Forces armées polonaises

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Forces armées polonaises
Siły Zbrojne Rzeczypospolitej Polskiej
Image illustrative de l’article Forces armées polonaises
Fondation
Branches Armée de terre polonaise, Marine polonaise, Forces aériennes polonaises, Forces spéciales polonaises
Commandement
Commandant en chef Andrzej Duda
Ministre de la Défense Nationale Mariusz Błaszczak
Main-d'œuvre
Âges militaires 18 - 49
Disponibles au service militaire 9 531 855 (16-49 ans) (2010)[1] hommes
9 298 593 (16-49 ans) (2010)[1] femmes
Aptes au service militaire 7 817 556 (16-49 ans)(2010)[1] hommes
Atteignant l'âge militaire chaque année 221 889(2010)[1]  hommes
211 172 (2010)[1] femmes
Actifs 100 272
Déployés hors du pays 3 202 (en octobre 2011)[2]
Réservistes 240 000
Budgets
Budget 9,6 milliards de USD (2017)[3]
Pourcentage du PNB 2,01% (2017)

Les forces armées polonaises ou forces armées de la République de Pologne (en polonais : Siły Zbrojne Rzeczypospolitej Polskiej)[4] constituent l'armée de la République de Pologne. Elles font partie des forces armées de l'OTAN depuis [5] et des Forces armées des États de l'Union européenne depuis [6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Après avoir reconquis son indépendance à la fin de la Première Guerre mondiale, la toute jeune armée polonaise doit lutter pour la survie de la jeune république contre l'Armée rouge lors de la guerre soviéto-polonaise. La France envoie à son nouvel "allié de revers" ses officiers, dont Charles de Gaulle[7], en tant que conseillers militaires. Ils participent ensuite à la création de l’École d’état-major général, rebaptisée un peu plus tard École supérieure de guerre de Varsovie.

Soldats polonais en 1939.

Lors de l'invasion allemande de la Pologne le , l'armée polonaise déploie environ 1 million de soldats[8]. Le rapport de force est écrasant au bénéfice de l’armée allemande.

L'invasion de la Pologne par l'Union soviétique le précipite sa défaite. Prise en tenaille, l'armée polonaise continue à se battre vaillamment mais elle est toujours seule. Ses alliés française et anglais ne bougent pas. Les derniers coups de feu polonais sont tirés le lors de la bataille de Kock qui dure quatre jours. Venant au bout de munitions, de moyens de transport et de ravitaillement, les dernières unités polonaises se rendent, mais la Pologne ne capitule pas[9]. Le gouvernement s'exile et le combat se poursuit d'abord en France, puis aux côtés de la Grande-Bretagne. Le , un accord est signé entre le gouvernement polonais et français, permettant la formation en France, où sont établis de nombreux émigrés polonais, d'une armée polonaise sous commandement opérationnel français[10].

Les Polonais, déportés dans les années 1940-1941 des terres polonaises occupés par les Soviétiques au Kazakhstan et en Sibérie, intègrent une armée qui s'y forme à partir de 1941, après l’invasion allemande contre l’URSS. Son parcours ultérieur mène cette armée, nommée le 2e Corps polonais, accompagnée par un certain nombre de personnes civiles en Iran, au Proche Orient et sur le front d’Italie.

Une autre armée polonaise est formée en URSS en 1943. Combattant aux côtés de l’Armée rouge, elle est en même temps un des outils de la politique de Staline visant l’instauration en Pologne du système communiste.

L'armée polonaise de l'Ouest et l'armée polonaise de l'Est répondent au commandement du gouvernement polonais qui depuis la capitulation de la France se trouve en exil à Londres. Le gouvernement coordonne aussi les actions la Résistance polonaise au pays, dont sa plus grande organisation militaire, Armia Krajowa ou AK, une véritable armée de l'intérieur dont les effectifs atteignent plus de 300 000 en été 1944, ce qui en fait le plus grand mouvement de résistance de l'Europe occupée. Face à l’avancée soviétique, elle déclenche le un soulèvement contre l'occupant nazi afin de se libérer elle-même, et ainsi empêcher Staline d’imposer son pouvoir après avoir repris la ville. L'insurrection de Varsovie dure 63 jours et se fait écraser dans le sang, sous les yeux de l'Armée rouge à qui Staline ordonne de ne pas intervenir.

Après la guerre, suivant les accords de la conférence de Yalta, puis ceux de Potsdam, les frontières de la Pologne sont redessinées par l'Union Soviétique et déplacées vers l'ouest et un gouvernement communiste dirigé depuis Moscou est installé à la tête de l'État polonais qui devient la République populaire de Pologne. La Pologne intègre le Bloc de l'Est et devient un membre du Pacte de Varsovie durant la guerre froide. La fidélité polonaise est sécurisée grâce au stationnement dans le pays du Groupe des Forces du Nord dont le statut légal est définit par les traités bilatéraux de novembre et décembre 1956. En 1957, un accord est réalisé pour le stationnement, couvert par le secret, de 62 000 à 66 000 Soviétiques, et, un autre accord impose un plan de soutien des Forces soviétiques par la Pologne. L'armée populaire de Pologne participe à l'invasion de la Tchécoslovaquie par le Pacte de Varsovie en 1968 pour écraser le printemps de Prague.

Les Forces armées polonaise aujourd'hui[modifier | modifier le code]

En 1989, la Pologne se libère du régime communiste. Les dernières unités des forces soviétiques stationnées sur son territoires sont rapatriées en Russie en 1993. La Pologne devient un membre de l'OTAN en 1999[5].

L'industrie de l'armement est regroupée depuis 2013 dans l'entreprise publique Polska Grupa Zbrojeniowa.

La Pologne est l’un des rares pays de l’Otan à atteindre l’objectif des 2% du PIB en matière de dépenses militaires.

Effectifs[modifier | modifier le code]

Au , les forces armées comptent 450 700 soldats dont 278 000 professionnels.

Les derniers appelés prennent le chemin des casernes en décembre 2008 et en 2011, l'armée polonaise se professionnalise. Les forces armées polonaises s'engagent dans toutes les opérations les plus importantes menées sous les drapeaux de l'OTAN, de l'ONU ou de l'Union européenne : en Afghanistan (1 600 hommes), en Irak (900 hommes encore), au Tchad (600), au Liban (500) et sur le Golan, au Kosovo et en Bosnie[11].

En 2015, les forces armées comptent 100 000 soldats répartis dans quatre armes : terre, air, mer et forces spéciales[12].

Depuis l'annexion de la Crimée par la Russie en 2014, de nombreuses unités paramilitaires sont apparues en réaction à l’intervention russe en Ukraine[13],[14]. Il s'agit de groupes d'autodéfense, généralement composés de jeunes adolescents et adultes, qui suivent un entraînement rude dispensé par des instructeurs professionnels le week-end[15]. Ces milices citoyennes, composées de 35 000 volontaires civils, mises sur pied à partir de [16] sont officiellement incorporées au sein des forces de défenses du pays le , sous le nom d'Armée de défense territoriale [13],[14],[15]. Ces formations paramilitaires exercent un attrait sur certains nationalistes français, venus suivre des entraînements afin de se prémunir face à l'insécurité et au terrorisme[17].

En 2017, l'OTAN décide de disposer quatre groupements tactiques internationaux en Pologne, en Estonie, en Lettonie et en Lituanie afin de renforcer sa défense et sa stratégie de dissuasion. Les effectifs des forces armées polonaises seront portés à 200 000 soldats[18].

Evolution annuelle des effectifs des forces armées polonaises
Année Total Armée de terre Armée de l'air Marine Forces spéciales Forces de défense territoriale
2014 138500 57000 17500 8500 2500 53000

Grades dans l'armée polonais[modifier | modifier le code]

Armée de terre[modifier | modifier le code]

Organigramme de l'armée de terre polonaise 2020

Équipement[modifier | modifier le code]

Hélicoptèresː W-3W Sokół – 36, Mi-2 URP – 27, Mi-24 – 35, Mi-8 – 26, Mi-17 – 6

Armesː Kbs wz. 1996 Beryl, AKMS, Tantal (retiré du service en 2005), UKM 2000, PKM, PM-84P, PM-98, NVS, Browning M2, Accuracy International AWM .338 Lapua Magnum, M107, Sako TRG 21, 22, HK GMG, Mk 19, Pistolet Wist (pl), Glock 17, HK USP, PZR Grom

Chars et blindésː PL-01, T-72 – 597, PT-91 – 233, Leopard 2A4 – 128, BWP-1 – 1307, BWR-1D – 38, BWR-1S, KTO Rosomak – 200 (2009)

Un chasseur MiG-29 de l'armée de l'air polonaise, avec un F-16 américain

Aviation[modifier | modifier le code]

Équipement[modifier | modifier le code]

Avions : F-16C/D (48 SP), F-35A (0/32 SP), MiG-29 (28 SP), C-130E Hercules (6), Su-22 (18 SP), Embraer 175 (2 VIP), PZL M28 Bryza (12 SP), CASA C-295 (11 SP 2 en 2009), PZL TS-11 Iskra (111 SP), PZL-130 Orlik (37 SP), Drones RQ-7 Shadow

Hélicoptères : PZL Mi-2 (50 SP; 5 LMW; 27 LWL), Mi-8 (11 SP; 26 LWL), Mi-17 (2 LMW; 6 LWL), Mi-24 (35 LWL), PZL W-3 (20 SP), PZL SW-4 (31 à pourvoir 2005-2008)

Marine[modifier | modifier le code]

Équipement[modifier | modifier le code]

Frégate Général Tadeusz Kościuszko de classe Oliver Hazard Perry.

[Quand ?]

  • 1 sous-marin, type Kilo - ORP Orzeł (291)
  • 4 sous-marins, type Kobben - ORP Sokół (294), Sęp (295), Bielik (296), Kondor (297)
  • 2 frégates type Oliver Hazard Perry - OORP gen. K. Pułaski (272), Gen. T. Kościuszko (273)
  • 1 corvettes, type Kaszub - ORP Kaszub (240)
  • 2 corvettes lance roquettes, type Mołnia - OORP Metalowiec (436), Rolnik (437)
  • 3 corvettes lance roquettes-artillerie, type Orkan - OORP Orkan (421), Piorun (422), Grom (423)
  • 3 chasseurs-destructeurs de mines, type Mewa - OORP Flaming (621), Mewa (623), Czajka (624)
  • 1 remorqueur, type Gopło - ORP Gopło (630)
  • 12 remorqueurs, type Gardno - OORP Gardno (631), Bukowo (632), Dąbie (633), Jamno (634), Mielno (635), Wicko (636), Resko (637), Sarbsko (638), Necko (639), Nakło (640), Drużno (641), Hańcza (642)
  • 4 remorqueurs, type Mamry - OORP Mamry (643), Wigry (644), Śniardwy (645), Wdzydze (646)
  • 5 navires de transport-poseur de mines, type Lublin - OORP Lublin (821), Gniezno (822), Kraków (823), Poznań (824), Toruń (825);
  • 2 navires de reconnaissance radio électrique, type Nawigator - OORP Nawigator (262), Hydrograf (263)
  • 1 navire-école - ORP Iskra II (253)
  • 1 navire école, type Wodnik - ORP Wodnik (251)
  • 2 navires d'aide en mer et de secours, type Piast - OORP Piast (281), Lech (282)
  • 2 navires d'aide en mer et de secours, type Gniewko - OORP Gniewko (R-12), Semko (R-13)(spuszczono banderę w 2006 roku)
  • 2 navires d'aide et de secours, type Zbyszko - OORP Zbyszko (R-14), Maćko (R-15)
  • 2 navires hydrographiques, type Heweliusz - OORP Heweliusz (265), Arctowski (266)
  • 1 navire hydrographique - ORP Kopernik (261)
  • 1 navire d'appui logistique, type Kontradmirał Xawery Czernicki - ORP Kontradmirał Xawery Czernicki (511)
  • 1 navire citerne, type Bałtyk - ORP Bałtyk (Z-1)

L'aéronavale dispose une dizaine d'avions et une trentaine d'hélicoptères.

Engagements à l'étranger[modifier | modifier le code]

Soldats polonais en Afghanistan le long de la route reliant Kaboul à Kandahar.

Les chiffres ci-dessous sont en date du [2]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e World FactBook
  2. a et b « http://www.operationspaix.net/Pologne »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  3. [1], Poland to spend 2.01% of GDP on defence in 2017
  4. (pl) Ministerstwo Obrony Narodowej, « SIŁY ZBROJNE RP », sur www.mon.gov.pl (consulté le 23 juin 2018)
  5. a et b « Pays membres », sur nato.int, (consulté le 26 mars 2018)
  6. (en) « EUR-Lex - e50017 - EN - EUR-Lex », sur eur-lex.europa.eu (consulté le 23 juin 2018)
  7. Gaulle, Charles de 1890-1970, Mémoires de guerre. [1], L'app'el : 1940-1942, Plon, (ISBN 2-266-09526-9 et 9782266095266, OCLC 989815373, lire en ligne)
  8. (pl) Dariusz Kaliński, « Wojsko Polskie w przededniu wybuchu II wojny światowej. Uzbrojenie i liczby », sur https://wielkahistoria.pl/,
  9. « L’invasion de la Pologne », sur secondeguerre.net
  10. Des affiches bilingues (en polonais et en français) sont apposées dans les mairies de communes à forte densité de Polonais : « Au nom du Gouvernement de la République de Pologne, en exécution de la décision du Président du Conseil des Ministres des Affaires Militaires de Pologne et en vertu de l’Accord signé entre la Pologne et le France le 9 septembre 1939 : Il est prescrit à tout citoyen polonais recensé à partir du 29 septembre 1939 dans les communes de […] de comparaître le […] octobre 1939 devant la Commission de révision siégeant à [...], chargée de déterminer son aptitude physique au service militaire dans l’Armée polonaise en France. [Signé :] l'Ambassadeur de Pologne. Paris, le 5 octobre 1939 ».
  11. « La Pologne professionnalise son armée », sur Le Monde.fr (consulté le 23 juin 2018)
  12. Robert Trzciński, « La Pologne à l’avant-garde de la politique de défense européenne », sur http://www.courrierpologne.fr/, (consulté le 3 juin 2016).
  13. a et b Alexandre Lévy, « Face à la Russie, des milices polonaises sur le pied de guerre », sur Le Temps, (consulté le 14 mars 2018).
  14. a et b Maya Szymanowska, « Pologne: des paramilitaires regroupés dans un corps de l'armée », sur France Inter, (consulté le 14 mars 2018).
  15. a et b « Pologne : la jeunesse s'entraîne à la guerre », sur France TV Info, (consulté le 14 mars 2018).
  16. (en) « Poland to recruit 35,000 strong paramilitary force to combat threat from Russia », sur https://www.telegraph.co.uk/, (consulté le 3 juin 2016).
  17. « En Pologne, l'autodéfense façon guérilla », sur France Inter, (consulté le 14 mars 2018).
  18. Alexandra Brzozowski, « La Pologne veut muscler son armée », sur euractiv.fr,

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Stéphane Wlocevski (Stefan Włoszczewski), en collaboration avec Georges d'Ostoya (Jerzy Soszyński-Ostoja), Les Militaires polonais dans les armées françaises, Picart, 1935.
  • Edmond Marek, Le général Sikorski et ses soldats dans la campagne de France: 1939-1940., Nouv. éd. Toulouse, 1999, (44 p., ill). (Conférences du Club Polonia-Nord).
  • (pl) Encyklopedia Polskiej Emigracji i Polonii, t. 3, Toruń 2004, article "Kozłowski-Bratek", p. 40-41.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]