Illhaeusern

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Illhaeusern
Le village d'Illhaeusern.
Le village d'Illhaeusern.
Blason de Illhaeusern
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Haut-Rhin
Arrondissement Colmar-Ribeauvillé
Canton Sainte-Marie-aux-Mines
Intercommunalité C.C. du Pays de Ribeauvillé
Maire
Mandat
Bernard Herzog
2014-2020
Code postal 68970
Code commune 68153
Démographie
Gentilé Illhaeusernois et Illhaeusernoises
Population
municipale
670 hab. (2014)
Densité 64 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 11′ 06″ nord, 7° 26′ 08″ est
Altitude Min. 172 m – Max. 179 m
Superficie 10,46 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte administrative du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Illhaeusern

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Illhaeusern

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Illhaeusern

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Illhaeusern

Illhaeusern (prononcé [ilœjzəʁn] ou [ilhœjzəʁn][1]) est une commune française située dans le département du Haut-Rhin, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située dans la plaine d'Alsace, au confluent de l'Ill et de la Fecht à 15 km au nord de Colmar, à 20 km au nord est de Riquewihr et 20 km au sud est du Château du Haut-Kœnigsbourg.

Illhaeusern signifie en allemand : « les maisons le long de l'Ill ».

Cours d'eau[modifier | modifier le code]

Les cours d'eau traversant le village sont :

  • L'Ill ;
  • la Fecht ;
  • Le Ruisseau Bennwasser[2] qui est un affluent de l'Oberriedgraben[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce village doit son origine à des pêcheurs, qui s'y établirent au XVe siècle au confluent de l'Ill et de la Fecht. La mention « zu den Hüseren an der Yllen » (les maisons près de l'Ill) se trouve dans une charte de 1482. La première mention parle d’un pont suspendu sur l’Ill vers 1300, mais le village n'est mentionné la première fois qu'en 1482 comme un bourg de pêcheurs. Les habitants étaient essentiellement des bateliers et transportaient des marchandises, notamment du vin et des céréales vers Strasbourg. Sur la carte de Speckle établie en 1576, on découvre un clocher mentionné sur Illhaeusern, peut-être une ancienne chapelle ? Une chapelle fût construite en 1728, qui sera démolie en 1862. En 1748 la chapelle est inaugurée et fera partie comme annexe de Guémar. Un office y est célébré les dimanches et jours de fêtes.

À la Révolution en 1795, le village est rattaché au département du Haut-Rhin et au canton de Riquewihr. Cette situation prévaudra jusqu'en 1802 année où il passa au canton de Ribeauvillé. Le village comptait alors 455 habitants.

Le village conquiert son autonomie en mai 1833. Il sera pratiquement détruit en décembre 1944 lors des combats de la poche de Colmar. Le village est finalement libéré le 25 janvier 1945.

La commune a été décorée, le 12 février 1949, de la Croix de guerre 1939-1945[4].

Depuis le XIXe siècle, la pêche et la batellerie n'ont cessé de décliner, mais le village entend maintenir le souvenir de ces activités par diverses festivités, telles que la fête de la friture et des bateliers, ou les promenades en barque. Illhaeusern est aujourd'hui un des hauts lieux de la gastronomie française.

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason d'Illhaeusern

Les armes d'Illhaeusern se blasonnent ainsi :
« De sinople à une truite d'argent posée en pal, versée et contournée, tachée de 6 cercles de gueules alignés le long du flanc. »[5]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Budget et fiscalité 2015[modifier | modifier le code]

L'Hôtel de ville.

En 2015, le budget de la commune était constitué ainsi[6] :

  • total des produits de fonctionnement : 483 000 , soit 705 par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 406 000 , soit 593 par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 69 000 , soit 101 par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 163 000 , soit 238 par habitant.
  • endettement : 192 000 , soit 280 par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 12,51 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 5,72 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 45,97 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 50,60 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 16,36 %.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Bernard Herzog   Gérant de société
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[8],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 670 habitants, en diminution de -6,82 % par rapport à 2009 (Haut-Rhin : 1,52 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
346 450 533 627 726 686 683 676 686
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
598 628 680 647 579 593 568 596 582
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
576 570 538 561 534 519 513 410 453
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
481 488 517 557 578 646 711 676 670
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint Pierre et Saint-Paul[modifier | modifier le code]

Le premier édifice religieux d'Illhaeusern semble avoir été une chapelle construite en 1728 aux frais de la commune et bénie en 1748. La paroisse est rattachée à l'époque à celle de sa commune voisine, Guémar. En 1861, la commune indépendante depuis 1833 fait construire une église dédiée à saint Pierre et saint Paul. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le clocher sert de poste d'observation aux Allemands. Des obus tombent sur l'église en décembre 1944[11].

L'orgue de Curt Schwenkedel est de 1961[12]. Il a remplacé l'orgue de Claude-Ignace Callinet, construit en 1868, qui a été détruit par l’incendie de 1945[13]. Le retable a été réalisé par Christoff Baron en 2008[14].

Les vitraux de l'église[modifier | modifier le code]

Ils ont été réalisés par l'atelier parisien "Artisans du sanctuaire", à partir des dessins de P. Potet[15]

Les fonts baptismaux (XVIIIe siècle)[modifier | modifier le code]

Les fonts baptismaux proviennent fort probablement de la chapelle élevée en 1728, remplacée en 1862 par une nouvelle église paroissiale (détruite en 1944)[16] . Le diamètre extérieur de la cuve est de 65 cm. Sont présents, des sculptures en feuilles d'acanthes.

Chapelle protestante[modifier | modifier le code]

La paroisse protestante d''Illhaeusern fait partie de la paroisse d'Ostheim. Édifiée en 1868 grâce à la générosité des paroissiens, la chapelle protestante est endommagée durant la Seconde Guerre Mondiale. Elle est donc reconstruite en 1952 grâce aux indemnités de guerre, sous la direction de l'architecte Herrenschmidt, de Strasbourg. [17]

Les sites de mémorial[modifier | modifier le code]

  • Monuments commémoratifs[18].
  • Vestige de la Seconde Guerre mondiale. Un char M10, vestige de la Seconde Guerre mondiale, est visible au bord de la route départementale D 106[19].

Moulin[modifier | modifier le code]

Le moulin appelé « Riedmuhl » est situé au sud-est à l'extérieur du village, au bord de la rivière phréatique « Riedbrunnen »[20].

Depuis 1469, un moulin est cité à cet endroit, comme propriété des seigneurs de Ribeaupierre. C'est jusqu'en 1695 que des meuniers travaillant pour les seigneurs s'y succèdent. En manque d'argent les seigneurs vendirent le moulin à MM. Lipmann et Weyl, juifs originaires de Westhoffen. De nombreux meuniers ont exploité sur ce site différents types de moulin dont l'avantage de l'époque était d'être au bord d'une rivière phréatique, eau limpide, débit constant, pas de gel...

Au fil du temps les meules ont servi à écraser du plâtre, du grains, du chanvre, la force motrice faisait tourner une scierie, une blanchisserie qui d'ailleurs à donner le nom particulier au pré en face du moulin "Bleich" ce qui signifie blanchir le linge qui était étendu dans le pré et qui séchait au soleil. À la fin du XIXe siècle, il y avait également sur ce site un élevage expérimental de saumon, élevage qui était suivi par l'administration de l'époque.

En 1898, le moulin fut acquis par la famille du propriétaire actuel (M. Herzog). Il ne reste aujourd'hui de l'époque qu'un bâtiment de 1796 sur lequel le moulin fut reconstruit. Il est toujours en activité et écrase surtout du blé bio, mais les meules ont été remplacées par des cylindres en métal.

On peut visiter le moulin lors des portes ouvertes à la mi-juin et également certains samedis. La vente de farine se fait au détail pour les particuliers.

Auberge de l'Ill[modifier | modifier le code]

Restaurant à trois étoiles, elle est dirigée par le chef Marc Haeberlin. En 1882, la famille Haeberlin tient une guinguette à l'enseigne de L'Arbre Vert. Différents plats sont proposés, de la friture, du gibier de saison, des poissons marinés, des tartes aux fruits... Ce restaurant sera détruit par la Seconde Guerre mondiale, et sera reconstruit en 1950. La renommée du restaurant grandit alors. La première étoile est décernée en 1952, la deuxième en 1957 et la troisième en 1967.

Galerie[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

La famille de restaurateurs Haeberlin 3 étoiles au Guide Michelin depuis 1967, une des meilleures tables gastronomique d'Alsace et de France.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Localisation et prononciation des noms de lieux d'Alsace commençant par I, J ou K », sur elsasser.free.fr (consulté le 24 février 2015)
  2. Arrêté du 28 décembre 2012 établissant la liste des cours d'eau mentionnée au 1° du I de l'article L. 214-17 du code de l'environnement sur le bassin Rhin-Meuse : 68-FRCR20-ILL 5 A2220692 Ruisseau Le Bennwasser . Le Bennwasser depuis la diffluence avec l'Ill jusqu'à la limite entre les départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin
  3. Les cours d’eau domaniaux : Le Bennwasser amenant une grande partie des eaux vers la forêt de l’Ill, propriété de la Ville de Sélestat, où elles sont “stockées” d’une façon naturelle
  4. Communes décorées de la Croix de guerre 1939 - 1945
  5. Archives Départementales du Haut-Rhin
  6. Les comptes de la commune
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  11. « Eglise paroissiale Saint-Pierre-et-Saint-Paul », notice no IA68006089, base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. Inventaire de l'orgue
  13. L’église Saints Pierre-et-Paul
  14. Le retable commandé par la paroisse Saints Pierre et Paul à l'occasion du cinquantième anniversaire de la reconstruction de l'église
  15. Les vitraux sur 25 baies
  16. Notice no IM68009273, base Palissy, ministère français de la Culture Fonts baptismaux
  17. Le Patrimoine des Communes du Haut-Rhin, 1045 p., p. 969
  18. Monument aux Morts, Monument commémoratif du 8e R.C.A., Plaques commémoratives
  19. Photo en ligne
  20. Moulin Herzog : Principales dates de l'histoire du moulin du Ried