Le projet « Savoie » est lié à ce portail

Portail:Histoire de Savoie

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Portail de l'
histoire de la Savoie
Blason de la Savoie

Ce portail est dédié à l'histoire de la région historique de la Savoie.

1 256 articles sont actuellement liés au portail:Histoire de Savoie.

linkProjet:Savoie Participer


Si vous souhaitez participer à la rédaction et à l'amélioration des articles sur l'Histoire de la Savoie, vous êtes invité(e) à visiter le projet : Projet:Savoie. Fairytale filenew2.png Pour laisser un message, cliquez ici.

Armes et devise des Savoie
modifier

Présentation[modifier]

(Source: le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - Sabaudia.org.

Le territoire de la Savoie est un espace compact d’environ 10 000 km2 compris entre le Rhône et les Alpes, le sud du Léman et le nord du Dauphiné, correspondant aux départements français de la Savoie et de la Haute-Savoie. Les limites historiques de la Savoie ont cependant varié.

Pour les périodes antique et du haut Moyen Âge, la Savoie s'apparente à la Sapaudia gallo-romaine et à la Saboia franque. À partir de la fin du Xe siècle, cette dernière est divisée en plusieurs entités dépendantes du royaume de Bourgogne, dont un comté de Savoie réduit. Différentes puissances régionales émergent et rivalisent entres-elles pour le contrôle de ces territoires. Parmi elles, deux dynasties émergent, les Humbertiens, à l’origine de la Maison de Savoie, les Géroldiens à l’origine de la Maison de Genève. Il faut par ailleurs prendre en compte les représentants du pouvoir spirituel qui jouent un rôle important voire deviennent un enjeu pour ces dynasties, notamment les évêques de Belley, les évêques puis archevêques de Tarentaise, les évêques de Genève ou encore de Saint-Jean-de-Maurienne.

Les Humbertiens apparaissent avec le comte Humbert, proche de l’entourage dernier roi de Bourgogne, et obtiennent rapidement le contrôle sur les comtés de Savoie, de Belley, de Nyon, d’Aoste, de Viennois, de Sermorens ou Selmourenc, tout en possédant des droits en Valais, en Chablais et en Tarentaise. Ses successeurs, implantés dans le comté de Maurienne, confirment ces possessions tout en poursuivant leur extension. Au début du XIIe siècle, ils portent de manière systématique le titre principal de comte de Savoie. Au cours des deux siècles suivants, ils réussissent à s’imposer, en obtenant notamment le comté de Genève et le Faucigny et en prenant pied en Pays de Vaud. Au XIIIe siècle, le comté de Savoie coïncide quelque peu avec les anciens pagi et diocèses du Haut Moyen Âge.

En 1416, ce comté est érigé en duché et les Savoie contrôlent un espace que l'on appelle couramment les États de Savoie s’étendant désormais du pays de Vaud au comté de Nice, des portes de Lyon à Turin et le Piémont. La main mise sur les cols et les versants alpins amène à surnommer ces princes « Portiers des Alpes ». En 1563, les ducs quittent leur capitale de Chambéry pour Turin, faisant de la Savoie une composante de leurs possessions et non plus un centre, que l’obtention d’une couronne royale, celle de la Sicile, échangée contre la Sardaigne, en 1713, fini par marginaliser.

Le duché de Savoie est réuni ou annexé à la France par le traité de Turin de 1860, en échange d’une aide apportée au roi de Sardaigne dans le projet de réunification de l’Italie. Les deux départements actuels — Savoie et Haute-Savoie —, issus de cette négociation, ont conservé leur nom historique.

modifier

Articles labellisés[modifier]

Article de qualité Articles de qualité

Bon article Bons articles

Article potentiellement bon ou de qualité Votes en cours

Fairytale questionmark 2.png Intentions de vote

  • ...

Proposer un article : bon article / article de qualité

Sélection d'articles[modifier]

Dolmen de Saint-Cergues 101.jpg Les premiers habitants

Gravures rupestres d'Aussois.

Pour la période préhistorique, des sites lacustres des lacs d'Annecy (Crêt-de-Chatillon, Mongets, Petit Port), d'Aiguebelette (Gojat) du Bourget (Grésine, Châtillon, Conjux-le-Port, Saut), les pierres à cupule du site de Billième, de Lanslevillard (Pierre de Chantelouve), de Veigy, de Sciez, mais aussi des dolmens ou mégaltihes (Pierre-aux-Fées (Reignier), Pierre des Sacrifices, Bloc erratique sculpté d'Allinges, Cave aux Fées (Saint-Cergues)) ou des traces d'art rupestre d'Aussois ou du « rocher du Château » de Bessans.

Denier au cheval galopant et au “caducée” frappé par les Allobroges (Région du Dauphiné).jpg La Sapaudia celte et romaine

La Savoie dans l'Antiquité et la Sapaudia

Cinq peuplades celtiques prennent pied sur les versants des Alpes savoyardes aux cours des âges du bronze et du fer :

  • Allobroges (le Viennois, Graisivaudan, Savoie Propre, le Genevois, Chablais moderne et le bas-Faucigny)
  • Médulles (basse-Maurienne)
  • Adanates (haut de la vallée de l'Arc)
  • Graiocèles (haut de la vallée de l'Arc)
  • Ceutrons (Tarentaise, Beaufortain, haut-Faucigny)
  • Ligures (haute vallée de Tarentaise et Beaufortain)
Fac similé de la borne romaine de la Forclaz.

Le premier contact avec les puissances méditerranéennes reste le passage des Alpes par Hannibal en -218 • L’arc de Suse (-9) célèbre la victoire des légions romaines sur les peuples des Alpes • Le trophée de la Turbie (-6) mentionnant la soumission de 44 tribus alpestres.


Meuble héraldique Couronne Comte.svg La Savoie médiévale

Pagi à l'époque carolingienne.

La Savoie au Moyen Âge :

Des lieux avec les châteaux de la Savoie et de la Haute-Savoie ou encore les principales abbayes de Saint-Maurice d'Agaune • d’Abondance • d’Hautecombe • de Chartreuse de Pierre-Châtel • de Sainte-Catherine du Mont


Prince crown.svg Du duché de Savoie (1416-1792)

Ducat d'or (1430, Musée monétaire, Lausanne), frappé pour célébrer l'érection du comté en Duché.

La Savoie de 1416 à 1792 et le duché de Savoie

Armoiries Sardaigne 1831.svg La question de l'avenir de la Savoie (1815-1860)

La réunion de la Savoie vue par un caricaturiste français.

La Savoie de 1815 à 1860

Navigation[modifier]