Bourdaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Bourdaine (Frangula alnus ou Rhamnus frangula) est un arbuste ou petit arbre de la famille des Rhamnacées qui pousse en milieu très humide et dont l'écorce est utilisée comme purgatif.

La bourdaine est fréquemment désignée par un nom prétendument plus ancien "Frangula dodonei P.Arduino 1766", mais les écrits de Arduino ne présentent pas de vrai nom binomial donnant un statut nomenclatural [1]

Description[modifier | modifier le code]

C'est un arbrisseau haut de 2 à 6 mètres.

L'écorce du tronc est caractéristique, grise, à intérieur pourpre taché de lenticelles claires.

Les rameaux souples portent des feuilles alternes pétiolées, ovales, d'un vert terne pour le dessus et luisant pour le dessous.

Les fleurs, petites et verdâtres et dont la floraison s'étale d'avril à juillet, donnent des fruits globuleux d'abord verts puis rouges et enfin noirs à maturité. Ils sont alors frais, juteux, un peu sucrés mais toxiques.

Frangula alnus1.jpg Rhamnus frangula R0015180.JPG
Fleurs de bourdaine Écorce

Habitat[modifier | modifier le code]

On trouve la Bourdaine soit sur terrains humides et acides, soit sur terrains secs et calcaires, dans les sous-bois, les clairières, en lisières forestières, en plaine et en montagne. Elle est répandue dans toute l'Europe sauf l'extrême nord et la région méditerranéenne.

Toxicité[modifier | modifier le code]

Les fruits et l'écorce fraîche contiennent des composés anthracéniques dont la forme réduite est émétique donc très toxique, mais le séchage permet leur oxydation en anthraquinones.

Son fruit, très prisé des chevreuils notamment, contient un alcaloïde aux effets psychotropes.

Propriétés médicinales[modifier | modifier le code]

L'écorce séchée contient de 6 % à 9 % d’anthranoïdes (ses baies en contiennent aussi mais seulement 3 % à 4 %) et est utilisée comme laxatif stimulant. À réserver à un usage occasionnel, car elle est irritante pour le côlon.

Autres propriétés[modifier | modifier le code]

Le charbon de bois obtenu avec cet arbuste permettait vers 1860 de fabriquer de la poudre noire à faible vitesse de déflagration, utilisée dans les carrières de pierres ornementales pour fournir de gros blocs non fracturés. C'est notamment elle qui permit d'extraire pour Charles Garnier dans les mines de fluorine de Voltennes (La Petite-Verrière, en Morvan, France) les gros blocs nécessaires à la fabrication des 189 colonnettes (de 55 cm de hauteur d'un seul tenant au final) qui décorent les balcons de la nef du Grand Escalier du Palais Garnier, l'opéra national de Paris. La bourdaine est également une plante mellifère, grâce à ses petites fleurs riches en nectar, dans lesquelles les abeilles puisent pour faire un miel très riche et très apprécié[2].

Plante hôte[modifier | modifier le code]

C'est la plante hôte des chenilles de nombreux papillons et parmi les papillons de jour (rhopalocères), c'est la ou une des plantes hôtes de :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Thulin, M., Jarvis, C., Jonsell, B., & Ryman, S. (2009). The status of "Frangula dodonei" (Rhamnaceae). Taxon 58 (3): 991-992 abstract.
  2. Schweitzer P. (Centre d'études techniques apicole de Moselle), 2013 : « Les miels monofloraux : la bourdaine », L'Abeille de France n° 1008 (décembre 2013), pp. 19-21
    Bourdaine, la plante du mois de juin, Vosges.com

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Couplan et Éva Stinner, Guide des plantes sauvages comestibles et toxiques, les guides du naturaliste, ISBN 2-603-00952-4
  • Diane Adriaenssen, Le latin de mon jardin guide futé de 1500 noms de plantes, Édition Larousse, ISBN 2-03-560304-8
  • François Couplan, Dictionnaire étymologique de botanique, Édition Delachaux et Niestlé, ISBN 2-603-01182-0
  • Jean Féraud et Michel Cossard, La fluorine du Palais Garnier, à Paris, Géochronique n° 107, sept. 2008, pp. 26-28 et 3e de couverture ; coéd. BRGM et Soc. géol. de France, Paris.
  • Pamela Forey, Cecilia Fitzsimons, Arbres, un guide pratique pour identifier facilement 190 arbres, Nature-Poche, Gründ, Paris, 1988. ISBN 2-7000-1910-5