Phytolacca americana

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Raisin d'Amérique ou Teinturier (Phytolacca americana) est une espèce de plante herbacée vivace de la famille des Phytolaccaceae.

Elle est appelée parfois Épinard de Cayenne, Épinard des Indes, Phytolaque américaine, Faux vin (La Réunion), « Laque », « Faux-vin », « Herbe à la laque », « Vigne de Judée ».

Description[modifier | modifier le code]

C'est une espèce de plante grande et vigoureuse (jusqu'à 3 m), à tiges rougeâtres, grandes feuilles et fleurs blanchâtres en grappes érigées, retombant au fur et à mesure que les fruits mûrissent.
Les fleurs ont (en général) 10 étamines et 10 carpelles.
Les fruits sont des baies charnues, noires, ridées à maturité, qui résultent de la coalescence des carpelles à maturité.

Histoire[modifier | modifier le code]

Originaire d'Amérique du Nord, cette espèce serait arrivée en France depuis Bordeaux, puis aurait été naturalisée dans les pays méditerranéens. Elle serait également cultivée dans d'autres régions d'Europe.

Lors de l'introduction de Phytolacca americana en Europe, certains botanistes pensaient qu'il s'agissait d'une Solanaceae (Grande Morelle Des Indes): « Solanum racemosum indicum H.R.P. », « Solanum magnum virginianum rubrum - Park. Theat. 347 » (Dictionnaire raisonné universel d'histoire naturelle de Jacques C. Valmont de Bomare ed. - 1800 p. 536 vol. 9 ).

Les raisons de son introduction en Europe seraient les suivantes :

  • les jeunes feuilles sont comestibles cuites[1]
  • des variétés à feuilles striées ou tâchées de jaune-rose sont ornementales,
  • le fruit fournit une teinture violette très appréciée pour les tissages (même jadis pour réhausser la couleur de vins un peu pâlots), d'où le nom fréquent de teinturier ; mais le colorant est aussi purgatif !
  • les premiers colons, au contact des tribus amérindiennes, l'inclurent dans leur pharmacopée puis l'introduisirent sur le sol européen.

Habitat[modifier | modifier le code]

La plante pousse dans les secteurs boisés humides (ripisylves), sur les sols riches en friche ou acide (Landes de Gascogne). La jeune plantule développe rapidement une vigoureuse racine napiforme. En hiver, elle disparaît complètement, pour reparaître vers avril-mai depuis une imposante souche.
Cette plante entraîne une baisse de la richesse floristique (elle concurrence et élimine la flore autochtone environnante, sauf la ronce et la fougère )

Plante invasive[modifier | modifier le code]

Exemple d'invasion

Le raisin d'Amérique est une espèce introduite devenue invasive en Europe et notamment en France où depuis les années 1990-2010 la plante gagne du terrain dans de nombreux bois et forêts[2]. Elle est classée peste végétale par l'U.I.C.N. (Union Internationale de Conservation de la Nature, appelée aussi Union Mondiale pour la Nature). Pratiquement tous les départements français sont touchés[3].

Propriétés et utilisation[modifier | modifier le code]

Si la toxicité des baies est en principe avérée (mais faible) en raison de leur teneur en saponine, celle des feuilles est sujet à controverse[1]. La plante est en fait suffisamment toxique pour provoquer la mort chez des gastéropodes, la dinde, le mouton, le porc, la vache, le cheval et l'homme [4].

Les baies n'ont apparemment pas d'action toxique sur tous les oiseaux : les tourterelles en sont friandes.

Les usages médicinaux de la Phytolacca decandra, hérités des indiens d'Amérique du Nord, sont variés. En effet la racine en usage interne (sous forme de teinture) serait prescrite, à faible dose, pour soigner diverses infections des voies respiratoires, les angines, l'arthrite et les rhumatismes. En usage externe, sous forme d'onguent ou de cataplasme, la phytolaque pourrait soigner certains problèmes dermatologiques tels les mycoses, l'acné, ou encore la gale. Enfin on lui prête des propriétés anti-inflammatoires, antivirales ainsi que mitogènes. Cependant son usage reste délicat, la phytolaque étant toxique. Son utilisation est à proscrire en automédication.

Le Dr Aklilu Lemma de l’Université Hailé Sélassié d’Addis-Abeba, a découvert que les baies du raisin d'Amérique fournissent une substance efficace dans la lutte contre la bilharziose. Ces baies ont à la fois des propriétés détergentes et sont toxiques pour les mollusques hôtes de Schistosoma mansoni.

Synonymes[modifier | modifier le code]

  • Phytolacca decandra L.
  • Phytolacca vulgaris Bubani et Phytolacca vulgaris Crantz

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Dans l'ouvrage de J. Montegut, « Pérennes et vivaces nuisibles à l'agriculture », on peut lire que ses feuilles sont comestibles (Épinard doux de la Martinique)
  2. Dumas, Y. (2006), Contribution à la connaissance de deux espèces invasives en forêt Campylopus introflexus et Phytolacca americana (Communication, congrès AFPP sur l'entretien des espaces verts, jardins, gazons, forêts, zones aquatiques et autres zones non agricoles, Avignon, 11-12 octobre 2006), CEMAGREF (Nogent sur Vernisson) / EFNO, résumé
  3. Répartition départementale de l'espèce Phytolacca americana en France
  4. Dumas, Y. 2011, Que savons-nous du raisin d'Amérique (Phytolacca americana), espèce exotique envahissante ? - Synthèse bibliographique, Rendez Vous Techniques, 33-34, 48-57