Émirat de Sicile

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sicile (homonymie).
Émirat de Sicile

إِمَارَةُ صِقِلِّيَة ar

831 – 1091

Description de cette image, également commentée ci-après
Carte de la péninsule italienne en 1000. L’émirat de Sicile est coloré en marron foncé.
Informations générales
Statut Monarchie
Revendiqué par Province de l'émirat Aghlabide d'Ifriqiya (831-909), puis du Califat fatimide (909-948)
Émirat autonome sous la dynastie des Kalbides après 948
Divers émirats en guerre après 1044
Capitale Palerme
Langue Arabe sicilien
Grec byzantin
Latin vulgaire
Berbère
Religion Islam (état), Chalcédonisme
Histoire et événements
831 Établissement
1044 Fin du règne des Kalbides - Début de la période des caïdats.
1091 Prise de Noto par Roger de Hauteville. Fin de l'Émirat de Sicile.
Émir
(1er) 948-953 Al-Hassan ibn Ali al-Kalbi
(Der) 1040-1044 Hassan al-Samsam

Entités précédentes :

Entités suivantes :

L'émirat de Sicile (en arabe : إِمَارَةُ صِقِلِّيَة‎) est un émirat fondé sur l'île de Sicile, qui existe de 831 à 1091[1]. Sa capitale est Palerme.

Les musulmans envahissent la Sicile pour la première fois en 652, et prennent le contrôle de toute l'île, dépendant alors de l'Empire byzantin, lors d'une série prolongée de conflits de 827 à 902. Une culture arabo-byzantine se développe sur l'île, produisant un État multi-confessionnel et multilingue. L'émirat est conquis par des mercenaires chrétiens normands sous Roger Ier de Sicile, qui fonde le comté de Sicile en 1071. La dernière ville musulmane dans l'île, Noto, est conquise en 1091.

Les musulmans siciliens sont restés citoyens du comté multi-ethnique et du royaume de Sicile, jusqu'à ce que ceux qui ne sont pas déjà convertis soient expulsés dans les années 1240. Jusqu'à la fin du xiie siècle, et probablement aussi tard que les années 1220, les musulmans forment une partie substantielle de la population de l'île[2],[3],[4],[5],[6]. Leur influence reste dans certains éléments de la langue sicilienne, ainsi que les noms et les lieux.

Histoire[modifier | modifier le code]

Premières tentatives de conquête musulmane[modifier | modifier le code]

En 535, le général byzantin Bélisaire, après avoir détruit le royaume vandale, débarque en Sicile, prend Palerme, puis conquit le reste de l'île, alors dépendance du royaume ostrogoth. Comme le pouvoir de ce qu'on appelle aujourd'hui l'Empire Byzantin a décliné à l'Ouest, la Sicile est envahie par le califat Rachidun pendant le règne du calife Othman en 652. Cependant, cette première invasion est de courte durée et les musulmans partent peu de temps après. En 698, pendant la conquête musulmane du Maghreb, les Omeyyades prennent la ville portuaire voisine de Carthage, leur permettant de construire des chantiers navals et une base permanente pour lancer des attaques plus soutenues[7].

Vers 700, l’île de Pantelleria est prise par des musulmans et ce n’est que la discorde entre musulmans qui empêche une tentative d’invasion de la Sicile. Au lieu de cela, des accords commerciaux sont conclus avec les Byzantins et les marchands musulmans sont autorisés à échanger des marchandises dans les ports siciliens.

La première véritable expédition de conquête est lancée en 740 ; cette année-là, le prince musulman Habib ibn Abi Obeïda al-Fihri, qui participe à une attaque en 728, réussi à prendre Syracuse. Prêts à conquérir toute l'île, les musulmans sont cependant contraints de retourner en Tunisie à cause de la rapide progression de la grande révolte berbère en 739/740. Une seconde attaque en 752 ne vise qu'à mettre à sac la même ville.

Révolte d'Euphémius et conquête musulmane progressive de l'île[modifier | modifier le code]

En 826, Euphémius, le commandant de la flotte byzantine de Sicile, oblige une nonne à l'épouser. L'empereur Michel II ayant eu vent du problème, ordonne au général Constantin de mettre fin au mariage et de couper le nez d'Euphémius. Euphémius se soulève, tue Constantin et occupe Syracuse. À son tour, il est vaincu et chassé au Maghreb[1]. Il offre le gouvernement de la Sicile à Ziyadat Allah, l'émir aghlabide en Ifriqiya (actuelle Tunisie) en échange d'une place en tant que général et de sûreté ; en conséquence, une armée musulmane est envoyée[1].

Ce dernier accepte de conquérir la Sicile, en promettant de la donner à Euphémius en échange d'un tribut annuel, et confie sa conquête au qadi Assad ibn al-Furat, alors âgé de 70 ans. L'armée musulmane compte 10 000 fantassins, 700 cavaliers et 100 navires, renforcés par les navires d'Euphémius et, après le débarquement à Mazara del Vallo. Une première bataille contre les troupes byzantines loyalistes a lieu le 15 juillet 827, près de Mazara, se concluant par une victoire des Aghlabides.

Assad conquis ensuite la rive sud de l'île et a assiège Syracuse. Après une année de siège et une tentative de mutinerie, ses troupes réussissent toutefois à vaincre une grande armée envoyée de Palerme, également soutenue par une flotte vénitienne dirigée par le doge Giustiniano Participazio. Mais quand une épidémie de peste tue de nombreuses troupes musulmanes, ainsi que Assad lui-même, les musulmans se retirent au château de Mineo. Plus tard, ils retournent à l'offensive, mais ne réussissent pas à conquérir Castrogiovanni (l'actuelle Enna, où Euphémius est mort) et se retirent à Mazara.

En 830, ils reçoivent un fort renforcement de 30 000 troupes ifriqiyennes et andalouses. Les andalous battent le commandant byzantin Teodotus en juillet-août de la même année, mais une épidémie de peste les force de nouveau à retourner à Mazara, puis en Ifriqiya. Les unités ifriqiyennes envoyées pour assiéger Palerme réussissent à la prendre après un an de siège en septembre 831[8]. Palerme devient la capitale musulmane de la Sicile, rebaptisée al-Madinah ("la ville")[9].

La conquête est une affaire de grande envergure; avec une résistance considérable et de nombreuses luttes internes, il faut plus d'un siècle aux musulmans pour conquérir la Sicile byzantine. Syracuse résiste longtemps mais tombe en 878, Taormina tombe en 902 et le dernier avant-poste byzantin est pris en 965[1].

Période en tant qu'émirat[modifier | modifier le code]

L'art et l'architecture arabo-normande combinent des caractéristiques occidentales (telles que les piliers et les frises classiques) avec des décorations et des calligraphies typiquement arabes.

La Sicile est successivement dirigée par la dynastie sunnite Aghlabide en Tunisie et les Fatimides chiites en Égypte. Cependant, tout au long de cette période, les musulmans sunnites constituent la majorité de la communauté musulmane en Sicile[10], la plupart (sinon tous) des habitants de Palerme sont sunnites[11], ce qui les rend hostiles aux Kalbides chiites[12]. La population sunnite de l'île est reconstituée à la suite de rébellions kharidjites en Afrique du Nord de 943 à 947 contre les politiques religieuses sévères des Fatimides, entraînant plusieurs vagues de réfugiés fuyant en Sicile pour échapper aux représailles des Fatimides[13]. Les Byzantins profitent de la discorde temporaire pour occuper l'extrémité orientale de l'île pendant plusieurs années.

Après avoir réprimé une révolte, le calife fatimide Ismail al-Mansur nomme al-Hassan al-Kalbi (948-964) en tant que émir de Sicile. Il réussit à contrôler les Byzantins continuellement révoltés et à fonder la dynastie Kalbide. Les raids dans le sud de l'Italie continuent sous les Kalbides au xie siècle et en 982, une armée germanique sous Otton II du Saint-Empire est défaite près de Crotone en Calabre. Sous l'émir Youssouf al-Kalbi (986-998), une période de déclin continue commence. Sous al-Akhal (1017-1037), le conflit dynastique s'intensifie, les factions de la famille régnante s'allient diversement à l'Empire byzantin et aux Zirides, une dynastie berbère qui règne sur l'Ifriqiya. Après cette période, le chef ziride Al-Muizz ibn Badis tente d'annexer l'île, tout en intervenant dans les affaires des musulmans en conflit. Cependant, la tentative a finalement échoué[14].

Une peinture de musiciens arabo-musulmans à la cour de Roger II de Sicile (xiie siècle).

Sicile sous domination arabe[modifier | modifier le code]

Les nouveaux dirigeants arabes engagent des réformes foncières, ce qui accroit la productivité et encourage la croissance des petites exploitations, ce qui nui à la domination des propriétés foncières. Les Arabes améliorent encore les systèmes d'irrigation à travers les Qanats. Introduisant des oranges, des citrons, des pistaches et de la canne à sucre en Sicile. Une description de Palerme est donnée par Ibn Hawqal, un commerçant de Bagdad qui visite la Sicile en 950. Une banlieue fortifiée appelée Kasr (le palais) est le centre de Palerme jusqu'à aujourd'hui, avec la grande mosquée du vendredi sur l'emplacement de la cathédrale romaine postérieure. La banlieue d'Al-Khalisa (Kalsa) contenait le palais du Sultan, des bains, une mosquée, des bureaux du gouvernement et une prison privée. Ibn Hawqual compte 7 000 bouchers individuels dans 150 magasins. En 1050, Palerme compte 350 000 habitants, ce qui fait d'elle l'une des plus grandes villes d'Europe, mais derrière la capitale d'al-Andalus, Cordoue, et la capitale byzantine, Constantinople, qui compte plus de 450 000 habitants. La population de Palerme tombe à 150 000 sous le règne des Normands, tandis que la population de Cordoue diminue à mesure que les musulmans s'y affaiblissent ; en 1330, la population de Palerme tombe à 51 000 personnes[15].

Le voyageur, géographe et poète arabe Ibn Jubair visite la région à la fin du xiie siècle et décrit Al-Kasr et Al-Khalisa (Kalsa) :

« La capitale est dotée de deux dons, splendeur et richesse. Il contient toute la beauté réelle et imaginée que tout le monde pourrait souhaiter. La splendeur et la grâce ornent les places et la campagne; les rues et les autoroutes sont larges et l’œil est ébloui par la beauté de sa situation. C'est une ville pleine de merveilles, avec des bâtiments similaires à ceux de Cordoue [sic], construits en calcaire. Un jet d'eau permanent provenant de quatre sources traverse la ville. Il y a tellement de mosquées qu'il est impossible de les compter. La plupart d'entre eux servent également d'écoles. L’œil est ébloui par toute cette splendeur. »

Tout au long de ce règne, les Siciliens byzantins continuent de se révolter, en particulier dans l’Est, et une partie des terres a même été réoccupée avant d’être détruite[16].

La population locale conquise par les musulmans est composée de Siciliens catholiques romanisés dans la Sicile occidentale et des chrétiens de langue grecque, principalement dans la moitié orientale de l'île, mais il y a aussi un nombre important de Juifs[17]. Les chrétiens et les juifs sont tolérés sous la domination musulmane en tant que dhimmis, mais sont soumis à certaines restrictions. Les dhimmis sont également tenus de payer la jizya, ou taxe de vote, et le kharaj ou impôt foncier, mais sont exonérés de l'impôt que les musulmans doivent payer (Zakaat). Sous la domination arabe, il y a différentes catégories de payeurs de Jizya, mais leur dénominateur commun est le paiement de la Jizya comme marque de soumission à la domination musulmane en échange d'une protection contre les agressions étrangères et internes. La population conquise peut éviter ce statut de serviteur en se convertissant à l’islam. Que ce soit par conviction religieuse honnête ou par contrainte, un grand nombre de Siciliens autochtones se convertissent à l'islam. Cependant, même après 100 ans de domination islamique, de nombreuses communautés chrétiennes de langue grecque prospèrent, notamment dans le nord-est de la Sicile, en tant que dhimmis. C'est en grande partie le résultat du système Jizya qui permet la coexistence. Cette coexistence avec la population conquise s'effondre après la reconquête de la Sicile, notamment après la mort du roi Guillaume II de Sicile en 1189.

Roger de Sicile recevant les clés de la ville [de Palerme]., par Giuseppe Patania (1830).

Déclin et période "Taïfa"[modifier | modifier le code]

L'émirat de Sicile commence à se fragmenter au fur et à mesure des querelles intra-dynastiques au sein du régime musulman[1]. En 1044, sous l'émir Hassan al-Samsam, qui a établie l'émirat al-Samsam de Sicile, l'île se divise en quatre qadits, ou petits fiefs : les qadit de Trapani, Marsala, Mazara et Sciacca, un certain Abdallah ibn Mankut ; celle de Girgenti, Castrogiovanni et Castronuovo (Ibn al-Hawwas); celle de Palerme et de Catane; et celle de Syracuse (Ibn Thumna). En 1065, tous sont unis par Ayyoub ibn Tamim, le fils de l'émir ziride d'Ifriqiya. En 1068, il quitte la Sicile et ce qui reste sous contrôle musulman tomba sous deux qadits : l'un dirigé par Ibn Abbad (connu sous le nom de Benavert dans les chroniques occidentales) à Syracuse et l'autre sous Hammud à Qas'r Ianni (actuelle Enna).

Au xie siècle, les puissances du sud de l'Italie continentale engagent des mercenaires normands, descendants chrétiens des Vikings ; ce sont les Normands sous Roger Ier qui prennent la Sicile des musulmans[1]. Le normand Robert Guiscard, fils de Tancred, envahi la Sicile en 1060 après avoir pris les Pouilles et la Calabre, Roger Ier ayant une armée de 700 chevaliers. Les Zirides envoient une force de soutien dirigée par Ali et Ayyoub ibn Tamin. Cependant, les Berbères sont défaits en 1063, lors de la bataille de Cerami. L'importante population chrétienne se soulève contre les musulmans au pouvoir[18]. En 1068, Roger de Hauteville et ses hommes battent à nouveau les forces musulmanes commandées par Ayyoub ibn Tamim à Misilmeri. Les Berbères quittent la Sicile en désordre après la défaite et Catane tombe aux mains des Normands en 1071, suivie, après un an de siège, de Palerme en 1072. Trapani capitule la même année.

La perte des principales villes portuaires porte un coup sévère au pouvoir musulman sur l’île. La dernière poche de la résistance active est Syracuse, gouvernée par Ibn Abbad (connu sous le nom de Benavert par les Normands). Il vainc Jordan, fils de Roger de Sicile en 1075, occupe de nouveau Catane en 1081, et attaque la Calabre peu après. Cependant, Roger assiège Syracuse en 1086 et Ibn Abbad tente de briser le siège avec la bataille navale, dans laquelle il meurt accidentellement. Syracuse se rend après cette défaite. Sa femme et son fils fuient vers Noto et Butera. Pendant ce temps, la ville de Qas'r Ianni (Enna) est encore gouvernée par son émir, Ibn Al-Hawas, qui tient le coup pendant des années. Son successeur, Hamud, se rend et se convertit au christianisme seulement en 1087. Après sa conversion, Ibn Hamud devient par la suite membre de la noblesse chrétienne et se retire avec sa famille dans un domaine en Calabre fourni par Roger Ier. En 1091, Butera et Noto dans la pointe sud de la Sicile et sur l'île de Malte, les derniers bastions arabes tombent facilement aux mains des chrétiens. Après la conquête de la Sicile, les Normands destituent l'émir local, Yousouf Ibn Abdallah, mais le font en respectant les coutumes arabes[19].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Peinture arabo-normande du xiie siècle représentant Roger II de Sicile.

Le royaume normand de Sicile sous Roger II est caractérisé comme étant multi-ethnique et tolérant sur le plan religieux[20]. Les Normands, les Juifs, les Arabes musulmans, les Grecs byzantins, les Lombards et les Siciliens indigènes vivent en relative harmonie[21],[22]. L'arabe reste une langue de gouvernement et d'administration pendant au moins un siècle dans la domination normande, et des traces restent dans la langue sicilienne et évidemment plus dans la langue maltaise aujourd'hui[7]. Les musulmans maintiennent également leur domination dans l'industrie, de la vente au détail et de la production, tandis que les artisans musulmans et les connaissances spécialisées du gouvernement et de l'administration sont très recherchés[23].

Cependant, après que les Normands ont conquis l'île, les musulmans sont confrontés au choix du départ volontaire ou de l'assujettissement à la domination chrétienne. De nombreux musulmans choisissent de partir, à condition qu'ils aient les moyens de le faire. « La transformation de la Sicile en une île chrétienne », remarque Abulafia, « était aussi, paradoxalement, l'œuvre de ceux dont la culture était menacée »[24]. Malgré la présence d'une population chrétienne arabophone, ce sont les ecclésiastiques grecs qui attirent les paysans musulmans pour qu'ils reçoivent le baptême et adoptent même des noms chrétiens grecs ; dans plusieurs cas, des serfs chrétiens portant des noms grecs inscrits dans les registres de Monreale ont des parents musulmans vivants[25],[26]. Les souverains normands suivent une politique de latinisation constante en faisant venir des milliers de colons italiens du nord-ouest et du sud de l’Italie et d’autres du sud-est de la France. À ce jour, des communautés du centre de la Sicile parlent le dialecte gallo-italique. Certains musulmans choisissent de simuler la conversion, mais un tel recours ne peut que fournir une protection individuelle et ne peut pas soutenir une communauté[27].

Les pogroms "lombards" contre les musulmans commencent dans les années 1160. Les communautés musulmanes et chrétiennes en Sicile sont devenues de plus en plus séparées géographiquement. Les communautés musulmanes de l'île sont principalement isolées au-delà d'une frontière interne qui sépare la moitié sud-ouest de l'île du nord-est chrétien. Les musulmans siciliens, une population soumise, dépendent de la merci de leurs maîtres chrétiens et, finalement, de la protection royale. Lorsque le roi Guillaume le Bon meurt en 1189, cette protection royale est levée et la porte est ouverte pour des attaques généralisées contre les musulmans de l'île. Cela détruit tout espoir de coexistence, même si les populations respectives sont inégales. La mort d'Henri VI en 1197 et celle de sa femme Constance un an plus tard a plongé la Sicile dans la tourmente politique. Avec la perte de la protection royale et avec Frédéric II encore en bas âge, la Sicile devient un champ de bataille pour les forces rivales allemandes et papales. Les rebelles musulmans de l'île se sont rangés du côté des chefs de guerre germaniques comme Markward d'Anweiler. En réponse, Innocent III déclare une croisade contre Markward, alléguant qu’il a conclu une alliance impie avec les Sarrasins de Sicile. Néanmoins, en 1206, ce même pape tente de convaincre les dirigeants musulmans de rester loyaux[28]. À cette époque, la rébellion musulmane est critique, les musulmans contrôlant Jato, Entella, Platani, Celso, Calatrasi, Corleone (prise en 1208), Guastanella et Cinisi. En d'autres termes, la révolte musulmane s'étend sur tout un tronçon de la Sicile occidentale. Les rebelles sont dirigés par Mohammed Ibn Abbad. Il s'est titré de "prince des croyants", a frappé ses propres pièces et a tenté de trouver un soutien musulman auprès d'autres parties du monde musulman[29],[30].

Cependant, Frédéric II, devenu adulte, réagi en lançant une série de campagnes contre les rebelles musulmans en 1221. Les forces de Hohenstaufen mettent en déroute les défenseurs de Jato, Entella et des autres forteresses. Plutôt que d'exterminer les musulmans, Frédéric II et les chrétiens commencent en 1223 les premières déportations de musulmans à Lucera dans les Pouilles[31]. Un an plus tard, des expéditions sont envoyées contre Malte et Djerba pour établir le contrôle royal et empêcher leurs populations musulmanes d’aider les rebelles[32]. Paradoxalement, les archers sarrasins sont une composante commune de ces armées "chrétiennes" de cette époque[33].

La maison de Hohenstaufen et ses successeurs (maison capétienne d'Anjou et maison aragonaise de Barcelone) ont progressivement « latinisé » la Sicile sur deux siècles et ce processus social a jeté les bases de l'introduction du catholicisme latin (par opposition au byzantin). Le processus de latinisation a largement été encouragé par l'Église romaine et sa liturgie. L'annihilation de l'islam en Sicile s'achève à la fin des années 1240, date à laquelle les dernières déportations vers Lucera ont lieu[34].

Liste des émirs[modifier | modifier le code]

  • al-Hassan ibn Ali al-Kalbi (948-953)
  • Ahmed ibn al-Hassan al-Muizziyya (953-969)
  • Yaish (usurpateur, 969)
  • Ahmed ibn al-Hassan al-Muizziyya (969-970)
  • Abou al-Qasim Ali ibn al-Hassan al-Kalbi (970-982)
  • Jabir ibn Ali (982-983)
  • Jafar ibn Mohammed (983-986)
  • Abdallah ibn Mohammed (986)
  • Youssouf al-Kalbi (986-998)
  • Jafar al-Kalbi II (998-1019)
  • Ahmed II al-Akhal (1017-1037)
  • Abdallah Abou Hafs (1035-1040, usurpateur ; à défait et tué Ahmed II en 1037)
  • Hassan al-Samsam (1040-1044 ; mort 1053)

Période taïfa[modifier | modifier le code]

  • Catania : (1053-?), Ibn al-Maklati, défait par Ibn Thumna
  • Syracuse et plus tard Catania (1053-1062) : Mohammed ibn Ibrahim (Ibn Thumna)
  • Agrigento et Castrogiovanni (1053-1065) : Ali ibn Nima (Ibn al-Hawwas)
  • Trapani et Mazara (1053-1071) : Abdallah ibn Mankut
  • Ayyoub ibn Tamim (Ziride) : (1065-1068) (à unis les taïfas)
  • Palermo (1068-1071) : république
  • Agrigento et Castrogiovanni (1065-1087) : Hammed
  • Syracuse et Catania : (1071-1086) : Ibn Abbad (Benavert)

Référencement[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f "A very brief history of Sicily" Archaeology.Stanford.edu. 7 octobre 2007. Archivé de l'original (PDF) le 9 juin 2007
  2. (en) Metcalfe, A. (Alex), The Muslims of medieval Italy, Edinburgh University Press, (ISBN 9780748629114, 0748629114 et 0748620079, OCLC 650246468, lire en ligne), p. 142
  3. (it) Michele Amari, Storia dei musulmani di Sicilia, vol. III, F. Le Monnier, , p. 302
  4. (en) Roberto Tottoli, Routledge handbook of Islam in the West, Routledge, (ISBN 9781317744023, 1317744020 et 1322157812, OCLC 891447660, lire en ligne), p. 56
  5. (en) Graham A. Loud et Alex Metcalfe, The society of Norman Italy (édition illustrée), Brill, (ISBN 1417536543, 9781417536542 et 9004125418, OCLC 56582745, lire en ligne), p. 289
  6. (en) Jeremy Johns, Arabic Administration in Norman Sicily: The Royal Diwan, Cambridge University Press (ISBN 9781139440196), p. 284
  7. a et b Finley, M. I. (Moses I.), 1912-1986., A history of Sicily., Chatto & Windus, (ISBN 0701113472, 9780701113476 et 0670122726, OCLC 891361, lire en ligne)
  8. Previte-Orton 1971, p. vol. 1, p. 370.
  9. Islam in Sicily archivé le 14 juillet 2011 à la Wayback Machine., par Alwi Alatas
  10. (en) Catlos, Brian A., Infidel kings and unholy warriors : faith, power, and violence in the age of crusade and jihad (ISBN 9780809058372, 0809058375 et 0374712050, OCLC 868509999, lire en ligne), p. 142
  11. (it) Italy. Ufficio centrale per i beni archivistici. et Commissione mista per la storia e la cultura degli ebrei in Italia., Italia judaica : gli ebrei in Sicilia sino all'espulsione del 1492 : atti del V convegno internazionale, Palermo, 15-19 giugno 1992., Ministero per i beni culturali e ambientali, Ufficio centrale per i beni archivistici, (ISBN 8871251024 et 9788871251028, OCLC 34551625, lire en ligne), p. 145
  12. (en) Bloom, Jonathan (Jonathan M.), Arts of the City Victorious : Islamic art and architecture in Fatimid North Africa and Egypt, Yale University Press, (ISBN 9780300135428 et 0300135424, OCLC 165081886, lire en ligne), p. 190
  13. (en) Goodwin, Stefan, 1941-, Africa in Europe, Lexington Books, (ISBN 9780739129944, 0739129945 et 1299787452, OCLC 647159988, lire en ligne), p. 83
  14. (en) McKitterick, Rosamond., The New Cambridge medieval history., Cambridge University Press, 1995-2005 (ISBN 0521362911, 9780521362917 et 052136292X, OCLC 29184676, lire en ligne), p. 696
  15. (en) J. Bradford De Long et Andrei Shleifer, « Princes and Merchants: European City Growth before the Industrial Revolution », The Journal of Law and Economics, vol. 36, no 2,‎ , p. 671-702 (ISSN 0022-2186 et 1537-5285, DOI 10.1086/467294, lire en ligne)
  16. (en) Joseph Privitera, Sicily: An Illustrated History, Hippocrene Books, (ISBN 9780781809092, lire en ligne)
  17. (en) Carvalho, Joaquim, 1958-, Religion, ritual and mythology : aspects of identity formation in Europe, Edizioni Plus, Pisa University Press, (ISBN 8884924049 et 9788884924049, OCLC 83594914, lire en ligne), p. 153
  18. (en) Carlo Trabia, « Saracen Door and Battle of Palermo », Best of Sicily MAGAZINE,‎ (lire en ligne)
  19. (en) « Chronological - Historical Table Of Sicily », In Italy Online,‎ (lire en ligne)
  20. (en) Luigi Mendola et Vincenzo Salerno, « Sicilian Peoples: The Normans », Best of Sicily Magazine,‎ (lire en ligne)
  21. (en) « Roger II », Encyclopædia Britannica,‎ (lire en ligne)
  22. (en) Louis Inturrisi, « Tracing the Norman rulers of Sicily », New York Times,‎ (lire en ligne)
  23. (en) Badawi, El-Said M. et Elgibali, Alaa., Understanding Arabic : essays in contemporary Arabic linguistics in honor of El-Said Badawi, American University in Cairo Press, (ISBN 9774243722 et 9789774243721, OCLC 35163083, lire en ligne), p. 33
  24. (en) Abulafia, The end of Muslim Sicily, p. 109
  25. Carvalho et Dalli 2006, p. 159.
  26. J. Johns, The Greek church and the conversion of Muslims in Norman Sicily?, "Byzantinische Forschungen", 21, 1995 ; pour le christianisme grec en Sicile voir aussi : V. von Falkenhausen, "Il monachesimo greco in Sicilia", dans C.D. Fonseca (éd.), La Sicilia rupestre nel contesto delle civiltà mediterranee, vol. 1, Lecce 1986.
  27. Carvalho et Dalli 2006, p. 160.
  28. Carvalho et Dalli 2006, p. 160-161.
  29. Carvalho et Dalli 2006, p. 161.
  30. (en) Pierre Aubé, Roger Ii De Sicile - Un Normand En Méditerranée, Payot,
  31. (en) A. Lowe, The Barrier and the bridge, p. 92
  32. Carvalho 2006, p. 161.
  33. (en) Giovanni Amatuccio, « Saracen Archers in Southern Italy », De Re Militari,‎ (lire en ligne)
  34. (en) David Abulafia, Frederick II: A Medieval Emperor, London, Allen Lane,

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Joaquim Carvalho et Charles Dalli, Religion, ritual and mythology : aspects of identity formation in Europe, Malte, Edizioni Plus, Pisa University Press, (ISBN 8884924049 et 9788884924049, OCLC 83594914, lire en ligne), « From Islam to Christianity:the Case of Sicily »
  • David Engels, « Entre tolérance, désintérêt et exploitation. Les relations christiano-musulmanes en Sicile du ixe au xiiie siècle et leurs racines dans l’histoire religieuse de l’île », Cahiers de la Méditerranée, no 86,‎ (ISSN 0395-9317, lire en ligne)
  • (en) C. W. Previte-Orton, The Shorter Cambridge Medieval History, Cambridge, Cambridge University Press,

Articles connexes[modifier | modifier le code]