Volterra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Volterra
Volterra
Vue du centre historique
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la région de Toscane Toscane 
Province Pise 
Code postal 56048
Code ISTAT 050039
Code cadastral M126
Préfixe tel. 0588
Démographie
Gentilé Volterrani
Population 11 077 hab. (31-12-2010[1])
Densité 44 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 24′ 00″ nord, 10° 51′ 58″ est
Altitude Min. 531 m
Max. 531 m
Superficie 25 200 ha = 252 km2
Divers
Saint patron San Giusto
Fête patronale 5 juin
Localisation
Localisation de Volterra
Géolocalisation sur la carte : Toscane
Voir sur la carte administrative de Toscane
City locator 14.svg
Volterra
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Volterra
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Volterra
Liens
Site web http://www.comune.volterra.pi.it/

Volterra est une commune italienne d'environ 11 200 habitants située dans la province de Pise en Toscane, dans l'Italie centrale.

Géographie[modifier | modifier le code]

Site[modifier | modifier le code]

Située dans la province de Pise, la commune de Volterra se trouve sur le plateau du même nom, à 550 m d'altitude. Elle est entourée, au nord, par l'Era et par la vallée de Cecina, au sud-ouest.

Hameaux[modifier | modifier le code]

  • Hameaux (frazioni) : Saline, Villamagna, Mazzolla, Montemiccioli;
  • agglomerati : Pignano, Prato d'Era, San Cipriano, Sensano, Ulignano, Ponsano, Vicarello, Roncolla, Il Cipresso, Montebradoni

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Casole d'Elsa, Castelnuovo di Val di Cecina, Colle di Val d'Elsa, Gambassi Terme, Lajatico, Montaione, Montecatini Val Di Cecina, Peccioli, Pomarance, San Gimignano

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Volterra est l'ancienne lucumonie Velathri étrusque. Elle était membre de la Dodécapole.

Elle est devenue Volterrae après la guerre sociale.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

À partir du milieu du XIIe siècle Volterra s'émancipa de l'autorité des évêques pour former une commune indépendante. En 1253, le régime du Popolo remplaça l'ancienne république aristocratique. La bourgeoisie urbaine s'empara alors du pouvoir. En 1274, la cité intégra la Ligue guelfe de Toscane. Elle devint ainsi l'alliée notamment de Florence et l'adversaire de la république de Pise, sa voisine, qui était gibeline. Après une période pendant laquelle s'exerça la seigneurie de la famille Belforti (1340-1361), Volterra tomba sous la tutelle de Florence. Elle garda cependant une certaine autonomie politique. En 1429, une révolte menée par le citoyen Giusto Landini tenta de défaire la ville de cette tutelle, en vain. En 1472, les troupes florentines assiégèrent la cité et la mirent à sac. Volterra fut définitivement annexée à l'État médicéen.

La cité médiévale est encore visible dans sa structure architecturale, perchée sur une colline, entourée de remparts et dominée par une forteresse (devenue une prison puis un pénitencier).

Culture[modifier | modifier le code]

Musées[modifier | modifier le code]

Fêtes, foires[modifier | modifier le code]

Chaque année, au mois d'août, une fête médiévale est organisée par la ville. Les habitants revêtent des déguisements médiévaux, des jeux d'époques comme des combats en armes ont lieu sur la place. Des musiciens entonnent également des airs d'autrefois.

L'ensemble de la ville est orné de pavillons à cette occasion.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1946 Amedeo Meini Socialiste, désigné par le CLN  
1946 1951 Mario Giustarini PCI, PSI, PdA  
1951 1956 Mario Giustarini PCI  
1956 1960 Mario Giustarini PCI  
1960 1964 Mario Giustarini PCI  
1964 1970 Mario Giustarini PCI  
1970 1975 Mario Giustarini PCI  
1975 1980 Mario Giustarini PCI  
1980 1985 Giovanni Brunale PCI  
1985 1990 Giovanni Brunale PCI  
1990 1995 Giovanni Brunale PCI  
1995 1999 Ivo Gabellieri Liste civique de centre-gauche  
1999 2004 Ivo Gabellieri Liste civique de centre-gauche  
2004 2009 Cesare Bartaloni Liste civique de centre-gauche  
2009 2014 Marco Buselli    
2014 2019 Marco Buselli    
2019 En cours Giacomo Santi    
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Habitants recensés


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Architecture religieuse[modifier | modifier le code]

Architecture militaire[modifier | modifier le code]

Architecture civile[modifier | modifier le code]

  • La Piazza dei Priori.
  • Le Palazzo Pretorio et sa torre del Porcinello, ou torre dei Podestà.
  • Le Palazzo Viti et ses collections.
  • Le quartier médiéval du Quadrivio del Buomparenti.
  • Le parc archéologique avec les vestiges de l'acropole étrusco-romaine et le théâtre romain.
  • La Via Matteotti, rue médiévale.
  • Les maisons-tours :
    • Casa-Torre Allegretti
    • Casa-Torre Buonaguidi
    • Casa-Torre Buonparenti
    • Casa-Torre Minucci
    • Casa-Torre dello Sbarba
    • Casa-Torre Toscano

Personnalités nées à Volterra[modifier | modifier le code]

  • Persius Flaccus (34-62 ap. J.-C.), poète satirique
  • Saint Lin, pape successeur de saint Pierre, de 67 à 76 ap. J.-C.
  • Daniele da VolterraDaniele Ricciarelli (Volterra, 1509 - Rome, ), sculpteur et peintre maniériste
  • Curzio Inghirami (1614-1655), historien qui publia une étude sur des découvertes archéologiques, présentées comme étant d'origine étrusque, en réalité des faux forgés par lui-même.
  • Aniello Arena, acteur principal du film Reality (2012) de Matteo Garrone, est incarcéré à perpétuité au pénitencier de Volterra[2].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. Alexandre Boussageon, « Aniello Arena : « J'ai volé trop de poules » » [html], sur tempsreel.nouvelobs.com, Le Nouvel Observateur, publié le 3 novembre 2012, mis à jour le 5 novembre 2013 (consulté le 22 juillet 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]