du moyen âge, Liège, Éditions du Perron,‎ , 208 p. (ISBN 2-87114-054-5)
  7. Bruno Laurioux, « Notes de lecture sur l'Art de vivre en santé », Médiévales, Presses universitaires de Vincennes, vol. 12, no 25,‎ , p. 134-137 (ISSN 1777-5892, lire en ligne)
  8. Albino Mallo, « Moleiro clona códices de los siglos XI y XII con el arte de la perfección », Xornal, 2 janvier 2009.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Autres projets[modifier | modifier le code]