Chicago Seven

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Chicago seven (« les sept de Chicago ») étaient sept prévenus (Abbie Hoffman, Jerry Rubin, David Dellinger, Tom Hayden, Rennie Davis, John Froines, et Lee Weiner) accusés de conspiration, incitation à la révolte, et d'autres charges, en rapport avec les manifestations qui s'étaient déroulées à Chicago, lors de la Convention démocrate de 1968. Un huitième homme, Bobby Seale, dirigeant des Black Panthers et faisant initialement partie de ce groupe, fut jugé séparément lors du procès.

Histoire[modifier | modifier le code]

La Convention démocrate de 1968 à Chicago, qui avait vu la nomination d'Hubert Humphrey comme candidat à l'élection présidentielle, fut perturbée le 28 août par une manifestation des opposants à la guerre du Viêt Nam et au président en exercice, le démocrate Lyndon Johnson. La manifestation était interdite aux alentours de l'International Amphitheatre, où devait se dérouler la convention, par la municipalité dirigée par Richard Daley. Cependant, plusieurs milliers de manifestants essayèrent de marcher vers le lieu de la convention. Ils furent arrêtés en chemin par la police, qui utilisa des gaz lacrymogènes et des matraques. Cette confrontation violente fut filmée et diffusée dans les journaux télévisés.

À la suite de ces événements, un grand jury fédéral inculpa huit responsables de la manifestation et huit officiers de police, les uns pour conspiration en franchissant les frontière d'un État en vue d'inciter à la révolte, et les autres pour violation des droits civiques. Le procureur général Ramsey Clark, considérant que les violences étaient essentiellement dues aux actions de la police de Chicago, retarda la procédure. Celle-ci fut relancée lorsque Richard Nixon arriva au pouvoir.

Le procès commença le 20 mars 1969. Au début du procès, Bobby Seale, insulta copieusement et longuement le juge Julius Hoffman sans vouloir s'arrêter. Le juge le fit ligoter et bâillonner, puis sépara son cas de celui des autres et Seale fut plus tard condamné à quatre ans de prison pour outrage. Lors de la suite du procès, Abbie Hoffman, fondateur du Youth International Party, et Jerry Rubin défièrent le juge durant la suite du procès par des attitudes provocatrices et des propos irrévérencieux, le comparant par exemple à un nazi ou l'incitant à prendre du LSD. Des personnalités de la gauche et de la contre-culture américaine furent appelées à témoigner, comme Norman Mailer, Arlo Guthrie, Timothy Leary ou Jesse Jackson.

Le 18 février 1970, tous les inculpés furent acquittés des charges de conspiration. Cinq d'entre eux furent néanmoins reconnus coupables d'avoir franchi la frontière d'un État pour inciter à la révolte, c'est-à-dire un crime en regard d'une loi de 1968 contre les émeutes. Hoffman, Rubin, Dellinger, Hayden et Davis furent ainsi condamnés à une amende de 5 000 dollars et à une peine de prison de cinq ans. Le 21 novembre 1972, ces condamnations ont été annulées par la Cour d'appel des États-Unis pour le septième circuit, qui considéra que le juge avait été partial dans son refus de permettre aux avocats de la défense de filtrer les jurés en fonction de leurs préjugés culturels ou raciaux. Le ministère de la Justice décida de ne pas rejuger l'affaire. Pendant le procès, tous les accusés et les deux avocats de la défense avait été poursuivis pour outrage et condamnés à de la prison, mais ces condamnations ont également été annulées.

Notes et références[modifier | modifier le code]