Phil Ochs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ochs.

Phil Ochs

Description de cette image, également commentée ci-après

Phil Ochs en 1975.

Informations générales
Nom de naissance Philip David Ochs
Naissance 19 décembre 1940
El Paso (Texas)
Décès 9 avril 1976 (à 35 ans)
Far Rockaway (New York)
Genre musical folk, folk rock
Instruments guitare, piano
Années actives 1962-1976
Labels Elektra (1964-1966)
A&M (1966-1976)

Philip David Ochs (/ˈoʊks/) est un auteur-compositeur-interprète américain né le 19 décembre 1940 à El Paso et mort le 9 avril 1976 à New York.

Chanteur politiquement engagé, Phil Ochs participe au renouveau de la musique folk au début des années 1960 avec ses chansons engagées qui mêlent un humour sardonique et un profond humanisme. Celui qui se décrit lui-même comme un « journaliste chantant » (topical singer) participe à des manifestations et des concerts contre la guerre du Viêt Nam et en faveur des droits civiques, entre autres causes. Après des années 1960 prolifiques, Phil Ochs commence à souffrir de troubles mentaux et sombre dans l'alcoolisme. Il se suicide en 1976.

Ses chansons les plus connues sont I Ain't Marching Anymore, Crucifixion, Draft Dodger Rag, Love Me, I'm a Liberal, Outside of a Small Circle of Friends, Power and the Glory, There but for Fortune et The War Is Over.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Philip David Ochs naît à El Paso, au Texas, le 19 décembre 1940. Son père, Jacob « Jack » Ochs, est né à New York en 1910, et sa mère, Gertrude Phin Ochs, est née en Écosse[1]. Ils se sont rencontrés et mariés à Édimbourg, où Jack faisait ses études de médecine[2]. Après la naissance de leur fille Sonia (surnommée « Sonny ») en 1937, ils partent vivre aux États-Unis où naissent deux fils : Phil et Michael[3]. La famille Ochs est de classe moyenne et de confession juive, mais non pratiquante[4]. Mobilisé à la fin de la Seconde Guerre mondiale, Jack Ochs part pour l'Europe et participe à la bataille des Ardennes en tant que médecin militaire. Son expérience du combat lui laisse d'importantes séquelles psychologiques, et il est libéré de l'armée pour raisons médicales en novembre 1945[5].

De retour aux États-Unis, Jack Ochs, qui souffre de trouble bipolaire et de dépression, travaille dans plusieurs hôpitaux sans jamais parvenir à se faire une clientèle. Il déménage donc fréquemment avec sa femme et ses trois enfants, d'abord à Far Rockaway, dans le Queens, puis à Perrysburg, dans l'Ouest de l'État de New York (où le jeune Phil commence à étudier la musique), et enfin à Columbus, dans l'Ohio[6]. Parfois hospitalisé pour sa dépression, Jack se comporte de manière distante avec sa femme et ses enfants. Il meurt en 1963 d'une hémorragie cérébrale[7].

À l'adolescence, Phil Ochs s'illustre comme joueur de clarinette. L'un de ses professeurs écrit : « Votre sensibilité musicale est exceptionnelle, et vous savez la transmettre à votre instrument avec force[8]. » Son talent lui permet d'entrer dans l'orchestre du conservatoire de la Capital University de l'Ohio, dont il devient le principal clarinettiste soliste avant d'avoir seize ans. Bien qu'il joue de la musique classique, Ochs s'intéresse également à ce qu'il entend à la radio : les pionniers du rock Buddy Holly et Elvis Presley, ainsi que des artistes de country comme Faron Young, Ernest Tubb, Hank Williams ou Johnny Cash[9]. Il se rend souvent au cinéma, et admire en particulier les héros incarnés par John Wayne et Audie Murphy[10]. Par la suite, il se passionne également pour les rebelles joués par Marlon Brando et James Dean[11].

Bob Gibson influence fortement l'écriture d'Ochs.

De 1956 à 1958, Ochs étudie à l'Académie militaire de Staunton, en Virginie. Après avoir obtenu son diplôme, il rentre à Columbus et s'inscrit à l'université d'État de l'Ohio[12]. Insatisfait, il prend congé au bout d'un semestre et se rend en Floride. À Miami, il passe deux semaines en prison pour avoir dormi sur un banc public, un incident auquel il attribue par la suite la naissance de sa vocation :

« À un moment donné durant ces quinze jours, j'ai décidé de devenir écrivain. J'ai d'abord songé au journalisme […] et je me suis décidé en un éclair : je serais écrivain, spécialisé en journalisme[13]. »

Ochs retourne à l'université de l'Ohio pour y étudier le journalisme. Il commence à s'intéresser à la politique, et tout particulièrement à la révolution cubaine de 1959. C'est là qu'il fait la connaissance de Jim Glover, un étudiant passionné de musique folk qui lui fait découvrir Pete Seeger, Woody Guthrie et les Weavers. Glover lui apprend également à jouer de la guitare, et les deux amis débattent de questions politiques[10]. Ochs commence à écrire des articles polémiques pour le journal du campus. Lorsque ses articles les plus radicaux sont refusés, il lance son propre journal, The Word. Ses passions pour la politique et pour la musique commencent bientôt à se fondre, et Ochs écrit ses premières chansons engagées. Il forme un duo avec Glover, nommé « The Singing Socialists[14] », puis « The Sundowners », mais ils se séparent avant de donner le moindre concert professionnel, et Glover part pour New York pour s'y faire chanteur folk[15].

Pendant ce temps, la famille d'Ochs a déménagé à Cleveland, et Ochs commence à s'y produire dans un club de folk local, le Farragher's Back Room. Il assure la première partie de plusieurs artistes durant l'été 1961, parmi lesquels les Smothers Brothers[16]. C'est également durant l'été 1961 qu'il fait la connaissance du chanteur folk Bob Gibson, qui constitue « l'influence déterminante entre toutes » sur l'écriture d'Ochs selon Dave Van Ronk[17]. Ochs poursuit ses études à l'université de l'Ohio, mais il est amèrement déçu de ne pas être nommé rédacteur en chef du journal du campus, et abandonne ses études pendant son dernier semestre. Il part pour New York sans diplôme, sur les traces de son ami Jim Glover : lui aussi veut devenir un chanteur folk[18].

Les débuts du topical singer (1962-1966)[modifier | modifier le code]

Phil Ochs arrive à New York en 1962 et commence à se produire dans des petites boîtes de nuit, jusqu'à devenir partie intégrante de la scène folk de Greenwich Village[19]. Il acquiert une réputation de chanteur fruste mais passionné, auteur de chansons sur la guerre, les droits civiques ou le mouvement ouvrier. On le décrit comme un auteur de protest songs, mais il préfère parler de « chansons d'actualité » (topical songs[20]), et se décrit comme un « journaliste chantant[21] » qui s'inspire de ce qu'il lit dans Newsweek pour écrire ses chansons[22].

En 1962, Ochs se marie avec Alice Skinner, qui est enceinte de leur fille Meegan. La cérémonie se déroule au City Hall, avec Jim Glover comme témoin et Jean Ray comme demoiselle d'honneur. Parmi les invités se trouve Suze Rotolo[23],[24]. Phil et Alice se séparent en 1965, sans jamais divorcer[25],[26].

Joan Baez et Bob Dylan en 1963.

À l'été 1963, Phil Ochs a acquis une notoriété suffisante dans les cercles folk pour figurer au programme du festival de folk de Newport aux côtés de Peter, Paul and Mary, Joan Baez, Bob Dylan et Tom Paxton. Il y interprète Too Many Martyrs, une chanson écrite avec Bob Gibson, Talking Birmingham Jam, et Power and the Glory, un hymne patriotique à la Woody Guthrie applaudi par la foule[27]. L'année suivante, il est acclamé lors de sa deuxième participation au festival[28]. En revanche, il n'est pas invité lors de l'édition 1965, durant laquelle Bob Dylan fait scandale en interprétant Maggie's Farm avec une guitare électrique. L'événement attire à Dylan les foudres de l'establishment folk, mais Ochs trouve sa démarche amusante et admire le courage qu'elle a nécessité[29],[30]. Une rivalité bon enfant oppose les deux artistes. Dylan dit d'Ochs : « Je ne peux tout simplement pas suivre Phil. Il n'arrête pas de s'améliorer encore et encore et encore[31] ». Une autre fois, lorsque Ochs critique une de ses chansons, Dylan le jette hors de sa limousine en lui disant : « T'es pas un chanteur folk, t'es un journaliste[32]. »

Au cours de l'année 1963, Ochs se produit au Carnegie Hall et au Town Hall de New York dans le cadre de hootenannies[33]. C'est en 1966 qu'il monte pour la première fois seul sur la scène du Carnegie Hall[34]. Durant cette période, il écrit de nombreux articles, ainsi que des chansons, pour le magazine Broadside, très influent dans le milieu folk[35]. Sa capacité d'écriture est alors très importante : plusieurs chansons écrites à ce moment-là restent dans les cartons et ne voient le jour que plusieurs années plus tard[36].

Phil Ochs enregistre ses trois premiers albums pour la maison de disques Elektra Records : All the News That's Fit to Sing sort en 1964, I Ain't Marching Anymore en 1965 et Phil Ochs in Concert en 1966[37]. Ces trois disques, où n'apparaît comme accompagnement que la guitare acoustique d'Ochs, comprennent aussi bien des chansons d'actualité comme Too Many Martyrs, I Ain't Marching Anymore ou Draft Dodger Rag, que des interprétations d'anciens poèmes comme The Highwayman d'Alfred Noyes ou The Bells d'Edgar Allan Poe. Phil Ochs in Concert comprend également plusieurs chansons plus personnelles et introspectives, comme Changes ou When I'm Gone[38],[39]. Les critiques considèrent que l'artiste s'améliore d'album en album, un point de vue que le public semble partager, car chacun d'eux se vend mieux que son prédécesseur[40].

Évolution et désillusions (1967-1969)[modifier | modifier le code]

Désormais managé par son frère Michael, Phil Ochs déménage en Californie en 1967 et abandonne Elektra au profit d'A&M Records[41]. Il enregistre quatre albums pour ce label : Pleasures of the Harbor sort en 1967, Tape from California en 1968, Rehearsals for Retirement en 1969 et Greatest Hits (qui, malgré son titre, ne comprend que de nouvelles chansons) en 1970[42]. Ces albums délaissent la production minimale de sa période Elektra pour adopter un son plus travaillé : Ochs s'essaie même à des arrangements orchestraux de type « folk baroque[43] ». Son objectif est de découvrir un mélange de folk et de pop qui lui permettrait de décrocher un hit[44].

Dans sa critique de Pleasures of the Harbor parue dans le magazine Esquire en mai 1968, Robert Christgau exprime son déplaisir vis-à-vis de cette évolution musicale. Décrivant Ochs comme « un gentil garçon, assurément », il déplore néanmoins que « sa voix démontre une étendue d'environ une demi-octave [et que] son jeu de guitare ne serait guère affecté s'il avait les doigts palmés ». Selon lui, « Pleasures of the Harbour incarne la décadence qui infecte la pop depuis Sgt. Pepper[45]. » Ochs reprend avec humour le commentaire de Christgau sur ses doigts palmés dans son recueil de chansons The War Is Over (1968), dans une rubrique intitulée « Des critiques enthousiastes », près d'une photo où Ochs pose dans une poubelle. Néanmoins, il est très déçu que sa musique ne reçoive pas l'accueil qu'il escomptait[46].

En effet, aucune des chansons d'Ochs ne devient un hit. En 1967, Outside of a Small Circle of Friends passe assez fréquemment sur les ondes pour atteindre la 119e position du classement « Hot Prospect » établi par le magazine Billboard, mais plusieurs radios la retirent de leur programmation en raison de ses paroles qui suggèrent que « fumer de la marijuana, c'est plus amusant que boire de la bière[47] ». Si la reprise de There but for Fortune par Joan Baez se classe dans le Top 10 au Royaume-Uni en août 1965[48] et décroche une nomination aux Grammy Awards dans la catégorie « Meilleur enregistrement folk »[49], elle ne dépasse pas la 50e place du hit-parade américain[50].

S'il s'essaie à de nouvelles expériences musicales, Ochs n'abandonne pas pour autant ses racines contestataires. L'intensification de la guerre du Viêt Nam le pousse à se produire dans d'innombrables manifestations en faveur de la paix à travers les États-Unis. Il organise deux de ces manifestations en 1967, l'une à Los Angeles en juin, l'autre à New York en novembre[51]. Il écrit de nouvelles chansons contre la guerre, parmi lesquelles The War Is Over et White Boots Marching in a Yellow Land. L'actualité lui inspire des chansons comme Outside a Small Circle of Friends (qui évoque le meurtre de Kitty Genovese) et William Butler Yeats Visits Lincoln Park and Escapes Unscathed, écrite après les émeutes de Chicago[52]. Il écrit également des chansons plus personnelles, comparant la mort du président Kennedy à celle de Jésus dans Crucifixion, dénonçant les périls de la gloire dans Chords of Fame ou revisitant son enfance à Columbus dans Boy in Ohio[53],[54].

Ochs participe à la création du Youth International Party avec Jerry Rubin, Abbie Hoffman, Stew Albert et Paul Krassner[55], mais il soutient la candidature d'Eugene McCarthy, jugé trop tiède par les Yippies, à l'investiture du Parti démocrate pour l'élection présidentielle de 1968[56]. Malgré les risques, il se rend à Chicago au moment de la convention nationale démocrate pour soutenir McCarthy et participer aux manifestations contre la guerre. Il se produit à Lincoln Park, à Grant Park et au Chicago Coliseum, et a l'occasion d'être témoin de la répression violente des manifestations par la police de Chicago ; il est lui-même brièvement arrêté[57]

Les événements de 1968 (les assassinats de Martin Luther King et de Robert Kennedy, les émeutes de Chicago, l'élection du républicain Richard Nixon) laissent Ochs profondément désillusionné[58]. Son désespoir est visible sur la pochette de son album Rehearsals for Retirement, sorti l'année suivante. On y voit une pierre tombale portant ces mots[59] :

PHIL OCHS
(AMÉRICAIN)
NÉ À EL PASO (TEXAS), 1940
MORT À CHICAGO (ILLINOIS), 1968

Lors du procès des Sept de Chicago, en décembre 1969, Ochs témoigne en faveur de la défense. À cette occasion, il récite notamment les paroles de sa chanson I Ain't Marching Anymore devant la cour. En sortant du tribunal, il la chante devant les journalistes, et se retrouve le soir même dans le journal télévisé de Walter Cronkite sur CBS, à son grand amusement[60].

« Moitié Elvis, moitié Che » (1970)[modifier | modifier le code]

Après les émeutes de Chicago et le procès des Sept, Phil Ochs change une nouvelle fois de direction. Les événements de 1968 l'ont convaincu que les chansons d'actualité et les actions des Yippies ne touchent pas l'Américain moyen. Il estime qu'un meilleur moyen de communiquer avec le public serait de jouer le genre de musique que lui-même aimait quand il était adolescent[61]. Il se tourne donc vers la country et les pionniers du rock and roll[62]. Voulant devenir « moitié Elvis Presley et moitié Che Guevara[63] », il se fait faire un costume en lamé or par Nudie Cohn, le tailleur d'Elvis[64].

Ochs apparaît dans son nouveau costume sur la pochette de l'album Greatest Hits (1970), de tonalité résolument country[53],[62]. Sur scène, Ochs se produit désormais avec un groupe de rock, et reprend Elvis, Buddy Holly ou Merle Haggard à côté de son propre répertoire, ce qui déconcerte ses fans. Malgré des critiques hostiles, ses deux concerts au Carnegie Hall du 27 mars 1970 rencontrent un grand succès auprès du public présent. Ils sont enregistrés et édités en 1975 dans l'album Gunfight at Carnegie Hall[65].

Ochs commence à prendre de la drogue pour tenir le coup en concert. Cela fait des années qu'il prend du Valium pour contrôler ses nerfs, et il consomme également beaucoup d'alcool[66]. Le pianiste Lincoln Mayorga se souvient : « Il traitait vraiment mal son corps pendant cette tournée. Il buvait beaucoup de vin et il prenait des amphets. Le vin le tirait dans un sens et les amphets le tiraient dans l'autre, et il était complètement en vrac. Il y avait tellement de médocs qui traînaient, tellement de pilules. Je n'avais jamais rien vu de tel[67]. » Si Ochs s'efforce de réduire sa consommation de drogue, il continue à boire jusqu'à sa mort[68],[69].

Découragé par son manque de succès auprès du grand public, Ochs souffre du syndrome de la page blanche : Greatest Hits sera son dernier album[70]. Il s'enfonce dans la dépression et l'alcoolisme[68],[69]. Comme le résume son biographe Michael Schumacher, « on s'était fait casser la tête à Chicago ; on avait vu des étudiants mitraillés à Kent State ; on avait eu des gens poignardés à mort au concert des Rolling Stones à Altamont — en quoi pouvait-on encore croire ? Malheureusement pour Phil Ochs, il n'avait pas de réponse à cette question. Il a perdu la foi[71]. » Malgré ses problèmes personnels, Ochs participe au concert de bienfaisance donné au Pacific Coliseum de Vancouver le 16 octobre 1970 pour la création de l'organisation Greenpeace. L'album Amchitka, paru en 2009, inclut sa participation aux côtés de celles de Joni Mitchell et de James Taylor.

Errances (1971-1975)[modifier | modifier le code]

En août 1971, Phil Ochs se rend au Chili. Il y fait la connaissance du chanteur Víctor Jara, un partisan du président socialiste Salvador Allende. Les deux artistes deviennent amis. Ochs poursuit son voyage en Amérique du Sud, visitant l'Argentine en octobre, puis l'Uruguay. Après avoir chanté à une manifestation en Uruguay, il est arrêté avec son compagnon de route David Ifshin. Ils ne sont relâchés que pour être arrêtés à nouveau à la descente de l'avion qui les ramène en Argentine. Ils sont envoyés en Bolivie, puis au Pérou. Craignant d'être à nouveau arrêté, Ochs rentre aux États-Unis quelques jours plus tard[72].

La même année, John Lennon invite Ochs à participer au concert de bienfaisance organisé à l'université du Michigan pour la libération du poète John Sinclair. Il se produit ainsi en décembre 1971 au John Sinclair Freedom Rally aux côtés de Stevie Wonder, Allen Ginsberg, David Peel et Abbie Hoffman, entre autres. La manifestation culmine avec la première apparition sur scène aux États-Unis de John Lennon depuis la séparation des Beatles[73].

Malgré la désillusion de 1968, Ochs continue à soutenir les candidats à la présidence opposés à la guerre du Viêt Nam. Il apporte ainsi son soutien au démocrate George McGovern lors de l'élection présidentielle de 1972, qui voit une victoire écrasante du président sortant Richard Nixon[74].

Ochs poursuit ses voyages : il visite l'Australie et la Nouvelle-Zélande en 1972[75], puis l'Afrique en 1973. Il se rend en Éthiopie, au Kenya, en Tanzanie, au Malawi et en Afrique du Sud. Un soir, à Dar es Salam, il est agressé et étranglé par des voleurs. Il échappe à la mort, mais ses cordes vocales sont sévèrement endommagées : il perd les trois notes les plus hautes de sa tessiture[76]. L'incident a également un effet néfaste sur sa santé mentale : il commence à souffrir de paranoïa et croit avoir été attaqué par des agents du gouvernement américain, peut-être même la CIA[77].

Durant cette période, Ochs n'écrit que quelques nouvelles chansons. En 1972, il écrit sur commande la chanson de générique du film Kansas City Bomber. En fin de compte, sa chanson n'y figure pas, mais elle sort en single[78]. L'année suivante, il enregistre au Kenya un autre single, Bwatue / Niko Mchumba Ngombe, écrit avec deux musiciens kényans[77]. Son dernier single, en 1974, comprend deux nouvelles versions d'anciennes chansons : Power and the Glory, ré-enregistrée avec des arrangements inspirés de la reprise d'Anita Bryant, et en face B une mise à jour de Here's to the State of Mississippi rebaptisée Here's to the State of Richard Nixon[79],[80].

La tombe de Víctor Jara au Cementerio General de Santiago.

Lors du coup d'État du 11 septembre 1973, le régime de Salvador Allende est renversé. De nombreux opposants sont torturés et tués dans les jours qui suivent, parmi lesquels Víctor Jara. En apprenant comment son ami est mort, Ochs décide d'organiser un concert de bienfaisance pour attirer l'attention sur la situation au Chili et lever des fonds pour les Chiliens. Le concert « An Evening with Salvador Allende » a lieu le 9 mai 1974 avec la participation de Pete Seeger, Arlo Guthrie, Ramsey Clark et Bob Dylan. Celui-ci accepte de participer à la dernière minute, en apprenant que les billets pour le concert ont du mal à se vendre et qu'il risque d'être annulé. Sa participation permet de faire salle comble[81]. Après cette soirée, Ochs et Dylan évoquent la possibilité d'une tournée ensemble dans des petites salles. L'idée n'aboutit pas, mais Dylan s'en inspire par la suite pour sa Rolling Thunder Revue[82].

La guerre du Viêt Nam s'achève le 30 avril 1975 avec la chute de Saïgon. Ochs organise une dernière manifestation « War Is Over » à Central Park le 11 mai. Plus de 100 000 personnes viennent assister aux performances de Phil Ochs, Harry Belafonte, Odetta et Pete Seeger, entre autres. Ochs interprète There but for Fortune en duo avec Joan Baez, puis conclut le concert avec sa chanson The War Is Over : « la guerre est finie[83] ».

Mort[modifier | modifier le code]

L'alcoolisme d'Ochs s'aggrave, et son comportement devient de plus en plus erratique. Ses divagations sur le FBI et la CIA effraient ses amis[84]. Courant 1975, souffrant de trouble dissociatif de l'identité, il adopte l'identité de John Butler Train, déclarant qu'Ochs a été tué et remplacé par Train. Il est convaincu qu'on cherche à le tuer et porte en permanence une arme sur lui, marteau, couteau ou bout de tuyau de plomb[85]. Son frère tente de le faire accepter dans un hôpital psychiatrique, tandis que ses amis cherchent à le convaincre de chercher de l'aide. Ne pouvant régler son loyer, il commence à vivre dans la rue[86].

Le personnage de Train disparaît au bout de quelques mois, mais le discours suicidaire d'Ochs inquiète ses proches. Ils espèrent qu'il s'agit d'une phase passagère, mais Ochs est déterminé, comme l'explique un de ses biographes :

« Dans son esprit, Phil était mort depuis longtemps : il était mort politiquement à Chicago en 1968, dans la violence de la Convention nationale démocrate ; il était mort professionnellement en Afrique quelques années plus tard, après avoir été étranglé et cru ne plus pouvoir chanter ; il était mort spirituellement après le coup d'État au Chili et l'assassinat brutal de son ami Victor Jara ; enfin, il était mort psychologiquement aux mains de John Train[87]. »

En janvier 1976, Ochs s'installe chez sa sœur Sonny à Far Rockaway, dans le Queens. Il est alors complètement léthargique : ses activités se limitent à regarder la télévision et jouer aux cartes avec ses neveux. Il voit un psychiatre, qui lui diagnostique un trouble bipolaire et lui prescrit des médicaments. Il dit à sa sœur qu'il les prend, mais c'est un mensonge[88]. Il se pend le 9 avril 1976, à l'âge de 35 ans[89].

La députée Bella Abzug lui rend hommage devant le Congrès quelques jours plus tard[90]. Quant à Robert Christgau, qui s'était montré si critique à l'égard de Pleasures of the Harbor, il dresse de l'artiste un portrait affectueux dans sa nécrologie pour The Village Voice[91].

Postérité[modifier | modifier le code]

Les chansons de Phil Ochs continuent à influencer des chanteurs et des fans dans le monde entier. Des sites Web, des articles et des livres lui sont consacrés, et de nombreuses compilations et albums d'archives sont parus après sa mort. Depuis 1983, sa sœur Sonny organise les « Phil Ochs Song Nights », des soirées durant lesquelles des musiciens de divers horizons interprètent les chansons de Phil Ochs[92].

Reprises[modifier | modifier le code]

Les chansons de Phil Ochs ont été reprises par d'innombrables artistes, parmi lesquels Eric Andersen, Peter Asher, Joan Baez, Bastro, Cilla Black, Black 47, Billy Bragg, Eugene Chadbourne, Cher, Gene Clark, Judy Collins, Henry Cow, Allison Crowe, John Denver, Kevin Devine, Ani DiFranco, Mark Eitzel, Marianne Faithfull, Julie Felix, Diamanda Galás, Dick Gaughan, Ronnie Gilbert, Thea Gilmore, John Wesley Harding, Carolyn Hester, Jason & the Scorchers, Jim and Jean, Wyclef Jean, Jeannie Lewis, Gordon Lightfoot, Christy Moore, Harry Nilsson, Will Oldham, Brian Ritchie, David Rovics, Melanie Safka, Pete Seeger, The Shrubs, Squirrel Bait, Crispian St. Peters, Teenage Fanclub, Tempest, They Might Be Giants, Dave Van Ronk, Eddie Vedder et The Weakerthans[92],[93].Neil Young

Plusieurs albums rendent entièrement hommage à Phil Ochs. En 1998, le label Sliced Bread Records publie un album de 28 reprises intitulé What's That I Hear?: The Songs of Phil Ochs. Le livret de l'album indique que les bénéfices des ventes sont reversés à la fondation de l'Union américaine pour les libertés civiles de Californie du Sud et au magazine Sing Out!. Un album de reprises plus expérimental, Poison Ochs: A Tribute to Phil Ochs, paraît sur le label indie Wood Records en 2003[94]. Le groupe américain Kind of Like Spitting publie en 2005 un album de reprises d'Ochs intitulé Learn: The Songs of Phil Ochs, et en 2011 sort Get Your Phil, album de reprises d'un autre groupe américain, disappear fear.

Plusieurs reprises d'Ochs présentent des paroles modifiées pour suivre l'actualité. En 1980, The Clash reprend une partie des paroles de United Fruit dans la chanson Up in Heaven (Not Only Here) sur l'album Sandinista![95]. * En 1994, Jello Biafra et Mojo Nixon enregistrent Love Me, I'm a Liberal avec des références à l'ère Clinton sur l'album Prairie Home Invasion[96]. En 2002, Richard Thompson ajoute un couplet à I Ain't Marching Anymore sur la politique étrangère américaine[97]. En 2008, Jefferson Starship enregistre I Ain't Marching Anymore sur l'album Jefferson's Tree of Liberty avec des paroles supplémentaires écrites par la chanteuse Cathy Richardson[98].

Films[modifier | modifier le code]

En 1984, Michael Korolenko réalise le film Chords of Fame. Ce documentaire inclut des séquences rejouées avec Bill Burnett dans le rôle de Phil Ochs, ainsi que des entretiens avec des proches (Abbie Hoffman et Jerry Rubin, le manager Harold Leventhal, le propriétaire du Gerde's Folk City Mike Porco, etc.) et des reprises de chansons d'Ochs par des musiciens l'ayant connu, parmi lesquels Bob Gibson, Pete Seeger, Tom Paxton, Dave Van Ronk et Eric Andersen[99].

Le documentaire Phil Ochs: There but for Fortune, réalisé par Ken Bowser, est projeté en avant-première au festival du film de Woodstock 2010[100],[101]. Il sort dans les salles américaines et canadiennes le 5 janvier 2011[102]. Ce documentaire contient de nombreux documents d'archive sur Ochs et les événements des années 1960, ainsi que des entretiens avec des amis, des membres de sa famille et des collègues[103],[104]. Il est diffusé dans le premier épisode de la saison 2012 de la série documentaire de PBS American Masters[105].

L'acteur Sean Penn est un admirateur de Phil Ochs. Il a écrit le livret de l’album posthume A Toast to Those Who Are Gone (1986) et a évoqué à plusieurs reprises l’idée de produire un film sur la vie d'Ochs, mais rien n’en est sorti jusqu'à présent.

Discographie[modifier | modifier le code]

De son vivant[modifier | modifier le code]

Albums posthumes[modifier | modifier le code]

Compilations[modifier | modifier le code]

Singles[modifier | modifier le code]

  • 1966 : I Ain't Marching Anymore / That Was the President (Elektra)
  • 1967 : Cross My Heart / Flower Lady (A&M)
  • 1967 : Outside of a Small Circle of Friends / Miranda (A&M)
  • 1968 : The War Is Over / The Harder They Fall (A&M)
  • 1969 : My Life / The World Began in Eden and Ended in Los Angeles (A&M)
  • 1972 : One Way Ticket Home / My Kingdom for a Car (A&M)
  • 1973 : Kansas City Bomber / Gas Station Women (A&M)
  • 1973 : Bwatue / Niko Mchumba Ngombe (A&M)
  • 1974 : Power and the Glory / Here's to the State of Richard Nixon (A&M)

Annexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Schumacher 1996, p. 11-13.
  2. Brend 2001, p. 100.
  3. Schumacher 1996, p. 15-16.
  4. Eliot 1989, p. 12.
  5. Schumacher 1996, p. 17.
  6. Schumacher 1996, p. 20, 23-24.
  7. Schumacher 1996, p. 57.
  8. Schumacher 1996, p. 24.
  9. Schumacher 1996, p. 24-27.
  10. a et b (en) Michael Kornfeld, « Sonny Ochs Reflects on Her Brother Phil and a New Film About Him », Acoustic Music Scene,‎ 16 janvier 2011 (consulté le 18 janvier 2011).
  11. Eliot 1989, p. 5, 8, 13.
  12. Schumacher 1996, p. 26-28.
  13. Cité par P. Doggett, livret de la réédition des albums All the News That's Fit to Sing / I Ain't Marching Anymore, Elektra Records, 2001.
  14. (en) Mick Houghton et Allan Jones, « The Power and the Glory », Uncut,‎ mars 2011, p. 60.
  15. Schumacher 1996, p. 33-41.
  16. Schumacher 1996, p. 41-42.
  17. Schumacher 1996, p. 43.
  18. Schumacher 1996, p. 44-45.
  19. Schumacher 1996, p. 53.
  20. Brend 2001, p. 101-102.
  21. (en) Peter Buckley, The Rough Guide to Rock, Rough Guides,‎ 2003, 3e éd. (ISBN 978-1-85828-457-6), p. 742.
  22. Schumacher 1996, p. 54.
  23. (en) Suze Rotolo, A Freewheelin' Time: A Memoir of Greenwich Village in the Sixties, Broadway Books,‎ 2008 (ISBN 0-7679-2687-0), p. 249.
  24. Eliot 1979, p. 61-63.
  25. Schumacher 1996, p. 58, 67, 92.
  26. Eliot 1989, p. 148.
  27. Schumacher 1996, p. 59-63.
  28. Schumacher 1996, p. 84.
  29. Schumacher 1996, p. 98, 101-104.
  30. (en) Phil Ochs, « It Ain't Me, Babe », The Village Voice,‎ 12 août 1967.
  31. (en) Karl Dallas, « Dylan Said It—'I Can't Keep Up With Phil' », Melody Maker,‎ 27 novembre 1965, p. 10.
  32. Schumacher 1996, p. 106.
  33. Schumacher 1996, p. 67.
  34. Schumacher 1996, p. 112-115.
  35. Schumacher 1996, p. 54-55.
  36. Schumacher 1996, p. 118-149.
  37. Cohen 1999, p. 189-191.
  38. Eliot 1989, p. 77, 86-89, 99-103.
  39. Schumacher 1996, p. 76-77, 90-91, 116-117.
  40. Schumacher 1996, p. 91-92, 117.
  41. Schumacher 1996, p. 129-130, 134.
  42. Cohen 1999, p. 191-193.
  43. Brend 2001, p. 106.
  44. Eliot 1989, p. 131-133.
  45. (en) Robert Christgau, « Columns: May 1968 », Esquire,‎ mai 1968 (lire en ligne).
  46. Schumacher 1996, p. 166.
  47. Eliot 1989, p. 136-137.
  48. Jay Warner, Notable Moments of Women in Music, Hal Leonard,‎ 2008 (ISBN 978-1-4234-2951-7), p. 133.
  49. Timothy Dean Taylor, Global Pop: World Music, World Markets, Routledge,‎ 1997 (ISBN 978-0-415-91872-5), p. 225.
  50. Schumacher 1996, p. 95.
  51. Schumacher 1996, p. 139-148, 170-173.
  52. Schumacher 1996, p. 149, 208.
  53. a et b Eliot 1989, p. 193.
  54. Schumacher 1996, p. 110, 160, 214-215, 223-224.
  55. Eliot 1989, p. 140.
  56. Schumacher 1996, p. 182-184.
  57. Schumacher 1996, p. 194-196.
  58. Schumacher 1996, p. 204.
  59. Schumacher 1996, p. 211.
  60. Eliot 1989, p. 175-188.
  61. Schumacher 1996, p. 222-223.
  62. a et b Schumacher 1996, p. 224.
  63. Schumacher 1996, p. 222-227.
  64. Brend 2001, p. 108.
  65. Schumacher 1996, p. 227-233.
  66. Schumacher 1996, p. 216-217, 233.
  67. Schumacher 1996, p. 233.
  68. a et b Eliot 1989, p. 207, 213, 236.
  69. a et b Schumacher 1996, p. 260, 265, 275, 301-302, 310-311.
  70. Schumacher 1996, p. 226, 235, 255.
  71. (en) Peter Werbe, « Schumacher interview/Phil Ochs »,‎ 1997 (consulté le 14 avril 2012).
  72. Schumacher 1996, p. 239-253.
  73. Schumacher 1996, p. 256-259.
  74. Schumacher 1996, p. 262-263, 271.
  75. Schumacher 1996, p. 264, 271.
  76. (en) « Phil Ochs Biography », SonnyOchs.com (consulté le 7 avril 2012)
  77. a et b Schumacher 1996, p. 279-285.
  78. Schumacher 1996, p. 263-264, 269, 271.
  79. Schumacher 1996, p. 255.
  80. Eliot 1989, p. 216.
  81. Schumacher 1996, p. 287-297.
  82. Schumacher 1996, p. 298-299.
  83. Schumacher 1996, p. 304-306.
  84. Schumacher 1996, p. 310-311.
  85. Schumacher 1996, p. 312-318.
  86. Schumacher 1996, p. 327-333.
  87. Schumacher 1996, p. 339–341.
  88. Schumacher 1996, p. 349.
  89. Schumacher 1996, p. 344-352.
  90. Schumacher 1996, p. 354-355.
  91. (en) Robert Christgau, « Phil Ochs 1940-1976 », The Village Voice,‎ 19 avril 1976 (lire en ligne).
  92. a et b (en) Sonny Ochs, « Remembering Phil Ochs: History of Phil Ochs Song Nights » (consulté le 14 avril 2012).
  93. Cohen 1999, p. 273-294.
  94. (en) Matt Shimmer, « Poison Ochs: A Tribute to Phil Ochs » (consulté le 7 avril 2012).
  95. Cohen 1999, p. 294.
  96. Cohen 1999, p. 274.
  97. (en) Pamela Winters, « Richard Thompson: Plunging the Knife in Deeper », Paste,‎ 9 juin 2003 (consulté le 7 avril 2012).
  98. (en) « New Jefferson Starship Album of Formative Folk Treasures: Jefferson's Tree of Liberty », Top40 Charts.com,‎ 8 août 2008 (consulté le 7 avril 2012).
  99. (en) Janet Maslin, « Film: Phil Ochs, A Short Biography », The New York Times,‎ 16 février 1984 (lire en ligne).
  100. (en) Bob Baker, « Tracing the Arc of a Tragic Folk Singer », The New York Times,‎ 26 décembre 2010 (lire en ligne).
  101. (en) Mark Bell, « 2010 Woodstock Film Festival Announces Lineup », Film Threat,‎ 1er septembre 2010 (consulté le 7 avril 2012).
  102. (en) « First Run Features: PHIL OCHS », First Run Features (consulté le 7 avril 2012).
  103. (en) David Rooney, « Phil Ochs: There But for Fortune -- Film Review », The Hollywood Reporter,‎ 2 janvier 2011 (lire en ligne).
  104. (en) Simon Vozick-Levinson, « 'Phil Ochs: There But for Fortune,' a great documentary about an underappreciated folk singer », Entertainment Weekly,‎ 10 décembre 2010 (consulté le 7 avril 2012).
  105. (en) David Burger, « "American Masters" to feature Phil Ochs and Cab Calloway in 2012 », The Salt Lake Tribune,‎ 21 décembre 2011 (lire en ligne).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • (en) Mark Brend, American Troubadours: Groundbreaking Singer-Songwriters of the 60s, Backbeat Books,‎ 2001 (ISBN 978-0-87930-641-0)
  • (en) David Cohen, Phil Ochs: A Bio-Bibliography, Greenwood Press,‎ 1999 (ISBN 978-0-313-31029-4)
  • (en) Marc Eliot, Death of A Rebel: Starring Phil Ochs and a Small Circle of Friends, Anchor Press,‎ 1979 (ISBN 978-0-385-13610-5)
    Traduction française par Jacques Vassal : Phil Ochs, vie et mort d'un rebelle, Albin Michel, 1979.
  • (en) Marc Eliot, Death of A Rebel: Starring Phil Ochs and a Small Circle of Friends, Franklin Watts,‎ 1989 (ISBN 978-0-531-15111-2)
  • (en) Michael Schumacher, There But for Fortune: The Life of Phil Ochs, Hyperion,‎ 1996 (ISBN 978-0-7868-6084-5)