Mont Gargan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gargan.
Ne doit pas être confondu avec Gargano.

Mont Gargan
Vue du mont Gargan depuis Saint-Gilles-les-Forêts.
Vue du mont Gargan depuis Saint-Gilles-les-Forêts.
Géographie
Altitude 731 m
Massif Plateau de Millevaches
(Massif central)
Coordonnées 45° 37′ 14″ nord, 1° 38′ 52″ est
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Haute-Vienne

Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne

(Voir situation sur carte : Haute-Vienne)
Mont Gargan

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Mont Gargan

Le mont Gargan est un sommet du Massif central, en bordure ouest du plateau de Millevaches, entre Saint-Gilles-les-Forêts et Sussac (Haute-Vienne). Il est situé dans le parc naturel régional de Millevaches en Limousin. Son nom occitan est puèg Gerjant.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue des environs du puy avec notamment, au centre en arrière-plan, le massif des Monédières.
Une des deux tables d'orientation du mont Gargan.

Son altitude est de 731 m. Le sommet de la colline était autrefois entièrement recouvert de bruyères et de genêts, qui ont en partie disparu au profit d'une prairie. La lande a cependant survécu en certains endroits[Où ?] : 82 hectares sont classés en ZNIEFF[1].

Par synecdoque, le mont Gargan définit aussi l'ensemble du massif supportant le sommet culminant, massif dominant à l'ouest le plateau limousin et les monts de Fayat, et constituant la première avancée du plateau de Millevaches, situé à l'est. Du sommet, on peut jouir d'une vue sur l'ensemble des hauteurs du Limousin (monts de Châlus, monts de Blond, monts d'Ambazac, plateau de Millevaches, Monédières). Par beau temps, on peut apercevoir le puy de Sancy et les monts Dore. Au sud, la vue se prolonge jusqu'aux causses du Quercy et aux collines du Périgord noir.

Contrairement à une idée largement répandue dans les livres et sur les cartes, le mont Gargan n'est pas le point culminant de la Haute-Vienne. Cela revient au puy Lagarde, avec 795 m d'altitude, à 25 km au nord-est, près de Beaumont-du-Lac.

Histoire[modifier | modifier le code]

Chapelle en ruine du mont Gargan.

L'accès au sommet s'effectue par une allée bordée à droite d'imposants hêtres taillés aux branches tortueuses. Au sommet se trouvent les ruines d'une chapelle consacrée à Notre-Dame-du-Bon-Secours, édifiée de 1868 à 1871 par l'abbé Louis Joyeux avec l'aide de la population. Endommagée par la suite, du fait des rigueurs du climat et d'actes de malveillance, elle fut consolidée en 1992 par une décision du conseil général de la Haute-Vienne et des Amis du mont Gargan. Depuis 1986, elle est la propriété du département. Récupérée illégalement par un ferrailleur, la cloche de la chapelle a été retrouvée avec l'aide de la police, et réinstallée en février 2011 à l'instigation des Amis du mont Gargan[2].

Stèle gravée en mémoire des combats de juillet 1944 autour du mont Gargan

De nombreuses légendes courent sur le mont Gargan.

Une stèle rappelle la bataille du mont Gargan au cours de laquelle s'affrontèrent une division de l'armée allemande et plusieurs centaines de maquisards de Georges Guingouin.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :