Padoue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Padoue
Padova
Blason de Padoue
Armoiries
Drapeau de Padoue
Drapeau
Padoue
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la région de Vénétie Vénétie 
Province Padoue  
Maire
Mandat
Sergio Giordani
2022-2027
Code postal 35100
Code ISTAT 028060
Code cadastral G224
Préfixe tel. 049
Démographie
Gentilé Padouan
Population 210 593 hab. (30-11-2014[1])
Densité 2 289 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 25′ 00″ nord, 11° 52′ 00″ est
Altitude Min. 12 m
Max. 12 m
Superficie 9 200 ha = 92 km2
Divers
Saint patron Saint Antoine de Padoue
Fête patronale 13 juin
Localisation
Localisation de Padoue
Localisation dans la province de Padoue.
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Padoue
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Padoue
Géolocalisation sur la carte : Vénétie
Voir sur la carte administrative de Vénétie
City locator 14.svg
Padoue
Liens
Site web site officiel

Padoue (en latin : Patavium, en italien : Padova, en vénitien : Padoa) est une ville italienne de la région de la Vénétie, située au nord de la péninsule dans la plaine du Pô, à 40 kilomètres de Venise, sur la rivière Bacchiglione.

Saint Antoine de Padoue (1195-1231), originaire de Lisbonne, doit son nom à cette ville.

Blason et étendard[modifier | modifier le code]

La commune de Padoue a son propre blason et étendard, reconnu par décret daté du 22 août 1941[2].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Le , Padoue se dote d'un blason décrit ainsi : « una croce rossa su campo d’argento a forma di scudo, sormontato da corona », soit une croix rouge sur un champ d'argent. L'écu est défini ovale, mis dans un cartouche avec des grappes, et surmonté d'une couronne. Il est dit toutefois que les représentations modernes utilisent un écu classique, surmontée d'une couronne « de haut rang ». Son blasonnement plus orthodoxe serait : d'argent à la croix de gueules ; l'écu timbré d'une couronne ducale.

Géographie[modifier | modifier le code]

Représentations cartographiques de la commune
Maki2-town-hall-12.svg Mairie
Carte OpenStreetMap
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Carte topographique
1 : carte dynamique ; 2 : carte OpenStreetMap ; 3 : carte topographique

Padoue est la capitale de la province du même nom, à une altitude de 12 mètres. Les grandes villes les plus proches sont : Venise 40 km, Vicence 29 km, Vérone 80 km, Ferrare 70 km et Bologne 100 km.

La ville est pittoresque, avec un réseau dense de rues à arcades s'ouvrant sur de grandes places et de nombreux ponts traversant les diverses branches du Bacchiglione qui entoure les anciens murs comme un fossé.

Environnement[modifier | modifier le code]

Selon les chiffres communiqués en 2016 par l'Agence européenne pour l'environnement, la moyenne annuelle de concentration de particules en suspension atteint 30 µg/m3 à Padoue, alors que la limite européenne autorisée est de 25[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Padoue, Patavium dans l'Antiquité, est une ancienne cité vénéte de la plaine du Po. À l'époque d'Auguste, Padoue devint partie de la 10e région romaine (Regio decima Venetia et Histria).

Les Padouans défendirent la République romaine à la bataille de Cannes et la ville devint l'alliée fidèle de Rome[4]. Padoue devint si importante qu'on prétendait qu'elle pouvait lever deux cent mille hommes. En 89 av. J.-C., Gnaeus Pompeius Strabo octroya à la communauté de Patavium le droit d'élire ses propres magistrats, d'intégrer les légions romaines, d'occuper des fonctions donnant des droits et plus tard d'obtenir la citoyenneté romaine de plein droit[4]. En 49 av. J.-C., Jules César donna à Padoue, en reconnaissance pour sa fidélité à sa cause, la pleine citoyenneté romaine octroyant à ses habitants les mêmes droits qu'aux citoyens de Rome[4]. Padoue est la ville natale de Tite-Live[5], Valerius Flaccus, Asconius Pedianus et Thrasea Paetus.

Antiquité tardive[modifier | modifier le code]

Dans l'Antiquité tardive, Padoue, comme le reste de l'Italie, eut à souffrir des Huns qui attaquèrent la ville en 452. La ville passa ensuite au pouvoir d'Odoacre puis fut conquise par les Ostrogoths sous Totila et Théodoric le Grand, avant de revenir en 540 à l'Empire romain d'Orient lors des campagnes de Bélisaire et Narsès. Padoue fit ensuite partie de la Venise maritime, avant d'échoir aux Lombards à partir de 598.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Durant la période lombarde, Padoue se révolte contre le roi Agilulf en 601 et est réprimée dans le sang. La cité ne s'était pas encore remise lorsque Charlemagne prit la couronne des Lombards. Pendant la domination franque la ville dépendait du duché ou marquisat de Frioul, jusqu'en 828 lorsque la diète d'Aix-la-Chapelle scinda le marquisat en quatre comtés dont l'un prit le nom de la ville.

Padoue devint ensuite une principauté ecclésiastique gouvernée par ses évêques-comtes, de Pietro Ier en 897 à Sinibaldo (1106-1124). Pendant la querelle des Investitures sa politique pencha pour le Saint-Empire romain germanique, ses évêques étant pour la plupart d'origine allemande. Au début du XIe siècle les citoyens Padouans s'opposèrent à leurs évêques-comtes, établirent une constitution et instituèrent un conseil général (assemblée législative) et une credenza (assemblée exécutive). Et pendant le siècle suivant, la ville fut en conflit avec Venise et Vicence pour des droits d'eaux sur les fleuves Bacchiglione et Brenta.

Alors que la ville croissait en puissance et en indépendance, de grandes familles, les Camposampiero, D'Este et Da Romano, commencèrent à émerger et à se partager les quartiers de la ville. Afin de protéger leurs libertés, les citoyens élurent un podestat. Leur premier choix se porta sur un membre de la maison d'Este (vers 1175). Les premiers succès de la Ligue lombarde semblèrent renforcer la ville mais des rivalités internes l'affaiblirent et en 1236 Frédéric II de Hohenstaufen n'eut aucun mal à établir Ezzelino III da Romano comme son vicaire à Padoue. À sa mort en 1259 la ville connut une courte période de prospérité, l'université se développa, la construction de la basilique commença et la ville exerça un contrôle sur sa rivale Vicence. L'université fut fondée le à la suite d'une installation à Padoue d'étudiants et professeurs en provenance de l'université de Bologne.

Jusqu'en 1399 les disciplines enseignées à l'Université de Padoue étaient le droit civil, le droit canonique et la théologie (Universitas Iuristarum). Après 1399 émerge l'Université des artistes (Universitas Artistarum) qui enseigne l'astronomie, la dialectique, la philosophie, la grammaire, la médecine et la rhétorique. André Vésale, Albertino Mussato, Le Tasse, Pic de la Mirandole, Nicolas Copernic et Galilée fréquentèrent cet établissement. Galilée y enseigne de 1592 à 1610.

La ville tombe en 1311 sous la domination de Cangrande della Scala, seigneur de Vérone. Pour avoir libéré la ville des Della Scala, Jacopo de Carrara fut élu seigneur de Padoue en 1318. De cette date à 1408, à part les deux années (1388-1390) alors que Jean Galéas Visconti dirige la ville, neuf membres de la famille de Carrara se succédèrent comme seigneurs de Padoue. Continuellement en guerre, ces seigneurs voient leur pouvoir s'effacer devant les puissances montantes de la république de Venise et des Visconti.

Renaissance[modifier | modifier le code]

Le canal Piovego et la porta Ognissanti, construite en 1519.

À partir de 1405 Padoue, intégrée dans les Domaines vénitiens de la Terre ferme, est gouvernée par un podestat civil et un capitaine militaire, élus pour seize mois et adoubés par le doge vénitien. La ville conservait ses lois datant de 1276 et 1362. Elle avait deux chambellans responsables du trésor et déléguait tous les cinq ans un représentant noble à Venise pour y représenter ses intérêts.

Durant une brève période, pendant la guerre de la Ligue de Cambrai en 1509, la ville changea de mains. Le , les représentants de la papauté, de la France, du Saint-Empire romain germanique et de Ferdinand II d'Aragon conclurent une alliance, la Ligue de Cambrai, contre la République vénitienne. L'accord prévoyait de confisquer à Venise ses domaines de la Terre ferme et de les partager entre les signataires : l'empereur Maximilien Ier de Habsbourg devait recevoir, entre autres, Padoue et Vérone. Ainsi, en 1509, Padoue passe quelques semaines sous le contrôle des partisans de l'Empire. Mais les troupes vénitiennes récupèrent rapidement la ville, et, entre 1507 et 1544, Venise construisit à Padoue de nouveaux remparts, munis de tours et de portes monumentales.

Communauté juive[modifier | modifier le code]

Une communauté juive existe à Padoue dès le Moyen-Âge. En 1601, elle est confinée dans un ghetto. Deux synagogues ont longtemps subsisté : la synagogue Ashkenazi incendiée en 1943 par les fascistes, la synagogue italienne toujours en fonctionnement[6].

Arche sainte de la synagogue italienne de Padoue (1617)
Bimah (tribune) de la synagogue italienne de Padoue.

Entre le XVIe siècle et le XVIIe siècle, la ville de Padoue était peuplée en grande partie par des Juifs qui habitaient un ghetto édifié en 1516. Il fut le théâtre de violences dirigées contre ses citoyens juifs, dont une partie faillit se faire lyncher. Une rumeur malveillante selon laquelle leurs coreligionnaires de Buda auraient commis des actes de cruauté contre les chrétiens de la ville hongroise déclencha cette flambée de brutalité dirigée contre la communauté juive de la ville. C'est grâce à l'intervention d'un père franciscain nommé Marco, qui écrivit une lettre afin de dénoncer cette mystification, que la communauté juive échappa au massacre annoncé. Une grande partie de la communauté juive ashkénaze de Padoue décida à la suite de ces événements d'émigrer sous d'autres cieux plus cléments. Certains arrivèrent en Corse, et un mythe persistant veut que les habitants les nommèrent Padovani, ce qui signifie : venus de Padoue. En réalité le nom de famille Padovani très répandu de nos jours en Corse est une référence à Saint Antoine de Padoue[7]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Timbre du Royaume lombardo-vénitien de 1864, 3 soldi oblitéré à PADOVA.

Giambattista Tiepolo réalisa en 1720 une fresque pour la résidence de la famille Baglioni sur le thème des continents, qu'il reprendra pour les Clerici à Milan en 1740 puis pour le grand escalier de la Résidence de Würzburg[8].

En 1797, la République de Venise disparaît au traité de Campo-Formio et Padoue est cédée à l'Empire autrichien. Napoléon Bonaparte conclut la paix avec l'Autriche qui cède la Belgique et les Îles Ioniennes à la France qui obtient la mainmise sur l'Italie et sur la rive gauche du Rhin. Mais il rompt ces accords et institue un Royaume d'Italie (1805-1814) dont Padoue fait partie. Après la chute de Napoléon, au Congrès de Vienne, en 1815, la ville fait partie du Royaume lombardo-vénitien, lui-même composante de l'Empire d'Autriche. Sous la domination autrichienne commence le développement industriel de Padoue : l'une des premières lignes ferroviaires d'Italie, Padoue-Venise, est construite en 1845.

Les Habsbourg sont impopulaires auprès des milieux progressistes et nationalistes italiens. À Padoue, l'année des révolutions voit une révolte étudiante qui se déroule le au cours de laquelle les étudiants et les Padouans ordinaires combattent côte à côte. En 1866, le Royaume d'Italie (1861-1946) profite de la défaite autrichienne de Sadowa pour se faire céder le Royaume lombardo-vénitien : Padoue devient italienne, mais se trouve alors au centre de la région la plus rurale du Nord de l'Italie. Malgré cela, la ville prospère au cours des décennies suivantes à la fois économiquement et socialement, en développant son industrie, un important marché agricole et en ayant le très important centre culturel et technologique de l'Université. C'est aussi une ville de garnison, avec un grand commandement militaire et de nombreux régiments.

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

Lorsque l'Italie entra dans la Grande Guerre, le , Padoue est choisie comme centre de commandement principal de l'armée italienne. Le roi Victor-Emmanuel III, et le commandant en chef Cadorna vivent à Padoue pour la période de guerre. Après la défaite de l'Italie à la bataille de Caporetto, à l'automne 1917, la ligne de front est située sur le Piave, à 50–60 km au nord-est de Padoue qui est désormais à portée de l'artillerie autrichienne : la ville est bombardée à plusieurs reprises (environ 100 morts parmi les civils). Toutefois, le commandement militaire italien ne s'en retire pas.

Un an plus tard, le danger sur Padoue est écarté. À la fin octobre 1918, exactement un an après Caporetto, l'armée italienne remporte la bataille de Vittorio Veneto et les lignes autrichiennes sont enfoncées. L'armistice avec l'Autriche-Hongrie est signé à Padoue, à la Villa Giusti, le .

Pendant la guerre, l'industrie progresse fortement, ce qui a donné une base pour le développement de l'après-guerre. Padoue s'étend en dehors de la ville historique mais connaît, comme beaucoup d'autres villes italiennes, de grands bouleversements sociaux : la ville est marquée par des grèves et des affrontements, des usines sont occupées par les grévistes qui souhaitent une révolution socialiste, et dont certains, à partir de 1921, s'alignent sur le communisme soviétique. De nombreuses délégations d'anciens combattants, qui ont du mal à réintégrer la vie civile, appuient une nouvelle politique : le fascisme. Comme dans d'autres parties de l'Italie, le parti fasciste à Padoue en vient bientôt à être considéré comme le défenseur de la propriété et de l'ordre contre la révolution. Padoue est le lieu d'un des plus grands rassemblements de masse fasciste, avec quelque 300 000 personnes qui assistent à un discours de Benito Mussolini.

Le fascisme l'emporte sur le communisme et de nouveaux bâtiments, à l'architecture fasciste typique, sont construits dans la ville. Des exemples peuvent en être trouvés aujourd'hui dans les bâtiments entourant la Piazza Spalato (aujourd'hui Piazza dell'Insurrezione), la gare, la nouvelle partie de l'hôtel de ville, et une partie du Palais Bo, siège de l'Université.

Après la défaite de l'Italie fasciste dans la Seconde Guerre mondiale le , Padoue se trouve incluse dans la République sociale italienne, l'État fantoche de l'occupant nazi. La ville accueille le ministère de l'Instruction publique du nouvel État, ainsi que les commandements militaires et des milices et un aéroport militaire. L'un des principaux dirigeants a été le vice-chancelier de l'Université Concetto Marchesi.

Padoue est bombardée à plusieurs reprises par les avions alliés. Les zones les plus touchées sont la gare et le quartier nord d'Arcella. Lors d'un de ces raids, l'église Eremitani, avec des fresques d'Andrea Mantegna, est détruite.

Au terme de durs combats, Padoue est finalement libérée par les partisans communistes et les troupes alliées néo-zélandaises, le . Un petit cimetière militaire du Commonwealth se trouve dans la partie ouest de la ville, pour rappeler le sacrifice de ces soldats.

Après la guerre, la ville se développe rapidement, ce qui reflète le passage de la Vénétie du statut de région la plus agricole dans le nord de l'Italie à l'une des régions les plus industrielles et les plus actives de l'Italie moderne.

Économie[modifier | modifier le code]

La zone industrielle de Padoue est créée en 1946 dans l'aire orientale de la ville, et depuis est continuellement en expansion. Il s'agit d'une des plus grandes zones industrielles d'Europe, avec une superficie de 10 500 000 m2. Il s'y trouve plus de 1 300 entreprises, avec une considérable diversification productive et industrielle, plus de 50 000 personnes provenant de toute la Vénétie y travaillent. On y trouve le plus grand Interporto multimodale d'Italie et l'un des plus importants d'Europe. Presque toutes les marchandises provenant d'Europe ou à envoyer à des destinataires européens transitent, en effet, par Padoue. L'interoporto de Padoue dispose, au-delà de ses infrastructures, d'une ligne ferroviaire dédiée (Padoue Interporto - Padoue).

Culture[modifier | modifier le code]

Références culturelles[modifier | modifier le code]

Padoue est le lieu où se déroule la majeure partie de l'action de La Mégère apprivoisée de Shakespeare.

Académie des Ricovrati[modifier | modifier le code]

L’Académie des Ricovrati (en italien Accademia dei Ricovrati) fut fondée à Padoue en 1599 à l'initiative d'un noble vénitien, l’abbé Federico Cornaro, en présence de vingt-cinq autres personnes distinguées, parmi lesquelles Galilée. Elle fut la première à admettre des femmes en son sein dont, en 1679, la première femme en Europe à obtenir un diplôme universitaire, Elena Cornaro Piscopia.

Académie Delia[modifier | modifier le code]

L’Académie Delia (en italien Accademia Delia), est une académie de chevalerie qui fut créée en 1608 et qui fonctionna jusqu'en juillet 1801.

Monuments et patrimoine[modifier | modifier le code]

  • Le Palazzo della Ragione (Palais de la Raison) commencé en 1172 et achevé en 1219. Il fut remanié à la suite d'un incendie en 1420.
  • Le Palazzo Bo, siège historique de l'Université de Padoue.
  • Sur la Piazza dei Signori la très belle loggia del Consiglio ou loggia de la Gran Guardia commencée en 1493 et achevée en 1526, et à côté du Palazzo del Capitani, résidence des gouverneurs vénitiens, avec son portail œuvre de Falconetto di Verona, 1532.
  • Sur la place devant la basilique Saint-Antoine une statue équestre dédiée au Gattamelata, condottiere des armées vénitiennes de 1437 à 1439 Erasmo da Narni, général vénitien (1438-1441), réalisée par Donatello.
  • Prato della Valle (Pré de la Vallée), la plus grande place padouane et une des plus grandes d'Europe (XVIIIe siècle).
  • Le centre-ville est entouré par les murs de la ville longs de 11 km, construits au début du XVIe siècle, par des architectes dont Michele Sanmicheli. Il n'existe que quelques ruines, avec deux portes, de la plus petite et les murs intérieurs du XIIIe siècle.
  • Le Castello. Sa tour principale a été transformée entre 1767 et 1777 en observatoire astronomique connu sous le nom Specola. Toutefois, les autres bâtiments ont été utilisés comme prison au cours des XIXe et XXe siècles. Ils sont maintenant en cours de restauration.
  • Les ponts romains : le Ponte San Lorenzo, ainsi que l'ancien Ponte Molino, Ponte Altinate, Ponte Corbo et Ponte S. Matteo

Lieux de culte[modifier | modifier le code]

L'université[modifier | modifier le code]

Les foyers de la Renaissance artistique en Italie :
Nord : Venise, Padoue, Ferrare, Mantoue, Milan, Parme.
Centre : Florence, Urbino, Pérouse
Sud : Rome.
Antonio Riccobono (1541–1599)
Professeur de rhétorique à l’Université de Padoue
Giambattista Tiepolo, vers 1743
Pinacoteca dell’Accademia dei Concordi, Rovigo[10]

Padoue a longtemps été célèbre pour son université, fondée en 1222. En vertu de la loi de Venise, l'université a été dirigée par un conseil de trois patriciens, appelé le Riformatori dello Studio di Padova. La liste des professeurs et des anciens élèves est longue; elle contient, entre autres, les noms de Pietro Bembo, Sperone Speroni, l'anatomiste André Vésale, Nicolas Copernic, Gabriel Fallope, Fabrizio d'Acquapendente, Galileo Galilei (Galilée), Pietro Pomponazzi, Reginald Pole, Joseph Juste Scaliger, Le Tasse et Sobieski. L'université accueille le plus ancien théâtre anatomique (construit en 1594).

Au début du XVIIe s., l'université comptait 1 500 étudiants venus d'une vingtaine de pays. On y dénombrait 41 enseignants répartis en deux facultés : celle du droit (19) et celle des arts (22)[11].

L'université abrite également le plus ancien jardin botanique (1545) dans le monde, l'Orto Botanico di Padova. Il a été fondé comme un jardin d'herbes curatives au profit du corps professoral de l'Université de la médecine. Il contient encore une importante collection de plantes rares.

La place de Padoue dans l'histoire de l'art est presque aussi important que sa place dans l'histoire intellectuelle. La présence de l'université a attiré de nombreux artistes de renom, tels que Giotto, Fra Filippo Lippi et Donatello. Il existait également l'école de Francesco Squarcione, d'où sortait le grand Andrea Mantegna.

Padoue est aussi le lieu de naissance du célèbre architecte Andrea Palladio, dont les villas (maisons de campagne) du XVIe siècle, dans la région de Padoue, Venise, Vicence et Trévise sont parmi les plus belles de l'Italie. Elles ont souvent été copiées au cours des XVIIIe et XIXe siècles.

Elle est également la ville natale de Giovanni Battista Belzoni, aventurier, ingénieur et égyptologue.

Le sculpteur Antonio Canova a produit sa première œuvre à Padoue, dont l'une est parmi les statues du Prato della Valle (actuellement une copie est exposée en plein air, tandis que l'original est dans le Museo Civico).

Museo Civico[modifier | modifier le code]

Saint Patrick évêque d'Irlande
Giambattista Tiepolo, 1746
Museo Civico

Le Museo Civico conserve l'original d'une des statues du Prato della Valle réalisées par le sculpteur Antonio Canova (une copie est exposée en plein air). On peut y voir également le tableau de Giambattista Tiepolo Saint Patrick évêque d'Irlande, de 1746[12].

Jardin botanique[modifier | modifier le code]

Le jardin botanique est le plus ancien d'Europe (1545). Il héberge plus de 6 000 espèces de plantes rares ou menacées, médicinales ou tropicales. Parmi les perles de ce site inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco, on trouve aussi des arbres vénérables : un platane d'Orient du XVIIe siècle, un ginkgo et un magnolia du XVIIIe siècle, un cèdre de l'Himalaya importé au début du XIXe siècle et surtout un palmier planté en 1585, dit « palmier de Goethe ». Il ne faut pas manquer la serre aux orchidées et celle consacrée aux plantes carnivores.

Évêché[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

Routier[modifier | modifier le code]

Il existe 3 autoroutes (Autostrade en italien) qui desservent Padoue : L'A4 qui va de Turin à Trieste. L'A13 de Bologne-Padoue. Une autoroute périphérique de plus de 20 sorties entoure la ville, reliant les districts et les petites villes de la région environnante.

Ferroviaire[modifier | modifier le code]

Padoue a deux gares ouvertes au service des passagers. "Padova Centrale" est l'une des plus grandes gares en Italie. La station est utilisée par plus de 20 millions de passagers par an. Les autres gares sont Padova Ponte di Brenta (qui sera bientôt fermée), Padova San Lazzaro (prévu), Padova Campo Marte, utilisée comme une station de fret, qui deviendra bientôt l'une des stations du "Servizio Ferroviario Metropolitano Regionale".

De Padoue, les trains à grande vitesse relient Milan, Rome, Bologne, Florence et Venise; on peut rejoindre Milan en 1h et 51 min, à Rome en 3 heures et 20 min et Venise en 20 min.

Aérien[modifier | modifier le code]

Padoue est relativement proche des aéroports de Venise, Vérone, Trévise et Bologne. L'aéroport de Padoue, le "Gino Allegri" ou Aeroporto civile di Padova "Gino Allegri", ou Aeroporto di Padova, n'est plus desservi par des vols réguliers. Padoue est, cependant, le siège d'un des quatre centres de contrôle régional italien.

Venise, à environ 50 km, est le port le plus proche.

En commun[modifier | modifier le code]

Les transports publics urbains comprennent les autobus publics avec un tramway Translohr (reliant Albignasego, dans le sud de Padoue, avec la Fornace, dans le nord de la ville, grâce à la nouvelle ligne construite en 2009) et les taxis privés.

Le centre-ville est partiellement fermé à la circulation, sauf pour les résidents et les véhicules autorisés. Il existe des parkings qui entourent le quartier.

Padoue possède environ 40 lignes de bus, qui sont desservies par des autobus neufs, (achetés en 2004 et 2010), avec une télévision qui affiche la ligne de l'itinéraire, l'arrêt suivant, les monuments les plus importants et la ligne de connexion et le délai d'attente prévus pour chaque en ligne. Chaque tram / bus est équipé de caméras de sécurité et contrôlé par GPS.

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1947 Giuseppe Costa Parti communiste  
1947 1970 Cesare Crescente Démocratie chrétienne  
1970 1975 Ettore Bentsik Démocratie chrétienne  
1975 1977 Ettore Bentsik Démocratie chrétienne  
1977 1980 Luigi Merlin Démocratie chrétienne  
1980 1981 Ettore Bentsik Démocratie chrétienne  
1982 1987 Settimo Gottardo Démocratie chrétienne  
1987 1993 Paolo Giaretta Démocratie chrétienne  
1993 1999 Flavio Zanonato L'Olivier  
1999 2004 Giustina Destro Maison des libertés  
2004 2009 Flavio Zanonato L'Olivier  
2009 2013 Flavio Zanonato Parti démocrate  
2013 2014 Ivo Rossi Parti démocrate  
2014 2016 Massimo Bitonci Ligue du Nord  
2016 2017 Michele Penta   commissaire préfectoral
2017 en cours Sergio Giordani Parti démocrate  
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Altichiero, Arcella, Bassanello, Brusegana, Chiesanuova, Forcellini, Guizza, Mandria, Montà, Mortise, Paltana, Ponte di Brenta, Ponterotto, Pontevigodarzere, Sacra Famiglia, Salboro, Stanga, Terranegra, Volta Brusegana.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Abano Terme, Albignasego, Cadoneghe, Legnaro, Limena, Noventa Padovana, Ponte San Nicolò, Rubano, Saonara, Selvazzano Dentro, Vigodarzere, Vigonovo (Venise), Vigonza, Villafranca Padovana.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Personnalités nées à Padoue[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Renaissance - XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

  • Ippolito Nievo (1831-1861), écrivain.
  • Arrigo Boito (1842-1918), compositeur, romancier et poète connu surtout pour ses livrets d'opéra.
  • Johann von Pallavicini (1848-1941)
  • Tullio Levi-Civita (1873-1941), mathématicien.
  • Giuseppe Toffanin (1891-1980), critique littéraire et écrivain
  • Ernest Arrighi Favaro de Casanova (1814-1888), homme politique français, préfet de Seine-et-Oise (1849-1851), conseiller d'État (1851-1853), sénateur (1851-1870), ministre de l'Intérieur (1859), 2e duc de Padoue (1853-1888), fils du général Jean-Thomas Arrighi de Casanova, duc de Padoue et de l'Empire (1778-1853).

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Personnalités mortes à Padoue[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie Nuvola apps kpager.svg  Décès à Padoue 

Sports[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville de Padoue est jumelée avec : Le città gemelle di Padova

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. blason et étendard de Padoue
  3. « Pollution de l'air: voici les points noirs de la carte européenne », sur Nice-Matin,
  4. a b et c Guido Beltrame, Padova Cristiana Edizioni Messaggero Padova, 1997, p. 17
  5. Guido Beltrame, Padova Cristiana Edizioni Messaggero Padova, 1997, p. 14
  6. Guide culturel des Juifs d'Europe, Éditions du Seuil, (ISBN 2-02-035971-5), p. 238-239
  7. Ghj. P., « HISTOIRE. Les Juifs en Corse, la destruction d'un mythe », Corse-matin, 21 septembre 2017.
  8. Françoise Monnin, « De Würzburg à Venise avec Tiepolo », Connaissances des arts, no 608,‎ , p. 87
  9. L’horloge astronomique
  10. Akg Image
  11. William René Shea, Ce que Galilée dit à Milton, Liber (Montréal)/Les Belles Lettres (Paris), 2021, p. 17.
  12. Padova culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]