Forces armées des États de l'Union européenne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Force de l'Union européenne.

Forces armées des États de l'Union européenne
Image illustrative de l’article Forces armées des États de l'Union européenne
Main-d'œuvre
Actifs En 2010 : 1 620 188
En 2014 : 1 423 097
Budgets
Budget En 2014 : 194,8 milliards € (Source EDA)
En 2014 : 241,7 milliards USD (Source SIPRI-USD constants 2015)
En 2016 : est. 252,7 milliards USD (Source SIPRI-USD constants 2015)
Pourcentage du PNB En 2014 : 1,42 % (Source EDA)
En 2014 : 1,53 % (Source SIPRI)
En 2016 : est. 1,51 % (Source SIPRI)

Les forces armées des États de l'Union européenne demeurent chacune sous le contrôle politique et militaire de leurs États respectifs d'appartenance. S'il n'existe pas « d'armée européenne » supranationale, en revanche les coopérations entre ces armées sont nombreuses sur tous les plans, qu'il s'agisse de mener des opérations conjointes par plusieurs d'entre elles ou bien encore d'acquérir ou d'exploiter en commun certains équipements.

L'Alliance atlantique et son organisation militaire intégrée, l'OTAN, auxquelles appartiennent vingt-trois des états membres de l'UE, demeurent le cadre de défense commune le plus structurant en Europe. L'échec en 1954 de l'avènement d'une Communauté européenne de défense conduisit à intégrer l'Allemagne à l'OTAN et pendant les décennies qui suivirent à ne penser la sécurité collective des Européens que dans le cadre de l'OTAN. La fin de la guerre froide et les avancées corrélatives de la construction européenne entraînent le réveil de l'idée que les Européens doivent davantage prendre en mains leur défense collective. L'instauration de l'Union européenne et le développement progressif de ses domaines de compétence sont consacrés par la mise en place de la Politique de sécurité et de défense commune (PSDC) à partir du , avec la ratification du traité de Lisbonne. Dans le cadre de la PSDC, l'Union a mis en place une gouvernance et une organisation qui lui permettent de mener des opérations extérieures civiles ou militaires qui constituent un des leviers opérationnels de la politique de gestion de crises décidée par les dirigeants européens.

La possibilité d'instaurer à terme une véritable union européenne de la défense est inscrite dans l’article 42 du traité sur l'Union européenne révisé en 2009. Mais son instauration, qui requiert l'unanimité des États membres de l'UE, impliquerait un abandon de souveraineté nationale que même la France ou l'Allemagne favorables au développement de l'autonomie politique et des capacités d'action de l'Europe ne sont pas prêtes à envisager concrètement à court ou moyen termes. La Stratégie globale pour la politique étrangère et de sécurité de l'Union européenne adoptée en 2016 réaffirme que les « États membres conservent leur souveraineté dans leurs décisions relevant du domaine de la défense » et que « l'UE encouragera systématiquement la coopération en matière de défense et s'efforcera de créer une solide industrie européenne de la défense, laquelle est essentielle pour garantir l'autonomie de décision et d'action de l'Europe », loin encore d'une intégration des armées sous une autorité politique et militaire unique.

Histoire de l'Europe de la défense de 1945 à nos jours[modifier | modifier le code]

Union occidentale et Alliance atlantique[modifier | modifier le code]

Carte montrant les États membres de l'Union européenne et ceux de l'OTAN (en 2017) :
  •      États uniquement membres de l'UE
  •      États uniquement membres de l'OTAN
  •      États membres des deux

Peu après la fin de la Seconde Guerre mondiale, le traité de Dunkerque est signé par la France et le Royaume-Uni le pour « établir (...) une garantie réciproque et particulière (...) contre le retour d'une menace allemande »[1].

Dans les mois qui suivent, la guerre froide s'installe, incitant les pays d'Europe occidentale à s'organiser pour faire face à la menace soviétique désormais perçue comme la plus inquiétante et à rechercher l'implication des États-Unis dans leur défense collective. Ceux-ci demandent aux Européens de donner des gages de leur engagement : sur l'initiative d' Ernest Bevin et de Georges Bidault, le Royaume-Uni, la France et les trois pays du Benelux signent à Bruxelles le le traité instituant l'Union occidentale (UO), conçue comme une alliance pour se prémunir de toute agression armée contre l'un de ses membres. Un état-major commun est créé, le « Haut commandement militaire unifié de l'Union occidentale » à la tête duquel est nommé le Maréchal Montgomery, un des plus prestigieux vainqueurs de la guerre[2].

Les négociations se poursuivent avec les États-Unis et d'autres pays européens. Elles aboutissent avec la signature le du traité de l'Atlantique nord par douze états d'Europe occidentale, le Canada et les États-Unis. À l'origine, il ne s'agissait que d'une association de défense passive. La guerre de Corée éclate en juin 1950, suscitant de fortes craintes en Europe. Aussi le Conseil de l'Atlantique nord, instance décisionnelle de plus haut niveau de l'Alliance, décide-t-il en septembre 1950 de mettre en place une organisation militaire intégrée, l'OTAN, dans laquelle va se dissoudre l'état-major de l'UO.

L'Alliance atlantique se réforme pour survivre à la fin de la guerre froide. Elle s'élargit en plusieurs vagues vers l'Est. En 2017, sur les 28 États membres de l'Union, 23 sont membres de l’OTAN qui demeure la principale organisation de défense en Europe. L'article 42 du traité sur l'Union européenne précise que « la politique de l’Union (...) respecte les obligations découlant du traité de l’Atlantique Nord pour certains États membres qui considèrent que leur défense commune est réalisée dans le cadre de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) ».

Communauté européenne de défense et Union de l'Europe occidentale[modifier | modifier le code]

Dans le même temps, les États-Unis insistent sur la nécessité du réarmement de l'Allemagne sans les ressources de laquelle les Européens contribuent trop faiblement à leur propre défense, d'autant que l'armée française est de plus en plus engagée en Indochine. Mais en Europe, le souvenir de la guerre et de l'occupation militaire allemande demeure vivace et douloureux. Soucieux d'encadrer la mise en place d'une armée allemande dans une structure européenne, René Pleven, président du Conseil français, propose à ses partenaires en un plan prévoyant la constitution d'une armée européenne, par transposition du modèle de la Communauté européenne du charbon et de l'acier (CECA) dans le domaine militaire. Le , l'Allemagne, la France, l’Italie, et les États du Benelux signent bien un traité établissant la Communauté européenne de défense (CED), mais sa ratification notamment par la France qui en est pourtant la principale instigatrice s'avère difficile. Le rejet du traité par le Parlement français le entraîne son abandon définitif.

Un plan de substitution est immédiatement mis en œuvre. Le traité de Bruxelles de 1948 est modifié par la signature du traité de Paris le qui acte l'adhésion de l'Allemagne de l'Ouest (RFA) et de l'Italie à l'Union, et la rebaptise Union de l'Europe occidentale (UEO)[3]. Simultanément, il est mis fin au régime d'occupation de la RFA. En mai 1955, la RFA retrouve sa souveraineté complète et devient membre de l'Alliance atlantique. Ses forces armées deviennent en quelques années une des composantes les plus importantes du dispositif de l'OTAN en Europe centrale.

Instauration de la « Politique étrangère et de sécurité commune » de l'UE[modifier | modifier le code]

Dans le contexte de la réunification allemande faisant suite à l'effondrement du bloc soviétique qui marque la fin de la guerre froide, la construction politique de l'Europe accède à des niveaux d'ambition beaucoup plus élevés. Le traité de Maastricht du fonde l'Union européenne autour de trois piliers dont le second institue une Politique étrangère et de sécurité commune (PESC) qui « inclut l'ensemble des questions relatives à la sécurité de l'Union européenne, y compris la définition à terme d'une politique de défense commune, qui pourrait conduire, le moment venu, à une défense commune ». La perspective que les états membres de l'Union européenne mettent en œuvre à terme une défense commune est donc inscrite dès cette version fondatrice du traité sur l'Union européenne (TUE). Cette disposition est reconduite dans les traités modificatifs successifs du TUE.

Dans l'immédiat cependant, les ambitions sont beaucoup plus limitées, le TUE stipule que « l'Union demande à l'Union de l'Europe occidentale (UEO), qui fait partie intégrante du développement de l'Union européenne, d'élaborer et de mettre en œuvre les décisions et les actions de l'Union qui ont des implications dans le domaine de la défense ».

En 2001, le traité de Nice traduit la volonté de l'Union européenne de reprendre directement à son compte le rôle dévolu en 1992 à l'UEO et de développer en interne ou de transférer de l'UEO les structures le lui permettant en pratique. Il s'ensuit une mise en sommeil progressive de l'UEO qui est dissoute en 2011[4].

Parallèlement à toutes les étapes de construction progressive de l'UE, les relations avec l'OTAN s'organisent afin d'assurer autant que faire se peut la cohérence et la complémentarité des actions engagées par les deux parties.

Instauration de la « Politique de sécurité et de défense commune » de l'UE[modifier | modifier le code]

Blason de l'État-major de l'Union européenne.

La sécurité et la défense de l'Europe tiennent une place importante dans le traité de Lisbonne signé en 2007. Sous la nouvelle dénomination de Politique de sécurité et de défense commune (PSDC) les Européens réaffirment l'objectif d'une défense commune, toujours cependant sans fixer de calendrier, introduisent une clause de solidarité en matière de défense et renforcent les structures de gestion de leurs actions diplomatiques et de gestion de crise civiles et militaires afin de leur donner une efficacité accrue.

L'article 42 du traité sur l'Union européenne[5] dispose que « la politique de sécurité et de défense commune inclut la définition progressive d'une politique de défense commune de l'Union. Elle conduira à une défense commune, dès lors que le Conseil européen, statuant à l'unanimité, en aura décidé ainsi ».

En matière de défense, les principales structures dont l'Union européenne dispose en propre pour définir et mettre en œuvre sa stratégie sont le Comité militaire de l'Union européenne, l’État-major de l'Union européenne et quatre agences : l’Agence européenne de défense (EDA), l’Institut d'études de sécurité de l'Union européenne (IESUE), le Centre satellitaire de l'UE (SATCENT) et le Collège européen de sécurité et de défense (CESD).

Pour exécuter les opérations militaires qu'elle décide, l'Union peut utiliser les Groupements tactiques de l’Union. mis à sa disposition par roulement par des états membres. La mise sur pied d'une « armée européenne », toujours périodiquement évoquée, se heurterait à de nombreux obstacles politiques, juridiques, humains et matériels qui n'en laissent pas entrevoir la possibilité dans un avenir prévisible[6].

Autres initiatives de coopération entre armées des États membres de l'UE[modifier | modifier le code]

Les initiatives bilatérales ou multilatérales des États membres hors du cadre institutionnel de l'UE sont nombreuses et bénéficient, d'une façon ou d'une autre, à la défense collective de l’Union.

En amont, pour faciliter la réalisation de programmes d'armement multinationaux, six États de l'UE parmi lesquels la France créent en 2001 l'organisation conjointe de coopération en matière d'armement (OCCAr) qui gère en 2017 une douzaine de programmes.

La coopération est développée dans le domaine du transport aérien : le Commandement européen du transport aérien (EATC) mutualise l'emploi des moyens de transport de sept pays de l'UE.

En matière de forces opérationnelles, les coopérations les plus poussées concernent les moyens de commandement : les Européens disposent de plusieurs états-majors multinationaux autour d'un noyau fourni par une nation-cadre, complété par les représentants de quelques pays, capables d'être activés rapidement pour commander des opérations décidées par l'Union. Des organisations, comme Finabel ont pour mission de développer l'interopérabilité entre les armées européennes. Au-delà, existent plusieurs forces multinationales constituées dès le temps de paix mais dont le contrôle politique appartient pleinement aux États qui les composent, comme le Corps européen qui inclut la brigade franco-allemande, la Force maritime européenne ou bien la Force de gendarmerie européenne.

Ces initiatives sont très loin de constituer l'amorce d'une armée européenne au sens plein et entier, c'est-à-dire un ensemble d'unités permanentes multinationales sous commandement intégré. Elles permettent cependant des synergies et facilitent la conduite d'opérations sous bannière de l'UE[7].

Vers la création d'une armée européenne ?[modifier | modifier le code]

L'idée de réactiver le projet d'une armée européenne demeure vivace et continue d'être évoquée régulièrement par des dirigeants politiques parmi les plus influents en Europe[a] bien qu'elle soit dans le contexte politique de l'Europe totalement irréaliste[8]. Mettre en avant cette idée est cependant une manière d'affirmer une volonté de faire progresser une Europe de la défense sans laquelle l'idée même d'une Europe politique perd d'emblée de son sens.

Les objectifs quantifiés ambitieux affichés en 1999 au sommet d'Helsinki, les « headline goals », par lesquels les Européens s'engageaient à être capables de déployer de 50 à 60 000 hommes n'ont pas été tenus et, bien au contraire, les capacités n'ont cessé de diminuer dans les années 2000 à un rythme qui s'est accéléré avec la crise financière de 2008. Les « Groupements tactiques » constitutifs d'une force de réaction rapide de l'UE, d'une ambition plus modeste, constitués au milieu des années 2000 et intégrés au « headline goal 2010 » n'ont en pratique pas été déployés bien que les opportunités n'aient pas manqué. Les critiques et interrogations sur leur raison d'être, leurs modalités de mise en œuvre et leur financement conduisent à l'élaboration de propositions qui n'ont pas encore abouties en 2017[9].

Le Livre blanc de 2016 sur la politique de sécurité allemande[10] donne une place prédominante au multilatéralisme et situe pour l'essentiel la défense de l'Allemagne dans le contexte des Nations Unies, de l'OTAN, de l'UE et de l'OSCE. Le livre blanc insiste sur le fait que l'OTAN demeure le « garant indispensable de la sécurité allemande, européenne et transatlantique ». Il rappelle aussi que l'Allemagne a soutenu et continuera de soutenir le développement et l'intensification de la PSDC afin de parvenir dans le long terme à une « Union européenne de la sécurité et de la défense ». Le Livre blanc insiste aussi sur le fait qu'à court et moyen termes l'objectif est de tirer parti de toutes les possibilités offertes par la PSDC, telles que la coopération structurée permanente, et appelle de ses vœux qu'elle soit mise en œuvre avec plus d'efficacité.

Poids dans le monde des armées des États de l'UE[modifier | modifier le code]

L'Allemagne, la France, l'Italie et le Royaume-Uni représentent à eux quatre environ 70 % des dépenses de défense des 28 États de l'Union européenne[11].

Seules la France et le Royaume-Uni affichent encore la volonté d'être des puissances militaires globales, c'est-à-dire disposant en propre de l'ensemble des moyens leur permettant de faire face à tous les types de menaces identifiées comme vitales ou importantes. Concernant la France, la Revue stratégique de défense et de sécurité nationale rendue publique en octobre 2017 affirme que l'« autonomie stratégique demeure un objectif prioritaire de notre politique de défense » et que le pays « doit maintenir sur le long terme une dissuasion nucléaire »[12]. La Stratégie de sécurité nationale du Royaume-Uni (en) publiée en novembre 2015 s'inscrit dans la vision d'un rôle global du pays, qu'il s'agisse de développer son influence partout dans le monde pour réduire les menaces pouvant l'affecter ou de disposer les capacités de projection de forces partout dans le monde, en coopération étroite avec l'OTAN, les États-Unis et la France en particulier. Le Royaume-Uni veut pouvoir utiliser le « spectre complet » des moyens d'action pour faire face à tout type de menaces et continue d'appuyer sa sécurité pour une bonne part sur la dissuasion nucléaire[13]. La France comme le Royaume-Uni ont décidé de renouveler leurs forces nucléaires stratégiques sous-marines, ainsi que les forces aériennes stratégiques pour la France.

Comparaison entre forces armées de l'UE et d'autres puissances
Rang mondial
(IISS 2016[14])
Pays Dépenses défense
(SIPRI 2016)
en % du PIB
(SIPRI 2016)
Effectifs d'active
(IISS 2016[15])
Navires de guerre
principaux[b]
(IISS 2016[15])
Avions de combat
(IISS 2016[15])
9 Drapeau de l'Allemagne Allemagne 41 067 1,19 % 178 600 15 235
2 Drapeau de la République populaire de Chine Chine 215 176 1,93 % 2 333 000 74 2306
1 Drapeau des États-Unis États-Unis 611 186 3,29 % 1 381 250 98 1442
5 Drapeau de la France France 55 745 2,27 % 208 950 23 281
13 Drapeau de l'Italie Italie 27 934 1,52 % 174 500 19 244
7 Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 48 253 1,86 % 154 700 19 254
4 Drapeau de la Russie Russie 69 245 5,32 % 798 000 35 1090
Drapeau de l’Union européenne Union européenne 252 660 1,51 %

En pratique, le volume des forces disponibles répond certes à cette ambition mais avec de fortes limitations quant à la dimension et à la durée des opérations qui pourraient être menées en temps de crise ou de guerre. Ces limites de capacités sont la conséquence de la réduction quasi-continue depuis 1990 des budgets de défense. Les réductions de dépense n'ont pas été effectuées de manière concertée et donc en recherchant une cohérence globale au moins jusqu'au début des années 2010 où l'OTAN comme l'UE ont mis en place des plans en ce sens. Concernant l'armée de terre, le nombre de bataillons dans les unités de combat est passé de 550 en 1990 à 171 en 2015[16]. Une étude réalisée en 2017 par la RAND à la demande de l'U.S. Army affirme que l'Allemagne, la France et le Royaume-Uni auraient besoin de plusieurs semaines pour déployer chacun une brigade blindée dans les pays baltes, et que ce déploiement représenterait un effort substantiel laissant peu de marges de manœuvre[17].

Dépenses militaires des États membres de l'UE[modifier | modifier le code]

Les États membres de l'Union européenne consacrent en moyenne environ 1,5 % de leur produit intérieur brut aux dépenses de défense[c].

Analyses et évolutions[modifier | modifier le code]

Selon les données fournies annuellement par l'Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI), les dépenses de défense des États membres de l'Union européenne connaissent en monnaie constante une décroissance nette depuis la fin de la guerre froide. En 1990 elles s'élevaient à 286,4 milliards de dollars américains, en 2016 elles sont de 252,7 milliards de dollars américains soit une baisse de 12 % à prix constants.

Évolution des dépenses de défense des États de l'UE depuis 1990
Millions de dollars américains
(constant 2015)
1989 1990-1994 1995-1999 2000-2004 2005-2009 2010-2014 2015 2016
Montant 289 824 269 621 246 882 259 112 270 252 254 065 246 470 252 660
Pourcentage du PIB 2,84 % 2,49 % 2,03 % 1,84 % 1,72 % 1,61 % 1,51 % 1,51 %
Pourcentage de variation de part du PIB -12 % -19 % -9 % -7 % -6 % -6 % 0 %

Cette baisse n'a pas été continue. Elle est rapide dans la décennie qui suit la fin de la guerre froide dans un contexte international marquée par une certaine euphorie avec la disparition de l'affrontement Est-Ouest, la signature d'accords de désarmement et l'absence de tensions notables dans le reste du monde après la guerre éclair menée par une coalition internationale suite à l'invasion du Koweït par l'Irak. La tendance s'inverse dans les années 2000 qui s'ouvrent par l'attentat du 11 septembre et une longue guerre en Afghanistan dans un contexte de tensions fortes au Moyen-Orient et le début du retour de la Russie sur la scène internationale. Les dépenses de défense, tombées autour de 245 milliards de dollars américains à la fin des années 1990, remontent ensuite pour atteindre un point haut de 277 milliards de dollars américains en 2009. La crise de 2008 conduit tous les États européens à réduire leurs dépenses de toutes natures pour limiter leurs déficits budgétaires. Ainsi, les dépenses de défense tombent à 241,7 milliards de dollars américains en 2014, soit une baisse de 13 % depuis 2009, niveau le plus bas atteint depuis la fin de la guerre froide. Toujours selon le SIPRI, la part du PIB des dépenses de défense dans les États de l'Union européenne connait une baisse constante et encore plus spectaculaire jusqu'en 2016 où pour la première fois elle se stabilise par rapport à l'année précédente au niveau de 1,51 % du PIB.

L'année 2014 marque cependant un nouveau tournant. Les tensions avec la Russie en Europe même avec la crise ukrainienne et le réarmement russe, la guerre en Syrie et le terrorisme mené en Europe et ailleurs dans le monde, la prolifération des armes de destruction massive pour ne parler que des facteurs principaux conduisent les Européens à réviser à la hausse leurs dépenses pour assurer leur sécurité dans un monde redevenu plus dangereux. Selon les statistiques publiées par l'OTAN, en 2015 les dépenses des États de l'Union européenne membres de l'OTAN s'élèvent à 255,5 milliards de dollars américains et 2016 enregistre une nouvelle hausse avec un montant de 264,7 milliards de dollars américains. Les estimations budgétaires de 2017 indiquent la poursuite de cette tendance haussière tant en valeur absolue qu'en pourcentage du PIB. Les Européens y sont doublement incités : la croissance revient dans l'Union européenne et commence à effacer les effets de la crise de 2008 dans la plupart des pays, et surtout les États-Unis exercent une pression de plus en plus forte pour que les Européens assurent le « partage du fardeau » en atteignant le plus rapidement possible l'objectif de 2 % du PIB en dépenses militaires formellement adopté par les États membres de l'OTAN et dont la plupart d'entre eux sont encore éloignés.

Les statistiques publiées chaque année par l'OTAN confirment celles du SIPRI et font l'objet de rapports de présentation qui mettent en évidence l'écart important de l'ordre d'un demi-point de PIB entre le niveau effectif de dépense et cet objectif de 2 %.

Dépenses de défense des pays européens membres de l'OTAN
Millions de dollars américains
(constant 2010)
2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017
Dépense 274 592 265 810 260 703 257 595 254 115 255 507 264 680 274 458
Pourcentage de variation -1,15 % -3,20 % -1,92 % -1,19 % -1,35 % +0,55 % +3,59 % +3,69 %
Pourcentage du PIB 1,63 % 1,55 % 1,52 % 1,49 % 1,45 % 1,43 % 1,45 % 1,47 %

Tableau des dépenses par pays[modifier | modifier le code]

Le tableau des dépenses de défense des États européens inclut à la fois les États membres de l'UE et ceux membres de l'OTAN afin de permettre une vue d'ensemble de ces deux organisations internationales extrêmement imbriquées pour ce qui touche les questions de sécurité et de défense en Europe. Sur les vingt-huit États membres de l'UE, seuls cinq ne sont pas dans l'OTAN, et sur ceux-ci seule la Suède, attachée à sa neutralité, représente un enjeu de défense significatif. Réciproquement, sur les vingt-sept États européens membres de l'OTAN, seuls cinq également ne sont pas dans l'UE parmi lesquels la Norvège et la Turquie qui sont d'une grande importance stratégique aux yeux de l'OTAN. La Norvège a de nombreux accords avec l'UE qui lui donnent un statut très proche de celui des membres à part entière. En revanche, les perspectives d'adhésion de la Turquie à l'UE sont extrêmement lointaines.

Dépenses de défense des États européens membres de l'UE et de l'OTAN
Données pour l'année 2016 (en millions de dollars américains)
Pays Union
européenne
Alliance
atlantique
Dépenses défense
(données OTAN)
en % du PIB
(données OTAN)
Dépenses défense
(données SIPRI)
en % du PIB
(données SIPRI)
Drapeau de l'Albanie Albanie Pas fait Fait 131 1,45 % 142 1,19 %
Drapeau de l'Allemagne Allemagne Fait Fait 41 590 1,20 % 40 985 1,19 %
Drapeau de l'Autriche Autriche Fait Pas fait 2 829 0,74 %
Drapeau de la Belgique Belgique Fait Fait 4 315 0,93 % 4 028 0,88 %
Drapeau de la Bulgarie Bulgarie Fait Fait 671 1,28 % 756 1,51 %
Drapeau de Chypre Chypre Fait Pas fait 352 1,79 %
Drapeau de la Croatie Croatie Fait Fait 623 1,24 % 687 1,38 %
Drapeau du Danemark Danemark Fait Fait 3 593 1,16 % 3 488 1,16 %
Drapeau de l'Espagne Espagne Fait Fait 9 971 0,81 % 14 994 1,20 %
Drapeau de l'Estonie Estonie Fait Fait 497 2,15 % 494 2,11 %
Drapeau de la Finlande Finlande Fait Pas fait 3 243 1,37 %
Drapeau de la France France Fait Fait 44 191 1,79 % 55 681 2,27 %
Drapeau de la Grèce Grèce Fait Fait 4 635 2,38 % 4 986 2,57 %
Drapeau de la Hongrie Hongrie Fait Fait 1 289 1,04 % 1 258 1,00 %
Drapeau de l'Irlande Irlande Fait Pas fait 993 0,33 %
Drapeau de l'Islande Islande Pas fait Fait 0 0 % 0 0 %
Drapeau de l'Italie Italie Fait Fait 22 373 1,12 % 27 966 1,52 %
Drapeau de la Lettonie Lettonie Fait Fait 398 1,44 % 406 1,45 %
Drapeau de la Lituanie Lituanie Fait Fait 636 1,49 % 634 1,49 %
Drapeau du Luxembourg Luxembourg Fait Fait 236 0,39 % 293 0,48 %
Drapeau de Malte Malte Fait Pas fait 57 0,56 %
Drapeau du Monténégro Monténégro Pas fait Fait 62 1,49 % 67 1,58 %
Drapeau de la Norvège Norvège Pas fait Fait 6 064 1,55 % 6 080 1,59 %
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Fait Fait 9 108 1,15 % 9 249 1,20 %
Drapeau de la Pologne Pologne Fait Fait 9 405 2,00 % 9 791 1,97 %
Drapeau du Portugal Portugal Fait Fait 2 615 1,28 % 3 750 1,84 %
Drapeau de la Roumanie Roumanie Fait Fait 2 633 1,41 % 2 816 1,49 %
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Fait Fait 56 964 2,18 % 54 217 1,86 %
Drapeau de la Slovaquie Slovaquie Fait Fait 1 003 1,12 % 1 036 1,15 %
Drapeau de la Slovénie Slovénie Fait Fait 449 1,02 % 405 0,93 %
Drapeau de la Suède Suède Fait Pas fait 5 344 1,03 %
Drapeau de la République tchèque République tchèque Fait Fait 1 866 0,97 % 1 923 1,01 %
Drapeau de la Turquie Turquie Pas fait Fait 12 629 1,47 % 15 881 1,99 %

Moyens militaires des États membres de l'UE[modifier | modifier le code]

Personnel militaire de l'Union[modifier | modifier le code]

Selon les données publiées par l'IISS, les effectifs d'active des États de l'Union européenne sont passés de 2 032 590 en 2008 à 1 513 510 en 2015, soit une réduction d'un-quart. La Russie a connu une évolution similaire, avec une diminution d'un cinquième de ses effectifs qui sont passés de 1 027 000 à 798 000 personnels d'active.

Sur une période longue, depuis la fin de la guerre froide, les effectifs d'active des douze États qui étaient membres de l'Union au moment où s'achève la guerre froide sont passés de 2,9 millions à 1,6 million en 2008 puis 1,4 million en 2015, soit des baisses respectivement de 45 % puis 13 %.

En 2009, les 26 membres de l'Agence européenne de défense (AED) déclaraient avoir environ 67 767 personnel militaire déployé dans le monde (soit 4 % du total). En cas d'opération d'envergure, l'Union pourrait rapidement déployer 443 103 personnel militaire terrestre, dont 106 754 pourraient soutenir une opération durable[18]. Par opposition les États-Unis ont environ 200 000 hommes déployés (14 % du personnel militaire américain). Le Danemark ne fait pas partie de l'AED, mais est un État membre de l'Union ce qui porte ainsi le total des effectifs de l'armée combinée de l'UE à 1 695 122 hommes.

Évolution des effectifs d'active des États membres de l'UE
Pays Nom des
forces armées
Effectifs Variation
(2015 / 2008)
En 1989 (IISS 1989/90[19]) En 2008 (IISS 2009[19]) En 2015 (IISS 2016[15])
Drapeau de l'Allemagne Allemagne Bundeswehr 494 300 244 324 178 600 -27 %
Drapeau de l'Autriche Autriche Bundesheer 34 900 22 250 -36 %
Drapeau de la Belgique Belgique Armée belge 92 400 38 844 30 800 -21 %
Drapeau de la Bulgarie Bulgarie Bălgarska armija 40 747 31 300 -23 %
Drapeau de Chypre Chypre Ethnikí Frourá 10 000 12 000 +20 %
Drapeau de la Croatie Croatie Oružane Snage Republike Hrvatske 18 600 16 550 -11 %
Drapeau du Danemark Danemark Forsvaret 31 600 29 550 17 200 -42 %
Drapeau de l'Espagne Espagne[d] Fuerzas Armadas Españolas 349 000 221 750 198 750 -10 %
Drapeau de l'Estonie Estonie Eesti Kaitsevägi 5 300 5 750 +8 %
Drapeau de la Finlande Finlande Puolustusvoimat 29 300 22 200 -24 %
Drapeau de la France France[e] Forces armées françaises 553 500 352 771 312 350 -11 %
Drapeau de la Grèce Grèce Eλληνικές Ένοπλες Δυνάμεις 208 500 156 600 142 950 -9 %
Drapeau de la Hongrie Hongrie Magyar Honvédség 25 207 26 500 +5 %
Drapeau de l'Irlande Irlande Irish Defence Force 13 000 10 460 9 100 -13 %
Drapeau de l'Italie Italie[f] Forze armate italiane 495 000 292 983 278 250 -5 %
Drapeau de la Lettonie Lettonie Latvijas Nacionālie bruņotie spēki 5 187 5 310 +2 %
Drapeau de la Lituanie Lituanie Lietuvos ginkluotosios pajėgos 8 850 16 400 +85 %
Drapeau du Luxembourg Luxembourg Lëtzebuerger Arméi 800 900 900 +0 %
Drapeau de Malte Malte Forzi Armati ta' Malta 1 954 1 950 +0 %
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Nederlandse Krijgsmachten 103 600 40 537 36 050 -11 %
Drapeau de la Pologne Pologne Siły Zbrojne Rzeczypospolitej Polskiej 121 808 99 300 -18 %
Drapeau du Portugal Portugal Forças Armadas Portuguesas 75 300 42 910 32 850 -23 %
Drapeau de la Roumanie Roumanie Forţele armate române 73 200 70 500 -4 %
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni British Armed Forces 311 650 160 280 154 700 -3 %
Drapeau de la Slovaquie Slovaquie Ozbrojené sily 17 445 15 850 -9 %
Drapeau de la Slovénie Slovénie Slovenska Vojska 7 200 7 600 +6 %
Drapeau de la Suède Suède Försvarsmakten 16 900 29 750 +76 %
Drapeau de la République tchèque République tchèque Armáda České republiky 24 083 21 700 -10 %

Forces aériennes de l'Union[modifier | modifier le code]

Six États de l'Union possèdent des forces aériennes importantes et pour l'essentiel modernes. Ce sont par ordre décroissant du nombre d'avions la Royal Air Force britannique, l'Armée de l'air française, l'Aeronautica Militare italienne, la Luftwaffe allemande, la Polemikí Aeroporía grecque et l'Ejército del aire espagnole. Une dizaine d'autres États possèdent des forces aériennes d'importance plus modeste mais dotées également d'avions aux mêmes standards que les plus grandes nations. En 2016, les membres de l'Union européenne disposent d'environ 1 900 avions de combat multirôles, parmi lesquels plus de 1 700 avions modernes (comme le Rafale ou l'Eurofighter Typhoon).

Les Européens alignent environ 250 avions de transport lourd ou moyen, un nombre toutefois insuffisant pour être autonomes en la matière. Les capacités de transport aérien de l’Union ont cependant évolué récemment avec l'introduction de l'Airbus A400M dont environ 140 appareils ont été commandés par cinq États membres de l'UE, le Royaume-Uni, la France, l'Allemagne, l'Espagne et la Belgique. Fin 2016, une trentaine d'appareils avaient été livrés. Le Royaume-Uni et la France possèdent aussi une flotte d'avions ravitailleurs en vol, constituée respectivement de 10 récents A330 MRTT et de 14 KC-135 anciens, ces derniers devant selon la loi de programmation militaire être remplacés par des A330 MRTT.

Plus de 2 500 hélicoptères sont en service dans les armées européennes, terre, air et mer confondues. Sur ce total, près de 330 sont des hélicoptères d'attaque.

Forces aériennes (Top 19) des États membres de l'UE (nombre d'avions en 2016[14],[20])
Pays Armée de l'air Nombre
total
Avions de
combat
Avions de
transport
Hélicoptères
Drapeau de l'Allemagne Allemagne Luftwaffe 699 209 68 279
Drapeau de l'Autriche Autriche Luftstreitkräfte 126 15 3 56
Drapeau de la Belgique Belgique Composante Air 187 59 11 36
Drapeau de la Bulgarie Bulgarie Военновъздушни сили, ВВС 65 28 3 3
Drapeau du Danemark Danemark Flyvevåbnet 117 44 4 34
Drapeau de l'Espagne Espagne Ejército del aire 526 177 8 141
Drapeau de la Finlande Finlande Suomen ilmavoimat 186 62 0 27
Drapeau de la France France Armée de l'air 960 273 62 434
Drapeau de la Grèce Grèce Πολεμική Αεροπορία 640 284 23 216
Drapeau de la Hongrie Hongrie Magyar Légierő 57 14 0 31
Drapeau de l'Italie Italie Aeronautica Militare 777 169 37 335
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Koninklijke Luchtmacht (KLu) 158 63 6 75
Drapeau de la Pologne Pologne Siły Powietrzne Rzeczypospolitej Polskiej 441 98 5 225
Drapeau du Portugal Portugal Força Aérea Portuguesa 97 30 6 23
Drapeau de la Roumanie Roumanie Forțele Aeriene Române 145 26 12 66
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Royal Air Force 1036 207 29 425
Drapeau de la Slovaquie Slovaquie Vzdušné Sily Ozbrojených 77 20 0 35
Drapeau de la Suède Suède Svenska flygvapnet 235 97 6 49
Drapeau de la République tchèque République tchèque Vzdušné síly Armády 115 14 0 52

Les avions de combat mis en œuvre par les États de l'UE sont d'une dizaine de modèles modernes différents dont deux, l'Eurofighter Typhoon et le Panavia Tornado, ont été produits en coopération par plusieurs États européens. La France est le seul État européen à utiliser les Rafale. En 2016, l'Italie, les Pays-Bas et le Royaume-Uni avaient pris livraison des premiers exemplaires de l'avion de dernière génération F-35 d'origine américaine. Le potentiel de combat réel des forces aériennes est cependant largement fonction du niveau de formation et d'entraînement des personnels confrontés à des avions de plus en plus sophistiqués et devant composer avec des restrictions budgétaires. Il en résulte que le nombre d'appareils en état opérationnel est en pratique sensiblement inférieur au nombre d'appareils acquis.

Avions de combat modernes des États de l'UE par origine de fabrication
Europe États-Unis Russie
Nombre Type Nombre Type Nombre Type
415 Eurofighter Typhoon 148 F-18 68 Mikoyan MiG-29
173 Dassault Rafale[g] 396 F-16
125 Saab JAS 39 Gripen 9 F-35 Lightning II
273 Panavia Tornado
144 Dassault Mirage 2000

Forces terrestres de l'Union[modifier | modifier le code]

Les trois plus importantes armées de terre de l'UE sont celles de la France, du Royaume-Uni et de l'Italie, sur la base des effectifs de soldats professionnels[21]. Fortement déployées dans de nombreuses opérations partout dans le monde, l'armée de terre française et la British Army sont de loin les plus entrainées et équipées.

La réduction des effectifs d'active a été très importante depuis la fin de la guerre froide : l'armée de terre française est ainsi passée de 292 500 en 1989[22] à 111 650 en 2015. Dans le même temps, la Heer, composante terrestre de la Bundeswehr, forte en 2015 de 60 450 personnels représente moins d'un cinquième de ce qu'elle était en 1989. Dans les deux cas, cette réduction drastique des effectifs s'explique en partie par la professionnalisation des armées et la fin de la conscription. La British Army, déjà formée uniquement de militaires de carrière en 1989 a vu ses effectifs « seulement » divisés par deux, qui sont passés de 155 500 en 1989 à 88 300 en 2015.

Les douze principales forces terrestres des États européens membres de l'UE
Pays Armée
de terre
Effectifs
d'active
(IISS 2016[15])
dont
Conscrits
(IISS 2016[15])
Chars de
bataille
(IISS 2016[15])
Drapeau de l'Allemagne Allemagne Heer 60 450 306
Drapeau de la Bulgarie Bulgarie 16 300 80
Drapeau de l'Espagne Espagne Ejército de tierra 71 100 331
Drapeau de la Finlande Finlande Suomen maavoimat 16 000 11 000 120
Drapeau de la France France Armée de terre 111 650 200
Drapeau de la Grèce Grèce Ἑλληνικὸς Στρατός 93 500 45 000 1354
Drapeau de l'Italie Italie Esercito italiano 102 200 160
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 18 850
Drapeau de la Pologne Pologne Wojska Lądowe 48 200 971
Drapeau du Portugal Portugal Exército Português 17 800 58
Drapeau de la Roumanie Roumanie 39 600 437
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni British Army 88 300 227

Forces navales de l'Union[modifier | modifier le code]

Les trois plus importantes marines de guerre de l'UE sont celles du Royaume-Uni, de la France et de l'Italie[23]. Elles se situent respectivement au cinquième, septième et douzième rang mondial. Avec un tonnage environ deux fois et demi plus important que celui de la Royal Navy, la Marine de guerre russe conserve la deuxième place qu'elle occupait déjà du temps de l'Union soviétique. Seules puissances nucléaires de l'UE, la France et le Royaume-Uni sont aussi les seules puissances européennes à posséder des sous-marins à propulsion nucléaire, lanceurs d'engins à tête nucléaire (SNLE classe Le Triomphant et SSBN classe Vanguard) ou d'attaque (SNA classe Rubis et SSN des classes Astute et Trafalgar).

Le Royaume-Uni a entrepris dans les années 2010 une importante phase de re-développement de sa flotte. La composante la plus spectaculaire en est la construction de deux porte-avions dont le premier, le HMS Queen-Elizabeth, a commencé ses essais en mer en 2017[24] et dont la mise en service opérationnelle ne devrait toutefois intervenir qu'en 2021. La Royal Navy renouvelle aussi ses sous-marins nucléaires d'attaque (SSN / SNA) avec 7 unités de la classe Astute, dont 3 sont déjà en service aux côtés des 4 anciens de la classe Trafalgar, ces derniers étant retirés du service au fur et à mesure de la livraison des premiers.

La Marine nationale française[25] est la seule à posséder un véritable porte-avions, le Charles de Gaulle, capable de mettre en œuvre des avions de combat comme le Rafale. Cependant, son unicité ne permet pas de disposer en permanence d'un porte-avions opérationnel, ce qui est par exemple le cas en 2017-2018 où il est en grand carénage[26],[27]. Depuis 2016, l'aéronavale dispose de trois flottilles entièrement équipées de Rafale Marine, après le retrait des derniers Super-Étendard. En matière d'opérations amphibies, la France est la mieux dotée des marines européennes avec les trois BPC (Bâtiment de Projection et de Commandement) de la classe Mistral. Le Suffren, premier des six SNA issus du programme Barracuda, sera livré en 2018 ; ces sous-marins remplaceront nombre pour nombre les SNA de la classe Rubis.

La Marina militare[28]italienne investit lourdement dans le renouvellement de sa flotte. Elle possède avec le Cavour un porte-avions récent doté de seize avions à décollage vertical AV-8B Harrier II en attendant la livraison de quinze F-35 B identiques à ceux qui équiperont les porte-avions britanniques. Dix frégates FREMM construites dans le cadre d'un programme conjoint avec la France sont prévues, dont six déjà livrées.

Les douze principales forces navales des États membres de l'UE
(tonnage supérieur ou égal à 30 000 tonneaux)
Pays Marine
de guerre
Tonnage de la
flotte de guerre
Porte-avions SSBN / SNLE SSN / SNA Destroyers &
Frégates
LHA / LHD
(opérations
amphibies)
Drapeau de l'Allemagne Allemagne Deutsche Marine 83 840 10
Drapeau du Danemark Danemark Søværnet 52 835 9
Drapeau de l'Espagne Espagne Armada Española 116 337 11 1
Drapeau de la France France Marine nationale 295 790 1 4 6 22 3
Drapeau de la Grèce Grèce Ελληνικό Πολεμικό Ναυτικό 97 339 13
Drapeau de l'Italie Italie Marina militare 177 309 1 18 1
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Koninklijke Marine 79 130 6
Drapeau de la Pologne Pologne Marynarka Wojenna 46 027 2
Drapeau du Portugal Portugal Marinha 31 815 5
Drapeau de la Roumanie Roumanie Marina militară română 28 340 3
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Royal Navy 415 390 4 7 19 1
Drapeau de la Suède Suède Marinen 35 022

L'Espagne, la France, l'Italie et le Portugal ont créé en 1995 Euromarfor, force maritime européenne non permanente, capable de mener des opérations navales, aéronavales et amphibies, et dont la composition est adaptée aux missions assignées[29].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le , la chancelière fédérale allemande Angela Merkel, alors que l'Allemagne préside le Conseil de l'Union européenne, déclare lors d'une interview pour le cinquantenaire de l'Union européenne qu'elle souhaite la réalisation d'une force armée européenne unie. Le , le président français Nicolas Sarkozy demande que l'Union crée une force armée unifiée et, le même jour, des groupes de soldats des 27 États membres de l'Union européenne défilent sur les Champs-Élysées lors du défilé militaire du 14 juillet
  2. Navires de guerre de surface principaux selon la définition et les données publiées par l'IISS (porte-avions, croiseurs, frégates, destroyers).
  3. Les données publiées chaque par le SIPRI couvrent tous les pays européens et permettent donc une vue exhaustive des dépenses de défense de l'Union européenne. L'OTAN publie également chaque année des données relatives aux pays européens membres de l'Alliance. Les méthodes statistiques ne sont pas identiques, le plus important étant que l'OTAN exclut les budgets relatifs aux retraites et pensions versées aux militaires. Les données de l'OTAN sont la référence pour la question cruciale de l'atteinte de l'objectif de 2 % du PIB. L'Agence européenne de défense (EDA) publie également des données relatives aux dépenses des États membres de l'UE. Les données les plus récentes disponibles concernent l'année 2014.
  4. Pour l'Espagne, les effectifs incluent ceux de la Gendarmerie.
  5. Pour la France, les effectifs incluent ceux de la Gendarmerie.
  6. Pour l'Italie, les effectifs incluent ceux des Carabinieri.
  7. Dont 16 appartiennent à la Marine.

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Communiqué des gouvernements français et britannique (Dunkerque, 4 mars 1947) », sur CVCE
  2. « Les premières coopérations militaires d’après-guerre », sur CVCE
  3. « La création de l’Union de l’Europe occidentale (UEO) », sur CVCE
  4. « L'Union de l'Europe occidentale », sur CVCE
  5. Article 42 du traité sur l'Union européenne
  6. Guy Buchsenschmidt, « L’armée européenne : une fausse bonne idée », sur Bruxelles2, (consulté le 13 mars 2018)
  7. Michel Barnier, « Pour une défense européenne intégrée », sur Le Monde, (consulté le 23 octobre 2017).
  8. Les onze mythes qui minent la défense européenne, p. 12-17
  9. Les outils opérationnels de la PSDC, p. 338-352
  10. Weissbuch 2016 sur Sicherheitspolitik und sur Zukunft der Bundeswehr
  11. Dépenses de défense 2016
  12. Revue stratégique de défense et de sécurité nationale 2017
  13. National Security Strategy and Strategic Defence and Security Review 2015
  14. a et b The Military Balance 2016, p. 19
  15. a, b, c, d, e, f et g The Military Balance 2016
  16. The Military Balance 2016, p. 24
  17. The Abilities of the British, French, and German Armies to Generate and Sustain Armored Brigades in the Baltics
  18. AED - 31 mars 2011
  19. a et b The Military Balance 2009
  20. (en) « FutureBattles », (consulté le 8 novembre 2017)
  21. RUSI 2011, p. 18
  22. The Military Balance 1989-1990
  23. « FOCUS - L’Europe peine à maintenir sa puissance navale », sur Mer et Marine, (consulté le 28 octobre 2017)
  24. « Le porte-avions britannique HMS Queen Elizabeth effectue ses premiers essais en mer »,
  25. « La Marine nationale », sur Mer et Marine, (consulté le 28 octobre 2017)
  26. « Le Charles de Gaulle entame son chantier de refonte », sur Ministère de la défense, (consulté le 28 octobre 2017)
  27. « Le Charles de Gaulle en cale sèche, ses avions bientôt au Levant »,
  28. « La Marina militare italienne », sur Mer et Marine, (consulté le 28 octobre 2017)
  29. « EUROMARFOR »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages et documents généraux[modifier | modifier le code]

  • Traité sur l'Union européenne : version initiale de Maastricht, (lire en ligne)
  • Traité sur l'Union européenne et Traité sur le fonctionnement de l'Union européenne : versions consolidées, (lire en ligne)
  • André Dumoulin et Nicolas Gros-Verheyde, La politique européenne de sécurité et de défense commune, Paris, Bruxelles, Éditions du Villard, B2, , 492 p. (ISBN 9782956001300, lire en ligne)
  • (en) European Union Military Staff (lire en ligne)
  • (en) EDA Defence Data Portal (lire en ligne)
  • (en) The 15 countries with the highest military expenditure in 2010 (lire en ligne)
  • (en) SIPRI Databases, (lire en ligne)
  • (en) IISS The Military Balance 1989-1990,
  • (en) IISS The Military Balance 2009,
  • (en) IISS The Military Balance 2010,
  • (en) IISS The Military Balance 2016,
  • (en) FlightGlobal, World Air Forces 2017, (lire en ligne)

Documents et sites relatifs à l'Allemagne, la France, l'Italie et le Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

  • Ministère des Armées, Revue stratégique de défense et de sécurité nationale, (lire en ligne)
  • Ministère des Armées, Actualisation de la loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019, (lire en ligne)
  • Ministère des Armées, Livre blanc sur la Défense et la Sécurité nationale, (lire en ligne)
  • Ministère des Armées, Chiffres clés de la Défense - 2016 (lire en ligne)
  • (en) UK Government, National Security Strategy and Strategic Defence and Security Review 2015, (lire en ligne)
  • (en) UK Government, Royal Navy (lire en ligne)
  • (de) Bundesministerium der Verteidigung, Weissbuch 2016, (lire en ligne)
  • (de) Bundesministerium der Verteidigung, Bundeswehr (lire en ligne)
  • (en) The Abilities of the British, French, and German Armies to Generate and Sustain Armored Brigades in the Baltics, (lire en ligne)
  • (en) Jan Joel Andersson, Sven Biscop, Bastian Giegerich, Christian Mölling et Thierry Tardy, Envisioning European defence : five futures, (lire en ligne)

Compléments[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]