Albert Devèze

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Devèze.

Albert Joseph Charles Devèze (Ypres, 6 juin 1881 - Bruxelles, 28 novembre 1959) homme politique libéral belge, ministre d'État, Premier ministre et plusieurs fois ministre. Dans ses mémoires, le Roi Léopold III lui reproche de l'avoir obligé à démettre le général Nuyten, no 1 de l'Armée belge, en 1934, et d'avoir orienté l'armée vers une stratégie de défense électoralement rentable mais militairement irréalisable, affaiblissant ainsi le pays au moment où l'Allemagne se réarmait.

Il faut toutefois nuancer ce propos par l'affaire de Léo Campion et Hem Day. En 1933, Albert Devèze, ministre de la Défense Nationale, dépose un projet de loi interdisant toute propagande pacifiste et toute diffusion d'idées antimilitaristes (ce qui ne constitue sans doute pas une mesure opposée aux défenses belges). Sans attendre, Léo Campion et Hem Day renverront leurs livrets militaires et deviendront les premiers objecteurs de conscience.

Biographie[modifier | modifier le code]

  • Docteur en droit
  • Avocat près la Cour d'appel de Bruxelles
  • 1912-1939 : député de l'arrondissement de Bruxelles
  • 1920-1923 : ministre de la Défense dans le gouvernement de Georges Theunis
  • 1927-1933 : président du parti libéral
  • 1930 : nommé ministre d'État
  • 1932-1936 : ministre de la Défense dans le gouvernement du comte Charles de Broqueville
  • 1939-1946 : député de l'arrondissement de Verviers
  • 1939-1940 : ministre de l'Intérieur
  • 1946-1958 : député de l'arrondissement de Bruxelles
  • 1946 : ministre des Affaires économiques
  • 1949-1950 : ministre de la Défense

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Emile Van Den Berghe, Albert Devèze, Bruxelles, La Renaissance du Livre

Article connexe[modifier | modifier le code]