The Weavers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

The Weavers est un quatuor de musique folk de la région de Greenwich Village, à New York, fondé en 1948 et principalement actif durant les années 1950. Ils chantent des chansons traditionnelles du monde entier comme le blues, le gospel, des chansons pour enfants, des chansons de travailleurs, des ballades américaines. Leur carrière annonce le retour de la folk music des années 1960, inspirant des groupes comme The Kingston Trio ou Peter, Paul and Mary,The Rooftop Singers et Bob Dylan.

Pete Seeger, membre fondateur des Weavers, quitte le groupe en 1958 pour entamer une carrière solo. Le groupe se sépare en 1964 et se réunit occasionnellement dans les décennies qui suivent.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le groupe des "Weavers" fut formé en novembre 1948 par Ronnie Gilbert (en), Lee Hays, Fred Hellerman (en), et Pete Seeger[1]. En 1940 et 1941, Hays et Seeger avaient déjà co-fondé un groupe précédent, Les Almanac Singers (en), qui avait fait la promotion de la paix et de l' isolationisme pendant la Seconde Guerre mondiale, travaillant avec l'" American Peace Committee (en)". Ils présentaient de nombreuses chansons s'opposant à l'entrée en guerre des États-Unis . En juin 1941, le mois même ou l'Allemagne envahit l'Union soviétique, l' APC changa de nom pour l'" American People's Committee" et modifia son but pour supporter l'entrée en guerre américaine. les " Almanacs" supportèrent ce changement et produisirent de nombreuses chansons favorable à la guerre incitant les américains à se battre aux côtés des forces alliées. Le groupe se dissout après l'entrée en guerre des États-Unis. Le nouveau groupe tira son nom d'une pièce de Gerhart Hauptmann, Die Weber (The Weavers (play) (en) de 1892), énergique décrivant l'histoire des tisserands de Silésie en 1844, qui comportait les lignes suivantes: "I'll stand it no more, come what may". Après une période difficile sans possibilité de trouver des engagements, ils s'installèrent dans une offre avec succès dans un club de Jazz :le :Village Vanguard. Ceci conduisit à leur découverte par un arrangeur Gordon Jenkins et leur permis de signer avec le label Decca Records. Le groupe eu un succès important en 1950 avec la chanson de Lead Belly: "Goodnight, Irene (en)", associé à la chanson de 1941 "Tzena, Tzena, Tzena", qui en retour devint un best-seller[1]. l'enregistrement resta comme numéro un du Hit parade pendant 13 semaines. Comme cela était l'habitude à cette époque, cet enregistrement et d'autres de la période initiale des "Weavers" avaient un accompagnement de violons et d' orchestration en plus des instruments à cordes propre au groupe. En raison de leur marque très "rouge" lors de la chasse aux sorcières dans les années 1950, leur manageur, Pete Cameron, les mit en garde de ne pas chanter leurs chansons les plus explicitement politiques et d'éviter les évènements trop engagés. À cause de cela, certains fans de chansons folk les critiquèrent, estimant qu'ils tempéraient trop leur croyances en rendant trop commercial le style de leur chanson. Mais les "Weavers" pensèrent qu'il était pire de présenter leurs chansons devant le public pour éviter le type d'engagement qui avait conduit à la dissolution des " Almanacs". La nouvelle approche s'avéra un succès, aboutissant à de nombreux engagement et une demande croissante pour des enregistrements. Le succès des concerts des "Weavers" et sa position au hit parade des enregistrement aida à introduire de nouvelles audiences avec un retour aux standards du folk tels que "On Top of Old Smoky (en) "[1] (avec la voix comme invité de Terry Gilkyson), "Follow the Drinking Gourd", "Kisses Sweeter than Wine", "The Wreck of the John B" (aka "The John B. Sails (en) "), "Rock Island Line (song) (en)", "Midnight Special (song) (en)", "Pay Me My Money Down (en)", et "Darling Corey (en)". Les "Weavers" encouragèrent le chant du public lors de leurs concerts, et Pete Seeger énonçait parfois les paroles une ligne en avance[1].

Dans un interview en 1968[2], en réponse la remarque que les compagnies de disque avaient du mal à classifier les " Weavers", Pete Seeger dit aux chroniqueurs musicaux "leave that up to the anthropologists, the "folklorists".... For you and me, the important thing is a song, a good song, a true song.... Call it anything you want."[1]: "laisser cela aux anthropologues, aux spécialistes du folklore... pour vous et moi, l'important est qu'une chanson, une bonne chanson soit une chanson vrai. Appeler cela comme vous voulez. ".

Les films des " Weavers " sont relativement rares. Le groupe apparait dans une scène particulière d'un film musical nommé Disc Jockey en (1951), et cinq de leurs enregistrements à succès furent filmés la même année pour le producteur de télévision Lou Snader: "Goodnight, Irene", "Tzena, Tzena, Tzena", "So Long", "Around the World", et "The Roving Kind (song) (en) Durant la chasse aux sorcière du " Red Scare", Pete Seeger et Lee Hays furent dénoncés comme membres du Partie Communiste américain par le FBI par Harvey Matusow] (qui plus tard se rétracta), ce qui aboutit à leur mise en demeure de venir témoigner devant la commission " House Committee on Un-American Activities (en) en 1955. Hays fit appel au cinquième Amendement de la Constitution des États-Unis. Pete Seeger, refusa de répondre aux questions, au prétexte du cinquième Amendement de la Constitution des Etats Unis,Il fut le premier à faire ainsi après condamnation des Dix d'Hollywood en 1950.

Pete Seeger fut jugé coupable et soumit à des restrictions de liberté par la cour en attendant un appel, mais en 1961 sa condamnation fut levée pour des arguments techniques [3]. Du fait que Pete Seeger faisait partie de la liste noire des Dix d'Hollywood de l'industrie du spectacle, l'ensemble du groupe des " Weavers" fut placé sous la surveillance du FBI et ne fut pas autorisé à se produire à la télévision ou à la radio durant la période du Mac Carthisme.

Decca Records mit fin à leur contrat d'enregistrement et retira leurs disques de son catalogue en 1953[4].

Leurs enregistrements ne furent plus diffusés sur les ondes, ce qui entraina la chute de leurs revenus provenant des droits d'enregistrements. L'aile droite du pays et les groupes anti-Communistes manifestèrent lors de leurs spectacles et s’acharnèrent sur les promoteurs. Du fait que les revenus du groupe diminua rapidement, ils se séparèrent en 1952. Après cela, Pete Seeger poursuivit sa carrière en solo, bien que comme les autres, il continua à souffrir des effets de la présence de son nom sur la liste noire.

En décembre 1955, le groupe se réunit pour jouer un concert à guichets fermés au Carnegie Hall. Le concert fut un énorme succès . L'album de l'enregistrement du concert au Carnégie Hall fut produit par un label indépendant Vanguard Records, et cela les conduisit à signer un contrat avec ce label. Vers la fin des années 1950,la musique folk émergea dans la popularité alors que le Mc Carthisme s'estompait. Cependant l'industrie des médias de cette époque était si timide et conventionnelle que ce ne fut que sous le poids du courant révolutionnaire des années 1960 que Pete Seeger fut capable de surmonter cette mise à l'écart en apparaissant sur les chaines de télévision nationales dans un show intitulé The Smothers Brothers Comedy Hour (en), en 1968[5].

Quand à la fin des années 1950, le groupe des " Weavers" accepta de fournir les chants pour une publicité TV pour une marque de cigarettes, Pete Seeger, opposé aux dangers du tabac et découragé de l'implication du groupe dans des intérêts commerciaux, décida de démissionner . Il passa une dernière année avec les " Weavers " pour honorer ses engagements, mais se décrivit lui-même comme se sentant prisonnier. Il quitta le groupe le 1er avril 1958. Pete Seeger recommanda Erik Darling du groupe des The Tarriers (en) pour le replacer. Darling resta avec le groupe jusqu'en juin 1962, puis le quitta pour poursuivre sa carrière en solo et ultérieurement pour former le trio de folk-jazz trio The Rooftop Singers. Frank Hamilton (musician) (en), qui remplaça Darling, resta avec le groupe 9 mois , donnant son préavis juste avant que les " Weavers" célèbrent le 15e anniversaire du groupe avec deux nuits de concerts au Carnegie Hall en mars 1963. Le chanteur de musique Folk Bernie Krause, qui sera plus tard un pionnier en introduisant le synthésiseur Moog (Moog synthesizer (en)) dans la musique populaire, fut le dernier titulaire à occuper la " chaire de Pete Seeger." Le groupe se sépara en 1964, mais Gilbert, Hellerman, et Hays se réunir occasionnellement avec Pete Seeger durant les 16 années suivantes.

En 1980, Lee Hays, déjà malade et utilisant un fauteuil roulant pour se déplacer, tenta de réunir les membres fondateur des "Weavers" pour un dernier spectacle ensemble. Le piquenique informel de Hay se transforma en une réunion professionnel et un retour triomphal au Carnegie Hall le 28 novembre, 1980, qui fut la dernière performance pour toujours de la bande des quatre. Un film documentaire intitulé : The Weavers: Wasn't That a Time! (en) (1982), fut réalisé après la mort de Hays, et raconte l'histoire du groupe et les évènements ayant conduit à leur réunion.


Par la suite[modifier | modifier le code]

À la suite de la dissolution du groupe, Ronnie Gilbert fit le tour des États-Unis comme soliste et Fred Hellerman travailla comme ingénieur d'enregistrement et producteur de disque . Le groupe fut intronisé dans le Vocal Group Hall of Fame (en) in 2001 comme représentatif de sa décennie pour la catégorie Folksong.

En février 2006, les " Weavers reçurent le " Grammy Lifetime Achievement Award (en) attribué annuellement lors des " Grammy awards". Représenté par deux des membres: Ronnie Gilbert et Fred Hellerman, ils firent vibrer la corde sensible de la foule en racontant leur lutte acharnée contre les pouvoirs politiques, qui les avaient chassés dans les années 1950 . : "If you can exist, and stay the course -- not a course of blind obstinacy and faulty conception -- but one of decency and good sense, you can outlast your enemies with your honor and integrity intact, " dit Hellerman. Certains commentateurs y virent une référence à la l"entêtement aveugle" comme une critique voilée à ceux qui ont cru voir partout l'existence des actions du Parti Communiste. Lee Hays mourut en 1981, à l'âge de 67 ans , et sa biographie, intitulée Lonesome Traveler par Doris Willens, fut publiée en 1988[6]. Erik Darling mourut le 3 août 2008, à l'äge de 74 ans , à Chapel Hill, North Carolina, Caroline du Nord, d'un lymphome. Après une très longue carrière comme musicien et activiste, Pete Seeger mourut à l'âge de 94 ans le 27 janvier, 2014, à New York,Ronnie Gilbert est la dernière survivante du groupe et vit en Californie.

Membres[modifier | modifier le code]

discographie et CD[modifier | modifier le code]

  • The Weavers' Greatest Hits
  • At Carnegie Hall (The Weavers album) (en) en Live
  • The Weavers at Carnegie Hall Vol. 2 (en)
  • Wasn't That a Time! coffret
  • Best of the Vanguard Years
  • The Weavers Reunion at Carnegie Hall: 1963 (Live)
  • The Reunion at Carnegie Hall, 1963, Pt. 2 (Live)
  • The Weavers at Home - Vanguard VRS 9024 (1957–58)
  • Travelling On with The Weavers VRS 9043 (1957–58)
  • Reunion at Carnegie Hall No. 2 (Live)
  • Rarities from the Vanguard Vault
  • Kisses Sweeter Than Wine (compilation of 1950-51 live shows, edited by Fred Hellerman)
  • The Weavers Almanac
  • The Best of the Decca Years
  • Ultimate Collection
  • The Weavers Classics
  • Best of the Weavers
  • Gospel
  • Goodnight Irene: Weavers 1949-53 boxed set
  • We Wish You a Merry Christmas
  • The Weavers on Tour (Live) - Vanguard VRS 9013
  • Together Again (Live at Carnegie Hall in 1980, recorded in 1981) Loom 10681
  • The Weavers: Wasn't That a Time! (en) (vidéo)

Films[modifier | modifier le code]

voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Modèle:Pop Chronicles
  2. Modèle:Gilliland
  3. "Sing out, warning! sing out, love!": the writings of Lee Hays, by Lee Hays and Steven Koppelman (Amherst and Boston: University of Massachusetts Press, 2003), p. 116.
  4. The Weavers Vocal Group Hall of Fame.
  5. Dangerously Funny: The Uncensored Story of the Smothers Brothers Comedy Hour, by David Bianculli, Touchstone, 2009.
  6. Willens, D. Lonesome Traveler: The Life of Lee Hays, W.W. Norton, 1988.