Corps européen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : Corps européen des astronautes.
Corps européen
Image illustrative de l'article Corps européen
Insigne du corps européen.

Création 1992
Pays
Type Corps d'armée
Effectif 1 200 (quartier général)
Garnison Strasbourg (France)
Surnom Eurocorps
Commandant Général de corps d'armée Jürgen Weigt (depuis le 8 septembre 2017)

Le corps européen, ou Eurocorps, est un corps d'armée regroupant des contingents de cinq pays européens ainsi que cinq pays associés.

Engagé dans son ensemble, il peut commander jusqu'à 60 000 hommes des forces terrestres. Son quartier général est situé à Strasbourg en France.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 14 octobre 1991, deux années après la création de la brigade franco-allemande, la France et l'Allemagne annoncent leur volonté de poursuivre l'intégration européenne jusqu'au niveau corps d'armée.

Lors du sommet franco-allemand de La Rochelle du 22 mai 1992, le président François Mitterrand et le chancelier Helmut Kohl décident de mettre en place le corps européen ou Eurocorps. Celui-ci sera ouvert à toutes les nations de l'Union de l'Europe occidentale (UEO). Le 19 juin, l'accord de Petersberg définit les missions pouvant être confiées à ce nouveau corps d'armée mécanisé européen : assurer la défense communes des pays alliés, missions de restauration ou de maintien de la paix au profit de l'Organisation des Nations unies et de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe ainsi que des missions d'ordre humanitaire. Le 21 janvier 1993, l'accord SACEUR place le corps européen à la disposition de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (OTAN). Le 1er octobre de la même année, le quartier général du corps européen s'installe à Strasbourg, capitale européenne.

Dans les années qui suivent, plusieurs pays européens rejoignent l'initiative franco-allemande : la Belgique le 25 juin 1993, l'Espagne le 1er juillet 1994 et le Luxembourg le 7 mai 1996.

Le corps européen participe au défilé du défilé du 14 juillet 1994 sur les Champs-Élysées. Il est déclaré opérationnel en décembre 1995.

En 1996, le corps européen dispose des unités suivantes : la 1re division blindée française, la 10. Panzerdivision allemande, la 1re division mécanisée belge avec une compagnie luxembourgeoise, la 21e brigade d'infanterie mécanisée espagnole et la brigade franco-allemande[1] soit 50 000 hommes, 645 chars lourds, 1 400 blindés légers et 360 pièces d'artillerie[2]. À l'exception de la brigade franco-allemande et de la brigade multinationale d’appui au commandement - qui sont subordonnées à l'état-major du corps européen même en période de non-engagement - les autres unités dépendent en temps de paix de leur état-major national.

Entre mai 1998 et décembre 1999, quatre contingents successifs du quartier général du corps européen sont engagés en ex-Yougoslavie. D'avril à octobre 2000, le général commandant le corps européen prend le commandement de la Force pour le Kosovo (KFOR).

Le 29 mai 1999, la France et l'Allemagne proposent de mettre le corps européen au service de l'Union européenne.

En 2002, il est transformé en corps de réaction rapide européen (CRR-E) faisant suite à une décision du 22 novembre 1999.

Insigne[modifier | modifier le code]

L'insigne de poitrine a été créé par un officier du bureau emploi de l'état-major des Armées françaises, le lieutenant-colonel Pellabeuf. Cet insigne, homologué le 18 juin 1993 sous le numéro G4000, fut réalisé par la société Delsart et, sur ordre du chef d’état-major, le général Clerc, porté pour la première fois le 5 novembre 1993, lors de la cérémonie officielle de création de du corps et en présence des ministres de la défense des trois pays participants à l’époque (Allemagne, France et Belgique).

Description héraldique :

insigne en forme d’écu symbolisant la défense du continent européen.

L’Europe est représentée par deux symboles :

  • le fond azur et les étoiles d’or du drapeau européen,
  • une silhouette symbolique du continent qui permet de cacher quelques-unes des étoiles et d’éviter ainsi une identification trop poussée avec l’Union européenne ou le Conseil de l'Europe.

Une épée qui rappelle que ce corps est une grande unité militaire.

Commandants du corps européen[modifier | modifier le code]

Passage de commandement entre le général de corps d’armée Olivier de Bavinchove et le lieutenant-général Guy Buchsenschmidt, le 28 juin 2013.
  • Général de corps d'armée Helmut Willmann : 1993–1996 (Allemagne)
  • Général de corps d'armée Pierre Forterre : 1996–1997 (France)
  • Lieutenant-général Léo Van Den Bosch : 1997–1999 (Belgique)
  • Général de corps d'armée Juan Ortuño-Such : 1999–2001 (Espagne)
  • Général de corps d'armée Holger Kammerhoff : 2001–2003 (Allemagne)
  • Général de corps d'armée Jean-Louis Py : 2003–2005 (France)
  • Lieutenant-général Charles-Henri Delcour : 2005–2007 (Belgique)
  • Général de corps d'armée Pedro Pitarch : 2007–2009 (Espagne)
  • Général de corps d'armée Hans-Lothar Domröse : 2009–2011 (Allemagne)
  • Général de corps d'armée Olivier de Bavinchove : 2011–2013 (France)
  • Lieutenant-général Guy Buchsenschmidt : 2013–2015 (Belgique)
  • Général de corps d'armée Alfredo Ramirez Fernandez : 2015–2017 (Espagne)
  • Général de corps d'armée Jürgen Weigt : depuis le (Allemagne)

Organisation[modifier | modifier le code]

La garde d’honneur du corps européen à Strasbourg le 31 janvier 2013.

L'emploi du corps européen en opération relève d'une décision des cinq nations-cadres. Un comité commun, composé des chefs d’état-major de la défense et des directeurs politiques du Ministère des Affaires étrangères de chacune de ces nations, se réunit annuellement pour prendre toutes les décisions majeures concernant le corps.

Le corps européen n’est subordonné à aucune organisation militaire, c’est le comité qui évalue les demandes d’aide d’organisations multinationales comme :

Le corps peut également être déployé au profit des nations-cadres. Son commandement est assuré par un général de corps d'armée appartenant à l'une des nations cadres et pour un mandat de deux ans.

Quartier général[modifier | modifier le code]

Les étendards des cinq nations-cadre de l’Eurocorps.

Le quartier général (QG) du corps, est installé au quartier Aubert de Vincelles, au Neuhof, à Strasbourg. Il a aussi occupé, temporairement, l'immeuble du no 7 quai Sturm près du Tribunal[3]. Son centre des télécommunications et de l'informatique occupe le site Médard construit en 1999 juste à côté du quartier Aubert de Vincelles[3].

Le quartier général est composé des unités suivantes :

  • Un groupe de commandement, composé du général commandant, du général adjoint, du chef d'état-major, des 3 sous chefs d'état-major, les représentations air et marine, les conseillers juridiques, le bureau de presse et de relations publiques, un conseiller médical et un conseiller politique (celui-ci seulement pendant des engagements).
  • Un état-major d’environ 350 personnes. Cet état-major inclut également des officiers grecs, italiens, polonais et turcs.
  • Une brigade multinationale d’appui au commandement (MNCS Bde) est également localisée à Strasbourg. Cette brigade est subordonnée au quartier général du corps. Elle fournit l’appui lors des déploiements. La brigade dispose d’unités mises à la disposition par les nations sur une base de cas par cas.
    • La brigade comprend aussi un état-major spécifique (permanent) de 35 militaires, installé à Strasbourg.
  • Un bataillon de quartier général (subordonné à la MNCS Bde) fournit au quartier général la protection, les moyens de transport, l’alimentation, etc. Ce bataillon permanent de 500 militaires peut être renforcé significativement en cas d’engagement. Il est caserné au quartier Lizé, au Neuhof, à Strasbourg.

L’allemand, l'espagnol, le français et le néerlandais sont les langues officielles. L’anglais est la langue opérationnelle.

Effectifs[modifier | modifier le code]

Par nations, au 1er septembre 2012 :

  • France : 374
  • Allemagne : 256
  • Espagne : 180
  • Belgique : 140
  • Luxembourg : 2
  • Grèce : 2
  • Italie : 2
  • Pologne : 120
  • Turquie : 3

Déploiements, missions[modifier | modifier le code]

Prise d'armes à l'occasion du retour en France du corps européen le 31 janvier 2013 à Strasbourg.
  • Le corps européen a participé à des missions de maintien de paix SFOR en Bosnie de 1998 au 2000.
  • Il a commandé la mission KFOR III au Kosovo du 18 avril 2000 à octobre 2000.
  • Il a commandé la mission FIAS VI en Afghanistan du 9 août 2004 au 11 février 2005.
  • Du 1er juillet 2006 jusqu'au 10 janvier 2007, le Quartier général du Corps européen a fourni la composante terrestre de la Force de réaction 7 de l'OTAN (NRF 7).
  • Du 1er juillet 2010 jusqu'au 10 janvier 2011, le Quartier général du Corps européen fournit à nouveau des éléments pour la composante terrestre de la Force de réaction 15 de l'OTAN (NRF 15).
  • De janvier 2012 à janvier 2013, le corps européen a été engagé pour la quatrième fois. Il a participé activement à la conduite des opérations en Afghanistan, au sein des états-majors de la FIAS. Environ 50 % de l'état-major a été déployé et a occupé des fonctions de tous ordres, principalement au sein du commandement interallié de la FIAS (ISAF Joint Command - IJC), chargé de conduire les opérations tactiques.
  • Durant le deuxième semestre de 2015, le corps européen appuie l'Allemagne avec 57 soldats pour conduire la mission de l'Union européenne EUTM au Mali.
  • Le 1er juillet 2016, il prend l'astreinte, pour six mois, de la force de réaction rapide de l'Union européenne (battlegroups) pour constituer le quartier général de force en cas de déploiement[4].

Membres participants[modifier | modifier le code]

Carte des nations-cadres et des nations associées du corps européen.
Membres permanents (nations-cadre)
Autres pays participant seulement à l’État-major (nations associées)
  • Drapeau de la Grèce Grèce (depuis 2002)
  • Drapeau de la Turquie Turquie (depuis 2002)
  • Drapeau de l'Italie Italie (depuis 2009)
  • Drapeau de la Roumanie Roumanie (depuis 2016)[5]
  • Drapeau de la Pologne Pologne (depuis 2009). La Pologne devient une nation associée en 2009, en décembre 2011 elle dépose une candidature pour devenir une nation cadre. Il était prévu que la Pologne devienne la sixième nation cadre du Corps européen le 1er janvier 2016, mais cette date a été reportée à 2017. En mars 2017, le gouvernement polonais revient sur sa décision de devenir une nation cadre et déclare rester seulement une nation associée. Le contingent polonais (120 militaires) présent à Strasbourg sera retiré d'ici 2020[6].

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Hans-Lothar Domröse, « Zwei Jahre Kommandierender General des Eurokorps. Eine persönliche Bilanz », Europäische Sicherheit,‎
  • [PDF] Le corps européen, plaquette réalisée par le Ministère de la Défense français.

Compléments[modifier | modifier le code]

Lectures approfondies[modifier | modifier le code]

  • (de) Matthias Blazek: Die Geschichte des Eurokorps – 25 Jahre im Leben eines der populärsten Militärbündnisse. Mit einem besonderen Blick auf die Entwicklung der deutsch-französischen Zusammenarbeit. Stuttgart: ibidem-Verlag, 2017

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :