Mittelwihr

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune du Haut-Rhin
Cet article est une ébauche concernant une commune du Haut-Rhin.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Mittelwihr
Mittelwihr vue depuis le vignoble.
Mittelwihr vue depuis le vignoble.
Blason de Mittelwihr
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine
Département Haut-Rhin
Arrondissement Colmar-Ribeauvillé
Canton Sainte-Marie-aux-Mines
Intercommunalité C.C. du Pays de Ribeauvillé
Maire
Mandat
Alain Kleindienst
2014-2020
Code postal 68630
Code commune 68209
Démographie
Gentilé Mittelwihriens
Population
municipale
841 hab. (2013)
Densité 348 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 09′ 05″ Nord 7° 19′ 13″ Est / 48.1513888889, 7.32027777778
Altitude Min. 196 m – Max. 403 m
Superficie 2,42 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte administrative du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Mittelwihr

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Mittelwihr

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mittelwihr

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mittelwihr

Mittelwihr est une commune française située dans le département du Haut-Rhin, en région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Entrée nord du village de Mittelwihr.
Fût en bois exposé près de la mairie.

Mittelwihr d'une superficie de 240 ha à 220 mètres d'altitude est située sur la fameuse route des vins d'Alsace.

C'est essentiellement un village viticole, bénéficiant d'un climat qui permet la culture d'amandiers dans les vignes grâce au Mandelberg qui la préserve des vents du nord.

Mittelwihr fait partie du canton de Kaysersberg et de l'arrondissement de Colmar-Ribeauvillé. Les habitants de Mittelwihr sont appelés les Mittelwihriens.

Le village est essentiellement construit le long de la Bergstrasse, la principale route du vin aujourd'hui très fréquentée par la suite étendu vers le nord et l'ouest grâce à la construction de zones pavillonnaires. Trente-cinq viticulteurs-exploitants vivent essentiellement de la vigne.

C'est une des 188 communes[1] du Parc naturel régional des Ballons des Vosges.

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'origine du nom proviendrait de Mitelenwilre dont il existait sans doute déjà une petite bourgade en 474[2]. Par la suite on rencontre les noms de Mitwir en 1114, Mittenwilre en 1122.

Écarts et lieux-dits[modifier | modifier le code]

  • Le Boos ;
  • Le Bouxhof.

Cours d'eau[modifier | modifier le code]

  • Le Hagelgraben, affluent du Sembach qui est lui même affluent de la Fecht.

Histoire[modifier | modifier le code]

Son nom provient de Mitenwilre et pourrait signifier « ferme du milieu ». Depuis l'apparition du village en 974, l'activité principale du village a été la viticulture importé par les moines. Les abbayes de Murbach, de Saint Hippolyte-Lièpvre et Ebersmunster, y possédaient d'ailleurs des vignes.

Une charte en faveur de l'abbaye d'Ebersmunster datée du XIIe siècle signale une donation de biens par Sainte Hune pour les villages de Sigolsheim et Mittelwihr au VIIe siècle. Cette donation est confirmée en 1114 par l'empereur Henri V du Saint-Empire. Diverses autres abbayes avaient des biens au Moyen Âge à Mittelwihr.

Au cours des XVIe et XVIIe siècles, l'abbaye de Remiremont possédait des biens à Mittelwihr qui étaient rattachés à la cour colongère de Wintzenheim[3].

Le village a fait partie de la seigneurie de Horbourg-Riquewihr à partir de 1324 puis il passa sous le contrôle des comtes de Wurtemberg-Montbéliard en 1534 jusqu'à la Révolution.

En décembre 1944, de violents combats dans la poche de Colmar eurent des répercussions jusqu'à Mittelwihr qui fut presque entièrement détruit par les bombardements. Tous les bâtiments détruits ont été reconstruits en 1949 par l'architecte Charles-Gustave Stoskopf, grand prix de Rome[4].

La commune a été décorée, le 11 novembre 1948, de la Croix de guerre 1939-1945[5].

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Mittelwihr

Les armes de Mittelwihr se blasonnent ainsi :
« D'argent au lion rampant de gueules. »[6]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Budget et fiscalité 2014[modifier | modifier le code]

La mairie de Mittelwihr[7].

En 2014, le budget de la commune était constitué ainsi[8] :

  • total des produits de fonctionnement : 608 000 €, soit 728 € par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 524 000 €, soit 627 € par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 16 000 €, soit 20 € par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 106 000 €, soit 127 € par habitant.
  • endettement : 0 €, soit 1 € par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 14,75 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 10,21 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 43,90 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 50,60 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 22,35 %.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1817 1819 Nicolas Vogel    
1848 1851 Nicolas Vogel    
1881 1910 Jean-David Greiner    
1910 1918 Jean-Michel Greiner    
1918 1927 Paul Greiner    
1927 1940 Jean Camille Preiss    
1940 1945 Charles Greiner     [9]
1945 1952 Gaston Bott    
1952 1959 Jean Greiner    
1959 1978 Marcel Preiss    
1978 2001 Edgard Schille    
mars 2001 2014 Hugues Spenlehauer    
mars 2014 en cours Alain Kleindienst    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 841 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
550 561 662 715 721 755 737 765 743
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
683 696 713 705 704 717 701 715 704
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
710 693 690 642 588 553 578 216 637
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2008 2012
672 688 658 622 732 823 780 780 831
2013 - - - - - - - -
841 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2004[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Villa romaine de Flavuacum[modifier | modifier le code]

Un fragment d'un autel romain, dédié à Jupiter, et datée de 204 après Jésus Christ (ce qui confirme une présence humaine sur le site dès les premiers siècles de notre ère), est actuellement conservé au musée Unterlinden à Colmar[12],[13],[14].

L'église et la chapelle[modifier | modifier le code]

L'église Sainte-Brigitte et son clocher à arcades et en bâtière .

En 1959, une église est construite pour la communauté protestante et une chapelle pour la communauté catholique sous la même voûte et le même clocher datant des XVe et XVIe siècles.

L'ancienne église dédiée à sainte Brigitte, était à partir de 1688 en simultaneum[15],[16], les deux cultes partageaient à l'époque le même lieu de culte. L'église est détruite[17] lors des combats de la Libération entre décembre 1944 et janvier 1945.[18],[19].

Le château de Mittelwihr[modifier | modifier le code]

Le château est cité à partir du XIIIe siècle. Des familles nobles ont occupé ce château entre 1188 et 1319. Les deux ruisseaux Sembach et Rumpelbach alimentaient le fossé servant de défense du château. Du XIIIe siècle au XVIe siècle, le château était occupé par la famille noble des Refelingen, puis à partir de 1550, il devint la propriété des Truchsess de Rheinfelden. Au XVIIe siècle, le château passa sous la dépendance des Mullenheim-Rechberg, puis sous Louis XV à la famille des Lachaume de Remoncourt. L'édifice fut vendu au cours de la Révolution comme bien national.

Propriété, en dernier lieu, de la maison Preiss Henny, il sera presque intégralement détruit lors des combats de la Poche de Colmar pour la libération du village en décembre 1944. Il restera à l'état de ruines pendant plusieurs années. Seuls quelques éboulis de pierres marquaient encore sa présence dans la cour Hanhart, du nom d'un ancien propriétaire du château entre 1900-1925[20].

Le Bouxhof[modifier | modifier le code]

Domaine du Bouxhof - corps de logis.

Ancienne propriété de l'abbaye de Pairis[21], le Domaine du Bouxhof sera vendu au cours de la Révolution comme bien national. On y trouve encore quelques anciens vestiges de l'époque romaine et des voûtes du XVIe siècle dans la cour du domaine transformée aujourd'hui en gîte. La cour du domaine du Bouxhof a été inscrite sur l'inventaire supplémentaire des monuments historiques par arrêté du 21 juillet 1996[22].

Le monument aux morts[modifier | modifier le code]

Monument aux Morts sous le clocher de l'église[23],[24],[25].

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville de Mittelwihr est jumelée depuis le 17 septembre 1967[26] avec  :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Liste des 188 communes adhérentes au parc naturel régional des ballons des Vosges, 3ème Charte 2012 - 2024
  2. D'après le Gallia Christiana
  3. Un urbaire daté de 1566 et quelques registres conservés aux archives municipales de Turckheim ont permis de plonger dans le passé de Mittelwihr
  4. Mittelwihr, paroisse luthérienne
  5. Communes décorées de la Croix de guerre 1939 - 1945
  6. Archives Départementales du Haut-Rhin
  7. « ancienne mairie (détruite) », base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. Les comptes de la commune
  9. Mis en place par l'administration allemande avec Paul Hansjacob
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2007, 2008, 2012, 2013.
  12. La période romaine autour de la mosaïque de Bergheim : Collections lapidaires
  13. Les aqueducs de la Gaule romaine et des régions voisines : Au temps de l'eau abondante entre Seine et Rhin...], Note 17
  14. Le village de Mittelwihr
  15. « Fragment de la cloche de l'ancienne église détruite pendant la guerre », base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. « Notice no IM68007219 », base Palissy, ministère français de la Culture Dalle funéraire du pasteur Caspar Lerch (?)
  17. « Notice no PA00107323 », base Palissy, ministère français de la Culture église de protestants Sainte-Brigitte
  18. Eglise Sainte Brigitte
  19. « Chapelle Sainte-Brigitte », base Mérimée, ministère français de la Culture
  20. « château (détruit) », base Mérimée, ministère français de la Culture
  21. « ferme de l'abbaye de Pairis », base Mérimée, ministère français de la Culture
  22. « Ancienne cour domaniale de l'abbaye de Pairis, dite Domaine du Bouxhof », base Mérimée, ministère français de la Culture
  23. Monument aux morts
  24. Victimes des deux guerres
  25. Monument aux morts
  26. Jumelage Cancale-Mittelwihr
  27. (de)Famille Press-Henny
  28. Le paradoxe colmarien : Martin Jund vend son raisin à la maison Preiss-Henny de Mittelwihr