RAND Corporation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La RAND Corporation ("Research ANd Development")[8], fondée en 1948 par la Douglas Aircraft Company pour conseiller l'armée américaine, est une institution américaine de conseil et de recherche qui se donne pour objectif d'améliorer la politique et le processus décisionnel par la recherche appliquée et l'analyse stratégique. Elle a ensuite progressivement élargi son champ d'action en travaillant pour d'autres gouvernements, pour des fondations privées, pour des organisations internationales, et pour des entreprises privées, sur des questions de défense et de sécurité mais aussi sur l'économie industrielle en général[1]. La RAND Corporation est basée en Californie, en Belgique, en Louisiane, en Angleterre et en Australie. Rand Corporation est considérée comme un laboratoire d'idées (think-tank) américain au service de la décision politique et économique. Elle est financée par le gouvernement américain, par des dotations privées, par des entreprises, des universités et des dons de particuliers[2],[3] La RAND se caractérise depuis sa fondation par une approche interdisciplinaire et quantitative de la résolution de problèmes, en traduisant des concepts théoriques de l'économie formelle et des sciences en applications nouvelles dans d'autres sphères, c'est-à-dire via les sciences appliquées et la recherche opérationnelle[1].

La RAND Corporation publie le RAND Journal of Economics, une revue à comité de lecture faisant partie des revues les mieux considérées[4] dans le domaine de l'économie industrielle.

Historique[modifier | modifier le code]

RAND est l'acronyme des termes anglais : Research ANd Development (recherche et développement).

Fondée en 1945 par l'US Air Force et sous contrat avec la société aéronautique Douglas Aircraft Company, le projet RAND publie le document intitulé Preliminary Design of an Experimental World-Circling Spaceship, une analyse technique traitant des possibilités de conception d'un satellite artificiel capable de tourner autour de la Terre.

Elle considère les centrales électriques embarquées, les poids structurels, les valeurs de conception optimums, les trajectoires, la stabilité et l'atterrissage.

Le , le Projet RAND se sépare de la Douglas Aircraft Company et devient une organisation indépendante à but non lucratif.

Avec un budget de 230 millions de dollars en 2008 issus de fonds publics comme privés, des bureaux à Bruxelles et Doha au Qatar, elle emploie à cette date 1 500 personnes dont moitié d'analystes et de chercheurs dans de nombreux domaines[5].

La tablette RAND[modifier | modifier le code]

Cet écran graphique, développé par la RAND, passe pour le premier terminal muni d'un stylet pour la saisie des données[6], conçu pour diffusion à grande échelle. Il a été produit par l'Advanced Research Projects Agency. On connectait cette tablette au terminal d'un ordinateur ou à un écran d'oscilloscope : l'écran enregistrait les mouvements du stylet et les reproduisait sur l'écran de l'ordinateur.

Le développement de ce périphérique à la RAND avait débuté avec les études d'Ivan Sutherland et son équipe sur le Sketchpad, afin que l'utilisateur puisse saisir directement son programme depuis la tablette. La RAND testa une multitude de dispositifs pour tâcher de reconnaître les caractères manuscrits et les mouvements du stylet : ainsi la méthode du flowchart based Graphic Input Language (GRAIL) de Tom Ellis. La tablette RAND est l'un des premiers périphériques capable de reconnaître l'écriture manuscrite. Baptisée Grafacon, elle est considérée comme l'une des premières tablettes graphiques jamais produites en série. La version originale était vendue pour 18 000 $. Après des années de développement, elle fut proposée aux laboratoires de recherche[7] à partir de 1964 ; ce fut toutefois un échec commercial, à cause des habitudes prises par les ingénieurs et chercheurs, déjà familiers du clavier QWERTY, et du manque d'applications[8].

Réalisations et expertise[modifier | modifier le code]

La corporation a apporté d'importantes contributions dans la recherche spatiale et le programme spatial américain, l'informatique et l'intelligence artificielle. Depuis 1948, elle a édité plus de 10 000 livres et publications.

Ses secteurs de recherche fondamentale sont les suivants :

Quelques membres ou collaborateurs notables (présents ou passés)[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2012)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Lawrence Freedman, Strategy: A History, Oxford University Press, , 571 p. (ISBN 978-0-19-932515-3), p. Chap 12 ("Nuclear Games", p147-149.
  2. (en) 2013 RAND Annual Report, (lire en ligne).
  3. (en) « How We Are Funded: Major Clients and Grantors of RAND Research », sur www.rand.org (consulté le 27 août 2017).
  4. Classé en catégorie 1 par le classement du CNRS en 2008.
  5. La RAND Corporation, le plus connu des « think tank », Le Monde, 27 mars 2009
  6. D'après M. Davis et T. Ellisdate=août 1964, « The RAND Tablet: A Man-Machine Graphical Communication Devic », sur ARPA (consulté le 5 novembre 2015).
  7. D’après Paul Atkinson, « A Bitter Pill to Swallow: The Rise and Fall of the Tablet Computer », Design Issues, 24e série, no 4,‎ , p. 3-25 (lire en ligne [PDF]).
  8. D’après W.H. Ware, RAND and the information evolution: a history in essays and vignettes, Santa Monica, CA, Rand Corp (réimpr. 1re), 228 p. (ISBN 978-0833045133, lire en ligne), p. 3-25.