Ingersheim (Haut-Rhin)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ingersheim.
Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre avec Ungersheim ni Ingenheim, commune du canton de Hochfelden
Ingersheim
L'église Saint-Barthélémy.
L'église Saint-Barthélémy.
Blason de Ingersheim
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Haut-Rhin
Arrondissement Colmar-Ribeauvillé
Canton Colmar-1
Intercommunalité C.A.C.
Maire
Mandat
Mathieu Thomann
2014-2020
Code postal 68040
Code commune 68155
Démographie
Gentilé Ingersheimois
Population
municipale
4 621 hab. (2012)
Densité 621 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 05′ 43″ N 7° 18′ 25″ E / 48.0952777778, 7.3069444444448° 05′ 43″ Nord 7° 18′ 25″ Est / 48.0952777778, 7.30694444444  
Altitude Min. 196 m – Max. 326 m
Superficie 7,44 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte administrative du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Ingersheim

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Ingersheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ingersheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ingersheim
Liens
Site web http://www.ville-ingersheim.fr/

Ingersheim est une commune française située dans le département du Haut-Rhin, en région Alsace. C'est une commune de la périphérie colmarienne, et la localité la plus peuplée du canton de Kaysersberg.

Géographie[modifier | modifier le code]

Altitude :

Histoire[modifier | modifier le code]

L'homme est venu très tôt se fixer dans la région d'Ingersheim, des tombes vieilles de plus de 5 000 ans en témoignant. Les Romains ont assuré la prospérité du site en y développant la culture de la vigne. Au VIIe siècle, la localité est mentionnée sous le nom d'Annghisheim. Différents couvents y possédaient alors des vignes.

Devenu territoire habsbourgeois, le bourg fait partie de la seigneurie de Hohlandsbourg. Lazare de Schwendi en fait l'acquisition en 1563. Le village est alors entouré de remparts avec quatre portes fortifiées.

Rattaché à la France suite aux traités de Westphalie en 1648, Ingersheim passe à la Ville de Colmar jusqu'à la révolution française.

Au cours du XIXe siècle, avec le développement de l'industrie, la population est passée à 2 500 habitants. Cette évolution s'est poursuivie au XXe siècle malgré les deux guerres qui ont ravagé la cité.

Après la Seconde Guerre mondiale, Ingersheim fut jumelé à Ingersheim[1] (Allemagne) et Mauriac (Auvergne).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason d'Ingersheim

Les armes d'Ingersheim se blasonnent ainsi :
« D'argent au fasce de gueules, le tout surmonté d'un croissant de lune d'or. »

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

L'hôtel de ville d'Ingersheim
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1791 Joseph GILLET    
1791 1792 Laurent ESCHBACH    
1792 1792 Blaise GASCHE    
1792 1795 Joseph GILLET    
1795 1797 Laurent CRONENBERGER    
1797 1800 Blaise GASCHE    
1800 1813 Laurent ESCHBACH le jeune    
1813 1816 Louis Dagobert SCHERRER    
1816 1816 Jean OSTERMANN    
1816 1819 Laurent ESCHBACH    
1819 1823 Joseph KERCHENMEYER    
1823 1830 Pierre STOECKLÉ    
1830 1843 Joseph GILLET    
1843 1848 Jacques SCHWINDENHAMMER    
1848 1871 Joseph THOMANN    
1871 1878 Jacques SCHWINDENHAMMER    
1878 1878 Antoine WOEHRLING    
1878 1891 Paul Emile GILLET    
1891 1909 Joseph LEIBBRANDT    
1909 1911 Jules BREITENSTEIN    
1911 1919 Ernest ESCHBACH    
1919 1920 Joseph SIEGEL    
1920 1922 Benoît GEIGER    
1922 1937 Paul GILLET    
1937 1945 Célestin REUTTER    
1945 1959 Laurent MASSON    
1959 1992 Jean-Barthélemy THOMANN    
1992 1995 René FUCHS    
1995 28 mars 2014 Gérard CRONENBERGER DVG  
28 mars 2014 en cours Mathieu THOMANN UDI  

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 4 621 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 200 1 221 1 270 1 388 1 995 2 402 2 516 2 274 2 484
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
2 424 2 498 2 498 2 494 2 388 2 442 2 423 2 485 2 536
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 663 2 783 2 686 2 542 2 605 2 667 2 689 2 316 2 665
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
3 006 3 636 4 466 4 271 4 063 4 170 4 531 4 583 4 621
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Ingersheim a un collège public d'enseignement secondaire, le collège Lazare de Schwendi.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La Tour des Sorcières fut bâtie au XIIe siècle.
  • L'église Saint-Barthélémy, de style baroque, est surmontée d'un clocher roman à bulbe allongé unique en Europe.
  • Une maison Renaissance abrita un temps la mairie et possède un clocheton gothique. Ses façades et toitures ainsi que le clocheton font l'objet d'une inscription au titre des monuments historiques par arrêté du 14 novembre 1962[4]
  • On y trouve aussi de belles maisons de vignerons.
  • Une Croix entre Ingersheim et Katzenthal rappelle l'accident mortel de Jacques Neymeyer le 11 juin 1866. Il a été victime de son propre attelage sur lequel il ramenenait un chargement de vin de Sigolsheim, qui le renversa et le tua. Jacques NEYMEYER était gourmet (marchand de vin). Anne Marie Scherer (petite fille de Louis Dagobert Scherer, personnage illustre d’Ingersheim) et épouse en première noce de Jacques Neymeyer, fit ériger à quelques centaines de mètres de l’auberge du Florimont, à droite en allant vers Ammerschwihr, une croix en pierre dite : « Croix NEYMEYER ». On peut encore y lire : A LA MEMOIRE DE JACQUES NEYMEYER DECEDE LE 11 JUIN 1866 A L’AGE DE 37 ANS ELEVE PAR SON EPOUSE D’INGERSHEIM

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]