Gordon Lightfoot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lightfoot.

Gordon Lightfoot

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Gordon Lightfoot au Massey Hall à Toronto

Informations générales
Naissance 17 novembre 1938
Orillia, Ontario
Activité principale Auteur-compositeur-interprète, musicien
Genre musical folk
Instruments Guitare, piano
Années actives Depuis 1950
Labels United Artists Records
Reprise Records
Warner Bros. Records
Linus Entertainment

Gordon Meredith Lightfoot, C.C., O.Ont., (né le 17 novembre 1938) est un auteur-compositeur-interprète, poète et chanteur folk canadien anglophone. Il est membre de l'Ordre du Canada.

Sous le titre "Dans la brume du matin", Joe Dassin a popularisé la version française de "In The Early Morning Rain".

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et premières années[modifier | modifier le code]

Lightfoot est né à Orillia, en Ontario, fils d'un gérant d'une grande entreprise de nettoyage à sec. Dans sa jeunesse, il apparaît régulièrement à la radio locale d'Orillia, interprétant des opérettes et des oratorios, et gagne en exposition lors de divers festivals de musique Kiwanis. Il a douze ans quand il fait sa première apparition au Massey Hall à Toronto, après avoir remporté un concours pour garçons dont les voix n'ont pas encore mué. Adolescent, Lightfoot apprend le piano et à jouer de la batterie et des percussions. Il donne divers concerts dans la région de Muskoka, une station balnéaire au nord d'Orillia, chantant en compensation de "quelques bières"[1]. À l'école secondaire, Lightfoot se produit régulièrement et apprend à jouer de la guitare folk en autodidacte. Il est alors influencé par l'auteur-compositeur américain du 19e siècle Stephen Foster[2].

Lightfoot déménage en Californie en 1958, où il étudie la composition et l'orchestration de jazz pendant deux ans au Hollywood Westlake College of Music, où se trouvent de nombreux étudiants canadiens. Pour subvenir à ses besoins, il enregistre des maquettes et écrit, arrange et produit des jingles commerciaux. Il est influencé par la musique folk de Pete Seeger, Bob Gibson, Ian et Sylvia Tyson et The Weavers. Il vit à Los Angeles pendant un certain temps, mais Toronto lui manque et il déménage en 1960[3]. Il vit dès lors au Canada, bien qu'il travaille beaucoup aux États-Unis[4].

Après son retour au Canada, Lightfoot joue avec The Swinging Eight, un groupe présent sur Country Hoedown, une émission de musique country sur CBC Television. Il est bientôt connu dans les cafés de Toronto, promouvant la musique folk. En 1962, il sort deux singles qui sont des succès locaux à Toronto et obtiennent un certain temps d'antenne ailleurs au Canada. "(Remember Me) I'm the One" est en 3e position sur la radio CHUM de Toronto en juillet 1962, et l'un des 20 succès sur CKGM de Montréal. Avec "Negotiations"/"It's Too Late, He Wins", il atteint la 27e position sur CHUM en décembre. Il chante avec Terry Whelan dans un duo appelé les Two-Tones. Ils enregistrent un album live qui est publié en 1962 appelé Two-Tones at the Village Corner[5].

En 1963, Lightfoot voyage en Europe où, au Royaume-Uni, il anime pendant un an l'émission Country and Western Show sur la BBC TV. En 1964, il retourne au Canada où il commence à se forger une réputation en tant que compositeur. Ian & Sylvia enregistrent "Early Mornin' Rain" et "For Lovin' Me", et un an plus tard, les deux chansons sont ré-enregistrées par Peter, Paul and Mary.

Début chez United Artist[modifier | modifier le code]

En 1965, Lightfoot signe un contrat de management avec Albert Grossman, qui fut également manager de Bob Dylan. Cette même année, il signe un contrat d'enregistrement avec United Artists et sort le single I’m not saying. Ses apparitions au Newport Folk Festival, à The Tonight Show et au Town Hall de New York augmente son nombre de fans et sa renommée. En 1966, il sort son premier album Lightfoot!, qui lui vaut une reconnaissance accrue en tant que chanteur et compositeur.

Lightfoot reçoit une commande de la CBC pour écrire le Canadian Railroad Trilogy pour une émission spéciale le 1er janvier 1967, pour célébrer le centenaire du Canada[6]. Entre 1966 et 1969, Lightfoot enregistre quatre albums supplémentaires pour United Artists: The Way I Feel (1967), Did She Mention My Name? (1968), Back Here on Earth (1968), et le live Sunday Concert (1969). Son plus grand succès de l'époque est une interprétation de Bob Dylan Just Like Tom Thumb's Blues, qui atteint la 3e place des charts canadiens en décembre 1965. Au niveau international, ces albums sont bien accueillies sans toutefois contenir des tubes. Hors du Canada, il reste alors plus connu en tant qu'auteur-compositeur que comme interprète.

Le succès de Lightfoot en tant qu'artiste de scène continue de croître tout au long des années 1960. Il entame sa première tournée nationale au Canada en 1967, et se produit aussi à New York. Entre 1967 et 1974, Lightfoot réalise une tournée en Europe et est bien reçue lors de ses deux tours en Australie.

United Artists sort régulièrement des Best of dans les années 1970, lorsque Lightfoot obtient le succès sur ses prochains labels Warner Bros. et Reprise.

Passage chez Reprise Records-Warner Bros. Records[modifier | modifier le code]

Lightfoot signe avec Warner Bros. / Reprise en 1970 et obtient un grand succès aux États-Unis avec sa chanson If You Could Read My Mind. Il en vend plus d'un million d'exemplaires en début de l'annéee 1971, et reçoit un disque d'or[7]. La chanson est à l'origine présenté sur son album de 1970 Sit Down Young Stranger, mais qui ne se vend pas bien. Après le succès de la chanson, l'album et réédité sous le nouveau titre If You Could Read My Mind. Il atteint la 5e position du hit-parade à l'échelle nationale et ce succès représente un tournant majeur dans la carrière de Gordon Lightfoot. Cet album contient également une deuxième version de Me and Bobby McGee.

En 1972, il réduit son programme de tournée après avoir contracté une paralysie de Bell, paralysant temporairement une partie de son visage. Malgré sa maladie, il obtient de grands succès au cours des années 1970. En juin 1974, son single Sundown de l'album Sundown devient no 1 dans les charts américains et canadiens. Il se produit deux fois sur NBC dans l'émission The Midnight Special. La chanson Carefree Highway (parlant de l'Arizona State Route 74 à Phoenix), single du même album, se place dans le Top 10 dans les deux pays[8].

Fin novembre 1975, Lightfoot lit un article du magazine Newsweek[9] au sujet de la perte du SS Edmund Fitzgerald, qui coula dans le lac Supérieur lors d'une violente tempête le 10 novembre, entraînant la perte de l'ensemble des 29 membres d'équipage. Dans sa chanson, The Wreck of the Edmund Fitzgerald, sorti en 1976, la plupart des paroles sont basées sur les faits contenus dans l'article, et atteint la deuxième position du Billboard charts aux États-Unis, et devient numéro un au Canada. En 1978, sa chanson The Circle Is Small (I Can See It in Your Eyes) atteint la 33e position dans les charts américains.

Entre 1971 et 1978, il aura sorti 8 albums :

En avril 1987, il dépose une plainte contre le compositeur Michael Masser, affirmant que la mélodie de Masser pour la chanson The Greatest Love of All, enregistrée par George Benson (1977) et Whitney Houston (1985), reprenait 24 mesures de sa chanson If You Could Read My Mind. Lightfoot déclara plus tard qu'il ne voulait pas que les gens pensent qu'il avait lui-même copié sa mélodie à partir de celle de Masser.

Au cours des années 1980 et 1990, il enregistre six nouveaux albums et une compilation pour Warner Bros./Reprise : Dream Street Rose (1980), Shadows (1982), Salute (1983), East of Midnight (1986), Gord's Gold, Vol. 2 (1988), Waiting for You (1993) et A Painter Passing Through (1998).

Maladie et retour[modifier | modifier le code]

Gordon Lightfoot en concert à Interlochen, Michigan

En janvier 2002, Lightfoot écrit 30 nouvelles chansons pour son prochain album studio. Il enregistre des démos guitare et vocal de certaines de ces nouvelles chansons. En septembre, avant un concert à Orillia, il souffre de maux d'estomac sévère et il est transporté au McMaster Medical Centre, à Hamilton, en Ontario. Il est opéré pour une rupture d'anévrisme de l'aorte abdominale, et il demeure dans un état ​​grave à l'unité de soins intensifs. Lightfoot passe six semaines dans le coma subit une trachéotomie, ainsi que quatre opérations chirurgicales supplémentaires[10]. Tous ses autres dates de concert de 2002 sont annulées. En décembre, plus de trois mois après avoir été transporté au centre médical, il est apte à poursuivre sa convalescence à son domicile.

En 2003, il subit une intervention chirurgicale pour poursuivre le traitement de son état ​​abdominale. En novembre, il signe un contrat d'enregistrement avec Linus Entertainment et commence à répéter avec son groupe pour la première fois depuis sa maladie. Toujours en 2003, Borealis Records, un label liée à Linus Entertainment, sort Beautiful: A Tribute to Gordon Lightfoot. Sur cet album, divers artistes, tel que Cowboy Junkies, Bruce Cockburn, Jesse Winchester, Maria Muldaur, et The Tragically Hip interprètent des chansons de Lightfoot. La dernière piste de l'album, "Lightfoot", est la seule chanson inédite, composée et interprétée par Aengus Finnan.

En janvier 2004, Lightfoot acheve ses travaux sur son album Harmony, enregistré en grande partie avant sa maladie. L'album sort le 11 mai de cette année. En juillet 2004, il fait une interprétation surprise au Mariposa Folk Festival, son premier depuis sa maladie, interprétant "I'll Tag Along" en solo. En août, il joue un solo de cinq chansons à Peterborough, en Ontario, pour une association caritative à la suite d'inondations. En novembre, il fait son retour tant attendu à la scène avec deux concerts à guichets fermés à Hamilton, en Ontario.

Son nouvel album se vend bien et il fait une apparition sur l'émission Canadian Idol, où les six meilleurs concurrents interprète chacun une de ses chansons, puis pour finir une performance de groupe sur sa chanson Canadian Railroad Trilogy. En 2005, il fit une tournée discrète appelée Better Late Than Never Tour.

Le 14 septembre 2006, en plein milieu d'un concert, il fait un AVC mineur qui lui fait perdre l'usage du majeur et de l'annulaire de sa main droite. Il retourne en concert neuf jours plus tard, et pour un bref moment utilise un guitariste pour les passages les plus difficiles[11]. Depuis 2007, Lightfoot a retrouvé le plein usage de sa main droite et joue toutes les parties de guitare de concert comme il les a écrites à l'origine[12].

Alors qu'une tournée était prévue pour 2008, Barry Harvey, manager de Lightfoot, décède à 56 ans le 4 décembre 2007. Fin 2009, Lightfoot entreprend une tournée dans 26 villes.

En février 2010, Gordon Lightfoot est victime d'un canular douteux quand le journaliste David Akin de CTV annonce sur Twitter et Facebook qu'il est mort [13]. Chez son dentiste au moment où la rumeur se répand, Lightfoot entend la nouvelle à la radio sur son trajet de retour[14]. Il dissipe l'inquiétude de ses fans en téléphonant à Charles Adler de CJOB. En 2012, Lightfoot continue à se produire sur scène, comme le 15 juin à Ottawa à guichets fermés, au Centre national des Arts.

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Lightfoot a été marié deux fois. La première fois en avril 1963 avec Brita Ingegerd Olaisson, une Suédoise avec laquelle il a deux enfants, Fred et Ingrid. Ils divorcent en 1973, le mariage se terminant en partie en raison de son infidélité (avec sa copine de l'époque, Cathy Smith (en), connue ensuite pour avoir préparé le mélange d'héroïne et cocaïne provoquant la mort de l'acteur John Belushi). Après avoir été célibataire pendant 16 ans, il épouse Elizabeth Moon en 1989 avec laquelle il a à nouveau deux enfants, Miles et Meredith. Il a joué avec certains des membres de son groupe pendant plus de 40 ans[15].

Distinctions et récompenses[modifier | modifier le code]

étoile de Gordon Lightfoot sur l'Allée des célébrités canadiennes

En dehors des récompenses reçues pour ses albums et singles, Gordon Lightfoot reçut seize prix Juno[16] comme chanteur folk en 1965, 1966, 1968, 1969, 1973, 1974, 1975, 1976 et 1977; comme interprète masculin en 1967, 1970, 1971, 1972 et 1973; et en tant que compositeur de l'année en 1972 et 1976. Il reçut des prix de l'ASCAP comme Auteur-compositeur en 1971, 1974, 1976 et 1977, et fut nominé pour cinq Grammy Awards. En 1980, il est nommé chanteur canadien masculin de la décennie, pour son travail dans les années 1970.

Lightfoot fut intronisé au panthéon de la musique canadienne en 1986 et au Canadian Country Music Hall of Fame en 2001. Il fut intronisé sur l'Allée des célébrités canadiennes en 1998. Le 14 juin 2012, Gordon Lightfoot fut intronisée au Songwriters Hall of Fame, lors d'une cérémonie à New York. En mai 2003, il fut nommé Compagnon de l'Ordre du Canada. Lightfoot est également membre de l'Ordre de l'Ontario. En 2007, Postes Canada a honoré Lightfoot ainsi que trois autres grands artistes de musique canadienne (Anne Murray, Paul Anka, et Joni Mitchell) avec les timbres-poste mettant en évidence leurs noms et images[17].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

Année Titre Hit-parade Certification Label
CAN US CRIA RIAA
1966 Lightfoot! United Artists
1967 The Way I Feel
1968 Did She Mention My Name 21
Back Here on Earth 21
1969 Sunday Concert (live) 21
1970 Sit Down Young Stranger[18] 12 12 Or Reprise Records
1971 Summer Side of Life 3 38
1972 Don Quixote 1 42
Old Dan's Records 3 95
1974 Sundown 1 1 Platine
1975 Cold on the Shoulder 3 10
1976 Summertime Dream 1 12 Platine Platine
1978 Endless Wire 2 22 Or Warner Bros. Records
1980 Dream Street Rose 9 60
1982 Shadows 16 87
1983 Salute 59 175
1986 East of Midnight 37 166 Or
1993 Waiting for You 24
1998 A Painter Passing Through 92
2004 Harmony 13 Linus Entertainment
2012 All Live 16 Rhino Records

Compilations[modifier | modifier le code]

Année Titre Hit-parade Certification Label
CAN US CRIA RIAA
1969 Early Lightfoot 69 AME
1970 The Best of Gordon Lightfoot United Artists
1971 Classic Lightfoot - The Best of Gordon Lightfoot, Vol. 2 41 178
1972 A Lightfoot Collection - The Best of Gordon Lightfoot, Vol. 3
1974 The Very Best of Gordon Lightfoot 155
1975 The Very Best of Gordon Lightfoot, Vol. 2
Gord's Gold 8 34 2 × Platine 2 × Multi-Platine Reprise Records
1976 Early Morning Rain EMI
1985 Songbook Pair
1988 Gord's Gold, Vol. 2 Platine Or Reprise Records
1989 The Best of Gordon Lightfoot Curb
1990 If You Could Read My Mind Reprise Records
1992 The Original Lightfoot 58 United Artists
1993 The United Artists Collection
1999 Songbook Rhino Records
2002 Complete Greatest Hits 21 128 Or[19] Or
2003 Beautiful: A Tribute to Gordon Lightfoot Borealis

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « After "Sundown" Gordon Lightfoot makes up for lost time », sur corfid.com (consulté le 1 août 2012)
  2. (en) Marco Adria, Music of Our Times : Eight Canadian Singer-Songwriters, James Lorimer & Co,‎ 1990, 158 p. (ISBN 978-1550283150), p. 15
  3. (en) « Gordon Lightfoot — Portrait of a Painter », sur larrywayneclark.com,‎ 2002 (consulté le 1 août 2012)
  4. (en) « A conversation with folk music legend Gordon Lightfoot », sur connectsavannah.com,‎ 2010 (consulté le 1 août 2012)
  5. « Gordon Lightfoot Albums », sur lightfoot.ca (consulté le 1 août 2012)
  6. (en) « Gordon Lightfoot: Birth of Canadian Railroad Trilogy », sur cbc.ca (consulté le 10 août 2012)
  7. (en) Joseph Murells, The Book of Golden Discs, Barrie & Jenkins,‎ 1978, 413 p. (ISBN 978-0214205125), p. 282
  8. (en) « Gordon Lightfoot Chronology », sur lightfoot.ca (consulté le 11 août 2012)
  9. (en) « Wreck Of The Edmund Fitzgerald », sur gordonlightfoot.com (consulté le 11 août 2012)
  10. (en) « Gordon Lightfoot beats the odds and keeps singing », sur thedailypage.com,‎ 2011 (consulté le 1 août 2012)
  11. (en) « Stroke doesn't diminish Lightfoot's skills as an entertainer », sur onmilwaukee.com,‎ 2006 (consulté le 1 août 2012)
  12. (en) « Gordon Lightfoot At Massey, November, 2006 », sur gordonlightfoot.com,‎ 2006 (consulté le 1 août 2012)
  13. (en) « Gordon Lightfoot very much alive », sur theglobeandmail.com,‎ 2010 (consulté le 1 août 2012)
  14. (en) « Gordon Lightfoot: This is your death on Twitter », sur latimesblogs.latimes.com,‎ 2010 (consulté le 1 août 2012)
  15. (en) « At 71, Gordon Lightfoot is touring, making more music », sur gordonlightfoot.com,‎ 2010 (consulté le 1 août 2012)
  16. Connu jusqu'en 1970 comme le RPM Gold Leaf Award
  17. (en) « Gordon Lightfoot, philatelic record », sur collectionscanada.gc.ca,‎ 2008 (consulté le 1 août 2012)
  18. Réédité comme If You Could Read My Mind en 1971.
  19. (en) Canadian Recording Industry Association, « Gold & Platinum Certification – Octobre 2002 », sur cria.ca (consulté le 1 août 2012)

Source de la traduction[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]