Houssen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Houssen
L'église Saint-Maurice.
L'église Saint-Maurice.
Blason de Houssen
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Haut-Rhin
Arrondissement Colmar-Ribeauvillé
Canton Colmar-2
Intercommunalité C.A.C.
Maire
Mandat
Christian Klinger
2014-2020
Code postal 68125
Code commune 68146
Démographie
Population
municipale
1 831 hab. (2012)
Densité 273 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 07′ 35″ N 7° 22′ 44″ E / 48.1263888889, 7.3788888888948° 07′ 35″ Nord 7° 22′ 44″ Est / 48.1263888889, 7.37888888889
Altitude Min. 177 m – Max. 190 m
Superficie 6,7 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte administrative du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Houssen

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Houssen

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Houssen

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Houssen

Houssen (Hüssa ou Hùza en alsacien) est une commune française située dans le département du Haut-Rhin, en région Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Houssen est situé à 5 km au nord de Colmar entre, à l'est l'Ill, à l'ouest la Fecht, et au milieu d'une plaine favorable à l'agriculture. L'altitude moyenne du ban se situe à 184 m.

Histoire[modifier | modifier le code]

Quelques dates[modifier | modifier le code]

Houssen est mentionné pour la première fois dans les archives, sous le nom de "Mansus Husen" dans un inventaire des biens de l'abbaye de Pairis daté de 1176. À l'origine, Houssen était un fief impérial du château du Pflixbourg.

En 1315, le duc d'Autriche, prétendant au trône de l'Empire, Frédéric le Bel de Habsbourg donna le village en gage à Henri de Ribeaupierre. En 1348, le futur empereur Charles IV, pour l'instant roi des Romains, l'attribua aux seigneurs de Landskron avec l'accord de Henri de Ribeaupierre, mais en 1350, le village revint comme gage aux seigneurs de Ribeaupierre qui le gardèrent jusqu'à la Révolution française. Ceux-ci l'ont successivement donné en fief aux familles Vom Huse, d'Andlau et Vom Rust.

Les revenus de Houssen semblent avoir été assez importants puisque deux grandes abbayes y comptaient des biens, celles de Pairis et de Marbach, mais son église dépendait de l'Évêché de Bâle.

Situé sur un point stratégique, Houssen a été détruit à plus de 60 % lors de combats de libération de la poche de Colmar du 2 février 1945. Elle fut libérée le , soit une semaine avant Colmar, par les soldats américains du 7e RIUS.

Historique du nom[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom vient de l'allemand "das Haus ", à savoir "maison, demeure". En moyen haut-allemand, le pluriel en est "Husen " tandis que, en allemand contemporain, cela donne plutôt "Hausen ". On retrouve les différentes formes en Alsace, en plus des formes ayant résulté des différents processus de francisation : "House " ou "Hause ".
Généralement, on trouve ce terme en suffixe d'un autre nom ou adjectif. Le village de Houssen, dont le nom signifie donc "maisons", est donc une petite exception.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason d'Houssen

Les armes d'Houssen se blasonnent ainsi :
« Écartelé au premier et au quatrième de gueules à la croix tréflée d'argent, au second et au troisième d'or à trois écussons de gueules. »[1]

Économie[modifier | modifier le code]

La commune connaît un développement économique important, au cours des années 1990, avec l'installation des zones commerciales du Bühlfeld (hôtels - McDo) et du Mariafeld (Cora - Magvet), qui emploient près d'un millier de salariés.

L'aéroport de Colmar-Houssen, souvent situé à Houssen, est en fait implanté sur le ban de Colmar.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1798 1820 Jean Klinger (1741-1822) - -
1820 1829 Nicolas Klinger (1773-1844 - -
1829 1832 Jean Klinger fils (1779-1854) - -
1832 1837 Matthias Klinger (1801- ?? ) - -
1837 1848 Jean Klinger petit-fils (1801- ?? ) - -
1848 1853 Maurice Klinger - -
1853 1853 – maire révoqué par le ministre – - pour cause d'épidémie de choléra
1854 1862 Maurice Klinger (reprise de mandat) - sur ordre du ministre
1862 1862 – pas de maire – - -
1863 1872 François-Michel Klinger (1805-1886) - Alsace allemande à partir de 1870
1872 1881 Franz-Joseph Berna (1823-1887) - Alsace allemande depuis 1870
1881 1883 Augustin Weymann (1851- ?? ) - Alsace allemande depuis 1870
1883 1892 Ludwig-August Eckerlen (1828-1892) - Alsace allemande depuis 1870
1892 1908 Franz-Michael Klinger fils (1838-1932) - Alsace allemande depuis 1870
1908 1914 Ernst-August Eckerlen (1851-1914) - Alsace allemande depuis 1870
1914 1919 Ernst Kienlen (1870-1930) - Alsace allemande depuis 1870
1919 1940 Émile Klinger (1884-1965) - Alsace restituée à la France en 1919
1940 1945 – géré par un "Bauernführer " – - mis en place par l'administration nazie
1945 1965 Émile Klinger (1884-1965) - reprise de mandat
1965 1971 Eugène-Paul Fuchs (1901-1977) - -
1971 1983 Robert Kienlen (1920-1997) - -
1983 2001 Ernest Kienlen (né en 1942) - -
2001 2014 Éric Straumann (né en 1964) UMP professeur agrégé, député depuis 2007
2014 en cours Christian Klinger UMP Attaché parlementaire
Les données manquantes sont à compléter.
La mairie.

À noter que, en 1870, lorsque l'Allemagne reprit possession de l'Alsace, le tout nouvel empereur allemand Guillaume Ier (dont le couronnement aura lieu en 1871 en réalité), soucieux d'attirer la sympathie de ses nouveaux sujets, a demandé à son administration de respecter les mandats des maires en place à ce moment. Ce qui ne fut pas le cas de l'administration nazie en 1940…

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 1 831 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
500 557 686 816 1 000 1 134 1 188 1 216 1 242
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
1 128 1 168 1 257 1 287 1 119 1 181 1 133 1 170 1 087
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 092 1 073 1 054 930 953 981 953 797 859
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
987 1 081 1 094 1 219 1 348 1 578 1 643 1 652 1 831
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux & monuments[modifier | modifier le code]

  • église catholique
  • sépulture de l'âge du bronze
  • trésor de monnaies gauloises
  • trouvailles romaines
  • cimetière mérovingien

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Éric Straumann, député de la première circonscription du Haut-Rhin, conseiller général du canton d'Andolsheim.

Associations[modifier | modifier le code]

Les bus Trace[modifier | modifier le code]

Cette commune est desservie par les lignes et arrêts suivants :

Du lundi au samedi[modifier | modifier le code]

class="wikitable" Parcours Arrêts dans la commune
2 Accessible aux personnes handicapées Logelbach Centre Commercial - Théâtre - Ladhof - Houssen Centre Commercial La Clairière, Houssen Centre, Quatre Vents, ZAC du Mariafeld, Centre Commercial

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Houssen : Uns'r Dorf, ouvrage collectif réalisé avec la participation de la commune de Houssen, Carré blanc éd., Strasbourg, 2009, 160 p. (ISBN 2-8448-8117-3)
  • Louis Schlaefli, Annuaire de la Société d'histoire de la Hardt et du Ried, 2008-2009, no 21, :
    • « À travers le passé de Houssen », p. 133-144
    • « Un capitaine de seize ans, meurtrier à Houssen (1745) », p. 145
    • « Houssen en 1936 et 1943 », p. 146
    • « Vocations religieuses à Houssen : simple liste », p. 156
    • « Le P. Innocent Kiener ou les tribulations d'un capucin, natif de Houssen, sous la Révolution », p. 157-158
    • « Une notabilité de Houssen : Sœur Marie Vincent, née Marie-Louise Boesch, Supérieure de congrégation et missionnaire », p. 159
  • Jean Schweitzer, La toponymie alsacienne, éditions Jean-Paul GIisserot, 2001, 123 pages

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :