Comté de Genève

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Genève (homonymie) et Genevois (province).
Comté de Genève

IXe siècle-1401
1416

Blason
Informations générales
Statut Comté
Capitale Genève, puis Annecy/La Roche

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Le comté de Genève, parfois improprement appelé comté de Genevois[Note 1], désigne une principauté du Saint-Empire. Son territoire s'étendait aux terres autour de la cité de Genève, correspondant approximativement au canton suisse homonyme et à la province historique du Genevois en Haute-Savoie (France). Le comté disparaît suite à son achat, en 1401, par le comte voisin, Amédée VIII de Savoie. Il devient en 1416 un duché de Genevois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte du royaume de Haute-Bourgogne (en vert) et le pagus major Genevensis, vers l'an 1000.

Vers le VIe siècle, Genève devient le centre d'un pagus, le pagus major Genevensis ou Comitatus Genevensis, comprenant une partie du diocèse de Genève[2]. L'historien Paul Guichonnet rappelle dans son article consacré à la maison de Genève que la traduction de comes gebennensis est « comte de Genève ». Il rappelle que la forme « comte de Genevois » bien que répandue est fausse[1],[3].

À l’époque rodolphienne, le pagus Genevensis est constitué par le pagus Albanensis ou Albanais ; le pagus Caput lacensis qui correspond au Vieux Chablais ; pagus Verrumensis ou Verromeis (Valromey) ; le pagus Equestricus ou comté équestre et le pagus Dumbensis ou Bresse.

Les droits des comtes de Genève s'étendent sous la rive gauche du Rhône, entre les cités de Genève et de Seyssel[4]. L'ensemble correspond aux environs de Genève, les territoires de la Sémine, l'Albanais, le val du lac d'Annecy ainsi que les vallées de Thônes et la région de la Roche-sur-Foron[4]. La charte de fondation du prieuré de Chamonix de 1090 atteste également des droits sur le Faucigny et le traité de Seyssel de 1124 éventuellement des droits sur le pays de Gex, se trouvant sur la rive droite du fleuve[4].

Le comté est délimité au nord par le lac Léman ; à l'est, le territoire du Faucigny, avec les Bornes comme frontière, et dont les seigneurs étaient vassaux des comtes[5] ; au Sud, la Savoie — pagus Savogensis (Comté de Savoie ou encore Sabaudia ou Savoie Propre) —, à l'ouest, le pays de Gex, dont les seigneurs dépendent des comtes[5].

Le comté de Genève devient l'apanage de Genevois, à la suite de l'acquisition du comté par la maison de Savoie, celui-ci correspond aux limites du comté en 1401, en retirant cependant les mandements de Rumilly, Hauteville et Sallenôves, mais aussi la cité surtout Genève et ses alentours (notamment les châtellenies de Ternier, de Viry et de Gaillard)[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Histoire de Genève et Histoire de la Savoie.

L'apparition du comes gebennensis est douteuse mais attesté à partir du XIe siècle. Ces comtes de Genève contrôlent un territoire important des Préalpes. Mais il faut relativiser cette domination. Le pouvoir temporel sur la cité genevoise leur échappe à la faveur des évêques de Genève[Note 2], placé sous la suzeraineté de l'empereur du Saint-Empire romain germanique. Il est d'ailleurs le supérieur féodal du comte de Genève. Les seigneurs de Genève, qui ne possèdent que deux districts en périphérie de Genève avec les bailliages de Gaillard et de Ternier, ne détiennent que les pouvoirs d'avoué — « défenseur civil et armé de l'Église » — et celui d'exécutant des sentences criminelles (haute-justice)[3]. Toutefois, ceux-ci possédaient une propriété dans la ville avec le château de Genève dit du Bourg-de-Four (aujourd'hui disparu)[8].

De nombreuses tensions apparaissent donc entre les deux autorités avec des règlements entre 1124 et 1219, où les comtes tentent de regagner le pouvoir temporel sur la cité, mais sans succès[9]. Le 10 octobre 1219, à Desingy, Aymon de Grandson obtient l'hommage de Guillaume II de Genève pour le comté, alors que Humbert de Genève, son frère aîné, est encore comte[9]. Il confisque ainsi le pouvoir et le transmet à ses fils, tandis que les fils de son frère, Pierre et Ebal, émigrent en Angleterre et meurent sans descendance. Il semble qu'à cette période, le comte établit définitivement sa capitale dans la cité d'Annecy[10].

Le comté de Genève, passe à la mort du comte Robert (1394) à la branche parente de Thoire et Villars[1]. Humbert de Villars hérite du titre en 1394, puis Odon de Villars en 1400[1],[11]. Odon de Villars vend pour 45 000 francs d'or le comté au comte Amédée VIII de Savoie, le , et entre définitivement dans leurs apanages[1],[11],[12]. Le comte de Savoie ne récupère l'ensemble des châtellenies qu'en 1411 en raison de contestations de cette vente[11].

Noblesse : les comtes de Genève et leurs vassaux[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des comtes de Genève.

À partir du milieu du XIe siècle, dix-sept comtes se succèdent, bien qu'auparavant certains comtes sont mentionnés sans toutefois pouvoir prouver la filiation avec ceux qui forment la dynastie des Géroldiens, plus couramment appelée maison de Genève[1],[13]. Le dernier Robert, fait pape en 1378, hérite en 1392 du titre avant de mourir deux ans plus tard[14],[15]. Son neveu, le seigneur Humbert de Villars reprend le titre jusqu'à sa mort. Sans descendance, c'est son oncle, Odon de Villars, qui hérite du titre et le revendra à Amédée VIII, duc de Savoie, pour 45 000 francs d'or[1].

Parmi les grands feudataires (vassaux) des comtes de Genève, on trouve les seigneurs de Viry, de Gex, de La Roche, de Mornex, de Ternier, de Gaillard ou encore d'Etrembières[16].

Un vieux dictons souligne : « Terny (Ternier), Viry, Compey sont les meillous maisons du Genevey, Salenove (Sallanuvaz) e Menton ne les craignons/cedons pas d'un bouton »[17],[18],[19],[20].

Organisation[modifier | modifier le code]

L'organisation du comté en châtellenies, appelées également mandement (mandamentum), remonte au XIIIe siècle[21]. On estime à environ leur nombre à une trentaine, au sein du comté, sachant que les comtes disposaient également de châtellenies en Bugey, en Grésivaudan ou encore en Dauphiné[22],[1]. Le comte est ainsi représenté par un châtelain pour la gestion de ses fiefs[21].

Dans cette organisation, il est distingué les mandements comtaux, appartenant directement au comte de Genève[22], les mandements seigneuriaux appartenant à de grands seigneurs[23], enfin, certains mandements sont considérés comme mixtes, car en partie gérés par le comte et un seigneur (exemple de la châtellenie de Duingt)[24].

La liste des châtellenies varient selon les périodes. Léon Ménabréa, dans son ouvrage Des origines féodales dans les Alpes occidentales (1865)[25], donne la nomenclature des mandements ou châtellenies, au XIIe siècle (alors qu'elles ont été mises en place au siècle suivant), suivante :

Châtellenies comtales[modifier | modifier le code]

Liste des mandements comtaux au XIVe siècle, selon Pierre Duparc[22] :

Châtellenies seigneuriales[modifier | modifier le code]

Liste des mandements seigneuriaux, notamment au XIVe siècle, selon Duparc[23] :

Possessions[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive des possessions tenues en nom propre ou à titre de fief des comtes de Genève :

Pour aller plus loin[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'historien Paul Guichonnet rappelle dans son article consacré au « Genève (de) » que la traduction de comes gebennensis est « comte de Genève ». Certains auteurs ont commis l'erreur de parfois le traduire sous la forme « comte de Genevois »[1], notamment le Régeste genevois (1866).
  2. Les évêques de Genève possédaient ainsi les régales, c'est-à-dire des pouvoirs de ban, de la justice, de la seigneurie sur tous les habitants, des droits de gîtes, de plait général, de forage du vin, de rivage, de corvées, de mutation d'immeubles après décès, de marché, de péage, de monnaie, de confiscation de biens criminels. (Plait de Seyssel, de 1124)[7].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h Paul Guichonnet, « Genève (de) » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne.
  2. Pour cette citation et le découpage suivant, organisation décrite par l'ouvrage Jules-Joseph Vernier, Étude historique et géographique sur la Savoie, Le Livre d'Histoire - Res Universis (réimpr. 1993) (1re éd. 1896), 137 p. (ISBN 2-7428-0039-5, ISSN 0993-7129).
  3. a et b Article d'Édouard Mallet, "Du pouvoir que la Maison de Savoie a exercé dans Genève" (p. 177-290), paru dans Mémoires et Documents de la Société d'Histoire et d'Archéologie de Genève, Tome VII, 1849 (Lire en ligne).
  4. a, b et c Histoire de Savoie 1984, p. 33.
  5. a et b « La vassalité des seigneurs de Faucigny envers le comte genevois se déduit du Plait de Seyssel de 1124, auquel le comte arriva cum comitatu vironim, entre autres Rodulfi de Fulciniaco », note de bas de page de l'article "Du pouvoir que la Maison de Savoie a exercé dans Genève" par E Mallet (p. 181), paru dans Mémoires et Documents de la Société d'Histoire et d'Archéologie de Genève, Tome VII, 1849, p. 187 (Consulter le livre).
  6. Laurent Perrillat, « Les apanages de Genevois au XVe siècle. quelques résultats de recherches sur les institutions et les hommes », Etudes savoisiennes, no halshs-01023760,‎ (lire en ligne)
  7. Acte de l'année 1124 publié dans le Régeste genevois (1866), que l'on peut consulter en ligne dans le Répertoire chronologique des sources sur le site digi-archives.org de la Fondation des Archives historiques de l'Abbaye de Saint-Maurice (REG 0/0/1/267)
  8. Louis Blondel, Châteaux de l'ancien diocèse de Genève, vol. 7, Société d'histoire et d'archéologie de Genève (réimpr. 1978) (1re éd. 1956), 486 p., p. 47.
  9. a et b Histoire de Genève 2014, p. 14-16 (Lire en ligne ).
  10. Christian Regat et François Aubert, Châteaux de Haute-Savoie : Chablais, Faucigny, Genevois, Cabèdita, , 193 p. (ISBN 978-2-8829-5117-5), p. 20.
  11. a, b et c Henri Baud, Jean-Yves Mariotte, Jean-Bernard Challamel, Alain Guerrier, Histoire des communes savoyardes. Le Genevois et Lac d'Annecy (Tome III), Roanne, Éditions Horvath, , 422 p. (ISBN 2-7171-0200-0), p. 12-13.
  12. Bernard Demotz, Le comté de Savoie du XIe au XVe siècle : Pouvoir, château et État au Moyen Âge, Genève, Slatkine, , 496 p. (ISBN 2-05101-676-3), p. 58.
  13. Leguay 2005, p. 17.
  14. Histoire des communes savoyardes 1981, p. 11, « Généalogie simplifiée des comtes de Genève ».
  15. Histoire de Savoie 1984, p. 38.
  16. Guy Gavard (préf. Paul Guichonnet), Histoire d'Annemasse et des communes voisines : les relations avec Genève de l'époque romaine à l'an 2000, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Savoisiennes », (ISBN 978-2-8420-6342-9, présentation en ligne), p. 51.
  17. Jean-Louis Grillet, Dictionnaire historique, littéraire et statistique des départements du Mont-Blanc et du Léman, contenant l'histoire ancienne et moderne de la Savoie, et spécialement celle des personnes qui y étant nées ou domiciliées, se sont distinguées par des actions dignes de mémoire, ou par leurs succès dans les lettres, les sciences et les arts, Puthod, , chap. 3 tomes in-8°, p. 28.
  18. Léon Menabrea, Des origines féodales dans les Alpes occidentales, Imprimerie royale, , 596 p., p. 279.
  19. Histoire des communes savoyardes 1981, p. 467, « Les Seigneurs de Ternier ».
  20. Abel Jacquet, Sur le versant du Salève : la chartreuse de Pomier. D'après le manuscrit d'André Folliet, Annecy, Académie salésienne, , 210 p. (lire en ligne), p. 7
  21. a et b Pierre Duparc 1955, p.413-414 (lire en ligne).
  22. a, b et c Pierre Duparc 1955, p.415-416 (lire en ligne).
  23. a et b Pierre Duparc 1955, p.420-423 (lire en ligne).
  24. Pierre Duparc 1955, p.423-430 (lire en ligne).
  25. Léon Menabrea, Des origines féodales dans les Alpes occidentales, Imprimerie royale, , 596 p. (lire en ligne), p. 276.