Myrtille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Comparaison des deux espèces de myrtilles sauvages présentes en Europe : Vaccinium myrtillus (en haut) et Vaccinium uliginosum (en bas)

Les myrtilles sont des fruits produits par diverses espèces du genre Vaccinium (famille des Ericaceae). Ce sont de petites baies de couleur bleu-violacé à la saveur douce et légèrement sucrée.

Dénominations[modifier | modifier le code]

À l'origine du nom et principalement, il s'agit de Vaccinium myrtillus, la myrtille commune, mais l'appellation peut également se rapporter à Vaccinium uliginosum, la myrtille des marais et à plusieurs espèces américaines dont certaines sont cultivées (Vaccinium caespitosum, Vaccinium corymbosum[1], Vaccinium angustifolium, Vaccinium deliciosum, Vaccinium membranaceum, Vaccinium ovalifolium, Vaccinium myrtilloides, etc.).

Les myrtilles poussent sur le myrtillier.

Au sens botanique, les myrtilles appartiennent au groupe des airelles, terme utilisé alors pour l'ensemble des espèces du genre Vaccinium.

Au sens culinaire, on fait la distinction entre les myrtilles (bleues et plutôt sucrées) et les airelles (rouges et plutôt acidulées).

Les myrtilles portent selon les régions divers noms vernaculaires : brimbelles, bleuets, etc.. mais au Canada on utilise généralement le terme de « bleuet » à la fois pour les fruits des Vaccinium angustifolium et Vaccinium myrtilloides, espèces sauvages exclusivement américaines et pour ceux du Vaccinium corymbosum cultivé.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Qualités nutritionnelles et médicinales[modifier | modifier le code]

Composition[modifier | modifier le code]

C'est une des baies les plus légères en sucres et en calories, sa richesse en fibres et en antioxydant lui confère des vertus coupe-faim[2], et elle est très diurétique.

Riche en vitamines hydrosolubles, acides citrique et malique, alcaloïdes indoliques, anthocyanosides (glucosides du delphininol, du cyanidol, du malvidol et du pétunidol), bases quinolizidiniques et tanins, elle possède des propriétés antiseptiques, antidiarrhéiques, antihémorragiques et antihéméralopiques.

C'est un des fruits les plus riches en antioxydants, quelle que soit la méthode de mesure utilisée. Sur trente-huit fruits et légumes analysés, la myrtille est :

Voir le tableau ci-dessous qui donne la composition des blueberries américaines.

Composition de la grosse myrtille américaine (cultivée, blueberry)[modifier | modifier le code]

Myrtille
(composition pour 100 g de baies crues)

Eau : 84 g Cendres totales : 0,2 g Valeur énergétique : 57 kcal Fibres : 2,4 à 7 g
Glucides : 15 g Sucres simples : 10 g Protéines : 0,7 g Lipides : 0,3 g
Sels minéraux et Oligo-éléments
Potassium : 77 mg Phosphore : 12 mg Calcium : 6 mg Magnésium : 6 mg
Sodium : 1 mg Fer : 280 µg Zinc : 160 µg Cuivre : 57 µg
Vitamines
Vitamine C : 9700 µg Vitamine B3 : 420 µg Vitamine B5 : 120 µg Vitamine B6 : 52 µg
Vitamine B2 : 41 µg Vitamine B1 : 37 µg Vitamine K : 19,3 µg Vitamine A : 16 µg
Vitamine E : 0,57 µg
Acides gras
Poly-insaturés : 150 µg Mono-insaturés : 47 µg Saturés : 28 µg

Effet sur la mémoire[modifier | modifier le code]

Une propriété remarquable du jus de myrtilles est sa capacité à restaurer la mémoire des rats âgés : démontré par J.A.Joseph à Boston, cet effet a été confirmé depuis par d'autres équipes. On ignore encore si ce bénéfice pour la mémoire est reproductible chez l'Homme[5]. Les chercheurs étudient des solutions thérapeutiques dans d'autres domaines (prévention des cancers ou maladies dégénératives).

Risque sanitaire[modifier | modifier le code]

Les myrtilles sauvages peuvent être récoltées avec un instrument spécial appelé « peigne » (ici Vaccinium myrtillus dans le Massif central)
  • Echinococcose, danger des myrtilles sauvages : en mangeant, crus, des fruits sauvages contaminés par les déjections de renard, on risque d'attraper l'échinococcose alvéolaire[6]. Cette parasitose très grave est due à Echinococcus multilocularis, un petit ver dont l'adulte parasite l'intestin grêle du renard et qui peut contaminer l'homme. Très rare (15 cas par an en France), cette maladie est due au lent développement du parasite dans le foie. Elle conduisait autrefois à la mort, mais le traitement par l'albendazole en « stabilise » l'évolution. En France, les cas se concentrent dans l'Est et le Massif Central ; on ne connaît presque aucun cas dans les Pyrénées. La cuisson tue le parasite (confiture, tartes), mais aucun autre traitement, comme le lavage ou la congélation, n'est sûr.

Réglementation en France[modifier | modifier le code]

La cueillette des myrtilles est réglementée en France, notamment dans les réserves naturelles. Les règlements, différents d'un lieu à l'autre, évoluent également d'une année à l'autre. Ainsi, dans le parc naturel régional des Ballons des Vosges, la cueillette est autorisée du 15 juillet au 15 décembre pour une consommation familiale (2 kg par jour par personne). L'utilisation du peigne est tolérée dans la partie de la réserve située sur les départements du Territoire de Belfort, des Vosges. Il est interdit en Haute-Saône. Dans les Hautes-Vosges, ce peigne est appelé communément riffle[7], tout comme la myrtille est appelée assez communément "brimbelle" (qui pousse sur le "brimbellier").

Culture[modifier | modifier le code]

La myrtille est la seule plante ayant besoin d’un sol riche en aluminium[8].

Prédateurs[modifier | modifier le code]

Les papillons de nuit (hétérocères) suivants se nourrissent de myrtille :

Les chenilles de Endotricha flammealis (Pyralidae) se nourrissent aussi de myrtille.

Usage culinaire[modifier | modifier le code]

Les baies peuvent être consommées fraîches ou être utilisées en pâtisserie pour confectionner des tartes et divers autres gâteaux. La tarte aux myrtilles est un dessert de saison traditionnel dans les régions montagneuses d'Europe (Alsace, Massif central, Savoie, Vosges, massif ardennais, ...). Le muffin aux myrtilles est un classique de la pâtisserie américaine.

Les myrtilles peuvent également être utilisées pour faire des confitures, des sirops, des sorbets, des tisanes, des eaux-de-vie, des liqueurs ou des vins.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

  • Myrtille est aussi un prénom. Voir Myrtile

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La méthode ORAC (pour Oxygen Radical Absorbance Capacity) est utilisée par l'USDA (United States Department of Agriculture) pour évaluer les aliments ayant un fort pouvoir antioxydant. La méthode est complexe dans le détail et donne plutôt une fourchette de valeurs.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Syndicat des producteurs de myrtilles de France
  2. AL Molan, MA Lila, J. Mawson, "Satiety in rats following blueberry extract consumption induced by appetite-suppressing mechanisms unrelated to in vitro or in vivo antioxidant capacity", Food Chemistry, February 2008
  3. (en) Article sur les teneurs en ORAC de plusieurs fruits sur le site (en) http://www.wildblueberries.com
  4. (en) Base de données des valeurs ORAC de l'USDA
  5. Myrtilles rajeunissent la mémoire: c'est une blague?
  6. Myrtilles et renards
  7. décret ministériel du 4 juillet 2002
  8. La question du chaulage

Sur les autres projets Wikimedia :